Abonnement newsletter

X
X

S'enregistrer sur ce site

Les dieux ont mis un homme à l'épreuve

Top

Les Yeux de Tanatloc

Les yeux de Tanatloc

Thorgal tome 11
Dessinateur : Grzegorz Rosinski / Scénariste : Jean Van Hamme

Alors que Thorgal et ses compagnons entreprennent un dangereux voyage au cœur de la jungle du pays Qâ, Jolan découvre auprès de Tanatloc qu’il dispose de pouvoirs étonnants. Des pouvoirs qui pourraient faire de lui le nouveau dieu de la terre des Xinjins.

Suite de l’album « Le pays Qâ ».

Le voyage de Thorgal, Kriss, Aaricia et Tjall continue, avec une histoire qui se recentre sur ses héros et se divise pour nous faire vivre simultanément deux récits étroitement liés. Ici, peut-être plus que dans tous les autres albums de la série, les personnages se livrent, se dévoilent, se lient et se délient. Deux aventures, distinctes mais parallèles, se déroulent en deux lieux éloignés. Mais que ce soit dans la jungle épaisse ou sur un flanc rocailleux, les drames sont forts et intimes. Le destin de chacun change de direction…

Mais avant de parler de l’histoire et de tout couper en deux, remontons le temps vers les années 80, époque où l’ascension de Thorgal a côtoyé le déclin d’un modèle littéraire, économique et populaire, celui de la presse BD traditionnelle.

Les yeux de Tanatloc

Quand Thorgal Tintinnabulait…

Deux albums dans la même année, en 1986, c’est un événement pour la série Thorgal ! Après « Le pays Qâ » en avril, voilà déjà la suite des aventures en terres chaams de Kriss, Thorgal et leurs compagnons d’infortune. Comme à ses débuts, Thorgal continue d’être prépublié dans la revue Tintin éditée par Le Lombard. A l’époque Tintin est l’un des magazines BD les plus connus en Europe de l’ouest, en kiosque depuis des décennies. Même si la revue vit ses dernières années — elle sera remplacée en 1989 par Hello Bédé, puis s’arrêtera définitivement en 1993 — elle propose encore la découverte en avant-première des albums et des talents de la maison d’édition.

La revue Tintin était plus qu’un tremplin pour les auteurs et séries du Lombard. Elle était le passage obligé, la consécration, avec des centaines de milliers de lecteurs dans ses meilleures années. Mais les années 80 sont plus difficiles pour la presse écrite, avec l’avènement de la télévision et de nouveaux loisirs. Peu à peu, il devient plus intéressant pour un auteur d’être publié sous forme d’album plutôt que dans la presse. Cette inversion des priorités semble avoir modifié le calendrier de publication. Jusqu’ici, la parution des albums venait souvent bien après la prépublication dans Tintin. Voici un calendrier pour les albums de Thorgal prépubliés dans Tintin et Hello Bédé.

La magicienne trahie
Presque le paradis…
Tintin – Mars 1977
Tintin – Janvier 1979
Album – Février 1980
L’île des mers geléesTintin – Avril 1978Album – Octobre 1980
Les trois vieillards du pays d’AranTintin – Juin 1979Album – Octobre 1981
La galère noireTintin – Février 1981Album – Mai 1982
Au-delà des ombresTintin – Juillet 1982Album – Août 1983
La chute de Brek ZarithTintin – Février 1983Album – Juin 1984
Le drakkar perdu
Le talisman
Le métal qui n’existait pas
L’enfant des étoiles
Super Tintin – Juillet 1981
Super Tintin – Juillet 1982
Super Tintin – Juillet 1983
Album – Septembre 1984
AlinoëTintin – Janvier 1984Album – Février 1985
Les archersTintin – Juillet 1984Album – Septembre 1985
Le pays QâTintin – Décembre 1984Album – Avril 1986
Les yeux de TanatlocTintin – Septembre 1985Album – Octobre 1986
La cité du dieu perduTintin – Janvier 1987Album – Octobre 1987
Entre terre et lumièreNon publiéAlbum – Novembre 1988
La montagne d’Odin
Holmganga
Première neige
Les larmes de Tjahzi
Aaricia
Super Tintin – Octobre 1984
Super Tintin – Octobre 1985
Super Tintin – Décembre 1987
Super Tintin – Novembre 1988
Album – Mai 1989
Le maître des montagnesNon publiéAlbum – Octobre 1989
LouveHello Bédé – Mai 1990Album – Novembre 1990
La gardienne des clésHello Bédé – Février 1991Album – Juin 1991
L’épée-soleilHello Bédé – Janvier 1992Album – Avril 1992

On voit qu’au début des années 80 le rythme de prépublication était très élevé, avec en point d’orgue l’année 1984, qui offrit trois albums et une histoire courte en prépublication, le tout accompagné de couvertures réalisées spécifiquement pour la revue ! En 1986, ce fut très différent, puisque Thorgal ne fit aucune apparition dans Tintin ou Super Tintin. Le modèle de prépublication arrivait à sa fin, l’année 1986 a permis de rattraper le décalage entre la publication en revue et en album. Après cette année-là, seuls quatre albums et deux histoires courtes furent prépubliés, généralement peu de temps avant leur disponibilité en librairie.

Pour finir ce voyage dans les 80’s, voici les couvertures des revues Tintin qui mirent à l’honneur les albums du cycle de Qâ (cliquez pour agrandir). Deux de ces revues mettent en avant « Les yeux de Tanatloc ». Les toiles reproduites sur quatre de ces couvertures sont des œuvres de Grzegorz Rosinski réalisées pour l’occasion, et elles sont magnifiques ! Les deux dernières images sont les première et quatrième de couverture du recueil Tintin qui regroupa les revues parues en kiosque de mi-octobre à mi-décembre 1984.

Revue Tintin Revue Tintin Revue Tintin Revue Tintin Revue Tintin Revue Tintin Revue Tintin

Diviser pour régner

La dualité est au cœur de cet album. Duos et duels bâtissent et rythment l’histoire. Une histoire elle-même scindée en deux parties, puisque nous suivons en parallèle les aventures de Thorgal et Aaricia, d’une part, et celles de Jolan et Argun d’un autre côté.

Jusqu’ici, la série Thorgal s’était entièrement focalisée sur le héros qui lui donne son nom, avec trois exceptions très notables. La première fut un court détour par Brek Zarith, au début du sixième album, qui nous permit de rencontrer Jolan et Shardar, de visiter la forteresse que Thorgal s’apprêtait à prendre d’assaut, et de retrouver la belle Aaricia dans son premier beau rôle secondaire. La seconde fut un album complet, « Alinoë », proposant une seule histoire en un seul lieu, mais sans Thorgal. Mais que ce soit à Brek Zarith ou dans l’île des Aegirsson, il n’y avait pas d’alternance entre deux histoires, c’étaient deux moments où le statut de héros reposait temporairement sur d’autres épaules que sur celles de notre viking.
La troisième exception se trouve bien sûr dans « Le pays Qâ », le tome qui précède « Les yeux de Tanatloc », avec quelques scènes dans lesquelles le voyage d’Argun et de Jolan est brièvement évoqué. Courtes et allant à l’essentiel, ces scènes avaient aussi le bel avantage de proposer des pauses bienvenues dans le récit de la longue traversée de la grande mer.

Mais au pays Qâ, tout change.
Dès la première planche, le ton est donné. On ouvre le livre avec Jolan et Argun, pour les quitter aussitôt et rejoindre Thorgal dans la jungle. Le cri de souffrance et de détresse du petit garçon est ressenti par son père, dont les origines atlantes commencent déjà à être remises en avant au travers du lien psychique qui semble unir le père et l’enfant. La partie commence ici, les deux équipes d’aventuriers ne vont plus cesser de se renvoyer la balle. Leurs périples respectifs vont jouer l’alternance, sans jamais vraiment se rejoindre, sans jamais vraiment se quitter. Un coup de maître, qui repose sur les relations complexes et passionnantes qui sont tissées entre les personnages. Souvent par deux !

Les yeux de Tanatloc

Dans la jungle, deux équipes ouvrent le bal. Thorgal et Aaricia sont là pour plusieurs raisons. On l’a compris dans le tome précédent, il y a au départ comme un problème. Aaricia s’inquiète, et pas seulement pour son fils. Car Kriss est belle, séduisante, forte. Thorgal parle beaucoup d’elle. Alors, pour les Aegirsson, cet album est aussi un moment de reconquête. Chacun des deux va retrouver, dans leur complicité et surtout leur fidélité sans faille, les raisons qui font qu’ils forment un couple indestructible. Ils commencent l’album en cheminant l’un derrière l’autre, ils le terminent main dans la main, avec un moral retrouvé.

Derrière eux, Kriss et Tjall forment un duo atypique. Totalement dominé, le jeune garçon est hypnotisé par les formes et le magnétisme de la jeune femme. Il en perd le sens des valeurs. Il s’oublie dans ses bras. Que pense vraiment Kriss de tout cela ? Elle le trouve sûrement mignon, forcément doué, certainement attachant. Mais il est aussi une personne sensible et droite. Alors, ne pouvant ni en faire une marionnette, ni un compagnon dévoué, elle finit par le rejeter. Avec dégoût.

Les yeux de TanatlocQue dire aussi des rapports entre Kriss et Aaricia ? Les deux femmes continuent à s’affronter. Au début de l’album, elles le font par les mots et les gestes, et ça se termine même par une jolie bagarre dans la boue, un bain qui aura un écho lointain et sexy dans l’album « Kriss de Valnor », bien longtemps après tout cela. Mais ce second album dans la jungle de Qâ est surtout pour le duo celui du renversement des forces. Kriss le commence en position de leader. Elle est là où elle souhaitait être, avec les compagnons qu’elle a choisis, et une mission clairement définie. Au sein du groupe, on fait ce qu’elle dit et ce qu’elle veut. Aaricia est un petit caillou dans sa chaussure mais, après tout, si elle meurt, ce n’en sera que plus jouissif ! Et pourtant l’album se termine sur une situation totalement inversée. Kriss ne maîtrise plus son groupe, elle ne donne plus d’ordres et n’a plus aucun allié. Aaricia a gagné la bataille, simplement en montrant du courage et de la loyauté.

Entre Thorgal et Tjall, c’est finalement tout aussi compliqué. Il faut bien le dire, on ne s’y attendait pas du tout. La complicité née pendant l’épisode « Les archers » n’est pas si facile à préserver. En début d’album, Thorgal s’agace de la sensibilité de son jeune compagnon. Les bavardages de Tjall passent moins bien, quand on est épuisé, qu’on a chaud et peur pour ses proches. La trahison du garçon vient même briser leur amitié naissante. Cet album fracture un peu le personnage de Tjall, mais il lui donne aussi une profondeur, une autre forme de fragilité, qui ne fait que renforcer sa présence et son intérêt. A son détriment, malheureusement pour lui.

Si on reste encore un peu dans la jungle, il faut bien sûr s’attarder sur le dernier duo notable, celui formé par Kriss et Thorgal. On le sent dès les premières pages, Kriss peine à faire de Thorgal le chien de guerre dont elle rêvait. Elle le voyait comme le mercenaire idéal, fort, inébranlable, dévoué à elle grâce à son stratagème. Mais leurs rapports restent durs, distants, et la présence d’Aaricia n’arrange rien. Lorsque Thorgal, gravement blessé, devient plus un problème qu’un atout pour la mission, Kriss comprend qu’elle risque de perdre tout le groupe. Alors, elle se choisit un nouveau compagnon, et abandonne ceux qu’elle estime être devenus inutiles. Un mauvais calcul, mais qui ne lui fait pas complètement perdre le fil de son objectif. A ce moment de la série, Thorgal ne semble pas encore être pour elle autre chose qu’un outil de qualité, difficile à maîtriser.

Les yeux de Tanatloc

De l’autre côté du continent, Jolan et Argun ne se quittent plus… au début de l’album. Par la suite, leur couple improvisé se sépare rapidement, chacun des deux se trouvant sur place les activités et intérêts qui lui correspondent. Pour Argun, ce sera le farniente d’une vie en apparence calme, apaisée, et pour Jolan, ce sera la rencontre d’un homme aux pouvoirs et aux connaissances tout aussi séduisants. Finalement, si Argun et Jolan ne se quittent guère, ils vont se réaliser l’un sans l’autre.

Pendant qu’Argun se découvre sur le tard une nouvelle vie et de nouveaux défis, le jeune Jolan se tourne donc vers Tanatloc, un mystérieux vieillard. L’histoire que le vieil homme va raconter à Jolan le rattache rapidement au peuple venu des étoiles. Le bras mécanique, aperçu sous un drap, finira de confirmer la nouvelle : Jolan et Tanatloc sont liés, d’une façon que rien ne peut délier. Par le sang. Une fois tout cela confirmé, il ne manque plus qu’un passage de témoin entre ces deux générations de surhommes. Il se fera lors d’une des scènes les plus mythiques de la série, lorsque les yeux et l’esprit de Jolan et Tanatloc vont se rejoindre, s’allier et réussir l’impossible. Une vie pour une vie, Tanatloc paie son exploit très cher, au même prix que celui que Shaniah avait payé en allant « Au-delà des ombres ». Mais c’est pour lui tout autant le prix de l’espoir que celui de la rédemption.
Jolan, le fils. Thorgal, le père. Tanatloc, l’arrière-grand-père. Il ne manque plus qu’un maillon dans la chaîne des générations.
« La cité du dieu perdu » se chargera bientôt de nous le rappeler.

Les yeux de Tanatloc

Un but partout, balle au centre

L’histoire est coupée en deux. Mais le pays Qâ l’est tout autant. La guerre des dieux venus du ciel a scindé la contrée en deux et, manifestement, le parti d’Ogotaï s’apprête à remporter la guerre.

Au-delà de leurs connaissances scientifiques et de leurs pouvoirs mentaux, les deux demi-dieux ont su s’imposer personnellement, faire d’eux-mêmes l’objet d’un culte qui donne courage, peur ou folie à ceux qui les suivent. Chaque jour, on vit et on meurt pour eux. Variay, le régent des Xinjins, a bien compris cela. Il sait que seul le culte de Tanatloc permet à son peuple de garder espoir, de trouver la force de combattre, de se relever après chaque défaite. Il vit les dernières heures de Tanatloc avec douleur et crainte.

Si la cité des Chaams va encore, pour un temps, rester dans la brume, celle des Xinjins se dévoile et émerveille. A la fois bâtie et creusée dans la roche, au creux d’un canyon perdu dans le désert, la ville a profité de l’abri naturel que les torrents, au cours des siècles, ont modelé en grignotant la pierre. Avec ses tours rondes, ses maisons rectangulaires, sa structure étagée et ses toits plats renforcés par des rondins de bois, elle rappelle les cités occupées il y a 700 ans par les Anasazis, un peuple d’Amérique du nord qui bâtit des villages à flanc de falaises, dans les parois de canyons. Les Anasazis ont occupé un immense territoire, autour de fleuves comme le Colorado ou le Rio Grande, avant d’en disparaître assez soudainement. Leur histoire et leur architecture troglodytique ont inspiré les auteurs de Thorgal. Ces maisons atypiques participent à la légende du pays Qâ. La cité Xinjin, par sa conception et par son emplacement, symbolise parfaitement la condition du peuple qui y vit. Pourchassés, acculés, les derniers résistants se sont terrés en un lieu où les navires volants d’Ogotaï ne peuvent pas manœuvrer. Cette cité isolée, c’est un peu le chant du cygne d’un peuple courageux mais au bord de l’extinction.

Comme ce fut le cas pour les Anasazis, l’emplacement de la cité Xinjin ne permet pas de centraliser toute l’activité humaine. Même si on ne les voit pas dans l’album, on peut imaginer que des champs irrigués sont entretenus en dehors du canyon, et que les vaisseaux volants de Tanatloc sont conçus et parqués en un autre endroit plus pratique.

Bien loin de là, la cité chaam d’Ogotaï se dresse fièrement vers le ciel, au cœur d’une jungle luxuriante. On en reparlera bientôt, dans l’album suivant qui lui est consacré tout entier.

Les yeux de Tanatloc

Si, bien évidemment, Christophe Colomb et quelques autres ont ouvert la voie du Nouveau Monde à la vieille Europe, l’histoire du Pays Qâ part d’un autre constat intéressant et peut-être moins connu. Bien avant l’explorateur génois, d’autres européens avaient foulé le sol américain. Les Vikings, d’origine scandinave, étaient un peuple aventureux qui n’hésitait pas à parcourir de grandes distances en mer, notamment dans l’espoir d’atteindre des côtes prospères où effectuer quelques pillages, échanges commerciaux, voire s’installer. Entre le VIIIème et le XIème siècle, ils déferlèrent sur l’Europe et s’installèrent en Angleterre, en Écosse, dans l’actuelle Normandie, en Russie, en Italie, en Sicile…

Au cours de leurs voyages nordiques, ils découvrirent aussi l’Islande et l’immense Groenland, et s’y installèrent. Certains d’entre eux ont poursuivi leur route vers l’ouest et abordé les côtes de l’actuel Canada.
Le peuple qui a déposé Argun et Jolan au pays Qâ pour le compte de Kriss de Valnor s’apparente à ces marins du nord courageux, qui traversèrent mers et océans pour repousser toujours plus loin les frontières de leurs connaissances et des territoires explorés.

Les yeux de TanatlocAllez, une petite dernière excursion historique ?
Au cœur du récit, alors que Thorgal sent qu’il ne pourra peut-être pas poursuivre le voyage bien longtemps à cause de ses blessures, le groupe d’aventuriers tente une manœuvre tout aussi dangereuse qu’efficace. Il attire les gardes d’Ogotaï, afin de se trouver un nouveau guide pour rejoindre Mayaxatl.

Les yeux de TanatlocPour descendre de leur navire de guerre, les guerriers chaams utilisent de curieux parachutes. Une toile carrée, percée d’un trou central, est fixée sur un cadre de bois auquel on a ajouté une structure en bois permettant à l’utilisateur de se suspendre à l’objet et de le manœuvrer. Le concept et les postures des parachutistes rappellent un célèbre dessin de Léonard de Vinci. Le savant florentin fut l’un des premiers à réfléchir scientifiquement à un concept qui permettrait à un homme de voler, de planer, de sauter d’une falaise sans se transformer en viande hachée. Comme pour beaucoup de ses idées, Léonard n’alla pas au bout de l’exercice et ne finalisa pas l’invention, mais les idées, comme les arbres, doivent avant tout commencer à germer.

Bien longtemps après tout cela, c’est Thorgal lui-même qui utilisera une aile volante, ancêtre du deltaplane, pour s’élancer dans les airs au-dessus du royaume de Zhar. Une scène improbable à voir dans « Le mal bleu » !

Au commencement, ils étaient deux

Vous étiez deux, nous serons trois
Si vous m’emmenez dans ce périple…
(Chanson de l’horloge)

Jean Van Hamme est un conteur hors-pair. Observer cet album permet, encore une fois, d’en prendre conscience. Partager l’histoire en deux n’est jamais simple en bande dessinée, mais la force du scénariste est ici d’équilibrer à merveille les deux récits, qui se nourrissent sans cesse l’un de l’autre, s’interpénètrent, se rejoignent sans jamais s’atteindre. Les planches s’équilibrent entre les deux groupes humains, celui de Thorgal qui progresse dans la jungle, celui de Jolan qui se cache dans un recoin de la montagne.

Si on prend le temps de feuilleter l’album, on voit que les planches réagissent les unes aux autres. On voit que la dernière image en bas de chaque recto est conçue pour inciter à tourner la page, à dévorer l’album. De nombreuses pages mêlent des images venant des deux histoires, et pourtant la lecture ne perd jamais sa fluidité, son sens. L’osmose entre le scénariste, Jean Van Hamme, et le dessinateur, Grzegorz Rosinski, est au sommet. Ils se comprennent, ils se complètent. Ils s’aiment.

Les yeux de Tanatloc

Hé oui, puisqu’on parle de duo, le premier d’entre eux est bien sûr celui formé par les deux auteurs qui, en 1986, se connaissent depuis 10 ans et partagent désormais un pan important de leurs vies. C’est certainement l’un des secrets de la réussite de Thorgal, quelque chose qui ne s’explique pas mais qui fait qu’une rencontre aboutit parfois à de très belles choses.

Non loin d’eux, il y a aussi le troisième acteur, un peu plus passif mais émerveillé. Cet acteur, c’est toi et moi, lecteur ou lectrice, qui reposons un à un les albums du cycle de Qâ en sachant que nous trouverons dans le tome suivant tout autant de rêve, d’aventure et d’émotion.

A suivre dans « La cité du dieu perdu ».

  • Thorgal : La reine des Mers Gelées

    Les premières aventures de Thorgal le mènent à la rencontre d’un peuple oublié, maître de savoirs hors du commun, au cours d’une quête initiatique où son courage, ses qualités guerrières et son charisme seront mis à l’épreuve.

  • Thorgal : Le village maudit

    Aaricia et Thorgal doivent participer malgré eux à un jeu cruel, au cœur d'un lieu frappé par une antique malédiction.

  • Thorgal : Les maîtres de Brek Zarith

    Pour sauver Aaricia et l’enfant qu’elle porte, Thorgal va devoir pénétrer dans le domaine des dieux puis affronter Shardar, le puissant maître de Brek Zarith.

  • Thorgal : Les origines

    L’enfance de Thorgal nous est racontée à travers plusieurs histoires courtes, teintées de merveilleux. De premières épreuves et de premières quêtes pour les jeunes Thorgal et Aaricia.

  • Thorgal : L'enfant-rêve

    Doté d'étranges pouvoirs, le petit Jolan s'ennuie dans l'île isolée où vit sa famille. Jusqu'au jour où un petit garçon muet fait son apparition.

  • Thorgal : Le Grand Pays

    La rencontre avec Kriss de Valnor mènera Thorgal et les siens de l’autre côté du grand océan, dans l’enfer de la guerre du Pays Qâ, à la rencontre de demi-dieux se battant pour le destin du monde.

  • Thorgal : Vers le Nord

    Alors qu'Aaricia attend un deuxième enfant, la famille décide de retourner dans le Nord, auprès du peuple viking. Mais pour cela, ils devront affronter les montagnes, les hommes et les dieux.

  • Thorgal : Shaïgan-sans-merci

    Toujours aux prises avec Kriss de Valnor, Thorgal va connaître l’exil puis l’oubli. En son absence, le terrible pirate Shaïgan va s’en prendre à Aaricia, Jolan et Louve, qui vont connaître les pires heures de leur existence.

  • Thorgal : Le Viking errant

    Thorgal entraîne sa famille toujours plus loin vers l’horizon, en quête d’un bonheur et d’une liberté qu’on lui a toujours refusés. Voici le récit de ce long et incroyable voyage.

  • Thorgal : Le dernier voyage

    Réduits en esclavage, Thorgal et sa famille ne sont plus maîtres de leur destin. Pour eux, il s'agit peut-être du dernier voyage.

  • Thorgal : Le successeur

    Terriblement affaibli, Thorgal doit se résoudre à laisser partir son fils. Un choix qui déchire sa famille mais qui offre à Jolan l'occasion de prouver sa valeur et son courage. Loin des siens, il veut devenir l'élu.

  • Thorgal : Mages rouges

    Alors que son fils Jolan se découvre de nouveaux pouvoirs et un nouveau destin, Thorgal se retrouve aux prises avec un groupe de magiciens aux desseins mystérieux et à la puissance effroyable.

  • Thorgal : Nouveaux horizons

    Après leurs années d'errance, Thorgal et sa famille sont enfin réunis. Mais, entre passé troublé et avenir incertain, la vie de nos héros ne semble jamais pouvoir leur offrir de repos.

  • Kriss de Valnor : Le tribunal des Walkyries

    Aventurière sans morale, aussi dangereuse que séduisante, Kriss de Valnor revient parmi les hommes, plus déterminée que jamais à devenir l'égale des rois. Mais avant cela, elle doit d'abord convaincre les dieux de sa valeur.

  • Kriss de Valnor : Nord-Levant

    Porteuse d’un terrible fardeau légué par les dieux d’Asgard, Kriss revient dans les contrées du nord. Elle va y faire une rencontre qui changera sa vie à tout jamais.

  • Kriss de Valnor : Aniel

    Kriss a atteint les sommets dont elle rêvait depuis l’enfance. Désormais maîtresse de la destinée de milliers d’hommes, elle est pourtant troublée par une chose. Le souvenir de son fils, Aniel.

  • Louve : Le mage déchu

    Incapable de trouver sa place parmi les Vikings du Nord, Louve passe de plus en plus de temps dans la forêt. Alors qu’une meute de loups fait disparaître un à un les voyageurs de passage dans la région, la petite fille va rencontrer un être aux pouvoirs stupéfiants.

  • Louve : La louve noire

    Alors que la famille de Louve se déchire et s’éloigne, la part sauvage de la petite fille la pousse de plus en plus à fuir les hommes. Mais dans les bois, un adversaire terrifiant se lance à sa recherche.

  • Louve : Les royaumes du dessous

    Venus du monde des profondeurs, des êtres malfaisants préparent leur vengeance depuis des millénaires. Bien malgré elle, Louve va être mêlée à une guerre qui pourrait ébranler les fondations de l'univers.

  • La jeunesse de Thorgal : Le chant du scalde

    Alors que le village viking affronte une terrible famine, Thorgal veut lever une antique malédiction, voulue par les dieux eux-mêmes.

  • La jeunesse de Thorgal : Les guerriers-fauves

    Réunis pour fêter l'été et négocier un mariage fructueux, les clans du Nord doivent affronter la fureur de guerriers à l'incroyable férocité.

  • La jeunesse de Thorgal : La magicienne trahie

    Alors que le clan des Vikings du nord s’évertue à dissimuler d’abominables crimes commis au nom de son roi, une femme aveuglée par la haine s’apprête à retrouver la liberté. Mais à quel prix !

  • La jeunesse de Thorgal : Le royaume des Danes

    Recueillies à bord d'un navire venu d'Orient, Aaricia et Isoline sont emmenées bien loin des terres des Vikings du nord. Se trouvant pour une fois des intérêts communs, Thorgal, Bjorn et Gandalf organisent la chasse, afin de retrouver la jeune princesse.

  • Hors-série

    Au travers d'entretiens avec les auteurs, voici un retour sur la genèse des Mondes de Thorgal, la collection réunissant les albums de Kriss de Valnor, Louve et la Jeunesse de Thorgal.

Plan du site
Conditions Générales de Vente
Mentions légales
© Éditions Le Lombard 2019