Abonnement newsletter

X
X

S'enregistrer sur ce site

Les dieux ont mis un homme à l'épreuve

Top

Thorgal – 20 – La marque des bannis

Accueil / Forum / Thorgal – Albums et analyses / Thorgal – 20 – La marque des bannis

Bienvenue

Thorgal – 20 – La marque des bannis

Ce sujet a 5 réponses, 4 participants et a été mis à jour par Tjahzi tjahzi, il y a 1 an et 2 mois.

  • Créateur
    Sujet
  • #186645 Répondre | Citer
    Thorgal-BDThorgal-BDWebmestre

    A moins que cela ne m’ait échappé, voilà encore un album magistral qui n’avait pas encore eu droit à son sujet individuel !

    Je vous propose d’ouvrir la discussion à propos de « La marque des bannis ».

    Je viens de poster un article vous informant que j’ai entièrement réécrit la fiche de l’album, à l’occasion du 40ème anniversaire de Thorgal. Le challenge que je m’impose cette année est de réussir à rédiger et illustrer une fiche par mois d’un album mythique de Thorgal, de mai à décembre 2017, soit 8 albums. Celle-ci a été écrite en juillet et arrive pour le 1er août, donc pas en retard selon le fuseau horaire où on habite.

    Dans cette nouvelle fiche, vous trouverez comme d’habitude une petite histoire introductive, les 7 premières planches (et une planche en noir et blanc en bonus), des illustrations variées, et une analyse raisonnablement longue. J’y parle du rôle primordial de Thorgal qui, par son absence, est au cœur de tous les rouages de l’histoire. J’y parle aussi de la femme viking, des lois vikings, des gamins de Thorgal et du coup de pied aux fesses que mériterait Thorgal pour avoir abandonné son épouse et avoir permis qu’on lui fasse subir un tel châtiment.

    Il y a également un atelier ! J’ai bossé dis donc ! Il s’attarde sur la première page, son découpage, son contenu, son rythme et ses objectifs. Vous allez voir que c’est dense, pour une page que vous avez tous parcourue en 15 secondes, bande de cochons.
    L’atelier évoque aussi la complémentarité entre le dessin de Rosinski et la mise en couleurs de Graza, vous allez voir, c’est du lourd, sauf si j’ai raconté n’importe quoi, ce qui est toujours possible.

    Si vous êtes partants, vous pouvez lire tout ça en cliquant ICI. Puis revenir pour me donner votre avis. Ne me laissez pas tout seul, je viens de passer 15 jours avec mon Aaricia toute défigurée, je déprime.

5 réponses de 1 à 5 (sur un total de 5)
  • Auteur
    Réponses
  • Répondre | Lien | Citer
    CatCat

    Beaucoup aimé cette fiche. Comme d’habitude. Juste une chose, tu dis que Louve n’a jamais vu son père, mais ce n’est pas tout à fait juste, dans ses tous premiers mois de vie, il était là. Bon, je chipote puisque le résultat est le même, la gamine ne le connaît pas.

    C’est un album magistral, le socle, avec La couronne d’Ogotaï, du cycle de Shaïgan-sans-merci. Ceux qui précèdent ne servent qu’à amener ces deux albums, ceux qui suivent ne servent qu’à conclure l’histoire.

    Ce que j’adore dans ce tome, c’est la décision de Van Hamme de mettre Thorgal hors-cadre en centrant le récit sur Aaricia, Jolan et Louve. Ça donne un album très différent qui propose d’autres héros, d’autres façons de résister et de se battre, un autre courage, celui d’une famille sans force d’arme. Pour Aaricia, il s’agit d’un courage de résistance, quoi qu’il arrive, elle fait face dignement. Elle ne se bat pas et pourtant, elle ne fait que ça, contre les femmes du village, contre la nature froide de l’hiver, contre les hommes brutaux sur sa route, contre Kriss de Valnor. Elle n’arrête pas de lutter, sans pourtant réussir à empêcher quoique ce soit. Les femmes la marqueront et la banniront, les hommes la feront prisonnières, Kriss également. Jolan lutte aussi, d’une autre façon, un mix entre son père, sa mère, et son arrière-grand-père (ses pouvoirs donc). Pas encore assez fort néanmoins pour parvenir à ses fins, il ne cessera d’essayer, mais aussi de parfois réussir. Il s’adultifie (j’invente des mots) avant l’âge, se sent une responsabilité de protection envers sa mère et sa sœur, assumant le rôle de son père puisque celui-ci n’est plus là. Et même Louve, aussi petite soit-elle, lutte. C’est elle qui protège la famille de l’hiver et des dangers de la nature grâce à ses dons de communication avec les loups.

    Non, vraiment, Van Hamme nous a proposé là une très belle histoire de courage, on va dire banal, parce que je ne trouve pas le terme que je cherche. Les albums où le scénariste met Aaricia à l’avant-plan ont toujours été parmi les plus réussis. Alinoë, Louve, La marque des bannis, La cage. A chaque fois, le pari est réussi parce que Van Hamme offre une force en opposition à celle de Thorgal qui est plus classique. On peut facilement se retrouver dans Aaricia. C’est une femme « normale », elle ne sait pas manier l’épée ou l’arc, elle ne donne pas du coup de poing, elle n’a aucun pouvoir, elle est nous face aux épreuves de la vie. On peut se reconnaître dans les valeurs de Thorgal, mais on se retrouvera plus dans les réactions d’Aaricia. Elle fait avec ce qu’elle a, ce que nous faisons aussi, tandis que Thorgal, lui, est gâté par les bonnes fées, c’est presque l’homme parfait et impossible.

    Ce que j’ai aimé aussi dans cet album, c’est l’évolution des deux enfants. Bien sûr, Jolan avait déjà eu plusieurs beaux moments, mais un peu hors de son contrôle. Dans Alinoë, il est à l’origine du problème, mais pas d’un fait exprès, dans le cycle de Qà, il est un enjeu, un objet, un moyen de pression, il est manipulé et à l’exception de la guérison de Thorgal avec l’aide de Tanatloc, il ne contrôle rien. Ici, il a grandi. Il est encore un enfant, mais un enfant qu’on oblige soudainement à se prendre en charge, et à prendre en charge sa famille Il doit prendre des décisions, il n’est plus un objet dont on se sert, il devient un apprenti héros. Quant à Louve, c’est sa réelle apparition dans la série, Van Hamme nous offre une petite fille adorable et mystérieuse, pleine de potentiel. Les trois personnages de la famille se complètent, se protègent, et s’entraident.

    Voilà, ma petite participation au sujet (bin oui, petite quoi, j’ai déjà fait bien pire en matière de pavé^^).

    Répondre | Lien | Citer

    Steph, ta fiche est super comme d’hab !

    J’adore cet album : un des plus beaux pour moi, alors qu’il y a même pas Thorgal ! Enfin, pas là, façon de parler : s’il n’est pas là physiquement, il est omniprésent dans les pensées des personnages: de sa femme, de ses enfants…Et Aaricia, Jolan et Louve profitent de son absence pour prendre une vraie place : Aaricia a rarement été aussi belle que dans cet album malgré son visage défiguré (à part dans « Louve » peut-être) belle au sens aussi de son courage, de son humanité , Jolan entre dans l’adolescence, 1ers amis,1er amour, 1ere fois où il a une couette  :wink: , il a comme modèle son père lointain et se sent la responsabilité de protéger la famille en son absence (je pense que dans cet album, il change de dimension : plus tard, il pourra devenir un héros… ), Louve, c’est la grande découverte, on l’attendait depuis sa naissance et elle super, plausible, très « juste »: une jolie gamine, secrète, que ses pouvoirs séparent des autres, qui grandit sans son père (auquel elle ressemble) avec sa mère et son frère obnubilés par LUI et Muff le chien, j’adore ce chien 

    Et pour eux, surtout pour Aaricia, c’est la descente aux enfers:

    :arrow: ils perdent leur premier vrai port d’attache, leurs possessions, leurs amis (Solveig)

    :arrow: ils sont bannis, rejetés, menacés de devenir esclaves, Aaricia est marquée au fer rouge comme une bête, puis pris par Kriss à part Jolan => La couronne d’Ogotaï

    Et puis, je pense que c’est le pire, le doute, l’incertitude qui rongent Aaricia : Est-ce que Thorgal est avec Kriss ? Que fait-il avec cette misérable femme ? L’aime-t-il ? Ou bien le fils de Vigrid a-t-il menti, s’est-il trompé ? Que s’est-il passé ? Pourquoi l’a-t-il abandonné alors qu’elle a tant besoin de lui ?

    • Ce sujet a été modifié le il y a 1 an et 2 mois par Kartlis.
    Répondre | Lien | Citer

    Encore une très belle analyse dans « A propos »  :!: Tu as vraiment bien choisi les albums pour ton défi des 40 ans, et on voit clairement qu’ils t’inspirent ! Tellement différent de l’album précédent puisque Thorgal en est absent, mais c’est encore sa famille qui est mise en évidence, et à nouveau en danger par Kriss, l’éternelle ennemie. Malgré son marquage au fer rouge, Aaricia est belle et forte dans cet album qui la met rudement bien en valeur, tout comme ses enfants. Un album incontournable de la saga !

    J’adore ton analyse dans l’atelier. Mais dis, pour une fois que la partie « A propos » est un petit peu plus courte, il a fallu que tu te défoules dans l’atelier !   Superbe analyse de la première planche ! Je m’y étais déjà attardé, c’est typiquement une planche qui dit tout en peu de mots, comme Rosinski et Van Hamme ont pu en créer d’excellentes ensemble.

    Une erreur avait déjà été signalée dans le sujet du forum Des erreurs dans Thorgal ?. A la planche 5, Jolan dit que Tanatloc est le père de Thorgal, alors que c’est son grand-père. Je pensais que l’erreur aurait été corrigée dans les versions ultérieures…

    Dans la partie où tu présentes les planches, est-ce qu’il serait possible de faire défiler les planches en cliquant directement sur la planche affichée, ou sur une flèche de défilement ? Je trouve ça plus pratique que de devoir remonter chaque fois vers la page en miniature au-dessus.

    Je sais que tu annonces aussi sur la page Facebook de Thorgal la nouvelle fiche qui sort chaque mois. Est-ce que tu ne pourrais pas y ajouter à partir de cet album-ci un lien vers l’althing pour donner son avis sur l’album ? Je trouve que l’althing est trop peu connu. Et de toute façon, quand les lecteurs écrivent leur avis sur Facebook, ça disparaît rapidement sous un amoncellement inextricable de messages.

    Répondre | Lien | Citer
    Thorgal-BDThorgal-BDWebmestre

    Merci à vous tous pour ces commentaires. Je suis bien persuadé que cet album, dont on parle assez peu, fait pourtant partie des préférés de beaucoup de lecteurs.

    Ce qui me plaît aussi c’est que c’est finalement un album individuel au cœur d’un cycle. C’était aussi l’une des forces de l’époque Van Hamme. Même au cœur d’un cycle, un album avait toujours sa personnalité, son histoire, sa couleur. Les trois albums de Brek Zarith ne se ressemblent en rien, chaque album du pays Qâ développe sa propre histoire (avec, en complément dans « Les yeux de Tanatloc », le voyage dans la jungle qui relie « Le pays Qâ  » à « La cité du dieu perdu »). Pour ce cycle, chaque album est vraiment très différent, encore une fois.

    Tjahzi a écrit
    Dans la partie où tu présentes les planches, est-ce qu’il serait possible de faire défiler les planches en cliquant directement sur la planche affichée, ou sur une flèche de défilement ? Je trouve ça plus pratique que de devoir remonter chaque fois vers la page en miniature au-dessus.

    Tout est envisageable, mais il y a tellement à faire et j’ai tellement peu de courage, que je dois me concentrer d’abord sur ce qui ne marche pas aujourd’hui ! Mais je note.

    Tjahzi a écrit
    Je sais que tu annonces aussi sur la page Facebook de Thorgal la nouvelle fiche qui sort chaque mois. Est-ce que tu ne pourrais pas y ajouter à partir de cet album-ci un lien vers l’althing pour donner son avis sur l’album ? Je trouve que l’althing est trop peu connu. Et de toute façon, quand les lecteurs écrivent leur avis sur Facebook, ça disparaît rapidement sous un amoncellement inextricable de messages.

    Je poste peu sur Facebook en fait, je n’y vais presque jamais. J’ai l’impression que ce n’est pas le même public. Là-bas les gens zappent, alors qu’ici c’est fait pour prendre son temps, découvrir et être actif. Je peux tenter le coup de placer l’Althing là-bas… D’autant que Thorgal.com a bien besoin d’un peu de promo pour espérer retrouver un jour la fréquentation que connaissait le site Thorgal-BD.

    Répondre | Lien | Citer

    Ne te décourage pas Stéph, tu fais un boulot formidable avec tes mises à jour des fiches des albums, notamment avec celle-ci sur « La marque des bannis ».

    Kartlis a écrit
    Et puis, je pense que c’est le pire, le doute, l’incertitude qui rongent Aaricia : Est-ce que Thorgal est avec Kriss ? Que fait-il avec cette misérable femme ? L’aime-t-il ? Ou bien le fils de Vigrid a-t-il menti, s’est-il trompé ? Que s’est-il passé ? Pourquoi l’a-t-il abandonné alors qu’elle a tant besoin de lui ?

    Comme dit Cat, Aaricia affiche ici un courage exemplaire. Un album sans grandes batailles ni tours de magie, mais rempli de valeurs fortes comme on aime les retrouver chez Thorgal !  :D

5 réponses de 1 à 5 (sur un total de 5)


Vous pouvez utiliser BBCodes pour formater votre contenu.
Votre compte ne peut pas utiliser les BBCodes avancée.



Question de sécurité
Qui suis-je ?
 Thorgal -  Aaricia -  Jolan 

Plan du site
Conditions Générales de Vente
Mentions légales
© Éditions Le Lombard 2018