Abonnement newsletter

X
X

S'enregistrer sur ce site

Les dieux ont mis un homme à l'épreuve

Top

Thorgal – 8 – Alinoë

Accueil / Forum / Thorgal – Albums et analyses / Thorgal – 8 – Alinoë

Bienvenue

Thorgal – 8 – Alinoë

Ce sujet a 33 réponses, 11 participants et a été mis à jour par Jonathan Fly jonathan fly, il y a 1 an et 1 mois.

  • Créateur
    Sujet
  • #31488 Répondre | Citer
    Thorgal-BDThorgal-BDWebmestre

    « Alinoë » n’avait pas encore de sujet dédié sur le forum… Voilà qui est fait.

    L’album a paru en février 1985, et je crois qu’on peut dire qu’il s’agit d’un des plus emblématiques de la série. En tout cas, c’est l’un de ceux qui laissent généralement le plus de traces dans les mémoires de lecture de jeunesse.

    Voici une de mes scènes préférées. Pas un mot, et tant d’émotions. Rosinski est trop fort.

33 réponses de 1 à 33 (sur un total de 33)
  • Auteur
    Réponses
  • Répondre | Lien | Citer
    Thorgal-BDThorgal-BDWebmestre
    Tirage luxe

    Si je vous parle de cet album aujourd’hui, c’est d’une part pour vous proposer un endroit pour exprimer ce que vous avez ressenti en le lisant, d’autre part parce qu’il a une actualité. Oui !

    L’album fête ses 30 ans, et à cette occasion Le Lombard va éditer un album spécial anniversaire.

    Comme vous le voyez, l’album est en grand format. La couverture est gaufrée, mate, avec une illustration qui avait été réalisée pour la couverture de la revue Tintin en 1984.
    Curieusement, le logo de l’éditeur n’est pas centré (sur l’exemplaire que j’ai reçu, en tout cas) (et j’en profite pour remercier l’éditeur pour ce formidable cadeau !).
    Le nom de l’album est stylisé, c’est joli. Le graphisme donne du mystère au titre, tout en étant complètement lisible pour le lecteur averti. Un petit jeu visuel avec le lecteur, donc.

    Voici le Tintin de janvier 1984. Le logo Thorgal pique, pique, pique. Et il y a une faute d’accent sur Alinoë, j’adore.

    L’intérieur de couverture propose des mouettes sur fond vert. On tourne, et voilà un très joli ex-libris signé par Grzegorz Rosinski ! Il s’agit cette fois de la toile réalisée pour Tintin en mars 1984.

    Ensuite , place au dessin et à l’histoire ! Tout en noir et blanc, un régal. Je l’ai relu, avec un plaisir différent de celui ressenti sur la version couleur. Que c’est beau, on est au cœur de la période où la série a été la plus belle, à tous points de vue.

    L’album est complété par un cahier d’illustrations, sur 12 pages, démarqué par sa marge stylée.
    Il y a de la recherche de couverture, du croquis en couleurs ou noir et blanc. Beaucoup de visages d’Alinoë, avec diverses expressions. Je peux me tromper, mais je pense que certains de ces croquis sont récents, peut-être totalement inédits. Il y a Muff, des scènes en mer…

    Bon, pour résumer, cet album est beau et cool. Il va paraître le 13 novembre, il coûte 80 euros et est donc destiné à un public de collectionneurs, d’autant qu’il n’est édité qu’à 350 exemplaires (+ 50 hors-commerce).

    Répondre | Lien | Citer
    Alinoë

    Merci beaucoup!

    Répondre | Lien | Citer
    Alinoë

    Oui merci beaucoup pour ces images.

    Je suis tellement fan et demandeur des dessins de Thorgal de cette époque!…
    Un album absolument magique pour moi, aux dessins et à l’histoire atteignant la perfection.
    Et pourtant il y a là dedans une simplicité que je ne parviens pas à expliquer, comme si tout l’album avait été fait facilement.

    Cet album, ce sont des scènes qui resteront à jamais inoubliables…
    Les mystérieux dessins-runes de Jolan dans le sable et sur le mur de la maison, alors qu’il ne sait pas lire ni écrire. Le départ si émouvant de Thorgal, révélant un amour si fort, si poignant. Les moments simples, complices et quotidiens entre Aaricia et Jolan. L’apparition d’Alinoë, d’abord intrigante, puis menaçante…
    D’où vient-il ? Est-ce un nouveau-venu, issu d’une famille d’étranges visiteurs discrets ? On apprend vite qu’il n’y a personne d’autre sur l’île…
    Alors comment est-il arrivé ici ?

    On pourrait émettre l’hypothèse qu’il était sur l’île avant que la famille Aegirsson débarque, et qu’il aurait survécu, caché, jusque là, comme un enfant sauvage, seul survivant d’une catastrophe qui aurait décimée toute sa famille. Evénement si traumatisant à vivre pour un garçon de son âge, qui l’aurait plongé dans un mutisme et une attitude prostrée pour longtemps. Que sa famille était des gens étranges avec des dons particuliers, un peu sorciers…
    Hypothèse plutôt improbable vu que Jolan avait environ 2 ans quand ils ont quitté Brek Zarith, et qu’il a 6 ans dans l’album, Alinoë aurait réussi à rester caché 4 longues années, et aurait attendu si longtemps avant de se montrer !? En outre il n’y a aucune trace de présence ancienne sur l’île… Mais ceci dit, rien dans l’album ne nous indique le contraire…
    On pourrait aussi imaginer qu’il serait le seul rescapé d’un naufrage dans lequel tout le monde aurait péri…

    Puis c’est l’incroyable et audacieuse vérité, comprise et assénée par Aaricia, décidément bien plus maligne qu’elle en a l’air, Alinoë est le fruit de l’imagination de Jolan, sorti tout droit de ses rêves, et a débarqué dans la réalité !
    Mais à partir de quand ? Avant ou après que Jolan ait parlé de lui ?
    Et comment est arrivé le bracelet, est-ce Jolan qui l’a créé, ou trouvé sur la plage ? On sait que Jolan a imaginé qu’Alinoë le lui avait donné, et que c’est ainsi qu’il a commencé à « créer » son ami imaginaire.
    Est-ce la mer, ou une entité mystérieuse de la mer, qui aurait « absorbé » et « lu » les signes de Jolan sur la plage pour en « ressortir » le mystérieux bracelet ?

    C’est aussi cette fuite éperdue, alors qu’ils sont coincés sur une île.
    On dirait que l’île elle-même devient un personnage à part entière (ça me fait penser à Lost !) se transformant peu à peu, comme les autres êtres vivants, pour devenir inquiétante et menaçante. Comme quand Jolan essaye d’enlever son bracelet dans la forêt et qu’un arbre tombe à ses côtés. Et quand ils tentent de casser le bracelet sur la plage, et que des rochers s’abattent sur eux, les frôlant de justesse.

    Ce sont aussi des personnages qui atteignent une perfection et paradoxalement une simplicité inégalées.
    Aaricia et son charme de rêve, sa douceur, sa gentillesse avec son fils et sa fermeté aussi, sa volonté de paraître forte devant lui malgré ses doutes et ses peurs.

    Jolan, enfant mystérieux et redoutable, avec l’insouciance des jeunes de son âge. Ses étranges capacités incontrôlables qui le rendent, lui, un jeune garçon d’à peine six ans, effrayant, dangereux…

    Alinoë, sorte d’intrus ambigu, bon, méchant ou neutre, « alien » aux cheveux verts.

    Allez, une petite note de légèreté pour finir,

    Jolan : Alinoë ne peut pas te répondre, Aaricia, il est muet !
    Aaricia : Ah et comment le sais-tu ?
    Jolan : Il me l’a dit… (roulement de tambour, cymbale)

    Répondre | Lien | Citer

    sylveyrier a écrit :
    Puis c’est l’incroyable et audacieuse vérité, comprise et assénée par Aaricia, décidément bien plus maligne qu’elle en a l’air, Alinoë est le fruit de l’imagination de Jolan, sorti tout droit de ses rêves, et a débarqué dans la réalité !
    Mais à partir de quand ? Avant ou après que Jolan ait parlé de lui ?
    Et comment est arrivé le bracelet, est-ce Jolan qui l’a créé, ou trouvé sur la plage ? On sait que Jolan a imaginé qu’Alinoë le lui avait donné, et que c’est ainsi qu’il a commencé à « créer » son ami imaginaire.
    Est-ce la mer, ou une entité mystérieuse de la mer, qui aurait « absorbé » et « lu » les signes de Jolan sur la plage pour en « ressortir » le mystérieux bracelet ?

    Pour moi, ces énigmes montrent tout le génie de scénario. C’est des questions qui restent en suspend, mais qui n’handicapent pas l’histoire, qui ne la rende pas bancale. On ne ferme pas le livre en se disant, « ouais bon, il manque des infos là, il y a un trou, il y a un manque ». Non. Ici les mystères enrichissent l’histoire au lieu de l’appauvrir.

    Répondre | Lien | Citer
    Re: Alinoë

    sylveyrier a écrit :
    Un album absolument magique pour moi, aux dessins et à l’histoire atteignant la perfection.
    Et pourtant il y a là dedans une simplicité que je ne parviens pas à expliquer, comme si tout l’album avait été fait facilement.

    Très belle analyse Sylveyrier !
    En le relisant, je me rends compte que l’histoire est simple, tout comme les dialogues qui sont limités à l’essentiel, mais en même temps, ce récit est intense, et ses dessins magnifiques !

    Isis a écrit :
    Non. Ici les mystères enrichissent l’histoire au lieu de l’appauvrir.

    C’est aussi ça qui fait la magie de Thorgal : le non-dit, le non-montré sont plus parlants que le dit ou le montré. Ça c’est du grand art

    Répondre | Lien | Citer
    Alinoë

    Merci Tjahzi !

    Répondre | Lien | Citer
    Re: Alinoë

    sylveyrier a écrit :
    Jolan : Alinoë ne peut pas te répondre, Aaricia, il est muet !
    Aaricia : Ah et comment le sais-tu ?
    Jolan : Il me l’a dit… (roulement de tambour, cymbale)

    J’allais te dire qu’il lui avait dit son prénom par langage des signes ou par télépathie grâce au casque d’Ogotaï mais en fait, après avoir relu l’album, on dirait que tu as transformé les paroles pour finir sur ton riff de batterie!

    En fait, il dit :
    « Il ne peut pas te répondre, Aaricia. Alinoë ne parle pas… Il est muet. »
    « Vraiment? Comment a-t-il pu te dire son nom, alors? »
    « Il est écrit sur le bracelet qu’il m’a donné, regarde… »
    « Et comment sais-tu que ces signes veulent dire Alinoë? »
    « Ben… Je le sais, c’est tout. »

    Du grand Van Hamme! Il avait quand même un talent incroyable, cet homme-là! (Je mets au passé parce que j’ai été déçu du dernier Largo dont je trouve le scénario éculé, avec les mêmes ficelles qui reviennent de l’infirmière qui vient faire sa piqûre d’acide prussique, Chabalette qui balance un bloc de béton de plusieurs tonnes à la force de ses petits bras, les coucheries de Simon qui n’ont rien à voir avec l’histoire et donnent l’impression d’être là pour remplir, etc.).

    Répondre | Lien | Citer

    Isis a écrit :
    […] Pour moi, ces énigmes montrent tout le génie de scénario. C’est des questions qui restent en suspend, mais qui n’handicapent pas l’histoire, qui ne la rende pas bancale. On ne ferme pas le livre en se disant, « ouais bon, il manque des infos là, il y a un trou, il y a un manque ». Non. Ici les mystères enrichissent l’histoire au lieu de l’appauvrir.

    je suis tellement d’accord…. exactement ça.

    (sinon je ne suis pas hyper fan de la maquette de couv, avec le fond vert, la typo sophistiquée, et le logo décalé … j’espère que ça rend mieux en vrai qu’en photo)

    Répondre | Lien | Citer
    Frédéric Peynet

    Quand la lecture d’Alinoë donne naissance à un auteur !
    Un touchant récit en BD par Frédéric Peynet.

    Vu en lien sur le Facebook de Thorgal, l’hommage du dessinateur Frédéric Peynet au maître Rosinski.
    Première page du récit :

    Répondre | Lien | Citer

    Oh p*** ! C’était sur le même numéro que j’ai connu Thorgal ! C’était en vacance avec mes parents, des amis l’avaient… J’peux vous dire que ça m’avait foutu la trouille…

    Répondre | Lien | Citer
    Thorgal-BDThorgal-BDWebmestre

    Vu en lien sur le Facebook de Thorgal, l’hommage du dessinateur Frédéric Peynet au maître Rosinski.

    Oh, oui, on en avait parlé sur le forum il y a super longtemps ! Je viens de retrouver, c’était ICI en 2009 dans le sujet sur la scène la plus horrible. C’était sur le site (très sympa) du dessinateur, site qui n’existe plus aujourd’hui.

    Grzegorz m’a dit, un jour, que Frédéric Peynet lui a fait parvenir ces planches hommage par courriel. Grzegorz a adoré, mais n’a pas répondu, parce qu’il a tendance à stocker les mails.
    Frédéric, si tu passes un jour par ici, sache que Rosinski a aimé tes planches !

    Répondre | Lien | Citer

    Thorgal.BD a écrit :
    Grzegorz a adoré, mais n’a pas répondu, parce qu’il a tendance à stocker les mails.
    Frédéric, si tu passes un jour par ici, sache que Rosinski a aimé tes planches !

    et s’il ne passe pas par ici, c’est triste comme une bouteille à la mer …

    Répondre | Lien | Citer

    Hirondl a écrit :
    […]

    et s’il ne passe pas par ici, c’est triste comme une bouteille à la mer …

    Ou il faut au moins s’assurer qu’en permanence, ce sujet soit remonté en haut pour que s’il passe, le sujet sur Alinoë lui accroche tout de suite l’oeil

    Répondre | Lien | Citer

    Allez, je le remonte avec une intervention qui n’a rien à voir avec Alinoë

    Je suis perdu dans les nouveaux avatars : Hirondl, je croyais que tu étais une fille (et là je te vois avec la tête de Thorgal), et Tyseria un garçon (et là je te vois avec la tête de Louve) !

    Répondre | Lien | Citer

    Tjahzi a écrit :
    Allez, je le remonte avec une intervention qui n’a rien à voir avec Alinoë

    Je suis perdu dans les nouveaux avatars : Hirondl, je croyais que tu étais une fille (et là je te vois avec la tête de Thorgal), et Tyseria un garçon (et là je te vois avec la tête de Louve) !

    Bientôt, tu vas croire que je suis une fille et que je m’appelle « Penny » malgré mon avatar?

    Répondre | Lien | Citer

    Tjahzi, pour info, je suis un garçon !!

    (Déjà que rien que le pseudo pouvait faire croire l’inverse (apparemment), alors là )

    Répondre | Lien | Citer

    Et moi je ne sais pas ce que je suis!…

    Répondre | Lien | Citer

    Mouarf un Avatar est …. un avatar. Et moi je suis bien …une fille, enfin une madame même en fait. Bref. J’adore les portraits de face de Thorgal.

    Répondre | Lien | Citer

    J’ai compris, c’est Nidhogg qui vous envoie pour me perturber !

    Répondre | Lien | Citer

    Tjahzi a écrit :
    J’ai compris, c’est Nidhogg qui vous envoie pour me perturber !

    A ce propos ! Très beau lancer, Tjahzi!!

    Répondre | Lien | Citer

    Je confesse que je ne suis pas réellement une carotte.
    Désolé pour les fans

    Répondre | Lien | Citer

    Mille sabords, quelle déception ! Moi qui espérais attraper le teint hâlé à ton contact !

    sylveyrier a écrit :
    A ce propos ! Très beau lancer, Tjahzi!!

    Merci !

    Répondre | Lien | Citer
    Thorgal-BDThorgal-BDWebmestre
    Nouvelle fiche album

    En 2017, Thorgal fête son 40ème anniversaire. Pour accompagner l’événement, un album mythique de la série Thorgal est mis en lumière chaque mois. L’album du mois d’août est « Alinoë », 8ème tome paru en février 1985.

    Alinoë

    Alinoë

    La nouvelle fiche de l’album propose comme toujours une courte histoire, une scène et une phrase, ainsi qu’une longue analyse de l’album qui revient sur l’isolement que s’imposent les Aegirsson, sur l’importance des artefacts dans la série Thorgal, sur l’arrivée du chien Muff, et sur la construction de l’histoire, un huis clos étouffant entre la mère et l’enfant.

    Vous retrouverez également les premières planches de l’album et une présentation complète des deux éditions de luxe, celle de 1985 et celle du 20ème anniversaire de l’album. En bonus, un atelier vous propose une découverte des coulisses de l’album, avec des anecdotes, de nombreux extraits, une image interactive et une présentation de la superbe restauration dont l’album a bénéficié dans la toute nouvelle intégrale de la série en noir et blanc.

    Si vous aimez « Alinoë », il y a de la lecture pour vous ! Gros pavé de texte, plein d’illustrations, et un atelier où je suis parti dans tous les sens.

    Il est également possible de voter pour l’album dans l’Althing si ce n’est pas déjà fait.

    Alinoë

    Répondre | Lien | Citer

    J’ai beaucoup aimé cette fiche. Notamment la réflexion sur « l’oeuf ou la poule ». Et je n’avais pas vraiment remarqué que tout s’accélère lorsque Aaricia demande à Jolan de retirer le bracelet ! Intéressant.

    Répondre | Lien | Citer

    Je m’aperçois que je n’ai pas réagi à la publication de la nouvelle fiche d’ « Alinoë »    La partie « A propos » révèle toute une série d’éléments dont on n’avait pas nécessairement pris conscience à la lecture de l’album. Et cette fois, la partie « Atelier » n’est vraiment pas en reste, avec une très belle réflexion sur les choix techniques du dessinateur et de la coloriste. Voilà plein d’infos intéressantes pour les passionnés de la série.

    La prochaine fiche « spéciale 40ème » devrait apparaître bientôt, je suis impatient de la découvrir. 

    Répondre | Lien | Citer
    Thorgal-BDThorgal-BDWebmestre

    Merci les mecs.

    La nouvelle fiche, c’est « Au-delà des ombres », un album que j’ai trouvé plus difficile, mais tout aussi passionnant, à disséquer.

    Je suis content d’avoir enfin pris le temps de rendre hommage à mes albums préférés de la série, même s’il faut bien avouer qu’il n’est pas facile de garder le rythme. Je me tournerai vers d’autres projets en 2018, mais les fiches albums qui auront été rédigées en 2017 me semblent apporter pas mal au site (même si elles ne sont pas énormément consultées).

    Répondre | Lien | Citer

    Alinoë

    Autant l’annoncer d’emblée, cet album atypique est pour moi un des moins bons de la série. Déjà à sa première lecture dans les pages hebdomadaires du journal Tintin j’avais été très peu réceptif à ce scénario très léger, et ce personnage glaçant d’Alinoë se multipliant à l’infini avait fini par hanter les nuits de l’ado que j’étais. Après la science-fiction et le fantastique, on se retrouve dans un univers de thriller paranormal à la « Poltergeist »… Après cette relecture aujourd’hui, de manière plus apaisée, mon sentiment général d’insatisfaction et d’ennui demeure et je n’ai qu’une envie c’est de passer rapidement à la lecture du suivant…

    Ceci étant dit, j’ai pris la peine, comme à chaque fois, de lire les autres commentaires postés sur cette page et je dois reconnaitre que, sous certains aspects, cette histoire n’est pas dénuée de qualités, la principale que j’ai relevée étant la profondeur des sentiments affectueux entre une mère aimante et sont fils, qui sont effectivement soulignés avec intelligence, raffinement et complexité (dû à la personnalité pour le moins singulière de Jolan). L’autre intérêt est sans doute que l’on découvre une facette toujours plus intrigante et dangereuse de l’enfant surdoué, mais à tel  point que cela devient presque agacant d’invraisemblance. J’ai particulièrement été déçu par l’issue très simpliste du dénouement de l’histoire lorsque Thorgal arrive par un hasard absolument extraordinaire au moment précis et à l’instant exact où son fils tombe à l’eau, et comble du comble il a la présence d’esprit au fond de l’océan et en toute décontraction de sectionner le bracelet maléfique dont il n’a jamais eu connaissance auparavant… Chapeau !? Et bien non, pour moi, ce n’est pas crédible une seconde, et cela enlève une bonne part du plaisir que l’on a ressenti à la fin de la lecture de cet album, désolé…

    Restent de très beaux dessins, et principalement les portraits de Jolan et Aaricia. Cette dernière que l’on est heureux de découvrir sous une facette beaucoup plus impliquée dans le déroulement de l’action.

     

    • Ce sujet a été modifié le il y a 1 an et 1 mois par Ray K..
    Répondre | Lien | Citer
    Thorgal-BDThorgal-BDWebmestre

    C’est étonnant. Pas que cet album ne fasse pas l’unanimité, ça c’est normal. Mais qu’il y ait un tel écart entre ceux qui le trouvent totalement formidable (comme moi) et d’autres qu’il a glacés, perturbés, ou laissés dubitatifs.

    Ça se voit dans l’Althing, et ton avis est sûrement représentatifs de pas mal d’autres.

    Répondre | Lien | Citer

    Ray k. a écrit
    J’ai particulièrement été déçu par l’issue très simpliste du dénouement de l’histoire lorsque Thorgal arrive par un hasard absolument extraordinaire au moment précis et à l’instant exact où son fils tombe à l’eau, et comble du comble il a la présence d’esprit au fond de l’océan et en toute décontraction de sectionner le bracelet maléfique dont il n’a jamais eu connaissance auparavant… Chapeau !? Et bien non, pour moi, ce n’est pas crédible une seconde, et cela enlève une bonne part du plaisir que l’on a ressenti à la fin de la lecture de cet album, désolé…

    Je pense que la réplique de Thorgal « Je sais Jolan, j’ai entendu ta peur m’appeler » est particulièrement révélatrice.

    Le lien entre Thorgal et Jolan est souvent montré de façon très subtile, mais il est central dans la série. On y fait déjà référence auparavant, dans La Chute de Brek Zarith. Lorsque Thorgal voit son fils pour la première fois, il éprouve l’envie de rester avec lui. Ensuite, Jolan libère son père lorsque ce dernier se retrouve emmuré dans les souterrains. Comment savait-il qu’il y avait une personne emprisonnée là ? 

    Ce lien, on le retrouve aussi dans les épisodes suivant. Dans tout le cycle du Pays Qâ, bien entendu. Mais aussi dans Kriss de Valnor, lorsque Jolan retrouve son père en suivant les pistes laissées par un rêve récurrent.

    Ainsi, je n’ai aucune peine à imaginer que Thorgal ait entendu l’appel de son fils  à partir du moment où Alinoë devient un ennemi. Je pense également qu’il pouvait déjà savoir que le bracelet était le problème, ce qui explique qu’il le coupe dès qu’il en a l’occasion.

    Alors bien sûr, que Thorgal arrive pile poil au moment ou Jolan tombe à l’eau, ok, c’est une coïncidence un peu gênante. Quoique… il se peut tout à fait que Jolan se soit instinctivement dirigé vers la falaise car il sentait que son père était près de cette zone de l’île. Dans Kriss de Valnor, Jolan éprouve le besoin d’explorer la ville et part à la recherche de la « licorne ».

    Bref, pour moi cette conclusion ne me gêne pas outre mesure. 

    EDIT: Personnellement, j’aime beaucoup comment la télépathie est traitée dans cette série. C’est un pouvoir instable, difficile à comprendre, à appréhender, à contrôler. Cela donne une part de magie à la série. Alors certe, cela laisse la porte ouverte à quelques deus ex machina, mais ce sont des deus ex machina assez légers.

    • Ce sujet a été modifié le il y a 1 an et 1 mois par Isis.
    Répondre | Lien | Citer

    Pour ma part, je me régale avec cet album du début à la fin.

    J’aime beaucoup ce lien père-fils très particulier que l’on retrouve effectivement tout au long de la saga,  et l’arrivée de Thorgal qui marque la fin du cauchemar. Cet album sublime la maternité d’Aaricia et la paternité de Thorgal de façon très subtile, et pour ma part, ça me plaît cette part de mystère autour du bracelet…

    Avec le recul, je trouve cela étonnant que ce pouvoir de Jolan – il a tout de même créé Alinoé !- n’ait pas été davantage exploité par la suite. Certes, il y a l’intervention du bracelet mais le pouvoir de Jolan est tout de même troublant et semble extrêmement puissant. Je suis curieuse de découvrir  les pouvoirs que Jolan « post-Manthor » a appris à maîtriser.

    Répondre | Lien | Citer
    Thorgal-BDThorgal-BDWebmestre

    Je valide 100%  de ce que dit Isis !

    Notamment sur la gestion de l’appel télépathique, la discrétion de pouvoirs à la fois fabuleux et inexpliqués.

    Floriane07 a écrit
    Je suis curieuse de découvrir les pouvoirs que Jolan « post-Manthor » a appris à maîtriser.

    On est là, par contre, sur une gestion turbo-gros camion des mêmes pouvoirs. Je suis moins intéressé, les Marvel font ça bien, avec les tenues moulantes en plus.  

    Répondre | Lien | Citer

    Et de mon côté, je valide à 200% ton commentaire .

    Je pense qu’une des plus grande force des scénarios de Van Hamme dans Thorgal se trouve dans les non-dits, dans la subtilité (en gras et italique pour le faire bien ressortir). Au niveau des sentiments des personnages, de leurs émotions (Kriss par exemple), mais aussi au niveau de certains éléments scénaristiques, notamment les éléments magiques ou de type science-fiction.

    Louve en est un autre exemple. Sous Van Hamme, quand elle parle avec les animaux, c’est toujours subtilement amené. Il n’en a pas fait une super-woman suivie d’une armée de loups et d’ours. Encore une erreur de Yann, qui l’affuble d’un singe comme mascotte parlante.

    Floriane07 a écrit
    Avec le recul, je trouve cela étonnant que ce pouvoir de Jolan – il a tout de même créé Alinoé !- n’ait pas été davantage exploité par la suite.

    C’est effectivement curieux, je suis tout à fait d’accord. Parce que c’est rare. Il faut avoir un certain culot et un talent certain pour créer des personnages avec tellement de potentiel, et ne pas les user jusqu’à la corde. La plupart des scénaristes commettent cette erreur et c’est une erreur qui a d’ailleurs été commise avec Kriss de Valnor.  Après sa mort dans son album éponyme, avait-on exploité toutes les pistes de ce personnage ? Non. Fallait-il obligatoirement les exploiter ? Non plus. 

    Ce pourquoi je ne suis plus vraiment d’accord avec le reste de ton commentaire. Les pouvoirs de Jolan ne m’intéresse absolument plus, ils ont perdu de leur mystère et donc de leur magie sous la plume de Sente.

    Répondre | Lien | Citer

    Je suis plutôt d’accord avec vous, il faut garder une place de mystère dans l’explication des pouvoirs des personnages. Et les utiliser à bon escient. Sinon ça devient vite ennuyeux. 

    Au niveau des ellipses dans le scénario, j’avais lu (il y a au moins 15 ans… ) une interview de Van Hamme qui revendiquait le droit de ne pas tout expliquer. Il citait un roman classique (les trois mousquetaires?) où un des personnages est absent un temps puis reprend part à l’action sans qu’on sache comment il s’en est sorti. Ce qui est à la fois confortable pour le scénariste et intéressant pour le lecteur, qui peut imaginer sa propre explication. Et puis, au fond, quand l’histoire est bien tournée, on n’a pas besoin de toutes les explications non?

    Au final, Alinoë n’est pas mon album préféré car il est énormément basé sur l’ambiance et l’action, avec assez peu de texte, ce qui est moins ma « came », mais objectivement je trouve que c’est un des plus réussis de la série. Le scénario est subtil (malgré les ellipses, dont je comprends qu’elles choquent les lecteurs plus rationnels) et le dessin de Rosinski sert l’histoire à merveille.

    • Ce sujet a été modifié le il y a 1 an et 1 mois par Jonathan Fly.
33 réponses de 1 à 33 (sur un total de 33)


Vous pouvez utiliser BBCodes pour formater votre contenu.
Votre compte ne peut pas utiliser les BBCodes avancée.



Question de sécurité
Qui suis-je ?
 Thorgal -  Aaricia -  Jolan 

Plan du site
Conditions Générales de Vente
Mentions légales
© Éditions Le Lombard 2020