Abonnement newsletter

X
X

S'enregistrer sur ce site

Les dieux ont mis un homme à l'épreuve

Top

Thorgal – 1 – La magicienne trahie – Nouvelles couleurs !

Accueil / Forum / Thorgal – Albums et analyses / Thorgal – 1 – La magicienne trahie – Nouvelles couleurs !

Bienvenue

Thorgal – 1 – La magicienne trahie – Nouvelles couleurs !

Ce sujet a 102 réponses, 26 participants et a été mis à jour par Hirondl hirondl, il y a 4 jours et 23 heures.

  • Créateur
    Sujet
  • #31398 Répondre | Citer
    Thorgal-BDThorgal-BDWebmestre

    A terme, il me semble intéressant que chaque album ait son propre sujet sur le forum. Qu’en dites-vous ?

    Je commence par le tome 1, « La magicienne trahie ».

    Thorgal

    La magicienne trahie

      Album n°1  
    Février 1980

    Je vais avoir tout de suite un peu de contenu à vous proposer puisque j’ai réécrit la fiche de cet album, avec pas mal de contenu inédit, des anecdotes, des trucs et des machins. Ce sera en ligne dans la journée.

40 réponses de 1 à 40 (sur un total de 102)
  • Auteur
    Réponses
  • Répondre | Lien | Citer

    Génial ! J’ irai voir dès que je pourrai !

    Répondre | Lien | Citer
    Thorgal-BDThorgal-BDWebmestre

    Ca y est, la nouvelle fiche est en ligne, avec plein de nouveautés.

    de nombreux documents d’époque (couvertures, photos, extraits)
    la rencontre entre les deux auteurs de Thorgal, Grzegorz Rosinski et Jean Van Hamme
    les premières publications des planches de l’album dans l’hebdomadaire Tintin.
    des extraits, parfois surprenants, du 1er album
    des anecdotes
    une analyse des premiers moments de la série
    des explications sur le choix des noms des principaux personnages

    C’est ICI.

    Répondre | Lien | Citer

    je suis allé voir et c’est magnifique ! bon boulot Thorgal.BD !!!!!!!!!!

    Répondre | Lien | Citer

    Thorgal.BD a écrit :
    les premières publications des planches de l’album dans l’hebdomadaire Tintin.

    Je savais pas. non

    Maintenant si

    Répondre | Lien | Citer

    Mince, le site a failli s’appeler Ragnar-BD !!
    Marrant l’extrait avant publication, ca fait bizarre de voir appeler notre héros comme ça par Slive.

    Très belle fiche, en tout cas, manque peut etre une image ou 2 pour presque le paradis.
    J’ai lu cette fiche avec grand plaisir.Vivement la suite des « nouvelles » fiches !!! (Supercarotte va encore dire que je fais le leche c…

    Répondre | Lien | Citer
    Thorgal-BDThorgal-BDWebmestre

    Mince, le site a failli s’appeler Ragnar-BD !!

    Exact, je n’y avais pas réfléchi.

    manque peut etre une image ou 2 pour presque le paradis.

    Tu as raison, je viens d’en ajouter une.

    Vivement la suite des « nouvelles » fiches !!!

    Me suis mis la pression en annonçant en page d’accueil que j’allais publier la suite dès le mois prochain ! Je sais même pas pourquoi j’ai mis ça. Zut. Va falloir bosser.
    En même temps, c’est pas du luxe, les fiches des 1ers albums ne sont pas à niveau.

    Répondre | Lien | Citer
    Thorgal-BDThorgal-BDWebmestre

    J’évoquais dans un autre sujet une vente aux enchères avec des belles œuvres de Rosinski, dont une recherche de personnages très aboutie.

    J’ai ajouté cette recherche aux planches de l’album, dans la fiche, en grand format (voir l’onglet « planches »).

    Thorgal

    La magicienne trahie

      Album n°1  
    Février 1980

    Répondre | Lien | Citer

    Pas mal du tout ! Mais pourquoi il a une boucle d’oreille Thorgal ?

    Répondre | Lien | Citer

    Magnifique (sauf la boucle d’oreille de thorgal: immonde)

    Répondre | Lien | Citer

    Ah oui ! Effectivement, la boucle d’oreille…. Je n’avais même pas fait attention qu’il en avait une. Non, décidément, ça ne lui va pas ^^ Heureusement que l’idée a été abandonnée !

    Répondre | Lien | Citer
    Petite incohérence

    Presque le paradis est un très beau conte, mêlant habilement réalité et fantastique, mais…

    j’avais noté une invraisemblance: Ingrid a 300 ans et Skadia 150. Comment 2 sœurs pourraient avoir 150 ans d’écart?

    C’est pas bien d’égratigner un mythe, vilain sylveyrier va!

    Répondre | Lien | Citer
    Thorgal-BDThorgal-BDWebmestre

    Selon moi et la façon dont je comprends l’histoire, le temps passe 10 fois plus vite dans la caverne que dans le monde normal. Ou plutôt, le temps à l’extérieur passe 10 fois plus vite. C’est pour ça que Skadia est persuadée de n’avoir que 15 ans, et que Thorgal a la sensation de n’être dans la caverne que depuis quelques jours.

    Ainsi, les sœurs auraient 15, 25 et 30 ans en temps « ressenti », ce qui semble plus logique, et 150, 250 et 300 ans en temps « naturel ».

    D’une certaine manière, ça donne aussi raison aux deux autres sœurs quand elles affirment avoir plusieurs siècles. Ingrid est réellement née 300 ans auparavant, mais la magie d’Yggdrasil lui permet d’en supporter le poids… tant qu’elle ne sort pas de la caverne, comme elle le hurle à sa malheureuse petite sœur.

    Répondre | Lien | Citer

    on se demande quand meme comment et à quel moment elles sont arrivé là… et proposer à Thorgal de se marier aussi à Skadia qui en apparence a 15 ans, ça craint ! mais je crois que les gens se posaient pas toutes ses questions au début de Thorgal…

    Répondre | Lien | Citer

    Salut Steevy,

    j’aurais bien vu une histoire du genre : 3 sœurs contraintes d’épouser un riche roitelet d’une région viking. La grande, Ingrid, ne le supporte pas et tente de plus ou moins l’hypnotiser pour voler ses bijoux, avant de prendre la fuite. Malheureusement les choses ne se passent pas comme prévu, et l’homme meurt. Elles sont accusées de sorcellerie, et s’enfuient, poursuivies par les villageois en furie. Elles se réfugient dans une espèce d’abri sous terre, il y a un incident et l’entrée se retrouve bloquée. Les villageois, satisfaits, les condamnent à être ainsi enterrées vivantes pour l’éternité… Les 3 pauvres femmes, paniquées, finissent par découvrir une autre issue qui s’enfonce profondément dans la montagne… et elles se retrouvent sous le glacier…

    Et merci pour ces images T-BD! Franchement Grzegorz dessinait magnifiquement les femmes!     

    Répondre | Lien | Citer

    Thorgal-BD a écrit
    Selon moi et la façon dont je comprends l’histoire, le temps passe 10 fois plus vite dans la caverne que dans le monde normal. Ou plutôt, le temps à l’extérieur passe 10 fois plus vite. C’est pour ça que Skadia est persuadée de n’avoir que 15 ans, et que Thorgal a la sensation de n’être dans la caverne que depuis quelques jours.

    Ainsi, les sœurs auraient 15, 25 et 30 ans en temps « ressenti », ce qui semble plus logique, et 150, 250 et 300 ans en temps « naturel ».

    D’une certaine manière, ça donne aussi raison aux deux autres sœurs quand elles affirment avoir plusieurs siècles. Ingrid est réellement née 300 ans auparavant, mais la magie d’Yggdrasil lui permet d’en supporter le poids… tant qu’elle ne sort pas de la caverne, comme elle le hurle à sa malheureuse petite sœur.

    Intéressante analyse, cela rejoint la théorie de la relativité. Le temps pour les astronautes s’écoule plus « lentement » par rapport à nous mais eux ne le ressentent pas comme cela. Très scientifique comme idée quoi.

    Il n’empêche que je suis pas trop sûre que tu ais raison. Pourquoi ? Beeeen, parce que sinon, quel est l’intérêt de vivre dans la grotte plutôt qu’ailleurs ? Si le temps ressenti est le même, ben c’est franchement bof comme vie.

    Moi je pense plutôt que les 3 sœurs se sont retrouvées dans cette grotte par accident. Les 2 ainées avait peut-être 11 et 16 ans mais la petite juste 1 ans. Du coup, les 2 ainées étaient capable d’appréhender qu’elles vieillissaient à peine alors que les années s’écoulaient, tandis que la petite, qui n’avait pas d’expérience, était bien incapable de s’en rendre compte.

    Répondre | Lien | Citer
    Thorgal-BDThorgal-BDWebmestre

    Isis a écrit
    quel est l’intérêt de vivre dans la grotte plutôt qu’ailleurs ?

    Pour ce qui est de la motivation des sœurs, à rester là ou pas, il faut se rappeler qu’on est « presque au paradis ». Un lieu enchanteur, chaud toute l’année, avec de la nourriture, des fleurs, de l’eau, du confort.

    Sur ce point, on touche aussi à ce qui oppose les sœurs. Les deux aînées voient les atouts du lieu, ce confort perpétuel, cette sécurité dans une monde dangereux et froid, où il faut travailler et/ou se soumettre pour trouver sa place.
    Skadia, par contre, voit ce paradis comme une prison, qui l’empêche de vivre des expériences et de découvrir l’ailleurs. D’autant plus que l’extérieur lui est refusé, à cause d’un labyrinthe de cavernes et de la stupide « légende du temps » que ses sœurs lui serinent, sans bien sûr pouvoir la prouver.

    Répondre | Lien | Citer

    Les sœurs aînées sont conscientes du danger à l’extérieur, donc elles ont dû mener une autre vie avant d’arriver là sous la montagne, ce qui n’est pas le cas de leur plus jeune sœur. Pour son plus grand malheur… mais au fait, est-ce que quelqu’un s’est soucié de ce qu’est devenu son pauvre chat ?

    Répondre | Lien | Citer

    Je ne sais pas si quelqu’un l’avait déjà dit mais le récit « Presque le paradis » de l’album La magicienne trahie et le récit « Le Royaume des Oubliés » du tome 1 de Contes et Sortilèges du Moyen-Age de Marc-Renier, paru à quelques années près (82 contre prépublication de Thorgal en 79) sont franchement similaires :

    Chez Marc-Renier :

    Chute dans un abîme de notre héros aux cheveux noirs

    Rencontre de 3 jolies jeunes femmes (en fait des fées) qui lui montrent le pays magnifique d’en-bas et l’obligent à rester profiter de ce pays et de leur agréable compagnie

    Le héros arrive à extorquer de la plus jeune le secret du chemin de sortie

    Quand il sort, il remarque également que le temps s’est écoulé beaucoup moins vite sous terre et que près de 30 ans se sont écoulés en-haut. (Il vieillit en un instant après avoir croqué une pomme de son arbre.)

    Qui a eu le premier l’idée? Ou est-ce que ce conte a inspiré les 2 auteurs à quelques années d’intervalle?

    • Ce sujet a été modifié le il y a 5 ans par pennybridge.
    Répondre | Lien | Citer
    Thorgal-BDThorgal-BDWebmestre

    Jamais entendu parler ! Mais il s’agit manifestement de la même histoire.

    Répondre | Lien | Citer

    Je ne sais pas si quelqu’un l’avait déjà dit mais le récit « Presque le paradis » de l’album La magicienne trahie et le récit « Le Royaume des Oubliés » du tome 1 de Contes et Sortilèges du Moyen-Age de Marc-Renier, paru à quelques années près (82 contre prépublication de Thorgal en 79) sont franchement similaires :

    Chez Marc-Renier :

    Chute dans un abîme de notre héros aux cheveux noirs

    Rencontre de 3 jolies jeunes femmes (en fait des fées) qui lui montrent le pays magnifique d’en-bas et l’obligent à rester profiter de ce pays et de leur agréable compagnie

    Le héros arrive à extorquer de la plus jeune le secret du chemin de sortie

    Quand il sort, il remarque également que le temps s’est écoulé beaucoup moins vite sous terre et que près de 30 ans se sont écoulés en-haut. (Il vieillit en un instant après avoir croqué une pomme de son arbre.)

    Qui a eu le premier l’idée? Ou est-ce que ce conte a inspiré les 2 auteurs à quelques années d’intervalle?

     

    C’était pas cette histoire-là que nous avait raconté Isis?

    Répondre | Lien | Citer

    Sylveyrier a écrit

    C’était pas cette histoire-là que nous avait raconté Isis?

    Tu arriverais à retrouver le sujet ou il faut demander à Tjahzi, le spécialiste ?

     

    Thorgal-BD a écrit
    Jamais entendu parler ! Mais il s’agit manifestement de la même histoire.

     

    Répondre | Lien | Citer

    Je profite de l’édition Niffle en noir & blanc pour relire Thorgal et ça commence par La Magicienne trahie !

    En lecture attentive ce premier tome est  très intéressant.

    Thorgal est presque antipathique dans les premières pages: c’est normal qu’il soit rétif à l’idée de se mettre au service d’une étrangère, mais là, on sent clairement une forme de misogynie qui se dégage de lui, et cette idée est renforcée par le choix dans la scène d’un vocabulaire bien choisi « femme », « mâle arrogant ». Ce Thorgal des premières pages, tranche beaucoup avec celui des tomes suivants je trouve !

    Au niveau du scénario, tout est fluide. Van Hamme maîtrise l’ellipse à la perfection et réussit avec brio à faire tenir son récit dans le nombre de pages imparti. J’ai quand même noté quelques « facilités » : l’arrivée des Bald un peu impromptue, tout comme la présence d’Aaricia aux côtés de son père blessé. On imagine mal comment une princesse viking qui goûte peu à l’aventure puisse ainsi quitter son village et retrouver son père dans l’immensité des terres nordiques.

    Au niveau des graphismes, si le noir et blanc de niffle n’a pas; pour cet album; rendu ma lecture plus intéressante; il n’en reste pas moins que Rosinski fait preuve d’une certaine maestria dans certaines scènes.  Dans cet album j’apprécie tout particulièrement son travail sur les jeux de regards, avec une mention spéciale pour deux scènes magistrales:

    – Au tout début lorsque le bateau s’éloigne du piton rocheux et que Thorgal échange un dernier regard avec Aaricia.

    – Au milieu de l’album quand Gandalf croise le regard du loup Sharn qui protège sa maîtresse évanouie.

    Je frissonne encore en pensant à ces deux scènes

    Répondre | Lien | Citer

    Sylveyrier a écrit

    Je ne sais pas si quelqu’un l’avait déjà dit mais le récit « Presque le paradis » de l’album La magicienne trahie et le récit « Le Royaume des Oubliés » du tome 1 de Contes et Sortilèges du Moyen-Age de Marc-Renier, paru à quelques années près (82 contre prépublication de Thorgal en 79) sont franchement similaires :

    Chez Marc-Renier :

    Chute dans un abîme de notre héros aux cheveux noirs

    Rencontre de 3 jolies jeunes femmes (en fait des fées) qui lui montrent le pays magnifique d’en-bas et l’obligent à rester profiter de ce pays et de leur agréable compagnie

    Le héros arrive à extorquer de la plus jeune le secret du chemin de sortie

    Quand il sort, il remarque également que le temps s’est écoulé beaucoup moins vite sous terre et que près de 30 ans se sont écoulés en-haut. (Il vieillit en un instant après avoir croqué une pomme de son arbre.)

    Qui a eu le premier l’idée? Ou est-ce que ce conte a inspiré les 2 auteurs à quelques années d’intervalle?

     

    C’était pas cette histoire-là que nous avait raconté Isis?

    Je viens de lire ces messages !!!!

    OUI, OUI, OUI !!!!!!!!!!!

    J’en avait parlé en 2009 !!!! http://www.thorgal.com/sujet/la-scene-la-plus-horrible/#post-45658

    Isis a écrit

    Cette histoire de Presque le Paradis m’a toujours un peu produit une certaine méfiance. Car j’ai lu une histoire presque pareille…dans un journal de Tintin, justement.

    Ça racontait l’histoire d’un jeune noble qui chasse un sanglier, et qui se fait renverser par ladite bête. Il tombe dans une sorte de trou…et se retrouve dans le « monde d’en-bas » où vivent trois fées. Elles lui disent qu’il est obligé de rester avec elles. Au début, il se plait bien, mais un jour, il souhaite partir. Alors il séduit la plus jeune des trois fées, et celle-ci lui parle d’un passage pour revenir en haut. Il s’en va, mais avant la fée lui dit de ne jamais manger de pommes. Au retour, il découvre son château en ruine et finit par savoir que des dizaines d’années se sont écoulé depuis sont départ. Complètement abattu, il cueille distraitement une pomme, et la mange. Il meurt, et le jour suivant, des paysans découvrent le cadavre d’un vieillard.

    Voilà, je ne sais pas ce que vous en penser, mais c’est un peu trop ressemblant…

     

    Merci pennybridge, cela fait plaisir de voir que je n’avais pas rêvé !!!

    À mon humble avis, il doit plutôt s’agir d’un compte populaire peu connu que les 2 auteurs ont utilisés.

    • Ce sujet a été modifié le il y a 4 ans et 7 mois par Isis.
    Répondre | Lien | Citer
    Thorgal-BDThorgal-BDWebmestre

    Shinob a écrit
    Dans cet album j’apprécie tout particulièrement son travail sur les jeux de regards, avec une mention spéciale pour deux scènes magistrales: – Au tout début lorsque le bateau s’éloigne du piton rocheux et que Thorgal échange un dernier regard avec Aaricia. – Au milieu de l’album quand Gandalf croise le regard du loup Sharn qui protège sa maîtresse évanouie. Je frissonne encore en pensant à ces deux scènes

    Un tel élan mérite bien un petit effort de partage. Merci de me sortir de ma paresse. Voici les deux scènes en question, et en noir et blanc tant qu’à faire.

    Au tout début lorsque le bateau s’éloigne du piton rocheux et que Thorgal échange un dernier regard avec Aaricia.

    Au milieu de l’album quand Gandalf croise le regard du loup Sharn qui protège sa maîtresse évanouie.

    Répondre | Lien | Citer

    Raaalalala ce regard entre Aaricia et Thoragl… Cette mise en scène quasi-cinématographique… ce dessin léché… Du grand Rosinski pour sûr !!

    • Ce sujet a été modifié le il y a 4 ans et 7 mois par shinob.
    Répondre | Lien | Citer

    Pour info, le site 9e art propose une version digitale du tome 1 de Thorgal sur son site !

    C’est par ici : Découvrez le premier tome de Thorgal en intégralité sur 9e Art

    Répondre | Lien | Citer
    Althing

    En ce début d’année, l’envie m’est venue de compléter mes notes dans l’Althing. J’ai jusqu’à présent évalué les albums les plus récents, au fur et à mesure de leur sortie. Mais je viens de me replonger avec plaisir dans les premiers tomes de Thorgal grâce à leur nouvelle édition en noir et blanc par Niffle. Je reprendrai aussi mon commentaire dans le forum, accompagné d’une case de l’album N&B, inspiré que j’ai été par l’image du mois lancée par Stéph.

    « La magicienne trahie » est à la base du mythe thorgalien. On y découvre Thorgal dont l’amour pour Aaricia le condamne à mort. Un amour tragique car son futur beau-père Gandalf n’en veut pas, lui qui compte sur un autre prétendant que ce bâtard pour sa fille. Thorgal ne sera jamais un Viking comme les autres, lui qui vient des étoiles.

    Gandalf-le-fou dirige ses Vikings d’une poigne de fer. Pourtant il trouve encore plus fort que lui dans la personne de Slive, une femme de caractère. Elle fait partie comme Thorgal du peuple des étoiles, raison pour laquelle elle aimerait qu’il l’accompagne sur l’île des mers gelées dont elle est la reine. Mais il préfère rester avec sa belle Aaricia.

    Thorgal se retrouve ballotté entre Gandalf qui ne le veut pas comme beau-fils, et Slive qui le voudrait bien. Mais Thorgal n’accepte jamais qu’on lui impose les choses. Sa recherche de paix et de liberté sera toujours au cœur de sa quête.

    Le rythme de cette histoire est très soutenu, d’autant plus qu’elle se déroule en 30 pages ! On reconnait là le talent de Van Hamme qui démarre l’histoire en pleine action, avec Thorgal enchaîné au rocher des suppliciés. Le découpage et le cadrage des planches de Rosinski font merveille. Son dessin va encore s’affiner par la suite. Ces auteurs talentueux formeront une équipe exceptionnelle.

    Source photo : Monographie Rosinski p. 171

    Répondre | Lien | Citer

    LA CLAQUE !

    C’est en 1977, dans le numéro 12 de cette année-là du journal hebdomadaire Tintin publié en Belgique par les éditions du Lombard, que j’ai découvert notre héros pour la première fois, et cela a été pour moi immédiatement une révélation.

    J’ai lu ici avant quelques commentaires très durs sur cet album (« scénario bof », « dessin brouillon », … de certains lecteurs , probablement assez jeunes, et d’une certain façon je peux les comprendre, si on compare cet ouvrage à certaines productions actuelles, mais il faut le replacer dans le contexte de l’époque où il restait encore beaucoup à innover dans le domaine de la BD. Et le tandem Rosinski – Van Hamme l’a fait avec bonheur et talents combinés.

    Mais tout d’abord, il est essentiel de bien distinguer les 2 histoires, qui n’ont relativement pas grand chose en commun, et pourtant publiées simultanément et de façon anachronique dans ce premier album qui n’est paru qu’en 1980 dans sa première édition, soit 3 ans après la naissance du début de la saga dans Tintin.

    A) LA MAGICIENNE TRAHIE

    C’est une histoire assez courte, de 30 planches, publiées au départ en 5 chapitres successifs de 6 planches chacun, avec un intervalle temporel variable de 4 à 15 semaines dans l’hebdomadaire. Quel supplice me direz-vous d’attendre aussi longtemps la suite des aventures ? Et bien non figurez-vous, car le génie de Jean van Hamme, sachant dès le départ que cette histoire serait publiée par étapes, a réalisé le découpage du scénario de telle manière que chaque « épisode » se suffise à lui-même, avec une progression dramatique, avec un début et une fin, sans que le lecteur soit frustré. Il n’y avait d’ailleurs pas de mention « à suivre » au bas de la dernière planche. De plus, chaque chapitre portait un nom différent, inscrit en surimpression sur le bandeau supérieur de chaque page du journal, comme s’il s’agissait d’une histoire à part.

    Chapitre 1: Le Fils des Orages

    Chapitre 2: Les anneaux de Freyr

    Chapitre 3: La fête du Joll

    Chapitre 4: Les Baalds

    Chapitre 5: Un drakkar de glace

    Vous remarquerez la numérotation de chaque planche coincée entre 2 cases, dont les chiffres 1-2-3-4-5-6 se répète 5 fois. C’est unique sur toute la collection des albums de Thorgal.

    La force dynamique de l’histoire découpée ainsi en 5 chapitres réside aussi dans le décor contextuel qui est différent et unique à chaque fois:

    le bord de mer – la montagne – le village viking – le repaire des balais – et le retour au bord de mer dans une caverne.

    La boucle est bouclée.

    Cela me fait penser à tous les films de Tarantino. De la densité et de l’action tout le temps, mais dans des décors et avec des nouveaux personnages différents dans chaque chapitre.

    Autant dire que le gamin de 14 ans que j’étais à l’époque se délectait de chaque case.

    Et que penser de la planche initiale, incroyable, voir inimaginable ?

    Qui oserait encore aujourd’hui entamer un nouvel album (et plus encore une série extraordinaire de 36 albums, mais cela je suppose que les auteurs ne l’imaginaient pas à ce moment-là) par une case comme celle-ci:

    Cette première planche, c’est déjà la promesse de la perfection du découpage, de la mise en place des décors et des personnages, de l’intensité dramatique, et à elle seule elle emporte selon moi les 5 points.

    Le dessin est déjà fort maitrisé mais plutôt classique et relativement simple. Je le trouve encore assez proche des comics américains. Les couleurs sont vives et beaucoup de cases ont un simple fond d’une couleur uniforme, façon « ligne claire ».

    Mais il y a aussi beaucoup d’énergie et de mouvements dynamiques très convaincants. Et puis certaines propositions de découpage avec des superpositions d’images sont très personnelles et on en retrouvera souvent par le suite. Comme par exemple cette planche 3 du chapitre des « baalds »:

    B) PRESQUE LE PARADIS …

    Un OVNI ! Cette histoire courte de 16 pages a été publiée pour la première fois en 2 épisodes successifs de 8 pages, en janvier 1979 dans l’hebdomadaire Tintin belge, soit après L’île des Mers Gelées (la suite de la Magicienne Trahie) diffusée en 1978.

    Le Lombard l’a rajoutée au premier album en 1980, simplement pour compléter la première histoire de 30 pages. Celle-ci n’a aucun rapport chronologique ou référentiel avec la saga et, même si on ne peut que la situer entre l’Ile des Mers gelées et Les 3 Veillards du Pays d’Aran grâce à la scène de la mort de Fural, il reste l’énigme inexpliquée du temps anormalement long qui a passé entre les deux autres histoires.

    Du point de vue du dessin l’évolution du travail de Rosinski en 2 petites années est remarquable. Les encrages sont beaucoup plus marqués et les traits plus denses et complexes. Les décors également sont beaucoup plus présents et le rendu visuel global de chaque planche devient très pictural. Selon moi, cette histoire marque la naissance du style exceptionnel et unique de Rosinski pour cette série. Thorgal lui-même est métamorphosé au passage entre ces 2 histoires au sein du même album:

     Presque le Paradis...

    Et que dire du scénario, si simple, percutant et incroyablement efficace sur une si courte longueur. Je ne vais pas épiloger sur le fait que oui ou non il s’est inspiré d’une autre histoire déjà publiée auparavant dans Tintin, car le traitement de la narration et le résultat sont incomparables.

    Après Aaricia et Slive, voilà encore 3 nouveaux personnages principaux féminins, aux personnalités très fortes et à la silhouette avantageuse. La suite de la série nous démontrera que Van Hamme aime opposer l’intelligence et le raffinement féminin à la bêtise et la brutalité masculine (avec des exceptions qui confirment sa règle).

    Malgré la concentration de l’histoire sur 16 pages, Van Hamme s’octroie le luxe de détailler sur plus des 3 premières pages la course poursuite des loups derrière Thorgal, ce qui nous vaut la splendide double pleine page suivante pour laquelle on se délecte du talent de Rosinski pour dessiner les chevaux (on pense à Jean Giraud… ou à Eugène Delacroix) :

    Dommage par contre qu’il ai précipité si rapidement le splendide étalon au trépas, car Fural aurait pu connaître une belle carrière, à la Jolly Jumper (euh, non là je m’égare). Yann aura la bonne idée d’en faire un personnage important dans la série sur la Jeunesse (et heureusement de ne pas le doter du don de la parole !)

    Pour résumer, un petit bijou exceptionnel.

    • Ce sujet a été modifié le il y a 3 ans et 5 mois par Ray K..
    Répondre | Lien | Citer
    Thorgal-BDThorgal-BDWebmestre
    Nouvelles couleurs

    Trois ans qu’on n’avait pas posté dans ce sujet, depuis l’admirable chronique de Ray-K !

    Il était temps d’y revenir, et l’occasion est d’ailleurs belle, puisque comme vous le savez sûrement les premiers tomes de Thorgal s’apprêtent à ressortir avec de nouvelles couleurs.

    Et les images commencent à tomber sur Internet. L’ami Tjahzi, fureteur chef de la brigade thorgalienne, me signale notamment cette fuite venant d’un chroniqueur de Casemate.

    Première image, c’est à vous.

    On a déjà beaucoup discuté dans le sujet consacré à « L’île des mers gelées », s’il y en a parmi vous qui veulent se mettre au courant.

    Répondre | Lien | Citer

    Le fureteur est de retour !   

    En lien avec ce qui a déjà été discuté dans le sujet consacré au tome 2, le chroniqueur de Casemate précise que la nouvelle mise en couleur concerne les 3 premiers tomes de Thorgal. Elle est réalisée par Gaétan Georges, le coloriste des 3 derniers tomes dessinés par Fred Vignaux. La sortie des 3 tomes recolorisés est prévue pour le 15 avril au prix exceptionnel de 5 € chacun. Et une dernière info que certains ne vont pas apprécier : les couvertures des albums ne changent pas !

    Même si comme tout passionné de Thorgal, j’aurais apprécié une version spéciale de ces albums avec une couverture alternative, je comprends le choix du Lombard qui est de mettre à jour ces 3 albums en remplaçant les anciennes versions avec leurs couleurs criardes. D’où l’offre de lancement à 5€ pour les lecteurs qui possèdent déjà ces albums.

    Mais venons-en à ces couleurs criardes : je crois qu’elles vont me manquer ! Bon, des boucliers rouges et jaunes pour les Baalds et des cheveux rouges pour Slive, ça pique ! Mais moi j’aimais tout ce contraste sur cette planche dynamique au découpage très réussi. Rosinski osait des mises en page audacieuses à ses débuts, dommage que tout ça s’est assagi par la suite.

    J’apprécie habituellement les couleurs pastel de Gaétan Georges, mais je ressens moins le dynamisme de cette page avec ces couleurs plus réalistes. Bon, ça m’aura quand même permis de voir apparaitre les motifs sur la tunique de Gandalf, une belle surprise. Mais du côté des combats, c’est trop doux, on ne voit même plus le sang gicler au passage de la lame de Thorgal !   

    Répondre | Lien | Citer

    Les nouvelles mises en couleur sont plus dans l’air du temps, elles pourraient donner envie à de nouveaux lecteurs de se lancer dans la collection Thorgal. Il faut quand même reconnaitre que les précédentes étaient passées de mode depuis longtemps !

    Répondre | Lien | Citer

    L’exercice est difficile.

    J’ai eu une conversation intérieure un peu bizarre  :

    « Ça manque de rouge, de jaune, de bleu non ? de rouge surtout, et de jaune. 

    _ Mais non on a dit qu’on virait les couleurs criardes.

    _ Ah oui c’est vrai. Mais là c’est un peu terne.

    _ Non c’est réaliste, joli et moderne.   ( … ) Mais ça manque de cheveux rouges.

    _ ( … ) de cheveux jaunes aussi.

    _ Non pas les cheveux jaunes, c’est très jaune.

    _ Quand même, j’aurais bien gardé les cheveux rouges.

    _ Du rouge, rouge mais pas trop. Du jaune, jaune mais pas trop. Bon on verra bien sur les autres pages. »

    Voilà voilà.

     

    • Ce sujet a été modifié le il y a 4 mois et 2 semaines par Hirondl.
    Répondre | Lien | Citer

    Ok ok pour les nouveaux lecteurs, mais quant à moi je ne vois pas trop l’intérêt, sans vouloir offenser tout le talent de Gaétan Georges bien sûr…je les aime bien mes vieux albums  aux couleurs criardes, témoins d’une époque, choix de notre duo mythique…et puis les cheveux assortis aux boucliers, c’est la classe!

    Répondre | Lien | Citer

    Je préfère largement la nouvelle colorisation   

    Répondre | Lien | Citer

    moi aussi, je préfère la nouvelle version

    Répondre | Lien | Citer

    Oh…

    Alors je dirais que un soucis, c’est de mettre les deux dessins côte à côte . Ça choque parce que celui de gauche, on le connait par coeur. Et on a l’impression que celui de droite est teeeeeeeeeeeeeeeeeeerne alors que c’est pas forcément le cas.

    Mon autre soucis, c’est que c’est clairement le dessin de Rosinsky avec une colorisation qui n’est pas celle de Graza. Et comment dire… ça fait bizarre. Le Rosinsky de Thorgal, c’est Graza pour moi. Je trouve que la couleur de Graza était plus discrète et laissait le dessin de Rosinsky s’exprimer. La couleur de Gaëtan George est très très bien, on voit que c’est un vrai pro, mais justement, il est presque trop pro à mon goût .

    Répondre | Lien | Citer

    Au fait, qui est ce qui s’occupait de la colorisation dans les premiers albums? Rosinski himself?

    Répondre | Lien | Citer

    La réponse se trouve sur l’excellent site http://www.thorgal.com/auteurotheque 

    Rosinski a mis en couleur les 18 premiers tomes de Thorgal avant de passer le relais à Graza.

    Pour Isis, voici la nouvelle mise en couleur sans comparaison.   

    Répondre | Lien | Citer

    J’aime beaucoup ces nouvelles couleurs.

    Pour être honnête, je n’aimais pas du tout les anciennes couleurs. Quand je m’étais réinteressé à la BD (en général ) , il y a 25 ans, j’avais ouvert le tome 1 de Thorgal et il m’était tombé des mains… à cause de la couleur! il m’a fallu plus de 10 ans pour m’y (re) mettre.

    Pour info, il est également prévu de refaire les couleurs du cycle de « la complainte » dessiné par Grzegorz, par Berengère Marcquebreucq ( coloriste du cycle de Paul Teng)

    Répondre | Lien | Citer

    Tjahzi a écrit
    La réponse se trouve sur l’excellent site http://www.thorgal.com/auteurotheque 

    Rosinski a mis en couleur les 18 premiers tomes de Thorgal avant de passer le relais à Graza.

    Pour Isis, voici la nouvelle mise en couleur sans comparaison.   

    Oui, ça rend mieux   

    C’est fou mais le cerveau est souvent très trompeur.

40 réponses de 1 à 40 (sur un total de 102)


Vous pouvez utiliser BBCodes pour formater votre contenu.
Votre compte ne peut pas utiliser les BBCodes avancée.



Question de sécurité
Qui suis-je ?
 Thorgal -  Aaricia -  Jolan 

Plan du site
Mentions légales
© Éditions Le Lombard 2022