Abonnement newsletter

X
X

S'enregistrer sur ce site

Les dieux ont mis un homme à l'épreuve

Top

Les Archers

Les archers

Thorgal tome 9
Dessinateur : Grzegorz Rosinski / Scénariste : Jean Van Hamme

Le bateau de Thorgal est détruit à cause des manœuvres hasardeuses du jeune Tjall. Pour pouvoir reprendre la mer et rejoindre sa famille, Thorgal décide de participer à un tournoi d’archers. Il va rencontrer une jeune aventurière à la beauté troublante, la sombre Kriss de Valnor…

Cette histoire lance le cycle du Pays Qâ, souvent cité par les lecteurs comme le meilleur cycle de la série. Elle a été éditée en album en septembre 1985.

Il s’agit pourtant d’une histoire individuelle que l’on peut lire à part, un western médiéval mettant en valeur le héros de la série et de nouveaux personnages épatants. L’une des forces de ce récit est d’être un tout, se suffisant à lui-même, et d’ouvrir pourtant une saga encore plus ambitieuse. La remarque peut d’ailleurs s’appliquer à l’ensemble de la série Thorgal. Chaque cycle et chaque album individuel apporte une pierre à une histoire qui garde toute sa cohérence, malgré les années, les thèmes et les lieux très variés qu’elle explore.

Les archers

Cœur de cible

L’album « Les archers » est en tête des différents classements établis par les fans, et il fait bien souvent l’unanimité.

Il ouvre un cycle marquant, le plus long à l’époque avec cinq albums parus assez rapidement de 1985 à 1988. Le cycle de Qâ, qui mènera Thorgal, sa famille et tous leurs compagnons à l’autre bout de la planète, a été réuni dans une intégrale spécifique, un gros livre réunissant près de 250 planches. La première édition, parue en 2003, était accompagnée d’une préface de Jean Van Hamme et d’un cahier de croquis. La seconde a paru en 2012, sans la préface mais avec de nouveaux bonus graphiques.

Le cycle de Qâ - Edition 2003 Le cycle de Qâ - Edition 2012

Le cycle de Qâ - Edition 2003 Le cycle de Qâ - Edition 2012

Ici, pas de scénario rocambolesque, de magie ou de dieux. La force de cette histoire tient dans son rythme et ses enchaînements. Chaque retournement de situation est millimétré. Mais ce qui rend cet album vraiment séduisant, attachant, culte, c’est avant tout l’étonnante galerie de personnages. Tjall, Pied d’Arbre et Kriss vont accompagner Thorgal pendant un bon moment. Et comment oublier Sigwald ? Kriss de Valnor va même devenir l’unique personnage secondaire réellement récurrent dans la série, en apparaissant dans dix autres albums. Elle finira même par avoir sa propre série, en 2010, lorsque s’ouvrira la collection des Mondes de Thorgal.

Séduisante et diabolique, elle représente l’antithèse d’Aaricia : brune, sauvage, aventureuse, cruelle et sans morale. Un jeu de séduction et répulsion va se mettre en place entre elle et Thorgal. Le vie de ce dernier ne sera plus jamais la même…

Le facteur est passé six fois

Comme toujours à l’époque, l’album a d’abord été publié en plusieurs fois dans l’hebdomadaire Tintin, de juillet à septembre 1984. Sur cette période, Thorgal a d’ailleurs été deux fois en couverture (cliquez pour agrandir, merci au site Le journal de Tintin), la première fois pour saluer la publication de « Les archers » et la seconde suite au plébiscite des lecteurs, qui faisaient de Thorgal l’une des séries phares du Lombard.

Tintin - Juillet 1984 Tintin - Septembre 1984

L’histoire est dense et très rythmée, partagée en six chapitres presque distincts. La plupart ont été coupés en deux puisque l’histoire a été prépubliée en 11 semaines dans Tintin. Le scénariste Jean Van Hamme et le dessinateur Grzegorz Rosinski ont intégré dans leur travail la contrainte particulière imposée par la prépublication. Le découpage de l’album est particulièrement net et participe au plaisir de lecture, chaque partie ayant sa personnalité, ses temps forts, ses pauses. Les lecteurs de l’hebdomadaire Tintin pouvaient ainsi lire en une ou deux semaines une histoire courte de 7 ou 8 planches, avec une rupture temporelle et spatiale marquée entre chaque chapitre.

I – La tempête

La premier chapitre a une construction narrative singulière avec une double introduction où la météo joue son rôle. On y découvre trois nouveaux personnages aux personnalités remarquables, Kriss, Sigwald et Tjall.

Dans le village calédonien, le cambriolage — qui semble, au premier abord, anecdotique — permet de poser les nouveaux personnages, de nous faire comprendre qui ils sont et de quoi ils sont capables. En quelques actes et quelques mots, ils se construisent un passé qui leur donne de la consistance. Lorsqu’ils réapparaîtront, plus tard dans l’album, le lecteur les connaîtra déjà.

Thorgal arrive juste après. Le lien est double entre cette seconde introduction et la première. On a tout d’abord les propos de Kriss, qui prétend qu’aucun homme ne peut la battre l’arc au poing. L’unique vignette qui vient clore la quatrième planche nous dit pourtant qu’elle va bientôt rencontrer celui qui sera, au minimum, son égal.

Et puis il y a la pluie. L’album commence sous un amoncellement de nuages noirs. Dans la deuxième planche, la pluie commence à tomber, l’orage gronde. Rosinski nous offre d’ailleurs à ce moment une case particulière, en noir et blanc, totalement vidée de sa couleur par la puissance lumineuse de l’éclair.

Les archers - Eclair

Lorsque Kriss et Sigwald quittent le village, il pleut à verse. Et c’est sous une pluie torrentielle qu’on retrouve Thorgal et qu’on découvre Tjall. Liés par la nuit, l’eau, et des propos prophétiques, Thorgal et Kriss sont voués à se rencontrer.

II – Le marchand d’armes

Thorgal rencontre Pied d’arbre — son nom s’écrit Argun ou Arghun, selon les albums — et visite son étrange demeure, un atelier troglodytique isolé. L’armurier a été soigné physiquement ! Chauve avec une longue barbe et une jambe de bois, il ne passe pas inaperçu. Sa maison non plus, avec ses gadgets et son look de bunker rustique. A la fois fier de son art et honteux des drames qu’il provoque indirectement, Arghun s’impose, mais en douceur. A côté, les gaffes et la gaieté de Tjall en font un personnage unique dans la série.

Cette deuxième partie d’album baisse en intensité et préfère insister sur la narration et provoquer une rencontre. Les personnages en profitent pour bien s’affirmer et montrer leurs savoir-faire respectifs. Thorgal reste en retrait grâce à une blessure bienvenue, qui permet aux autres personnages de se mettre en valeur. Ca ne va pas durer, mais pour l’instant il devient secondaire. L’astuce narrative est particulièrement efficace, à la fin de ce chapitre on n’a plus envie de quitter les quatre nouveaux personnages.

Les archers

III – L’enlèvement

Ce passage est certainement l’un des plus durs de la série Thorgal. Un viol, des meurtres, des combats sanglants, une exécution…

La série évolue, mûrit. Cet album a d’ailleurs provoqué l’une des rares censures qu’a connue la série, dans sa version américaine, lorsque Kriss est retenue prisonnière. Ce passage nous fait comprendre que la jeune femme a subi un horrible viol collectif. Pour gommer cet effet, les censeurs ont souhaité que la poitrine de Kriss soit couverte. En quelques traits discrets, Rosinski lui a ajouté deux pans de vêtements, cachant des seins qui ne changent pourtant rien à la violence de la scène.

Les archers - Censure

La fin du chapitre est pleine d’émotions contradictoires, au cœur de drames humains épouvantables. On ne peut qu’être partagé. Chaque personnage donne son avis, au lecteur de se faire le sien.

Une chose est certaine, Thorgal a toujours décidé de sa vie et choisi son chemin. L’empathie n’est pas son fort. Après avoir offert le leadership tour à tour à ses quatre compagnons, il décide donc de reprendre la main. S’il y a une chose qu’il ne peut admettre, c’est que son libre arbitre lui soit retiré. Tout un symbole, c’est avec sa main blessée qu’il frappe Kriss et ouvre définitivement les hostilités avec celle qui deviendra son ennemie intime.

IV – L’archer

Les archersThorgal est un homme efficace.

Ce constat résume un peu sa carrière, une capacité de super-héros en fait, celle de s’en sortir au mieux quel que soit l’amas d’embûches. Parmi ses nombreux talents, ses qualités d’archer sont ici mises en évidence. A peine dévoilé au début de « L’île des mers gelées », son talent avait déjà semblé relativement évident pendant son combat typé western contre le Iarl Ewing dans « La galère noire ». Mais jusqu’ici le Viking n’avait eu que rarement l’occasion de se battre.

Ici, une partie de l’album est dédiée à ses prouesses à l’arc. C’est aussi dans « Les archers » que Thorgal utilise pour la première fois un arc à double courbure, fabriqué par Pied d’Arbre, qui deviendra son arme favorite.

On voit souvent Thorgal avec un arc, dans la série, aussi bien pour la chasse que pour se défendre. On le voit aussi régulièrement se battre à l’épée, parfois à cheval. Guerrier complet, Thorgal a manifestement suivi l’entraînement aux armes des jeunes vikings.

Un mot à ce propos, l’arc viking était léger et souple, avec une corde en fibres tressées. La flèche était souple également, avec une pointe métallique effilée. L’empenne en plumes — teintée en jaune pour Thorgal et Kriss, orange pour Arghun et Tjall, bleu pour les jumeaux à la coupe au bol — permettait de stabiliser le vol de la flèche. Le guerrier viking avait généralement un équipement léger et était plutôt polyvalent. L’arc pouvait faire partie de la panoplie.

Handicapé par une main blessée, Thorgal a observé ses adversaires en les laissant faire étalage de leurs qualités d’archers. C’est important pour le lecteur. Pour que l’épreuve soit à la hauteur, les adversaires se doivent d’être des pointures. L’étalage de l’adresse de Tjall, Kriss et Arghun va donc permettre à Thorgal de montrer qu’il est réellement très très fort. Encore mieux, il aurait sûrement pu gagner le tournoi dans le chapitre suivant, mais il choisit de préserver ses compagnons en exigeant le match nul.

Au final, il ne montre sa force qu’au cours d’un petit jeu avec des bulles d’argile, et pourtant on finit l’album en étant persuadé qu’il est le meilleur archer du continent !

Les archers

V – La finale du tournoi

Le tournoi, et de façon générale le jeu guerrier, se pratique depuis très longtemps. Les sources manquent mais on peut facilement imaginer que de nombreuses récréations de ce type étaient proposées aux guerriers, entre deux périodes de troubles. Chacun pouvait ainsi démontrer sa force, son courage, son adresse.

On est bien loin du jeu proposé aux archers du village viking, dans « L’île des mers gelées ». De petits défis locaux organisés sur le pouce par les Vikings, Thorgal passe à une fête importante, richement dotée, attirant les archers de toute une région.

Les règles changent au cours de cette deuxième partie du tournoi. La cible devient humaine, le tir en équipe prenant ainsi tout son sens. On mourait souvent au Moyen Age, au cours des tournois. De nombreux dirigeants politiques ou religieux ont d’ailleurs essayé d’interdire ces manifestations, qui avaient tendance à décimer l’élite des combattants. Mais qu’ils soient jeux d’honneur ou jeux d’argent, les tournois ont perduré pendant des siècles, et se perpétuent plus ou moins dans les jeux sportifs modernes. Le tir à l’arc est d’ailleurs un sport olympique.

Avec ces cibles humaines, la tension monte d’un cran. Une tension psychologique, moins brutale mais tout aussi mortelle que dans d’autres chapitres de l’album. La distance oblige les archers à tirer de plus en plus haut et à compter sur une bonne trajectoire descendante de la flèche, pas trop de vent, et un empennage efficace. La dernière épreuve dure 6 pages et demi, et donne son titre à l’album. Ces quelques pages sont parsemées de jeux de regards qui nous permettent de partager les émotions intenses et plus ou moins maîtrisées des participants. Regards fixes ou yeux fermés, chaque visage participe à l’ambiance.

Les archers

A ce jeu, l’échange figé entre Kriss et Thorgal vaut le détour. La succession de cadrages est très cinématographique, l’arc de Kriss montant peu à peu vers le ciel, sous le regard indéchiffrable du Viking. Entre les deux aventuriers, la tension ne porte pas que sur la précision des flèches. On a ici les prémisses d’un partenariat qui les mènera tous les deux à tous les excès. La qualité de la mise en scène pourrait nous faire croire que Van Hamme et Rosinski savaient déjà ce qu’il allait advenir de leur relation. Ce n’était pourtant pas du tout le cas.

Les archers

VI – Les Calédoniens

La boucle est bouclée ! L’introduction et la conclusion sont liées par le même thème — le bijou volé — ce qui donne une grande cohésion à l’ensemble.

Les archersLes rapports entre Kriss et Thorgal tournent au dramatique dans ce dernier chapitre, où Kriss perd son compagnon et devient une femme sans attaches, à la solitude certainement terrible. Que ce soit par les coups ou les mots, Thorgal et la jeune femme s’affrontent encore et encore, une joute sans fin qui va se prolonger dans de nombreux albums. Chacun ayant une vision du monde bien opposée, les deux adversaires ne vont cesser de se rendre la monnaie. Je t’en dois une, je te la rends.

Ravi de ses nouvelles rencontres, Thorgal invite ses camarades et le lecteur à le suivre dans l’album suivant. Il s’assure ainsi que « Les archers » reste bel et bien une introduction à la suite. Et franchement, on n’a pas envie de s’arrêter là. Van Hamme soigne ses personnages et s’amuse à laisser dans l’ombre de nombreux pans de leur vie. Qui est Tjall, au fond ? A-t-il des parents, des frères et sœurs ? Comment Arghun a-t-il perdu sa jambe, pourquoi vit-il en ermite ? Comment Sigwald a-t-il perdu son nez et obtenu son surnom ? Pourquoi Kriss et lui étaient-ils partenaires ? Qu’étaient-ils l’un pour l’autre ?

Lorsque Tjall s’approche de Sigwald pour retirer son bandeau, avide de combler l’une des éventuelles curiosités malsaines du lecteur, Thorgal le stoppe tout net. Ce secret n’est pas pour nous. 25 ans plus tard, Yves Sente et Giulio de Vita s’emploieront à imaginer l’histoire de Sigwald et de Kriss, dans les deux premiers albums de la série Kriss de Valnor, « Je n’oublie rien ! » et « La sentence des Walkyries ».

Mais les zones d’ombres, les questions sans réponses, sont l’une des forces de Van Hamme, capable d’aller à l’essentiel en nous faisant rêver à ce que nous ne saurons probablement jamais.

  • Thorgal : La reine des Mers Gelées

    Les premières aventures de Thorgal le mènent à la rencontre d’un peuple oublié, maître de savoirs hors du commun, au cours d’une quête initiatique où son courage, ses qualités guerrières et son charisme seront mis à l’épreuve.

  • Thorgal : Le village maudit

    Aaricia et Thorgal doivent participer malgré eux à un jeu cruel, au cœur d'un lieu frappé par une antique malédiction.

  • Thorgal : Les maîtres de Brek Zarith

    Pour sauver Aaricia et l’enfant qu’elle porte, Thorgal va devoir pénétrer dans le domaine des dieux puis affronter Shardar, le puissant maître de Brek Zarith.

  • Thorgal : Les origines

    L’enfance de Thorgal nous est racontée à travers plusieurs histoires courtes, teintées de merveilleux. De premières épreuves et de premières quêtes pour les jeunes Thorgal et Aaricia.

  • Thorgal : L'enfant-rêve

    Doté d'étranges pouvoirs, le petit Jolan s'ennuie dans l'île isolée où vit sa famille. Jusqu'au jour où un petit garçon muet fait son apparition.

  • Thorgal : Le Grand Pays

    La rencontre avec Kriss de Valnor mènera Thorgal et les siens de l’autre côté du grand océan, dans l’enfer de la guerre du Pays Qâ, à la rencontre de demi-dieux se battant pour le destin du monde.

  • Thorgal : Vers le Nord

    Alors qu'Aaricia attend un deuxième enfant, la famille décide de retourner dans le Nord, auprès du peuple viking. Mais pour cela, ils devront affronter les montagnes, les hommes et les dieux.

  • Thorgal : Shaïgan-sans-merci

    Toujours aux prises avec Kriss de Valnor, Thorgal va connaître l’exil puis l’oubli. En son absence, le terrible pirate Shaïgan va s’en prendre à Aaricia, Jolan et Louve, qui vont connaître les pires heures de leur existence.

  • Thorgal : Le Viking errant

    Thorgal entraîne sa famille toujours plus loin vers l’horizon, en quête d’un bonheur et d’une liberté qu’on lui a toujours refusés. Voici le récit de ce long et incroyable voyage.

  • Thorgal : Le dernier voyage

    Réduits en esclavage, Thorgal et sa famille ne sont plus maîtres de leur destin. Pour eux, il s'agit peut-être du dernier voyage.

  • Thorgal : Le successeur

    Terriblement affaibli, Thorgal doit se résoudre à laisser partir son fils. Un choix qui déchire sa famille mais qui offre à Jolan l'occasion de prouver sa valeur et son courage. Loin des siens, il veut devenir l'élu.

  • Thorgal : Mages rouges

    Alors que son fils Jolan se découvre de nouveaux pouvoirs et un nouveau destin, Thorgal se retrouve aux prises avec un groupe de magiciens aux desseins mystérieux et à la puissance effroyable.

  • Kriss de Valnor : Le tribunal des Walkyries

    Aventurière sans morale, aussi dangereuse que séduisante, Kriss de Valnor revient parmi les hommes, plus déterminée que jamais à devenir l'égale des rois. Mais avant cela, elle doit d'abord convaincre les dieux de sa valeur.

  • Kriss de Valnor : Nord-Levant

    Porteuse d’un terrible fardeau légué par les dieux d’Asgard, Kriss revient dans les contrées du nord. Elle va y faire une rencontre qui changera sa vie à tout jamais.

  • Kriss de Valnor : Aniel

    Kriss a atteint les sommets dont elle rêvait depuis l’enfance. Désormais maîtresse de la destinée de milliers d’hommes, elle est pourtant troublée par une chose. Le souvenir de son fils, Aniel.

  • Louve : Le mage déchu

    Incapable de trouver sa place parmi les Vikings du Nord, Louve passe de plus en plus de temps dans la forêt. Alors qu’une meute de loups fait disparaître un à un les voyageurs de passage dans la région, la petite fille va rencontrer un être aux pouvoirs stupéfiants.

  • Louve : La louve noire

    Alors que la famille de Louve se déchire et s’éloigne, la part sauvage de la petite fille la pousse de plus en plus à fuir les hommes. Mais dans les bois, un adversaire terrifiant se lance à sa recherche.

  • Louve : Les royaumes du dessous

    Venus du monde des profondeurs, des êtres malfaisants préparent leur vengeance depuis des millénaires. Bien malgré elle, Louve va être mêlée à une guerre qui pourrait ébranler les fondations de l'univers.

  • La jeunesse de Thorgal : Le chant du scalde

    Alors que le village viking affronte une terrible famine, Thorgal veut lever une antique malédiction, voulue par les dieux eux-mêmes.

  • La jeunesse de Thorgal : Les guerriers-fauves

    Réunis pour fêter l'été et négocier un mariage fructueux, les clans du Nord doivent affronter la fureur de guerriers à l'incroyable férocité.

  • La jeunesse de Thorgal : La magicienne trahie

    Alors que le clan des Vikings du nord s’évertue à dissimuler d’abominables crimes commis au nom de son roi, une femme aveuglée par la haine s’apprête à retrouver la liberté. Mais à quel prix !

  • Hors-série

    Au travers d'entretiens avec les auteurs, voici un retour sur la genèse des Mondes de Thorgal, la collection réunissant les albums de Kriss de Valnor, Louve et la Jeunesse de Thorgal.

Plan du site
Conditions Générales de Vente
Mentions légales
© Éditions Le Lombard 2018