Abonnement newsletter

X
X

S'enregistrer sur ce site

Les dieux ont mis un homme à l'épreuve

Top

Rosinski dans la presse

Bienvenue

Rosinski dans la presse

Ce sujet a 65 réponses, 15 participants et a été mis à jour par Tjahzi tjahzi, il y a 3 semaines et 3 jours.

26 messages de 41 à 66 (sur un total de 66)
  • Auteur
    Messages
  • Répondre | Lien | Citer

    Je suis très heureux que le film adoré. Grzegorz est dedans comme habituel-sympathique, chaleureux et très agréable. Un journaliste est un Ula Chincz, fille d’un célèbre journaliste polonais, qui est décédé récemment.

    http://plejada.pl/kolejny-transfer-telewizyjny-ula-chincz-w-dzien-dobry-tvn/xg12px

    https://www.facebook.com/urszula.chincz?fref=ts

    Répondre | Lien | Citer
    Hello Bédé en 1990

    3 ans après son précédent album, Rosinski va à nouveau être sollicité par les médias pour la sortie du nouveau Thorgal « Le feu écarlate ». Entretemps, je vous propose la lecture d’un article paru en 1990 dans l’hebdomadaire Hello Bédé, le successeur du journal Tintin. Rosinski y était interviewé à l’occasion de la prépublication de l’album « Louve ». Grzegorz raconte ses débuts comme dessinateur en Pologne, puis son invitation à travailler pour Le Lombard en Belgique, proposition qu’il a reçue parallèlement à une autre en Allemagne. Heureusement pour nous, il a choisi la Belgique ! Van Hamme nous rappelle que Thorgal vit dans un monde imaginaire, dans un lieu et une époque imprécis qui laissent la part belle à la créativité des auteurs. Rosinski rajoute que c’est peut-être parce qu’il vit ses aventures dans sa tête… Voilà pourquoi il faut éviter de rechercher l’exactitude des lieux, des personnages ou des coutumes dans les aventures de Thorgal. Dès le début, en faisant venir Thorgal d’une autre planète, les auteurs ont ancré la série dans l’imaginaire. Un rappel intéressant pour la suite de Thorgal et ses Mondes…

    Répondre | Lien | Citer

    Rooh la tronche !  :D

    Pas lu mais je m’y attaquerais.

    Répondre | Lien | Citer
    France Inter & France 3 Aquitaine

    Pour France Inter, Grzegorz réalise un portrait de Thorgal tout en expliquant sa technique de dessin.

    Comment j’ai dessiné « Thorgal », la leçon de dessin par Grzegorz Rosinski

     

    Grzegorz était l’invité de l’émission Nouvelle-Aquitaine Matin sur France 3 le 10 novembre. Malgré ses 3/4 d’heure de présence en plateau, le présentateur s’est plus écouté lui-même que de nous faire profiter de son illustre invité. Dommage…

    http://france3-regions.francetvinfo.fr/aquitaine/emissions/nouvelle-aquitaine-matin

    Rosinski est interviewé de 7’30 à 14’00, puis de 48’30 à 50’00. Allez, un bon point quand même pour le journaliste : il présente de 14’00 à 14’30 le site Thorgal.com:D

    Répondre | Lien | Citer
    De Morgen

    Chouette photo de Grzegorz dans le journal flamand De Morgen.

    ©Bas Bogaerts

    Répondre | Lien | Citer

    Le Maître qui regarde vers l’horizon…

    Répondre | Lien | Citer

    Merci à tous pour ce sujet « Rosinski dans la presse » quel plaisir de découvrir les articles et les vidéos !!

    Répondre | Lien | Citer

    Ah Lore merci pour ton avatar, revoir cette case est un enchantement ( et moi je rêve de jeter Salouma par dessus bord).

     

    Ah et puis merci pour cette vidéo du portrait de Thorgal.

    Répondre | Lien | Citer
    Interview sur France Info

    Aujourd’hui, Grzegorz Rosinski était l’invité de Philippe Vandel dans l’émission « Tout et son contraire » sur France Info, à l’occasion de la vente exceptionnelle d’originaux organisée demain chez Christie’s. L’interview est présentée en 3 parties.

    D’origine polonaise, Grzegorz Rosinski a été illustrateur en Pologne et créateur des premières bandes dessinées dans ce pays communiste où « c’était très mal vu » car assimilé au « capitalisme américain ». Il relativise cependant les idées reçues sur ce régime sous lequel il a vécu 40 ans et affirme qu’il était « totalement » libre. « On ne m’a jamais refusé de passeport, raconte-t-il. On exagère avec ce KGB. Quand on me demandait de changer quelque chose pour des raisons purement politique ou de propagande, je disais : ‘Je n’ai pas le temps, faites-le vous-même' ». Pourtant, il reconnaît que « tout était surveillé ». 

    Quand il commence la série Thorgal, il vit encore en Pologne et envoie les planches par courrier en Belgique pour qu’elles soient publiées dans Le Journal de Tintin. Du coup, il s’autocensurait : « Je savais ce que je pouvais me permettre ». Grzegorz Rosinski a quitté la Pologne au moment de l’instauration de la loi martiale par le général Wojciech Jaruzelski, en décembre 1980. 

    Aujourd’hui, il vit en Suisse « parce que les Suisses m’ont dragué, séduit », dit-il. « J’étais attaqué en Belgique comme artiste freelance, j’étais une proie facile pour le fisc belge à l’époque et les Suisses m’ont tout organisé ». explique le père de Thorgal.

    Grzegorz Rosinski a 5 ou 6 ans lors de sa première rencontre avec le dessin. Il trouve alors, dans les ruines d’une maison bombardée de son quartier, une bible illustrée par Gustave Doré. « Pendant des années, ce fut mon seul jouet et ma première fascination », raconte celui qui est considéré aujourd’hui comme l’un des plus grands dessinateurs.

    Beaucoup de ses œuvres sont mises en vente, le 17 juin, à Paris, chez Christie’s en collaboration avec la galerie Maghen. Les prix de réserve démarrent à 4 000 euros et montent jusqu’à 20 000 euros ! Le dessinateur le dit lui-même : quand il dessine, il devient ses personnages, comme s’il ne s’appartenait plus. « Je vois le but. Le but est de faire une image, un album, explique-t-il. Mais, je ne regarde pas ma main et les traces. Cela ne m’intéresse pas. C’est comme les footballeurs : ils ne regardent pas le ballon, ils regardent le but. Je réagis de la même façon. »

    Thorgal est un extra-terrestre, arrivé sur Terre par hasard, qui se retrouve à vivre au milieu des Vikings vers l’an 1000. Contrairement à beaucoup d’autres personnages de bandes dessinées, Thorgal se marie, il a des enfants… Bref, il vieillit. « Vous savez, je n’en ai jamais vraiment discuté avec Van Hamme, explique le dessinateur. On était amis, on était grands copains, on n’a jamais parlé de boulot, de scénario, de projets etc. Nous on vieillit et malheureusement on vieillit plus vite que nos personnages. »

    La célébrité ? Grzegorz Rosinski n’aime pas ça. « Ça me gêne, je suis timide », dit-il. Il affirme que, lorsqu’il a rencontré Van Hamme, la devise du scénariste était : « Être riche et célèbre ». Il lui a alors demandé s’il préférait être riche ou célèbre et, « finalement, on était d’accord tous les deux pour dire que c’est mieux d’être riche et pas connu. »

    Répondre | Lien | Citer

    Voici une interview du maître par BFMTV :

    http://www.bfmtv.com/culture/rosinski-le-prochain-thorgal-sera-le-meilleur-1187907.html


    Une quarantaine de planches sont vendues chez Christie’s. Celles-ci, réalisées dans les années 1980, forment un précieux témoignage sur la manière dont vous travaillez le noir et blanc à l’époque. Aujourd’hui, vous travaillez désormais à la couleur directe. Quel regard portez-vous sur ces planches?
    J’étais arrivé à un moment où je ne pouvais plus rien apprendre de moi-même. Ce qui me passionne, c’est la résistance de la matière. Le moment où je me suis rendu compte que je connaissais tout du noir et blanc, tous les mystères de cette technique, je m’en suis éloigné. Je suis allé voir mes archives. Lors de mes études aux Beaux-Arts, j’avais essayé toutes les techniques. Je m’en suis souvenu et j’ai essayé de les appliquer à la bande dessinée.
    Une édition en noir et blanc des 6 premiers Thorgal vient d’être éditée dans un format proche de celui de la planche originale. Votre dessin y est beaucoup plus grand que dans les albums de Thorgal que l’on connaît. Est-ce que cela vous semble être la manière pour découvrir votre oeuvre?
    Non (rires). Je préfère que ce soit sur le papier des gazettes, des journaux. À une époque, être imprimé était le plus fascinant pour moi. La qualité du papier ne comptait pas. C’était imprimé n’importe où. Chaque centimètre de papier était rempli. Il n’y avait pas de pages blanches. Quand on me demande de dédicacer mes anciens albums polonais, je suis assez content, parce qu’il n’y a pas de place pour le dessin. Je me contente de les signer. Les dédicaces ne me passionnent pas. Ça m’a fait plaisir à certaines périodes. Maintenant, c’est fini, parce que c’est devenu un commerce.
    Lorsque vous étiez aux Beaux Arts, vous pensiez que la BD n’était pas noble…
    Quand j’étais au lycée, j’avais déjà un certain niveau, dont je n’ai pas honte aujourd’hui. C’était des histoires de science-fiction, des westerns. Je les ai faites sans savoir vraiment ce qu’était la bande dessinée. C’est grâce à de vieilles pages de Vaillant [ancêtre de Pif Gadget, fondé en 1945, NDLR] trouvées en 1948-1949 que j’ai appris ce qu’était la bande dessinée. Après, je suis passé à l’art non-figuratif, à l’art conceptuel. Dans ce climat-là, j’ai complètement oublié la passion de mon enfance. J’ai eu beaucoup de mal à retrouver le niveau que j’avais avant le lycée, quand j’avais 12-13 ans.
    Quel est votre regard sur l’entrée de la BD sur le marché de l’art? Et sur cette reconnaissance de la BD par l’Art?
    Enfin! La BD, c’est l’art le plus compliqué, le plus complexe. Pour moi, la bande dessinée c’est la reine de l’art visuel. C’est de la peinture, c’est du dessin, c’est de la littérature. Enfin, on a aboli cette distinction entre la bande dessinée et les autres arts… Je me souviens de l’époque où j’étais peintre non-figuratif. Le plus grand péché était qu’une image raconte une histoire. Ça, c’est des conneries. Je n’ai jamais accepté cette attitude. C’est pour ça que je suis rentré (il souffle) dans mon univers naturel où l’image raconte quelque chose. L’endroit naturel pour la bande dessinée, c’est la galerie. Il faut considérer les planches comme des objets d’art.
    Les planches exposées correspondent à la période 1978-1988, souvent considérée comme la meilleure période, la plus inventive, la plus surprenante du point de vue de la mise en scène…
    Pas pour moi. Je comprends ce phénomène, parce que c’est le même que pour les gens qui considèrent que les Tintin sont le comble de l’art. Ça ne m’a jamais inspiré. Je ne connaissais pas Tintin. Ça n’existait pas dans mon pays [la Pologne, NDLR]. C’est quoi, Tintin? C’est simple, c’est la ligne claire. Je n’ai jamais aimé la ligne claire. C’est très ennuyeux. Je suis l’homme de la nature, de la matière, j’aime bien me salir… Quand j’ai les mains propres, je pense que je n’ai rien fait, que j’ai perdu mon temps. Alors je plonge mes mains dans la matière et je l’utilise pour créer l’image.
    Cela veut dire que vous n’êtes pas satisfait de tomes comme Au-delà des ombres…
    A cette époque, j’étais très stressé. Je voulais faire comme les autres. Puis, j’ai progressé. Dans l’esprit des lecteurs, ces albums sont restés comme les meilleurs, parce que c’était la fascination, la fraîcheur des débuts. C’est très subjectif. Ils ont passé leur enfance avec ce Thorgal. Pour moi, ce ne sont pas les meilleures planches.
    Même la célèbre planche des Trois Vieillards du pays d’Aran où Thorgal plonge du haut du château?
    Non… On essaie différents trucs, qui viennent du cinéma, de l’animation. Après, je me suis de plus en plus concentré sur la bande dessinée même, qui dispose de ses propres moyens. Elle n’a pas besoin de béquilles qui viennent d’autres médias. La bande dessinée doit chercher ses propres moyens d’expression.
    Quel est le meilleur Thorgal selon vous?
    Il n’y en a pas, parce que chaque Thorgal est différent. Si un Thorgal ressemble au tome précédent, c’est un échec pour moi. Ça veut dire que je n’ai pas assez cherché. C’est le rôle du créateur de chercher sans cesse et de ne pas se copier. Je fais attention. Si on commence à admirer ce que l’on fait, on tombe dans le maniérisme, dans l’habitude.
    On peut donc dire que le meilleur Thorgal, c’est celui sur lequel vous travaillez aujourd’hui?
    Oui, on peut dire ça (il sourit).

    Répondre | Lien | Citer

    Kartlis a écrit
    Dernier truc, merci Tjahzi d’aller chercher et trouver ces infos, ces images (moi j’en suis incapable)

    Tu vois que tu y arrives très bien.  :)

     

    Rosinski est incroyable ! Au moment de la vente exceptionnelle de ses plus belles planches, il vient nous dire qu’elles ne sont pas si terribles que ça ! Il est direct dans ses réponses, j’adore !  :o

    Répondre | Lien | Citer

    J’aime Rosinski, c’est vraiment un exemple d’humilité. Une personne qui refuse de se complaire dans son propre talent. Un vrai artiste.

    Répondre | Lien | Citer
    Thorgal-BDThorgal-BDWebmestre

    J’ai mis en ligne un article qui fait le tour des entretiens du mois, avec également celui pour Ouatch.tv évoqué par Tjahzi dans cet autre sujet ICI (me suis d’ailleurs autorisé à carrément repomper les mots de Tjahzi, pas moyen de faire mieux que lui pour le présenter).

    http://www.thorgal.com/rosinski-dans-les-medias/

    Répondre | Lien | Citer

    Ce rapprochement improbable entre Rosinski et le foot….   Je vais m’intéresser au foot alors….

    Répondre | Lien | Citer
    Soutien de Thorgal à la démocratie polonaise en danger

    Rosinski utilise très rarement l’image de Thorgal en-dehors de la bande dessinée. Il le fait aujourd’hui pour défendre son pays d’origine, la Pologne, qui vit des moments difficiles. Voici le commentaire qui accompagne le portrait de Thorgal sur sa page Facebook.

    Grzegorz Rosinski nous montre le soutien de Thorgal à la démocratie polonaise en danger. #3xWeto c’est l’appel des Polonais à leur président pour ne pas signer les lois votées par le parlement polonais qui menacent directement l’indépendance et la liberté du système juridique polonais.

    Répondre | Lien | Citer
    Thorgal-BDThorgal-BDWebmestre

    Grzegorz m’a dit quelques mots l’an dernier sur l’inquiétude qu’il ressent suite aux évènements polonais de ces dernières années…

    Il a également posté cette belle Aaricia, dans le même contexte.

    Comme dans tous sujets politiques, ça a un peu dérapé sur la page Facebook suite à cette diffusion. C’est comme ça, ça fait partie du jeu.

    Répondre | Lien | Citer

    Plutôt que de servir de support publicitaire pour des produits de consommation, j’apprécie que l’image de Thorgal et Aaricia soit associée au soutien de la justice polonaise. Le journal Le Monde explique sur cette vidéo les raisons de la crise politique traversée par la Pologne (durée 4 minutes).

    Répondre | Lien | Citer

    Ça fait plaisir de revoir notre Aaricia dessinée par le Maître .

    Répondre | Lien | Citer

    C’est Louve qui se joint cette fois à Thorgal pour militer contre les actions dévastatrices du gouvernement polonais. Traduction de la bulle :  » Nous continuons à défendre la forêt « . Voici le commentaire qui accompagne ce dessin sur le FB de Thorgal.

    Le jour de son anniversaire, Grzegorz Rosinski, nous envoie un nouveau dessin inspiré par votre accueil enthousiaste de son Thorgal montrant ses trois doigts et Aaricia avec son parapluie. Grzegorz remercie tous les fans pour votre fidélité et les trolls pour l’inspiration !

    Le journal Le Monde explique les raisons de la colère.

    Située dans l’est de la Pologne, la forêt de Bialowieza est la mieux protégée du continent. D’importantes zones y ont été préservées de l’intervention humaine. De fait, on trouve dans cette forêt vieille de 10 000 ans des écosystèmes uniques. Par exemple, les derniers bisons sauvages d’Europe y ont trouvé refuge. Mais une menace plane sur certains arbres. Une invasion d’insectes xylophages ravage les épicéas. Pour le gouvernement, le seul moyen de sauver la forêt, c’est d’abattre les conifères malades. A contrario, des scientifiques et des écologistes estiment que la forêt doit se régénérer.

    L’Union européenne a pris le parti de ces derniers. Le 2 août, Bruxelles a demandé à la Pologne d’arrêter l’abattage d’arbres.

    Répondre | Lien | Citer

    Génial. :D  C’est une bonne chose que des personnalités de cette envergure agisse ainsi pour la planète. Même si ce n’est qu’en faisant un dessin.

    Au passage, la Pologne en profite également pour couper des chênes centenaires ou tout jeunots, ou d’autres arbres non contaminés. Pour les plus vieux d’entre eux (plusieurs centaines d’années d’existence), « c’est pour qu’ils ne tombent pas ». Sauf que je pige pas bien : sachant que la forêt n’est pas, ou très peu, foulée par l’homme, en quoi ça gêne que l’arbre tombe ?? Surtout que ça fait des millénaires que des arbres tombent dans cette forêt. Bref, faut pas chercher, coupons les arbres et transformons-les en zlotys, tous va pour le mieux.

    Répondre | Lien | Citer

    Et l’Europe peut rien faire?

    Sinon, c’est bien de voir Rosinski engagé.

    Répondre | Lien | Citer
    Amnesty International

    Comme mentionné sur la page Facebook de Thorgal, Rosinski s’était déjà engagé en 2004 en soutenant Amnesty International, dans le cadre de sa campagne Control Arms.

    Répondre | Lien | Citer
    La forêt de Bialowieza dans le journal Le Soir (B)

    On retrouve dans le journal belge Le Soir un dessin de Grzegorz Rosinski qui cherche à défendre la forêt la plus ancienne d’Europe. Bon, là sur le coup, je trouve le visage de Thorgal pas trop réussi, mais ce n’est pas l’essentiel du message.  :wink:

    Répondre | Lien | Citer
    Interview en juillet sur France Info

    Voilà une interview de Grzegorz que j’avais loupée pendant mes vacances début juillet. Elle concernait la vente de ses œuvres chez Christie’s en juin. Comme d’habitude, Grzegorz répond sans détours aux questions du journaliste. Ses réponses sont intéressantes, mais c’est surtout sa dernière phrase qui m’a donné envie de vous copier cet entretien. Je vais d’ailleurs reprendre cette dernière intervention dans le sujet consacré au prochain album de Thorgal.  :)

    Ps : Stéph, tu as vu ? Encore ton tee-shirt, cette fois en noir ! 

    Trente deux de vos planches ou illustrations mises sur le marché d’un coup, sur une seule vente, c’est la première fois que ça vous arrive ?

    Grzegorz Rosinski : C’est la première fois que je vends directement mon travail. J’ai enfermé Daniel Maghen trois jours dans ma cave et il a choisi. Moi, je n’ai jamais travaillé pour les galeries. Ma femme n’a pas le même regard sur ma production. Elle a commencé à garder tous mes croquis, mes dessins. Elle a eu raison je crois.

    Raison de quoi ? De garder pour vendre ou de ne pas jeter votre travail ?

    Tout ça n’a jamais été destiné à être vendu. Ce n’était qu’une étape intermédiaire avant l’impression. Il m’est arrivé de faire cadeau d’une planche, d’être reconnaissant en offrant un dessin. Mais mon but n’est pas de vendre des originaux, mon but reste de faire des livres.

    Vendre des originaux est aussi maintenant une source de revenus pour les auteurs, non ?

    Vous savez, je vis convenablement de mes droits d’auteur issus de mes livres. Je préfère être lu par un million de gens qui me payent chacun un euro que de recevoir un million de la vente de mes planches. Le dessin est une passion pour moi. Quand j’ai commencé, j’aurais payé pour faire de la BD. Je n’ai jamais été intéressé par être riche. Jean Van Hamme m’a dit au début que nous serions avec Thorgal riche ou célèbre. On a partagé cette phrase. Il a choisi d’être riche et pour moi c’est la célébrité.

    D’accord, vendre ne vous enthousiasme pas mais il y a quand même ce plaisir d’être exposé avant, d’être vu ?

    Oui, ça me plaît de faire plaisir aux gens et particulièrement à ceux qui ne sont pas du milieu de l’art. Je communique avec le public par l’image, c’est merveilleux. Le langage visuel me passionne depuis ma jeunesse, il me sert à échanger. Une fois, une vieille dame qui avait mon âge est venue me trouver pour me dire qu’elle avait tous mes albums, qu’elle me suivait depuis le début. Ça m’a ému. Transformer un peu la vie des gens, y mettre un peu de couleurs, je trouve ça formidable.

    Et il y a les collectionneurs…

    Ce sont des gens passionnés. Moi aussi un moment, j’ai collectionné les plumes pour l’écriture, la calligraphie. Je comprends ce phénomène même si maintenant je ne collectionne plus rien, j’ai arrêté. Et puis qu’est ce qui est plus rare qu’un objet fait à la main comme un tableau ou un dessin ?

    Cette vente met aussi en lumière toute la variété de vos techniques, pastels, encre de Chine, crayon gras, huile sur toile, aquarelle. Vous avez même utilisé du Coca-Cola ?

    Oui c’est vrai pour La Vengeance du Comte Skarbek. C’est une façon d’explorer pour moi et je n’aime pas me répéter. Si j’avais conservé toujours la même technique, j’aurais eu l’impression de me copier moi-même. Je suis étranger à toute logique. Si une technique me plaît ou si je réussis à bien dessiner avec, ce n’est pour autant que je vais la conserver. D’ailleurs j’ai fait beaucoup trop de peinture ces derniers temps et je vais abandonner. Je suis peut-être allé trop loin. Je vais me libérer et je vais revenir au trait sur les prochains albums.

    F. Forget sur France Info

    Répondre | Lien | Citer
    Interview dans le Casemate 110 de janvier 2018

    Avant d’aborder un autre entretien avec Rosinski, je reprends ici l’article posté  par Remember. Cette interview vient d’être publiée dans le n°110 du Casemate de janvier 2018. C’est là que nous avons appris le remplacement de Xavier Dorison par Yann au scénario du tome 36 de Thorgal. Vous pouvez voir sur ce sujet toute la discussion qui en a découlé !

    Textes plus lisibles en suivant ces liens :

    Interview Casemate partie 1

    Interview Casemate partie 2

    Interview Casemate partie 3

    Interview Casemate partie 4

    Interview Casemate partie 5

    Répondre | Lien | Citer
    Entretien en 1984 dans Bonté Divine

    « Bonté Divine ! » a réalisé en 1984 une interview de Grzegorz Rosinski. Ce fanzine de BD est paru entre 1983 à 1987 à Genève. Un fanzine, c’est un magazine édité en amateur par des fans de BD. Celui-ci a été tapé à la machine à écrire, ce qui ne l’empêche pas d’être complété par des illustrations sympas, et surtout, il reflète l’ambiance des premières années de Thorgal.

    Ce numéro réunit les deux auteurs après la sortie de « La chute de Brek Zarith », et au moment où « L’enfant des étoiles » est en pleine préparation. C’était au temps où 2 albums de Thorgal sortaient par an, comme c’est le cas à présent avec Yann et Roman Surzhenko dans les Mondes. Pour son sixième album, Thorgal n’a été édité qu’à 23 000 exemplaires, alors qu’il occupe la première place au référendum du magazine Tintin.

    L’entretien avec Grzegorz Rosinski est présenté ici, tandis que celui avec Jean Van Hamme se retrouve dans la partie du forum qui lui est consacrée. Rosinski explique notamment son travail d’illustrateur en Pologne et ses sources d’inspiration comme la gravure sur bois des premiers illustrateurs. On trouve aussi dans les premières pages un dessin d’ambiance western réalisé quand il avait 15 ans.

    Je remercie la Fanzinothèque de Poitiers qui m’a gracieusement transmis la copie de ce numéro de Bonté Divine. Pour ne pas encombrer ce sujet-ci avec les 15 pages de l’interview, j’ai copié le tout dans un sujet à part :

    http://www.thorgal.com/sujet/entretien-avec-rosinski-en-1984-dans-bonte-divine

26 messages de 41 à 66 (sur un total de 66)


Vous pouvez utiliser BBCodes pour formater votre contenu.
Votre compte ne peut pas utiliser les BBCodes avancée.



Question de sécurité
Qui suis-je ?
 Thorgal -  Aaricia -  Jolan 

Plan du site
Conditions Générales de Vente
Mentions légales
© Éditions Le Lombard 2018