Abonnement newsletter

X
X

S'enregistrer sur ce site

Les dieux ont mis un homme à l'épreuve

Top

Les Yeux de Tanatloc

Les yeux de Tanatloc

Thorgal tome 11
Dessinateur : Grzegorz Rosinski / Scénariste : Jean Van Hamme

Alors que Thorgal et ses compagnons entreprennent un dangereux voyage au cœur de la jungle du pays Qâ, Jolan découvre auprès de Tanatloc qu’il dispose de pouvoirs étonnants. Des pouvoirs qui pourraient faire de lui le nouveau dieu de la terre des Xinjins.

« Les yeux de Tanatloc » est un bel album à l’ambiance particulière, avec ses deux univers si éloignés visuellement, la jungle étouffante de Mayaxatl et le désert montagneux qui entoure la cité Xinjin.

Pour visiter confortablement cet atelier, vous serez accompagnés par trois guides de valeur.

atelier-nav3

Thorgal

Enfoncé jusqu’aux genoux dans les marécages poisseux du pays Qâ, Thorgal est au cœur de l’action, au plus près des événements.

Avec lui, vous avez accès aux images complètes extraites de l’album.

atelier-nav1

Tanatloc

Le vieil homme est désormais aveugle, allongé dans un lit dont il ne peut plus sortir. Malgré cela, ses capacités hors du commun lui permettent d’avoir une vision assez précise du monde qui l’entoure.

Avec lui, vous avez accès aux images en noir et blanc, au trait, à l’encrage.

atelier-nav2

Jolan

Le petit garçon ne maîtrise pas encore les pouvoirs qui sont en lui. Il ne comprend pas non plus ce qui se trame dans son entourage, même s’il le vit intensément.

Avec lui, vous avez accès à la mise en couleurs des images extraites de l’album.

Pour chacune des images qui suivent, vous pouvez choisir et comparer les visions de deux guides. Cliquez sur les deux personnages qui vous intéressent, puis déplacez la souris — ou le doigt — sur l’image. Vous pouvez bien sûr passer d’un personnage à l’autre, afin d’explorer tous les aspects d’une même image.

Au chevet du dieu vivant

Thorgal – Où es-tu Jolan ? Qu’ont-ils fait de toi ?
Tanatloc – Si les dieux existent réellement, ils me jouent là, à nouveau, un drôle de tour.
Jolan – J’avais si peur… mais maintenant, j’ai tant envie de savoir !

L’album s’ouvre sur une première image, choisie par l’éditeur pour illustrer la page de titre. Une jeune fille accompagne Jolan hors de la chambre de Tanatloc. Le vieux dieu, épuisé, est bordé avec affection et respect par son ami Variay.

Comme souvent chez Rosinski, l’image est intéressante tout d’abord pour la gestion de la lumière. L’auteur place ses ombres avec une exactitude effarante, tout en prenant toujours soin de rendre l’ensemble parfaitement lisible. Un exemple de cela est facile à trouver chez les trois personnages du premier plan. La jeune fille est bien sûr éclairée par la lumière forte de sa lampe, ce qui crée des ombres puissantes sur son visage ou ses vêtements. Muff reçoit sensiblement le même traitement. Mais pas Jolan. Le petit garçon regarde Tanatloc. Il est déçu de ne pas avoir eu toutes les réponses. Et le lecteur l’est aussi. Alors, l’enfant est placé dans l’ombre de la jeune fille, et seuls son visage et les contours de son corps sont éclairés. Ce visage est tout petit, dans l’ombre et de dos, et pourtant on ressent l’émotion qui s’en dégage !

L’effet est renforcé par la mise en couleurs, qui dépose du gris sur les contours de Jolan, à part sur ses pieds mieux éclairés.

Si Jolan avait été éclairé par la droite comme les deux autres personnages, son visage, si important pour l’efficacité de la case, aurait été perdu dans l’ombre.

atelier-nav3 atelier-nav1 atelier-nav2

case
encrage
couleurs

Autre point géré par la lumière, le dessinateur a tenu à ce que rien ne vienne perturber le lecteur dans sa découverte de ce qui est ici essentiel, c’est à dire l’enfant emmené sans qu’il ne le souhaite, et le vieil homme aux portes de la mort. Pourtant si on observe les cases des pages précédentes — faites l’effort d’ouvrir le bouquin ! Allez ! —, on voit que le lit de Tanatloc est placé dans un angle de la pièce, que les murs sont couverts de tentures et que les étagères sont très encombrées. Cependant, rien de tout ça dans cette image, qui ne conserve que l’essentiel. Ah si, une bricole, une sorte de tonneau vaguement aperçu quelques pages auparavant est esquissé au centre de l’image, histoire de rappeler où se situe l’angle de la pièce.

On ne peut pas quitter cette image sans parler encore un peu de l’encrage. Grzegorz Rosinski est perpétuellement à la recherche de techniques susceptibles de faire évoluer son dessin, de tenter quelque chose de nouveau. Comme on l’a vu dans d’autres ateliers, notamment celui de l’album « Les archers », le dessinateur travaille souvent ses ombres avec des hachures, en multipliant les petits traits, et il utilise aussi parfois les trames.
Ici, on peut observer une technique assez différente. Rosinski semble avoir utilisé une technique de frottage. Il a placé sa planche sur une surface granuleuse, puis l’a frottée, peut-être avec un crayon gras, afin de déposer ses ombres en certains points de l’image. Cette technique, rapide et efficace, ne se retrouve pas sur toutes les planches de l’album. De plus, elle ne remplace pas systématiquement les hachures, elle les complète ou les accompagne, selon les planches.
Dans cette image, la technique est surtout visible sur le mur, à gauche, notamment en noir et blanc.

Cette technique particulière est encore beaucoup utilisée dans l’album suivant, « La cité du dieu perdu », mais elle sera globalement remplacée par l’utilisation de trames pour le dernier tome du cycle de Qâ, « Entre terre et lumière ». Il serait intéressant de comparer les planches originelles avec le résultat imprimé. Il est fort possible qu’une partie des tracés n’aient pas pu être reproduits avec exactitude avec les techniques de reproduction et d’impression de cette époque pré-numérique.

2 et 2 ne font pas toujours 4

Thorgal – Je sais que je peux compter sur toi, Aaricia.
Tanatloc – Ma vie pour ta vie, Thorgal, je ne regrette rien.
Jolan – Thorgal, es-tu vivant, avons-nous réussi ?

Faisons un grand saut jusqu’à la fin de l’album. Trahisons et guérison sous les frondaisons. Cette image très connue, placée en bas de page et en fin de l’histoire, vient introduire la dernière épreuve, l’escalade d’une colline abrupte qui permet de s’extraire enfin du marais.

Il s’agissait ici de présenter cette ultime épreuve, c’est vrai, mais l’image propose une autre lecture. Les quatre personnages forment désormais deux duos, clairement définis dans la case. Le couple qui domine est maintenant celui que forment Thorgal et Aaricia. Les perdants, Kriss et Tjall, sont en bas, distancés, loin du sommet. L’ascension est symbolique. Elle vient récompenser ceux qui sortent gagnants de l’album.

Thorgal nous tourne le dos. Il s’intéresse à la belle Aaricia. Tjall et Kriss suivent le mouvement. Cette scène se prolonge dans la planche suivante, la dernière de l’album, en insistant beaucoup sur la seule complicité réelle dans cette équipe d’aventuriers crados, celle qui unit le couple Aegirsson.

atelier-nav3 atelier-nav1 atelier-nav2

case
encrage
couleurs

En s’intéressant de plus près à l’image, on voit qu’une ligne sombre oblique traverse le dessin, sous les pieds des héros. Cette ligne accompagne l’ascension. La mise en couleurs — vous pouvez cliquer sur Jolan — renforce puissamment l’effet esquissé par l’encrage.
A gauche et à droite, les arbres esquissent comme une barrière venant rappeler la difficulté de l’exercice. Ils forment ainsi une sorte de cadre qui met en valeur la partie essentielle de la scène, celle où se trouvent les quatre personnages.

On peut noter également la variété des verts qui sont déposés sur l’image, du vert lumineux des cimes des arbres au vert foncé profond des troncs du premier plan, en passant par celui du pantalon d’Aaricia, plus flashy que les autres.

Une dernière chose, en observant l’encrage de la partie lumineuse de l’image — vous pouvez cliquer sur Tanatloc — on voit qu’il y a une alternance dans le dessin. Un humain, un arbre, un humain, un arbre… Le dessin des quatre personnages n’est pas parasité par des branches ou des feuilles. Il est ainsi net et bien défini. Encore une fois, le confort de lecture prime.

Presque le paradis…

Thorgal – J’espère que Jolan et Argun ne vivent pas le même enfer que nous.
Tanatloc – J’ai renié toutes mes valeurs pour cela, mais cet enfant est peut-être la réponse.
Jolan – Si nous sommes au paradis, alors le paradis est une prison.

Après avoir commencé l’album dans la souffrance, au cœur du désert, Argun et Jolan se résignent et découvrent les côtés enchanteurs du pays Xinjin. Une vie apparemment calme, de l’eau fraîche, des filles dénudées.

Cette scène fourmille de détails, avec notamment ces enfants qui observent avec curiosité les nouveaux arrivants. Un petit garçon aux cheveux blonds, un homme à la grande barbe rousse, à qui il manque une jambe, c’est peu banal au pays Qâ. Les quelques adultes donnent une idée des travaux quotidiens dans la ville — porter l’eau, nettoyer les vêtements, effectuer des réparations… La barque renversée laisse même imaginer une petite activité de pêche, ou d’exploration.

Il est intéressant d’observer encore une fois la complémentarité entre le dessin et les couleurs. Les reflets dans l’eau de la rivière sont réalisés en mêlant encrage et couleurs. De façon plus générale, si on retire les couleurs pour regarder l’image en noir et blanc, on a l’impression d’observer un lieu très lumineux, intégralement baigné de lumière. Cela serait possible, si la prise de vue avait lieu à l’entrée du canyon. Mais la ville est en fait construite au creux du plateau, dans la partie la plus profonde du canyon, là où les vaisseaux volants d’Ogotaï ne peuvent pas manœuvrer.

La mise en couleurs permet de tout comprendre. La paroi rocheuse, à droite, dépose son ombre sur la scène. Cela renforce le sentiment que Pied-d’arbre et Jolan se sont installés ici pour être au frais. Privé de sa chaleur écrasante, l’endroit devient soudainement beaucoup plus agréable.

Cette scène marque aussi l’apparition discrète de deux nouveaux personnages, que nos héros appelleront Bé-ki et Man-gé, et qui auront un rôle aussi important qu’inattendu dans le dernier album du cycle.

atelier-nav3 atelier-nav1 atelier-nav2

case
encrage
couleurs

Captain America

Thorgal – Je ne laisserai rien ni personne lui faire du mal !
Tanatloc – Le danger est partout, mais la plus grande épreuve t’attend encore.
Jolan – Je ressens sa douleur… Pourquoi ?

Une dernière image, pour finir ?

Voici l’un des moments forts de l’album, un tournant de l’histoire. Les filles se chamaillent dans la gadoue, ce qui est toujours agréable, mais un trouble-fête vient mettre en pause le combat des belles. Un gigantesque crocodile attaque Aaricia. Thorgal intervient et se montre, comme toujours, à la hauteur de l’événement.

atelier-nav3 atelier-nav1 atelier-nav2

case
encrage
couleurs

Il est encore une fois intéressant d’observer la mise en couleurs de la scène. Pour que la lisibilité soit maximale, notamment dans cette scène de combat et de bravoure totalement effarante, Rosinski a choisi de ne dessiner que les trois protagonistes, un peu d’eau, et des tracés à gauche et à droite qui viennent animer la scène et renforcer la compréhension du mouvement — le pied de Thorgal, sur le dos de l’animal, servant de pivot pour éloigner la gueule du monstre.

Malgré tout, le dessinateur a souhaité rappeler l’environnement équatorial, en esquissant à l’aquarelle des formes à l’arrière-plan, qui suggèrent la végétation. Ainsi, à la lecture de la scène, on ne quitte pas la forêt humide, même si aucune plante n’a été dessinée.

A part ça, hé, Thorgal, c’est le gars qui met les mains dans la gueule d’un crocodile pour sauver une princesse viking. Il ne s’en sortira pas indemne, cette fois-ci. Il faudra de l’amour, de la magie et des sacrifices pour qu’il survive et reprenne la route vers Mayaxatl. Mais c’est pour tout cela que son nom est inscrit en gros sur la couverture de l’album, et que lire et relire ses aventures fait encore autant rêver, même après toutes ces années.

Non mais, sans rire Thorgal, tu es sûr ? Les mains dans la gueule d’un crocodile ?

  • Thorgal : La reine des Mers Gelées

    Les premières aventures de Thorgal le mènent à la rencontre d’un peuple oublié, maître de savoirs hors du commun, au cours d’une quête initiatique où son courage, ses qualités guerrières et son charisme seront mis à l’épreuve.

  • Thorgal : Le village maudit

    Aaricia et Thorgal doivent participer malgré eux à un jeu cruel, au cœur d'un lieu frappé par une antique malédiction.

  • Thorgal : Les maîtres de Brek Zarith

    Pour sauver Aaricia et l’enfant qu’elle porte, Thorgal va devoir pénétrer dans le domaine des dieux puis affronter Shardar, le puissant maître de Brek Zarith.

  • Thorgal : Les origines

    L’enfance de Thorgal nous est racontée à travers plusieurs histoires courtes, teintées de merveilleux. De premières épreuves et de premières quêtes pour les jeunes Thorgal et Aaricia.

  • Thorgal : L'enfant-rêve

    Doté d'étranges pouvoirs, le petit Jolan s'ennuie dans l'île isolée où vit sa famille. Jusqu'au jour où un petit garçon muet fait son apparition.

  • Thorgal : Le Grand Pays

    La rencontre avec Kriss de Valnor mènera Thorgal et les siens de l’autre côté du grand océan, dans l’enfer de la guerre du Pays Qâ, à la rencontre de demi-dieux se battant pour le destin du monde.

  • Thorgal : Vers le Nord

    Alors qu'Aaricia attend un deuxième enfant, la famille décide de retourner dans le Nord, auprès du peuple viking. Mais pour cela, ils devront affronter les montagnes, les hommes et les dieux.

  • Thorgal : Shaïgan-sans-merci

    Toujours aux prises avec Kriss de Valnor, Thorgal va connaître l’exil puis l’oubli. En son absence, le terrible pirate Shaïgan va s’en prendre à Aaricia, Jolan et Louve, qui vont connaître les pires heures de leur existence.

  • Thorgal : Le Viking errant

    Thorgal entraîne sa famille toujours plus loin vers l’horizon, en quête d’un bonheur et d’une liberté qu’on lui a toujours refusés. Voici le récit de ce long et incroyable voyage.

  • Thorgal : Le dernier voyage

    Réduits en esclavage, Thorgal et sa famille ne sont plus maîtres de leur destin. Pour eux, il s'agit peut-être du dernier voyage.

  • Thorgal : Le successeur

    Terriblement affaibli, Thorgal doit se résoudre à laisser partir son fils. Un choix qui déchire sa famille mais qui offre à Jolan l'occasion de prouver sa valeur et son courage. Loin des siens, il veut devenir l'élu.

  • Thorgal : Mages rouges

    Alors que son fils Jolan se découvre de nouveaux pouvoirs et un nouveau destin, Thorgal se retrouve aux prises avec un groupe de magiciens aux desseins mystérieux et à la puissance effroyable.

  • Kriss de Valnor : Le tribunal des Walkyries

    Aventurière sans morale, aussi dangereuse que séduisante, Kriss de Valnor revient parmi les hommes, plus déterminée que jamais à devenir l'égale des rois. Mais avant cela, elle doit d'abord convaincre les dieux de sa valeur.

  • Kriss de Valnor : Nord-Levant

    Porteuse d’un terrible fardeau légué par les dieux d’Asgard, Kriss revient dans les contrées du nord. Elle va y faire une rencontre qui changera sa vie à tout jamais.

  • Kriss de Valnor : Aniel

    Kriss a atteint les sommets dont elle rêvait depuis l’enfance. Désormais maîtresse de la destinée de milliers d’hommes, elle est pourtant troublée par une chose. Le souvenir de son fils, Aniel.

  • Louve : Le mage déchu

    Incapable de trouver sa place parmi les Vikings du Nord, Louve passe de plus en plus de temps dans la forêt. Alors qu’une meute de loups fait disparaître un à un les voyageurs de passage dans la région, la petite fille va rencontrer un être aux pouvoirs stupéfiants.

  • Louve : La louve noire

    Alors que la famille de Louve se déchire et s’éloigne, la part sauvage de la petite fille la pousse de plus en plus à fuir les hommes. Mais dans les bois, un adversaire terrifiant se lance à sa recherche.

  • Louve : Les royaumes du dessous

    Venus du monde des profondeurs, des êtres malfaisants préparent leur vengeance depuis des millénaires. Bien malgré elle, Louve va être mêlée à une guerre qui pourrait ébranler les fondations de l'univers.

  • La jeunesse de Thorgal : Le chant du scalde

    Alors que le village viking affronte une terrible famine, Thorgal veut lever une antique malédiction, voulue par les dieux eux-mêmes.

  • La jeunesse de Thorgal : Les guerriers-fauves

    Réunis pour fêter l'été et négocier un mariage fructueux, les clans du Nord doivent affronter la fureur de guerriers à l'incroyable férocité.

  • La jeunesse de Thorgal : La magicienne trahie

    Alors que le clan des Vikings du nord s’évertue à dissimuler d’abominables crimes commis au nom de son roi, une femme aveuglée par la haine s’apprête à retrouver la liberté. Mais à quel prix !

  • La jeunesse de Thorgal : Le royaume des Danes

    Recueillies à bord d'un navire venu d'Orient, Aaricia et Isoline sont emmenées bien loin des terres des Vikings du nord. Se trouvant pour une fois des intérêts communs, Thorgal, Bjorn et Gandalf organisent la chasse, afin de retrouver la jeune princesse.

  • Hors-série

    Au travers d'entretiens avec les auteurs, voici un retour sur la genèse des Mondes de Thorgal, la collection réunissant les albums de Kriss de Valnor, Louve et la Jeunesse de Thorgal.

Plan du site
Conditions Générales de Vente
Mentions légales
© Éditions Le Lombard 2019