Abonnement newsletter

X
X

S'enregistrer sur ce site

Les dieux ont mis un homme à l'épreuve

Top

Louve – 7 – Nidhogg

Accueil / Forum / Les Mondes de Thorgal / Louve – 7 – Nidhogg

Bienvenue

Louve – 7 – Nidhogg

Ce sujet a 108 réponses, 19 participants et a été mis à jour par Fitir fitir, il y a 6 mois et 1 semaine.

29 sujets de 81 à 109 (sur un total de 109)
  • Auteur
    Messages
  • Répondre | Lien | Citer
    Thorgal-BDThorgal-BDWebmestre
    L'image du mois

    Je vous propose aujourd’hui l’Image du mois. Une ou deux fois par mois, je vous propose une image sélectionnée dans un album.

    Quand ?
    En avril 2017.

    Qui ?
    Scénario de Yann, dessins et couleurs de Roman Surzhenko.

    Où ?
    « Nidhogg »

    Comment ?
    Alors que Louve se trouve dans l’Entre-deux-mondes, à la recherche d’un serpent de légende, deux compagnons de la petite fille chuchotent dans la nuit. Perchés dans un arbre, Vigrid-araignée raconte à Yasmina-guenon l’histoire des Alfes de lumière, et de la chute de leur peuple.

    Pourquoi ?
    Un album récent, c’est une première dans cette rubrique « Image du mois ». C’est aussi l’occasion de présenter des images que tout le monde n’a pas vues, puisque les Mondes de Thorgal ne sont pas lus par tous les lecteurs de Thorgal.

    Le temps de deux ou trois planches, nous quittons la série Louve pour dévoiler un lointain mythe oublié. Le dessin en profite pour s’échapper lui aussi. Roman Surzhenko se lâche, avec une succession d’images magnifiques et complexes.

    Cernées du cadre flou des souvenirs, ces scènes successives explorent les chemins de la fantasy. Châteaux de rêve, personnages flamboyants ou terribles, guerres épiques et combats perdus, tout y passe. La beauté et l’élégance côtoient la barbarie et la mort. Louve et Aaricia sont bien loin de tout cela, mais visuellement il y a de quoi s’attarder, et y revenir.

    Cette scène vous avait peut-être échappé. La voici donc en entier.



    Alors, que pensez-vous de cette scène ?

    Je me suis aussi demandé si Yrettarg (nom curieux de la reine) n’est pas un anacyclique (mot qui se lit à l’envers). Ça donne « Grattery », nom d’une commune de Franche-Comté. Peut-être un private joke ? Un hommage ? Ou un hasard.

    Répondre | Lien | Citer

    Yann truffe ses scénarios de mots cachés, donc ce n’est sans doute pas un hasard…

    La présentation des alfes de lumières était-elle nécessaire au vu du peu d’importance qu’ils ont dans l’album (à part sortir Louve par magie de l’entre-deux-mondes) ? Au final, leur présentation prend plus de place dans l’histoire que leur participation…

    Reste que le récit du mythe des alfes est joliment illustré par Roman Surzhenko, avec des plans larges de lieux variés.

    Voici un portrait dédicacé d’Yrettarg, réalisé par Roman au festival BD d’Anzin-Saint-Aubin en 2017.

    Répondre | Lien | Citer

    J’ai toujours l’impression que les personnages dédicacés saignent du nez…

    Déjà Louve. Non?

    Répondre | Lien | Citer
    Thorgal-BDThorgal-BDWebmestre

    Peut-être qu’elles ont ouvert l’album « Kriss de Valnor » à la page 34 ?

    Répondre | Lien | Citer

    J’ai lu le dernier Louve (format Kindle). Les planches avec Nidhogg sont très belles pas de souci, le serpent occupe bien l’espace dans cet album. J’aimerais que Aaricia reste belle en gagnant en maturité physique, là elle est assez banale, de toute façon je me suis faite à l’idée qu’en changeant de dessinateur les personnages perdent un peu de leur âme (les regards et les expressions ne sont plus les mêmes). Le dessin est statique en effet comme ça a déjà été dit.

    Le scenario et les aventures…. je ne suis pas la cible.

    Voilà ce qui gêne vraiment la lecture et n’en fait pas tout à fait une petit moment de détente :

    – les dialogues et le ton : trop de bla-bla, trop de bla-bla plein « la brouette de ma grand-mère » et un côté rigolo parfois qui ne colle pas. Aaricia qui se lève d’un coup pour attraper sa fille par l’oreille ! il faut le savoir ça fait super mal, jamais Aaricia ne ferait ça sauf cas de force majeure, on sent bien que c’est pour la blague ! sans parler de l’assassinat de Lundgen qui manque un peu de tension dramatique en effet, allez hop ! un petit poème (de trop) et vite fait bien fait. Bref les rapports humains sont noyés dans le blanc de phylactères (sauf à la toute fin).

    – J’ai du mal à passer du coq à l’âne durant toute la bd, alterner les intrigues parallèles en changeant de décor d’une planche à l’autre me donne la sensation désagréable de zapping permanent.

    Cet album porte bien son nom, et Nidhogg puis le Nidhogg/Vigrid en sont les vedettes ! les dernières planches sont très très bien.

    Répondre | Lien | Citer

    Hop, je viens de me refaire toute la série Louve (enfin, en deux semaines). Je crois que ce n’est que la deuxième fois que je lis ce Nidhogg.

    Je trouve ça intéressant que Yann ai emmené tout le bestiaire nordique dans la série Louve, c’est plutôt intéressant, même si je trouve ça mal emmené. Un exemple: les alfes de Lumière. On a droit à tout un passage sur eux, ça emmène tout un nouvel environnement qui au final n’est pas du tout exploité, dommage.

    L’album manque de tensions, trop de personnages, trop de situations déjà vues, trop de trop.

    Et pourtant, les 6 dernières planches nous redonnent cet esprit thorgalien. Moins de mots, plus de situations, avec une conclusion somme tout très dramatique.

    D’ailleurs, question. J’ai cru voir que certains annonçaient cet album comme le dernier de la série, mais il est indiqué « fin de l’épisode », et le personnage de Louve n’a guerre de conclusion, ça ne sonne pas trop comme une fin de série… En sait-on plus?

    Répondre | Lien | Citer

    Fred r a écrit

    Et pourtant, les 6 dernières planches nous redonnent cet esprit thorgalien. Moins de mots, plus de situations, avec une conclusion somme tout très dramatique.

    Tout à fait d’accord avec toi, les dernières planches de Nidhogg étaient très réussies. Dommage qu’il n’ait pas réussi à reproduire cet effort sur les autres albums.

    Répondre | Lien | Citer
    Thorgal-BDThorgal-BDWebmestre

    Fred r a écrit
    D’ailleurs, question. J’ai cru voir que certains annonçaient cet album comme le dernier de la série, mais il est indiqué « fin de l’épisode », et le personnage de Louve n’a guerre de conclusion, ça ne sonne pas trop comme une fin de série… En sait-on plus?

    Oui, la série est terminée.

    Mais il s’agit pourtant bien d’une fin d’épisode, puisque les aventures de tous ces personnages continuent dans la série mère avec le même scénariste.

    Répondre | Lien | Citer
    Dessin de Nidhogg

    Je vous lis à chaque fois avec grand plaisir car vos analyses et débats enrichissent souvent considérablement la lecture, et je me plais à rêver à la grande destinée que la série aurait pu continuer à avoir si certaines de vos idées… avaient plutôt germé dans l’esprit des auteurs chargés de la faire vivre (car c’est hélas une une mission qui leur est confiée plus qu’une vocation qui les inspire  )

    Ce message est ma première participation sur ce forum. Je prends la plume (si j’ose dire) car je suis véritablement très surpris de n’avoir lu chez aucun d’entre vous (pourtant si fins observateurs en général) ce qui, à moi, crève pourtant les yeux.

    Le dessin de Nidhogg par Roman S n’est qu’un repompage maladroit, qui confine au fan art ! Une oeuvre de copiste au rabais !

    Observez chacune des cases où notre serpent préféré apparaît… À mieux y regarder, chacune d’entre elles ne vous semble-t-elle pas étrangement et même très suspectement familière ? C’est parce que vous l’avez déjà vue précédemment dans l’un des albums dessinés par le maître Rosinski !

    Nidhogg est un méchant d’autant plus mémorable qu’il avait jusqu’alors été utilisé avec une judicieuse parcimonie. Le nombre de cases où il apparaît dans L’Enfant des étoiles, La Gardienne des clefs (et éventuellement La Forteresse invisible) est finalement très réduit, ce qui fait que je les ai instantanément reconnues dans Louve 7, pas vous ?

    Si je reprends la planche présentée précédemment sur ce post, la grande case du face-à-face entre Louve et Nidhogg est une copie de la case de la Gardienne où dans la grotte Nidhogg reprend sa véritable apparence, la case « en haut à droite au milieu » est un démarquage d’une autre case de la Gardienne (d’ailleurs montrée plus haut dans ce post) où Nidhogg se moque de Thorgal et de ses flèches, la case en ombre chinoise reprend le face-à-face de Nidhogg et Ivaldir où ce dernier a perdu son nom dans Le Métal qui n’existait pas, et si je me souviens bien la dernière case s’inspire très fortement de l’expression du Nidhogg miniature lancé au visage de Volsung (je n’ai pas l’album sous les yeux pour confirmer).

    Je suis sûr que les autres cases où apparaissent Nidhogg dans l’album peuvent ainsi être rapprochées de cases « originales » d’albums antérieurs dont elles sont des plagiats maladroits aux proportions mal foutues ou des adaptations à minima, ce que j’interprète comme un manque criant d’assurance de la part de RS pour reprendre graphiquement un personnage complexe à dessiner. Pour limiter la prise de risque il a réutilisé à mort le matériau existant, mais ça se voit et la copie est bien moins bonne que l’original (yeux qui louchent à moitié, tête trop longue et étroite, etc.).

    Après, RS a d’autres qualités et a su faire montre de son talent à bien d’autres égards. Mais décidément, Nidhogg c’était pas son truc et c’est lamentablement criant…

    Répondre | Lien | Citer

    Oh! Je n’ai pas tous les albums cités sous la main, pourrais-tu faire quelques photos pour comparaison STP?

    Répondre | Lien | Citer

    Fred-R,

    Tu as raison c’est plus parlant en images. Certaines reprises sont plus manifestes que les autres, mais quand on regarde bien, dans l’ensemble ça ne fait aucun doute.

    Je vais essayer d’insérer des images, j’espère y arriver…

    Répondre | Lien | Citer

    Répondre | Lien | Citer

    C’est assez flagrant et un peu décevant effectivement. Mais si d’autres artistes impliqués dans la reprise pouvaient aussi lire et s’inspirer des anciens albums, ce serait tout de  même bien. Delenda Carthago…

    Répondre | Lien | Citer

    Roman avait déjà fait ça dans le premier album de la série sur Louve. La plupart des dessins de Aaricia sont ceux de Alinoë.

    Mais pour ma part, je n’ai jamais interprété cela comme étant du repompage. Je pense que Roman voulait à tout prix faire « oublier » qu’il n’est pas Rosinski. Son but a toujours été celui de coller au maximum au trait du maître. Une attitude qui me semble très humble et respectueuse : s’effacer au profit de la cohérence visuelle de l’œuvre.

    Et une de ses tactiques pour arriver à ce résultat fut celle de « recopier » littéralement certaines scènes.

    Cette humilité, on aimerait l’avoir vu aussi chez d’autres..

    Répondre | Lien | Citer

    Oui, c’est une forme de respect. Mieux vaut s’inspirer, quitte à parfois copier, que massacrer

    Répondre | Lien | Citer

    Oui effectivement, certaines images sont vraiment très proches. Moi aussi ça le déçoit un peu, mais comme dit Isis au moins ça nous donne quelque chose qui se rapproche de ce que l’on aime. Mmmh.

    Répondre | Lien | Citer
    Thorgal-BDThorgal-BDWebmestre

    Je le vois vraiment comme un hommage, parce que Roman sait dessiner tout ce qu’il veut.

    Merci pour le coup d’œil en tout cas, c’est bien vu.  

    Mon seul regret dans ces images, en fait, c’est l’énorme couteau porté par la petite fille, et sa queue de chat.
    Moi qui aimerait tant que les prochains albums aient un style rosinskiesque, je ne peux pas être déçu de voir un dessin qui s’efforce de s’en approcher.

    Répondre | Lien | Citer

    Effectivement, les attitudes et poses de Nidhogg de RS devraient davantage différer de celles de Rosinski pour montrer qu’il veut respecter le personnage sans le copier, mais cela étant, s’il veut dessiner correctement le personnage créé par Rosinski, il est bien obligé de le dessiner pareil (s’il a 2 grands crocs, 2 petits crocs, 18 pics et 43 boules constituant son museau, pourquoi RS l’aurait dessiné avec 3 crocs, 14 pics, 80 boules et des couleurs différentes??).

    Et s’il veut dessiner Nidhogg de face, il faut bien que son anatomie ressemble presque trait pour trait à celui de Rosinski car il a moins de manoeuvre que pour un humain sur les habits et les mimiques et expressions du visage qu’éprouve Nidhogg.

    Il aurait pu effectivement varier davantage les poses mais pour moi, rien d’ultra-choquant : rien ne ressemblant plus à Nidhogg de face, que ce même Nidhogg de face. Le contraire avec une modification de son apparence et une appropriation du personnage par RS aurait suscité davantage de contestation.

    En tout cas, c’est la façon dont je le perçois.

    • Ce sujet a été modifié le il y a 6 mois et 2 semaines par pennybridge.
    Répondre | Lien | Citer

    Inky, bravo pour ta recherche iconographique !    Effectivement, les poses que tu compares sont très proches des originaux. Malgré tout, Roman a aussi placé Nidhogg dans d’autres positions que Grzegorz. Et il ne s’est jamais caché qu’il se voulait le plus fidèle possible aux dessins classiques de son maître. C’est ce qui fait sa force pour une reprise de personnages bien connus comme Nidhogg, dont on n’aurait sans doute pas apprécié une réinterprétation plus personnelle. 

    Ce qui me dérange surtout dans les dessins de Roman que tu as présentés, c’est le manque de relief, d’ombrages, de profondeur, en particulier dans ta première comparaison. C’est comme si on avait un dessin en 2D chez Roman, et l’autre en 3D chez Grzegorz. Merci en tout cas pour ces mises en perspective, c’est très intéressant. Pour une première participation au forum, tu es bien parti !   

    Répondre | Lien | Citer

    En tout cas, comme dit Tjahzi, ça montre a quel point le travail de l’ombre chez Rosinski est impressionnant. Mis cote a cote y a clairement pas photo…   

    Répondre | Lien | Citer

    Merci pour vos réactions qui ont l’avantage de m’amener à relativiser mon ressenti en apportant une interprétation différente, nettement plus charitable pour RS.

    Il ne faut certainement pas minimiser le souci de continuité visuelle, et cela peut expliquer que l’idée ait pu germer sous la forme suivante chez RS : « Pour que mon Nidhogg ne soit pas trop différent de celui de GR, tâchons tout simplement de dessiner le même ». Prise de façon très « 1er degré », cette idée s’est traduite par le fait de recopier purement et simplement les dessins du maître.

    C’est d’ailleurs ce qui m’ennuie, car cela rend la comparaison inévitable, et elle ne joue pas en faveur de RS. On sent bien que ses copies sont un bon cran au-dessous des originaux.

    Le fait d’avoir donné à Nidhogg des « pupilles de chat » me gêne peu. Je vois ça comme une réinterprétation mineure qui ne prête pas à conséquence. Ça donne même certainement un impact décuplé à la couverture que je trouve sublime, certainement l’une des plus belles de toutes les séries thorgaliennes confondues. Je me demande même si ça ne serait pas par hasard une invention de GR pour la couverture, et que du coup RS est revenu « corriger » tous ses dessins pour qu’ils soient raccord avec la couverture de RS. Une telle hypothèse ne me semblerait pas déconnante si l’on considère que RS était soucieux de marcher au maximum dans les pas du maître. Aurait-il vraiment de lui-même décidé de changer arbitrairement les yeux de notre serpent préféré, alors qu’il s’échinait par ailleurs à copier le plus fidèlement possible par ailleurs… ? À méditer…

    En tout cas pour résumer, personnellement ce qui me gêne est moins de réinterpréter le personnage dans la continuité, que de le calquer servilement. Qui plus est avec moins de talent car on voit bien que quelque chose a tendance à clocher dans les proportions ou dans les pupilles qui louchent (dans la scène avec Aaricia je crois ?).

    Quand bien même la copie serait parfaite, ça me gênerait tout autant, sinon plus.

    Je pense que la reprise d’une œuvre est exercice extrêmement périlleux, et que son succès tient à la capacité du nouvel auteur à insuffler sa propre personnalité pour enrichir l’univers, sans toutefois le dénaturer ni trahir son esprit. Copier ce qui a déjà été fait est la meilleure façon de livrer un résultat bâtard qui souffrira toujours de la comparaison et qui aura un goût de médiocre resucée.

    Lorsqu’on y réfléchit, les œuvres mythiques dont la reprise a toujours été une question épineuse ont généralement ceci en commun qu’elles ne constituent PAS un bloc monolithique, une recette unique, mais une succession de coups d’éclats géniaux qui partent dans des directions très différentes, sans qu’on se pose la question de la cohérence de l’ensemble grâce au talent de l’auteur.

    Qu’y a-t-il de commun entre Au-delà des Ombres et la chute de Brek Zarith qui le suit immédiatement ? Rien. Ces deux albums diffèrent autant qu’il est possible de l’imaginer, et pourtant ce sont deux chefs d’œuvre qui comptent parmi les perles de la série. On pourrait les croire issus de l’imagination de deux auteurs très différents, et qui sait si nous n’aurions pas crié au scandale de la rupture de ton, si nous n’avions pas (pour la plupart d’entre nous j’imagine) découvert ces 2 albums alors que leur appartenance au corpus depuis des décennies ne faisait aucun débat ? Van Hamme lui-même partait dans des directions totalement différentes d’une histoire à l’autre, et pourtant c’était toujours du Thorgal, il y avait ce je-ne-sais-quoi, cette magie, cette « patte ».

    Black et Mortimer n’est pas la reprise la pire qui soit, mais j’ai lu par le passé que le leitmotiv des repreneurs était de figer la bédé dans un statut quo des années 50, en considérant que l’album canonique entre tous était La Marque jaune. C’est évidemment un très bon album, mais ramener toute la série à ce seul opus est selon moi une erreur. Jacobs a fait des choses très différentes et c’est pour ça que sa série est rentrée dans l’histoire. Pour mythique qu’il soit, je n’irais d’ailleurs même pas jusqu’à garantir que ce B&M soit absolument le plus « jacobsien » de tous. Au passage, il me semble que les repreneurss se sont un peu libérés de cette contrainte artificielle des « années 50 » au fil du temps, ce qui n’est pas plus mal.

    De même, Spirou par Franquin puis par Tome et Janry a été brillamment repris car ces auteurs ont clairement apposé leur touche personnelle et ont expérimenté des nouvelles choses au lieu de toujours reservir la même tambouille ad nauseam.

    Selon moi RS est un dessinateur de talent et j’aime énormément la frimousse de sa Louve, bien plus à vrai dire que celle de Rosinski qui lui fait toujours cette affreuse mèche qui la fait ressembler à une ado émo à deux balles.

    Je sais que la série dérivée Louve pèche par de nombreux côtés, essentiellement dus aux tics insupportables de Yann : banalisation du merveilleux, coucheries à tout va, jurons foireux, références hors sujet, éléments scénaristiques semés au petit bonheur et mal exploités ou abandonnés aussitôt voire oubliés en cours de route, etc. Pourtant je trouve cette jeune héroïne très attachante et ça me donne envie de continuer à lire ses aventures. Si j’avais la chance de pouvoir scénariser dans l’univers de Thorgal, je pense qu’elle serait mon personnage préféré et que j’aurais envie de lui donner des aventures à la hauteur de son caractère bien trempé. Je trouve Jolan complètement dépourvu de charisme en comparaison. Depuis qu’il n’est plus ce gamin flippant et incontrôlable avec des pouvoirs de ouf, c’est un ado blondinet fadasse et efféminé qui suit le mouvement et fait ce qu’on attend de lui (scénaristes ou autres personnages), mais on ne le sent jamais franchement moteur de son propre destin et de sa propre vérité, là où, bon an mal an, je trouve que Yann a bien réussi cet aspect-là chez Louve.

    Pour en finir avec Nidhogg, je pense que RS n’était pas à l’aise avec ce personnage graphiquement, et par sécurité il a voulu recopier le maître et le résultat n’est pas top, mais RS est très bon par ailleurs et je ne suis pas rétif à l’idée qu’il se réapproprie les persos plutôt que de chercher à faire du sous-Rosinski. Mission brillamment réussie avec la petite Louve, selon moi.

    Bon, désolé, je suis un gros passionné tout comme vous, et comme je suis nouveau venu sur le forum, ce sont des années de choses à dire qui se déversent là en partant dans tout un tas de directions !!! Bonne chance pour vous y retrouver !

    Répondre | Lien | Citer

    Ah mais moi j’ai tout lu ! J’adore quand les nouveaux viennent apporter leurs analyses des albums. Ça apporte de la fraîcheur car nous les anciens, on n’a plus grand-chose à dire  .

    Je suis d’accord que Louve de RS est très jolie. Surtout, je suis contente qu’elle continue de ressembler à la Louve de Rosinsky, bien qu’elle soit effectivement différente. La Gardienne et Frigg ont eu également cette chance.

    Par contre, Aaricia et Kriss ne sont pas très réussies et c’est bien dommage.

    Tu as raison que le recopiage n’est pas une très bonne idée car la comparaison devient inévitable. Néanmoins, je t’invite à relire le tome 1 de Louve et à comparer Aaricia avec l’Aaricia d’Alinoë. Le recopiage est évident, mais pour ce cas précis, j’en suis reconnaissante car Aaricia ressemble à Aaricia ! Dans les tomes suivants, Roman prend plus de libertés mais cela donne une Aaricia qui ne ressemble plus à personne .

    Du coup… Qu’est-ce qui est préférable : un personnage impossible à reconnaître ou une copie ?

    En fait Aaricia m’a toujours semblée le personnage le plus difficile à illustrer, du fait du à son évolution graphique sous le trait de Rosinsky et également à cause du fait qu’elle n’a pas de signe distinctif particulier (Thorgal à sa cicatrice et son regard, Kriss ses cheveux et ses yeux, Louve sa bouche…

    Peut-être que Roman avait un problème similaire avec Niddhog ?

    Répondre | Lien | Citer

    Isis, concernant Aaricia je vais rester dans la lignée de ce que je disais : RS a le droit de dessiner « son » Aaricia. Après tout, comme tu le soulignes, GR l’a dessinée de tellement de façons différentes au cours des années… Et pourtant c’est bien elle, toujours. Va savoir pourquoi on la reconnaît. C’est l’essence du personnage qui est présente et qui fonctionne.

    À mon avis ce serait moins compliqué de reconnaître l’Aaricia « différente » de Roman, si Yann n’en avait pas surtout fait une personne différente. C’est parce que sa caractérisation a été saccagée que le dessin paraît d’autant plus représenter quelqu’un d’autre.

    Répondre | Lien | Citer

    C’est une bonne remarque je trouve. Aaricia des premiers albums, Aaricia de la période pays Qâ, Aaricia enfant, Aaricia en couleur directe…je n’ai jamais été choqué ou déçu en découvrant une nouvelle Aaricia dessinée par Rosinski, j’ai presque toujours eu l’impression de la reconnaître.

    C’est quasi la même chose pour Kriss sauf peut-être sur la fin de la période Van Hamme dans l’album Kriss de Valnor, ce qui est assez paradoxal.

    J’aime tout de même bien que les personnages soient dessinés dans le style Rosinski mais c’est bien leur personnalité qui a posé le plus de problèmes.

    Répondre | Lien | Citer

    Inky a écrit

    Isis, concernant Aaricia je vais rester dans la lignée de ce que je disais : RS a le droit de dessiner « son » Aaricia. Après tout, comme tu le soulignes, GR l’a dessinée de tellement de façons différentes au cours des années… Et pourtant c’est bien elle, toujours. Va savoir pourquoi on la reconnaît. C’est l’essence du personnage qui est présente et qui fonctionne.

    À mon avis ce serait moins compliqué de reconnaître l’Aaricia « différente » de Roman, si Yann n’en avait pas surtout fait une personne différente. C’est parce que sa caractérisation a été saccagée que le dessin paraît d’autant plus représenter quelqu’un d’autre.

    Possible. Bien que Aaricia me semble très laide dans l’album Niddhog lui-même et dans cet album, Yann a tenté de « reconduire » Aaricia.  Elle redevient courageuse et déterminée. 

    Je ne sais pas. L’Aaricia adulte de Roman me gène beaucoup. Sa mâchoire, sa bouche, sa silhouette… Et aussi le fait qu’elle ne change jamais de vêtements.

    Répondre | Lien | Citer
    Thorgal-BDThorgal-BDWebmestre

    Isis a écrit
    Et aussi le fait qu’elle ne change jamais de vêtements.

    Un point régulièrement évoqué, qui fait peut-être partie du cahier des charges proposé aux auteurs pour la reprise.

    C’est dommage, ce n’est pas du tout dans l’ADN Thorgal.

    Répondre | Lien | Citer

    Thorgal-BD a écrit
    Isis a écrit Et aussi le fait qu’elle ne change jamais de vêtements. Un point régulièrement évoqué, qui fait peut-être partie du cahier des charges proposé aux auteurs pour la reprise.

    Je n’avais même pas remarqué Comme quoi je ne suis pas trop attentif au dessin.

    Répondre | Lien | Citer

    On retrouve un point tristement commun à de nombreuses reprises de séries : figer un personnage dans une facette unique de son aspect/personnalité en choisissant un opus spécifique de la série d’origine comme référence absolue pour toutes les occurrences futures de ce perso… qui se retrouve désormais réduit à une caricature de lui-même. Et ce quand bien même dans la série d’origine ce perso évoluait, changeait d’aspect, jouait un rôle variable, etc.

    Répondre | Lien | Citer

    Ce qui est terrible c’est que c’est probablement fait dans une bonne intention, pour ne pas trahir l’esprit de la série ! Vu ce qui est arrivé à Aaricia, le problème n’aurait pas été de lui faire porter une tenue inédite, même ratée.

29 sujets de 81 à 109 (sur un total de 109)


Vous pouvez utiliser BBCodes pour formater votre contenu.
Votre compte ne peut pas utiliser les BBCodes avancée.



Question de sécurité
Qui suis-je ?
 Thorgal -  Aaricia -  Jolan 

Plan du site
Conditions Générales de Vente
Mentions légales
© Éditions Le Lombard 2019