Abonnement newsletter

X
X

S'enregistrer sur ce site

Les dieux ont mis un homme à l'épreuve

Top

Biographie

Jean Van Hamme
© D. R.

Jean Van Hamme

Jean Van Hamme est le scénariste des 29 premiers albums de Thorgal.

Il est aussi l’auteur de Largo Winch, XIII, Les maîtres de l’orge, Lady S., Wayne Shelton, Le grand pouvoir du Chninkel et beaucoup d’autres. Il est l’un des auteurs les plus lus de l’espace francophone.

Il est né le 16 janvier 1939 à Bruxelles, ville où il vit toujours à l’heure actuelle avec sa femme. Il a deux enfants — deux garçons — et aime passer une partie de ses étés dans sa propriété du sud de la France.

Un grand lecteur

Dans une Belgique occupée par les Allemands, il est élevé par son père qui lui donne le goût du livre dès son enfance. Il découvre ses premières bandes dessinées chez son oncle, dans les magazines « Spirou » et « Bravo ». A la maison, la lecture des nombreux romans de la bibliothèque familiale va lui donner l’envie d’écrire. Il découpe et collectionne les bandes dessinées du journal « Le Soir », et s’essaie à la réalisation de petites bande dessinées personnelles.

Tintin

Avant l’écriture, la lecture est une passion, qu’il assouvit en empruntant de très nombreux livres pendant son enfance et son adolescence. Il entre dans une école de commerce et obtient des licences de journalisme, science financière, droit des assurances et science administrative, et une agrégation en économie politique. Attiré par les voyages, il traverse une bonne partie du monde en stop, souvent seul.

Dans sa jeunesse, Van Hamme écrit quelques nouvelles. Son père, sans le lui dire, fait publier l’une d’entre elles en 1968, « Les bretelles », sous le nom de plume de René Pageant. Dans les années 60, Van Hamme se marie quelques temps avec Anne, et devient consultant pour la US Steel Corporation. Il démissionne car il juge le produit anti-corrosion qu’il représente vraiment trop mauvais !

Epoxy

En 1966 il rencontre le dessinateur Paul Cuvelier par l’intermédiaire de sa première femme, qui a posé pour lui. Cuvelier est un intermittent de la BD, auteur notamment de la série Corentin, histoire d’un adolescent aventureux qui traverse le monde. Il est aussi l’un des fondateurs du magazine Tintin que lisait Van Hamme dans son enfance. Ce dernier va, pour la première fois, approcher le monde de la bande dessinée. Il avait déjà écrit quelques scénarios, envoyés à différents éditeurs, mais sans réponse jusqu’ici.

Cuvelier voudrait réaliser un récit érotique. Dans ses conversations, il évoque aussi sa passion pour l’art antique. Van Hamme lui propose un scénario. Ce sera Epoxy (paru en 1968), premier album signé Van Hamme, chez l’éditeur Eric Losfeld. Ce long récit en noir et blanc mêle de nombreux éléments mythologiques pour faire vivre à son héroïne une aventure initiatique, gentiment érotique, teintée d’absurde. Une succession de scènes et de rencontres, où les corps nus s’exposent lascivement.

Epoxy

Pour l’anecdote, les noms des personnages principaux (Epoxy et Koltar) viennent de produits commercialisés par l’auteur lorsqu’il travaillait pour l’industrie chimique. L’album sera régulièrement réédité par différentes maisons d’édition, et connaîtra deux versions en couleurs, l’une en 1997, l’autre en 2003.

Par la suite, Van Hamme écrira deux albums de Corentin pour Cuvelier, « Le prince des sables » paru en 1970 et « Le royaume des eaux noires » paru en 1974 (au Lombard). Il utilise dès cette époque la méthode de travail qu’il emploiera tout au long de sa carrière. Des scénarios minutieusement préparés, avec des dialogues rédigés, une description de la case et de l’action, et une proposition indicative de la position et du nombre des cases dans la page.

Corentin

Des débuts timides

Van Hamme fait ainsi son entrée au Lombard. Il essaie de devenir rédacteur en chef du journal Spirou, alors qu’il n’a aucune connaissance du métier. Charles Dupuis, le fondateur des éditions Dupuis, refuse. Van Hamme devient alors représentant commercial de la MBLE, filiale de Philips. Il le restera pendant 5 ans, parcourant le monde pour négocier des contrats.

Malgré cela, il ne perd pas le contact établi avec la BD franco-belge. Il envoie régulièrement à différents éditeurs des propositions de scénarios. Au Lombard, dans les années suivantes, il scénarise plusieurs épisodes de Michael Logan, un pilote d’hydravion explorant les îles du Pacifique. Cette série de plusieurs histoires assez courtes est dessinée par André Beautemps. Editée par la suite en albums, de 1977 à 1981, la série s’arrêtera à la mort du dessinateur. Beautemps avait signé seul les deux premiers albums, Van Hamme l’accompagnera sur les 4 suivants, « Elfaniel », « Tengku Tarawak », « Celui qui allait mourir » et « Le moineau déchaîné ».

Michael  Logan

A la même période, Van Hamme scénarise les deux premiers albums de Mr Magellan (avec Henri Ghion, dit Géri, au dessin) qu’il signe Vanam.  Il y raconte les aventures d’un espion plein d’humour dans les albums « I.T.O. » et « Hold-up au Vatican », avant de laisser son personnage à André-Paul Duchâteau.

magellan

 Le scénariste s’essaie aussi à quelques gags de Modeste et Pompon (qu’il signe… Van Ham) et Gaston Lagaffe pour Franquin, mais l’écriture reste pour lui un hobby.

auteur_van_hammeEntre 1969 et 1971, il possède brièvement un restaurant-boîte de nuit, mais l’expérience ne se termine pas très bien. Il devient fondé de pouvoir général pour Philips Belgique, directeur des appareils ménagers.

Jamais loin de ses envies d’écrire, il crée en novembre 1973 le personnage de Largo Winch, un jeune homme devenu milliardaire du jour au lendemain. Avec son ami Michel Greg (Achille Talon, Bernard Prince, Comanche…), il souhaite prendre pied sur le marché américain en faisant travailler ensemble des scénaristes belges et des dessinateurs américains. Mais le dessinateur John Prentice ne réalise que quelques planches avant d’abandonner (voir ci-contre, le premier Largo avait les cheveux longs).

Van Hamme continue à travailler avec Greg qui lui confie la suite des aventures de Domino avec André Chéret au dessin. Greg avait écrit une première histoire pour ce personnage, un justicier masqué maladroit, envoyé en mission par son oncle. Située sous la Régence, pendant l’enfance du roi Louis XV, l’histoire séduit Van Hamme qui écrira quatre aventures qui seront éditées plus tard en album, de 1979 à 1982 : « Cavalcade pour Domino », « Domino contre Justicias », « Les amours de Domino » et « Domino et les agents secrets ».

Domino

En 1974, Van Hamme écrit pour Dany la fameuse « Histoire sans héros ». L’album connaît un joli succès. On y suit l’histoire d’un groupe de survivants, rescapés d’un accident d’avion en pleine forêt vierge. Des anonymes, différents et complémentaires, qui vont se disputer les rares ressources, organiser leur survie et se découvrir peu à peu. Une belle histoire, assez innovante à l’époque car les histoires en un seul album — on dit one-shot — étaient plutôt rares dans une BD franco-belge habituée à la diffusion en épisodes, dans les magazines spécialisés. L’album est publié dans Tintin en 1975 avant d’être édité en 1977.

L’album « Histoire sans héros » entrera en 1993 dans la collection Signé du Lombard, avant d’être rejoint en 1997 par sa suite,  imaginée par Van Hamme 20 ans après. Le scénariste retrouvera Dany à cette occasion et leur nouveau one-shot s’appellera justement « 20 ans après », un joli clin d’œil qui remettra face au public les derniers survivants de cette histoire sans héros.

Histoire sans héros

Le Viking errant

largo77Van Hamme gagne bien sa vie mais il s’ennuie. Après trois ans passés chez Philips, il décide en 1976 de démissionner, et de se consacrer à l’écriture. Il reprend le personnage de Largo Winch et écrit un premier roman, « Largo Winch et le groupe W ». Même s’il ne devient pas tout de suite célèbre, Largo devient un des personnages fétiches de l’auteur.

Propulsé à la tête de l’un des plus grands groupes du monde, multimilliardaire séduisant et iconoclaste, Winch affronte les menaces qui pèsent sur sa vie et son groupe, tout en devant prouver constamment sa valeur et son intégrité. Après avoir contacté différentes maisons d’édition, Van Hamme signe un contrat avec le Mercure de France en novembre 76 et le livre paraît en avril 77. Après ce premier roman très agréable, cinq autres suivront.

sommaire-tintinEn 1976 également, Van Hamme rencontre sa future femme, Huguette. Il rencontre aussi le dessinateur Grzegorz Rosinski. Le début d’une autre histoire, une histoire d’amitié. Il demande à Rosinski de lui prouver sa valeur, et lui confie le scénario de deux planches de Michael Logan, déjà dessinées auparavant par André Beautemps. Rosinski dessine et encre soigneusement les deux planches en une nuit ! Le résultat, très probant, décide Van Hamme à tenter de créer une nouvelle série avec le dessinateur polonais.

La plupart des albums étaient prépubliés à l’époque dans des magazines spécialisés, et leur publication en album dépendait souvent de leur succès en presse. Pour se démarquer des séries d’aventure déjà présentes dans Tintin, Van Hamme décide d’inventer une histoire de Vikings, teintée de fantasy puis, rapidement, de science-fiction. Cette série s’appellera Thorgal. La première histoire, « La magicienne trahie », sera prépubliée entre mars et octobre 1977.

Vous pouvez lire l’histoire de la rencontre entre les deux auteurs en suivant ce lien.

Thorgal est un Viking aux origines mystérieuses, en conflit avec le peuple qui l’a vu grandir. Amoureux de la fille de son roi, il doit prouver sa valeur et conquérir sa liberté. Dès les premières planches, le jeune guerrier se retrouve au cœur d’intrigues entre puissants, dans un monde où la magie, les dieux et la brutalité des hommes sont omniprésents.

thorgal

De la BD au cinéma

Désormais auteur à plein temps, Van Hamme scénarise, sans les signer, les aventures de Tony Stark, un baroudeur aux cheveux blonds, pour Edouard Aidans (dessinateur de Tounga, Bernard Prince…). Rien à voir avec le milliardaire créateur d’Iron Man, on est ici dans un western contemporain. Van Hamme scénarisera quatre albums sur les six que comptera la série,  publiés dans l’éphémère revue Super As puis en albums chez différents éditeurs : « Le prisonnier du ciel », « Le lion d’un million », « Les voleurs de nuages » et « Opération Jonas ».

tony-stark

Il retrouve le dessinateur Dany (Olivier Rameau, Bernard Prince…) pour une nouvelle série, Arlequin, où l’on suit les exploits d’un mystérieux détective aux mille visages, travaillant pour une grande chaîne hôtelière. Elégant et charmeur, efficace et manipulateur, Arlequin officiera dans trois albums qui paraîtront chez Dargaud de 1979 à 1985, avec des titres de série B assumés, « Les éléphants se plument à l’aube », « L’as, le roi, la dame et la valet » et « La baleine qui chantait faux ». De 2001 à 2005, la série sera reprise par Jytéry au dessin et Rodolphe au scénario.

arlequin

En septembre 79, Van Hamme s’investit dans un projet de six téléfilms débattant de la possibilité de vivre en dehors d’un système au protectionnisme exacerbé. Refusé par les télés, S.O.S. Bonheur ne sera jamais filmé mais va devenir une bande dessinée en 1985, dessinée par Griffo (Vlad, Giacomo C…) et publiée en six épisodes dans la revue Spirou d’abord, puis en deux albums par les Éditions Dupuis en 1988 et 89. Un troisième album vient conclure l’histoire en 89.

Dans cette BD de politique-fiction, un système politique, devenu totalitaire, encadre toutes les activités humaines, obligeant les individus à se plier à des règles sociales strictes, censées protéger l’intérêt de tous. Du système de santé au contrôle des naissances ou de l’activité professionnelle, les citoyens sont encadrés en permanence. Persuadés que l’on peut vivre différemment, des hommes et des femmes vont tenter de faire bouger les lignes.

sos-bonheur

Bien accueilli en presse, le premier épisode de Thorgal est publié en album en 1980, accompagné de « Presque le paradis… », une histoire prépubliée dans Tintin l’année précédente et qui permet à l’album d’être suffisamment long — « La magicienne trahie » ne faisait que 30 planches. Le second album, « L’Ile des Mers gelées », paraît en même temps.

Pour le cinéma, Van Hamme écrit deux scénarios de films : le célèbre « Diva » de Jean-Jacques Beineix réalisé en 1980 et « Hôtel meublé » (Meurtres à domicile) réalisé par Marc Lobet en 1981. Pour la télévision, il écrit « Jackson et le mnémocide » (1979), « San Francisco » (1982), « Les magiciens du mercredi » (1984) et bien sûr « Les maîtres de l’orge » (1996).

Fort de son expérience, il va enseigner pendant 10 ans, de 1985 à 1995, à l’Institut des Arts de Diffusion de Louvain-la-Neuve, une école de cinéma au sud-est de Bruxelles.

XIII, le porte-bonheur

Van Hamme avait rencontré le dessinateur William Vance dans les années 70, alors qu’on cherchait un nouveau scénariste pour reprendre la série Bruno Brazil, mais le projet ne s’était pas concrétisé. Van Hamme retrouve Vance au début des années 80 et lance avec lui une série qui va rapidement devenir culte : l’histoire d’un homme amnésique, poursuivi par des tueurs et des agences gouvernementales américaines, à la recherche de son passé. Ce sera XIII. Un énorme succès, rapide, qui va propulser le scénariste vers les sommets des ventes et vers une notoriété internationale. Le premier album, « Le jour du soleil noir », paraît chez Dargaud en 1984. Une vingtaine d’autres suivront.

xiii

XIII, Thorgal et, plus tard, Largo Winch, formeront le triptyque de séries à succès créées par Jean Van Hamme. Les ventes et la notoriété de Thorgal vont également décoller à la même époque — voir ce sujet sur les ventes de Thorgal.

auteur_van_hammeEn avril 1986, Van Hamme devient brièvement directeur des Editions Dupuis et lance notamment l’idée de la collection Aire libre qui permet à des auteurs de proposer des projets courts, davantage tournés vers les adultes. L’expérience en tant qu’éditeur ne durera qu’un an, mais la collection existe toujours et accueille d’ailleurs plusieurs albums du scénariste.

Il crée aussi sa propre société, H&J (« Huguette et Jean ») pour pouvoir gérer les droits d’auteur et produits dérivés qui commencent à se multiplier.

Le Chninkel

En 1986, le 10ème album de Thorgal est publié. C’est « Le pays Qâ », début d’une grande saga qui va emmener Thorgal et les siens de l’autre côté du grand océan.

La même année, toujours avec Rosinski, Van Hamme scénarise Le grand pouvoir du Chninkel prépublié dans la revue (A suivre) puis publié en album chez Casterman. En dix chapitres et 134 planches, entièrement réalisée en noir et blanc, l’histoire revisite les mythes de l’humanité en mettant en lumière un anti-héros, dans un monde déchiré par la guerre et les luttes de pouvoir. Surprenante et passionnante, magnifiquement mise en images par Rosinski, cette belle histoire est emblématique pour le duo d’auteurs, un symbole de leur collaboration fusionnelle.

Le grand pouvoir du Chninkel

L’album existe maintenant en deux versions, d’une part l’originale en un seul volume noir et blanc sous couverture souple, sortie en avril 88, d’autre part la réédition mise en couleurs par Graza, en intégrale ou en trois volumes : « Le commandement », « Le choisi », « Le jugement ».

Le retour de Largo

Malgré l’expérience abandonnée en 1973, Van Hamme n’a pas renoncé à l’un des premiers héros qu’il a créés, Largo Winch, le milliardaire aventurier. Ce héros va enfin apparaître chez Dupuis en 1990 grâce au trait précis de Philippe Franck, un jeune dessinateur belge. Le succès de « L’héritier » et des albums suivants est rapide, et va encore renforcer celui des autres séries de Van Hamme.

En 2001, une série télévisée mettra en scène le héros milliardaire, mais sur des scénarios originaux assez éloignés de la bande dessinée. Il y aura deux saisons, la première en 26 épisodes et la seconde en 13. C’est l’acteur italien Paolo Seganti qui interprétera le rôle de Largo.

largo-winch

En novembre 1992, Van Hamme devient président du Centre Belge de la Bande Dessinée, à Bruxelles. Il succède à Bob de Moor et restera au CBBD jusqu’en 2000. Il participe à la réalisation d’expositions et d’événements BD sur la capitale belge.

Entre 92 et 99, il scénarise pour le dessinateur Francis Vallès l’histoire d’une famille de brasseurs belges, une véritable saga très en marge de ses séries à succès. Les maîtres de l’orge nous fait traverser l’histoire en 8 albums, du milieu du XIXème siècle jusqu’à nos jours (chez Glénat). Chaque album met en lumière l’un des membres de la famille et un moment clé de l’histoire de la brasserie. Romance, trahisons et rebondissements rythment le tout.

maitres-orge

Une belle réussite, qui aboutit à la réalisation de six téléfilms en 1996 et 1999, scénarisés par Jean Van Hamme et diffusés notamment sur France 2.

Chez Blake et Mortimer

En janvier 1995 paraît le 20ème album de Thorgal, « La marque des bannis ». 160 000 exemplaires sont vendus cette année-là.

Van Hamme est contacté pour s’attaquer à un monument de la bande dessinée, une reprise des aventures de Blake et Mortimer, avec le dessinateur Ted Benoit. En 1996, les héros mythiques d’Edgar P. Jacobs revivent près de 10 ans après le décès de leur créateur, dans l’album « L’affaire Francis Blake », dans lequel l’agent anglais est soupçonné de trahir son pays.

blake-mortimer

Gros succès, ce treizième album de la série lance un nouveau cycle d’aventures pour les deux héros anglais, réalisé en alternance avec d’autres duos d’auteurs. Van Hamme écrira « L’étrange rendez-vous » en 2001, puis un double album « La malédiction des trente deniers » en 2009 et 2010, avec René Sterne au dessin puis Chantal de Spiegeleer et Antoine Aubin. Chaque album se vendra à plusieurs centaines de milliers d’exemplaires.

En 2000, deux géants de la BD s’allient le temps d’un album. Hermann (Bernard Prince, Jeremiah…) et Van Hamme transforment un banal fait divers en guerre privée sanglante, le temps d’une « Lune de guerre », chez Dupuis. Dans une auberge, un repas de mariage tourne au cauchemar après une altercation pour une banale histoire de plat mal préparé. L’amour et la morale sont balayés, étouffés par la bêtise et la haine.

lunedeguerre

Nouveaux défis

Rosinski ayant envie de s’évader un peu du quotidien de la série Thorgal, Van Hamme lui concocte en 2001 un album bien éloigné de leur univers habituel, ce sera « Western », au Lombard. Dans le Wyoming, au milieu du XIXème siècle, un jeune homme au bras amputé se fait engager par un grand propriétaire terrien. Charismatique et adroit, il tente de se faire passer pour un membre disparu de la famille. Mais ses plans vont être balayés par les sentiments qu’il va ressentir pour sa famille d’emprunt.

Western

L’album revient dès 2003 dans une édition atypique et passionnante, sous le titre Western le scénario, dans la collection En marge. On y découvre le scénario originel de Van Hamme, annoté et illustré (et taché) par Rosinski. Avec ce livre, on entre au cœur du processus créatif, on soulève un pan de l’intimité artistique des deux auteurs, on comprend aussi l’intelligence de scènes ou de détails qui ont été pensés pour faire de l’album une réussite visuelle et narrative. Un joli cadeau des auteurs et de l’éditeur.

Jusqu’à 225 000 albums de Thorgal se vendent à chaque nouveauté. Se sentant plutôt en fin de carrière, Jean choisit de partager son temps entre Bruxelles, sa propriété du sud de la France, et les voyages. Il ne souhaite plus s’investir dans de nouvelles séries, et après une longue réflexion, il choisit de passer la main pour les séries XIII et… Thorgal. triste

Malgré cela, il scénarise en 2001 les deux premiers albums de Wayne Shelton, basés sur une histoire écrite auparavant pour la télévision. L’aventure commencée avec le dessinateur Christian Denayer se poursuit avec un autre scénariste, Thierry Cailleteau, jusqu’en 2010, Van Hamme revenant sur la série à partir du 9ème album (chez Dargaud).

Shelton est un aventurier, un baroudeur vieillissant, qui offre ses services — payants, bien sûr — pour retrouver des personnes ou des objets, exfiltrer des évadés ou trouver des informations. Aux portes de la retraite, le mercenaire est rattrapé par les fantômes de son passé, d’anciens partenaires ou adversaires qui viennent lui rappeler ses devoirs ou ses erreurs.

wayne-shelton

Il l’avait promis, il avait dit qu’il ne se lancerait pas dans une nouvelle série. Mais quand un projet vous tient à cœur… En 2004, Van Hamme crée une nouvelle héroïne, la belle et mystérieuse Lady S. Accompagnée du dessin superbement précis de Philippe Aymond, l’histoire nous fait suivre les aventures internationales d’une espionne malgré elle, forcée par différents malfrats ou services de renseignement à participer à des activités illégales et dangereuses. Une dizaine d’albums ont paru depuis, chez Dupuis. En 2014, à partir du 10ème tome, Van Hamme confiera son personnage à Aymond, à la fois dessinateur, coloriste et scénariste des nouveaux albums.

lady-s

Alors que le 29ème album de Thorgal, « Le sacrifice », est en cours de réalisation, Van Hamme annonce en janvier 2006 le nom de son successeur sur la série : ce sera Yves Sente, scénariste du Comte Skarbek pour Rosinski et de plusieurs épisodes de Blake et Mortimer. Peu après, Van Hamme se sépare définitivement de la série en revendant ses droits à son éditeur, Le Lombard. Pour lui, la page Thorgal se tourne.

Adaptations en séries

Jamais très éloigné de son autre passion, cinéma et télévision, Jean Van Hamme voit plusieurs de ses personnages passer de la bande dessinée à l’écran.

Il accompagne en 2008 la réalisation du film Largo Winch, réalisé par Jérôme Salle, avec entre autres Tomer Sisley et Kristin Scott Thomas. Joli succès, le film connaîtra une suite en 2011, avec entre autres Sharon Stone. Seulement consultant pour ces deux films, l’auteur souhaite reprendre la main pour une suite qu’il souhaiterait plus proche des albums. Un ou deux autres films sont donc envisagés.

largo-film

Autre héros passé sur écran, XIII connaît deux adaptations à la télévision. La première adaptation, en deux épisodes, est diffusée fin 2008. Stephen Dorff et Val Kilmer jouent les rôles de XIII et du tueur la Mangouste. Modernisé et adapté aux exigences de la télé, ce double film est plutôt agréable.

La seconde adaptation est une série dont deux saisons, de 13 épisodes chacune, sont tournées et diffusées en 2011 et 2012. Stuart Townsend reprend le rôle titre, avec notamment Virginie Ledoyen. Van Hamme a été très peu consulté pour ce projet.

xiii-serie

Autre défi audiovisuel, Van Hamme scénarise en 2009, pour la télévision, la série Rani, diffusée en 2011. On y suit le parcours de Jolanne de Valcourt (Mylène Jampanoï), une jeune aristocrate accusée de trahison, qui va devoir fuir son pays pour échapper à son demi-frère (Jean-Hugues Anglade), traître et assassin. Une belle série historique en 8 épisodes, qui est adaptée en bande dessinée par le scénariste Alcante et le dessinateur Francis Vallès, déjà camarade de Van Hamme sur « Les maîtres de l’orge ». Le premier tome sort fin 2009.

rani

Une belle carrière

Des projets de séries parallèles se développent autour de deux de ses personnages principaux, XIII et Thorgal. Si Van Hamme ne suit que d’assez loin le lancement des Mondes de Thorgal, il chapeaute par contre la création de XIII Mystery, série d’albums individuels consacrés aux personnages secondaires de XIII. Il participera même directement à la série, puisqu’on annonce qu’il scénarisera le 13ème album, consacré à Judith Warner, à paraître en 2018.

Le premier album de XIII Mystery, « La Mangouste », paraît en octobre 2008 (par Dorison et Meyer, chez Dargaud). D’autres duos d’auteurs se succèderont sur les albums suivants.

xiii-mystery

En 2009, l’exposition « De bulles et d’aventures » à Reims rend hommage à la carrière du scénariste, qui parle alors de s’essayer au théâtre.

Retrouvant un scénario écrit au départ pour la télévision, Van Hamme avait écrit le roman Le télescope à la fin des années 80. En 2009, le roman est adapté à son tour, en bande dessinée, avec Paul Teng (Shane, L’ordre impair) au dessin. L’histoire amusante et touchante de sexagénaires amoureux d’une jeune femme, qui décident de mettre leurs talents et leur énergie en commun pour lui venir en aide.

telescope

En 2015, Jean Van Hamme publie chez Bamboo une biographie nommée « Mémoires d’écriture », dans laquelle il égrène de nombreux souvenirs, et nous confie anecdotes et billets d’humeur sur l’ensemble de sa carrière d’auteur. Il annonce également son départ de la série Largo Winch. En 2016, une histoire de Corentin, qu’il avait écrite bien longtemps auparavant, est adaptée en bande dessinée, avec Christophe Simon au dessin. « Les trois perles de Sa-Skya » permet de retrouver le jeune breton, 30 ans après sa dernière apparition en album.

corentin2

Jean Van Hamme est devenu l’un des auteurs les plus lus de l’espace francophone européen et a contribué sans aucun doute à cette reconnaissance médiatique que connaît la bande dessinée. Il se décrit comme un raconteur populaire, quelqu’un qui sait plaire au grand public. Mais savoir plaire au grand public est déjà tout un art, difficile à maîtriser.

Il est le créateur de trois des séries les plus célèbres de la bande dessinée européenne, XIII, Thorgal et Largo Winch. En cédant peu à peu ses séries à d’autres créateurs, Jean Van Hamme tourne une page. Mais nous, lecteurs, n’avons pas fini d’en tourner !

Et Thorgal poursuit sa route…

Dans l’atelier de Van Hamme – Découpage dans Thorgal 4
Dans l’atelier de Van Hamme – Inspiration dans Thorgal 8
Dans l’atelier de Van Hamme – Découpage des planches dans Thorgal 20

La marque des bannis La marque des bannis

Plan du site
Conditions Générales de Vente
Mentions légales
© Éditions Le Lombard 2017