Abonnement newsletter

X
X

S'enregistrer sur ce site

Les dieux ont mis un homme à l'épreuve

Top

Kriss de Valnor – 5 – Rouge Comme le Raheborg

Accueil / Forum / Les Mondes de Thorgal / Kriss de Valnor – 5 – Rouge Comme le Raheborg

Bienvenue

Kriss de Valnor – 5 – Rouge Comme le Raheborg

Ce sujet a 160 réponses, 22 participants et a été mis à jour par Immiuhra immiuhra, il y a 4 ans.

40 sujets de 121 à 160 (sur un total de 161)
  • Auteur
    Messages
  • Répondre | Lien | Citer

    Je l’ai lu !

    Première impression positive, impossible d’arrêter la lecture avant d’arriver à la fin de la BD ! C’est rempli d’action, de moments intenses, et De Vita n’hésite pas à sacrifier des personnages importants !

    En y regardant de plus près, je me faisais une petite réflexion sur le suspense. J’ai encore le souvenir de ces récits, où arrivés au bas de la page, le suspense nous incitait à la tourner très vite au vu de ce qu’on devinait dans la dernière case. D’ailleurs les premiers récits de Thorgal sont encore construits comme ça puisqu’il fallait motiver les lecteurs à acheter l’hebdomadaire suivant pour découvrir la suite des aventures de nos héros favoris.

    Hé bien ici, c’est à la dernière case de la dernière page de la BD que vous aurez cet effet-là ! Juste que la prochaine fois pour la suite, c’est pas dans une semaine, mais dans un an !

    Je n’en dis pas plus sur l’histoire pour l’instant, à vous de la découvrir…

    Répondre | Lien | Citer

    Je l’ai relu ! Hé oui, je lis des tas de fois mes albums

    Je ne reviens pas sur ce que j’ai dit au-dessus, l’histoire est passionnante à lire, il s’y passe énormément de choses, presque trop !

    Bon, deuxième lecture veut dire lecture un peu plus approfondie, et cette fois je vais me permettre quelques critiques. On ressent tout d’abord que ce n’est plus Graza qui s’est occupée des couleurs, les pages sont plus ternes… d’autre part, je relève quelques incohérences au niveau du récit, et là je ne sais pas si c’est dû à la libre adaptation du récit par De Vita.

    pp 18-19, les cavaliers parlent de villages qu’on ne voit absolument pas, c’est gênant en tant que lecteur. p 18, ils ont l’air d’être tournés vers le nord, pour regarder un village situé au sud.

    Les angles de vue sont pour moi plusieurs fois devenus des problèmes pour comprendre les lieux des combats, tout comme les distances qui ne semblent pas toujours réalistes.

    Kriss combat dans le premier groupe, Jolan dans le deuxième avec le duc, Gwenda arrive avec un troisième groupe pour protéger le deuxième, et Fhropor vient avec son quatrième groupe barrer la route du troisième.
    C’est à ce moment-là que Kriss saute à cheval et s’attaque à Gwenda, mais entre elles deux, il devrait y avoir tous les autres combattants ! J’ai l’impression que De Vita aurait dû aussi se servir de la magnifique carte du champ de bataille réalisée par Jolan.
    Autre exemple p 31, Arlac répond à Gwenda, alors que de là où il arrive, c’est impossible qu’il ait entendu ce qu’elle disait à Kriss.

    Maintenant, je ne vais pas bouder mon plaisir, il y a de l’action dans ce récit, ça me change du dernier tome de Thorgal où je regardais voler les oiseaux…

    Répondre | Lien | Citer

    Je l »ai eu il est génial!!!
    quand je pense qu’il faut que j’attende 1 ans pour savoir la suite c’est pas juste

    Répondre | Lien | Citer
    Thorgal-BDThorgal-BDWebmestre

    Tjahzi a écrit :
    Kriss combat dans le premier groupe, Jolan dans le deuxième avec le duc, Gwenda arrive avec un troisième groupe pour protéger le deuxième, et Fhropor vient avec son quatrième groupe barrer la route du troisième.
    C’est à ce moment-là que Kriss saute à cheval et s’attaque à Gwenda, mais entre elles deux, il devrait y avoir tous les autres combattants ! J’ai l’impression que De Vita aurait dû aussi se servir de la magnifique carte du champ de bataille réalisée par Jolan.
    Autre exemple p 31, Arlac répond à Gwenda, alors que de là où il arrive, c’est impossible qu’il ait entendu ce qu’elle disait à Kriss.

    J’ai moi aussi trouvé certaines scènes des combats un peu confuses. Pas toujours facile de savoir qui fait quoi, qui est qui, où se trouvent les gens.
    Il faut dire qu’il y a beaucoup de factions, et qu’il y a des factions dans les factions !

    Répondre | Lien | Citer

    Oui, l’album était bien plus captivant, ça fait du bien.
    Même si j’ai du relire plusieurs fois certains passages parce qu’effectivement, les villages cités sont invisibles et les personnages ne regardent pas dans la bonne direction, et parfois, les dessins sont très embrouillés, de sorte que la compréhension est plus difficile, je trouve. N’empêche que dans l’ensemble, j’en suis contente !

    Répondre | Lien | Citer

    Je l’ai lu.

    Je ne suis d’accord avec aucune critique positive déjà émise.
    Je suis d’accord avec toutes les critiques négatives déjà émises.
    (en fait j’avais commencé un commentaire bien plus long et à la suite d’une déconnexion, j’ai tout perdu, et la j’ai un peu la flemme… mais promis j’argumenterai).

    Pour faire simple, cet album n’est sûrement pas moins bon que le précédent, mais du fait de l’accumulation, j’en arrive à penser que c’est le pire des KDV. Même les dessins m’ont déçu. Comme vous l’avez déjà relevé beaucoup de passages sont pas clairs, tout simplement incompréhensibles.

    Répondre | Lien | Citer

    +1
    C’est certainement un bon album, mais pas un bon Thorgal pour moi, comme trop souvent ces derniers temps.

    Répondre | Lien | Citer

    Hé, il faut argumenter les gars… Après une 3ème lecture, j’ai trouvé d’autres choses à redire, mais je crois qu’on a une exigence vis-à-vis des albums Thorgal qu’on ne demande à aucune autre série !

    Après vos remarques négatives, je suis allé feuilleter en librairie les 30 autres albums BD sortis ce mois-ci. Je peux vous dire que j’ai trouvé que la toute grande majorité ne valait pas cet album-ci. Un critère pour moi est d’avoir envie de relire une deuxième fois l’histoire, ou de lire les autres albums de l’auteur. Eh bien, je n’ai pratiquement pas ressenti ça en lisant toutes ces BD. non

    Répondre | Lien | Citer

    Argumentons :

    Commençons par la fin :

    Un critère pour moi est d’avoir envie de relire une deuxième fois l’histoire,

    Binh justement, personnellement, je n’ai pas eu envie de le relire, et je ne le tiens dans les mains pour la seconde fois que pour étayer ma critique. C’était la même chose pour les deux derniers, je ne les ai jamais relus (pourtant je les achète).

    je suis allé feuilleter en librairie les 30 autres albums BD sortis ce mois-ci. Je peux vous dire que j’ai trouvé que la toute grande majorité ne valait pas cet album-ci.

    Peut être mais ce n’est pas une raison, ce n’est parce que la plupart des fringues que l’on voit dans les boutiques sont de mauvaise qualité que je me contente de moyenne. (Entre parenthèse je recommande le dernier « de cape et de croc » sorti à peu près la même semaine, c’est comme d’habitude un pur bonheur)

    je crois qu’on a une exigence vis-à-vis des albums Thorgal qu’on ne demande à aucune autre série !

    Même pas, je suis exigent avec toutes les séries que j’ai commencé à suivre parce que je les aimais bien, cela vaut pour Thorgal comme pour d’autre.

    Bon parlons un peu de l’album :

    Comme je disais, pour une fois le dessin m’a déçu. Je crois que c’est la première fois pour un Thorgal (peut être le Royaume sous le sable aussi, pardon maître).
    Attention, je ne dis pas qu’il est pas bien, j’aime beaucoup le dessin de De Vita, juste je le trouve moins bien que d’habitude. Ou plus exactement, moins adapté à cet album. Le dessin de bataille « en temps réel » quand il dépasse un plan large et trois détails est ingrat, difficile et pas toujours intéressant (ceux qui ont lu Les chroniques de la lune noire peuvent en témoigner). Du coup, je trouve les arrières plans pas assez détaillés, imprécis. Les plans larges avec de multiples personnages et autre machine de guerre ne sont pas réussis à mon goût (page 9 : le camp, page 18, page 24, page 41, par exemple….
    En suite, toujours sur le dessin de bataille, et cela concerne plus la mise en page : j’ai très souvent eu du mal comprendre ce qu’il se passait, cela déjà été dit : l’explication géographique (j’ai toujours pas compris où étaient le village et les grottes), les positions des personnages dans l’action, la mort d’Arlac, de la méchante… Certes je lis peut être un peu vite, mais bon… Les chronique de la lune noire, c’est parfois très moche mais au moins je comprends.
    Tout se passe trop vite sur ces planches. La série s’oriente sur un genre plus épique, soit, c’est pas ce qui m’a attiré, mais j’aime bien par ailleurs. Mais faut le faire bien. Une bataille : deux trois plans large, pas plus. Au sommet de l’album un combat méga important : ok, 2 ou 3 pages. Ca ralenti rien, au contraire.

    Bon je m’arrête là, je parlerai du scénario plus tard.

    Répondre | Lien | Citer

    J’ai été aussi un peu déçue de ce nouveau dessin, mais je me dis que c’est parce que je suis trop habituée au style de Rosinski, qui restera, pour moi, de toutes façons, toujours le meilleur.

    Les scènes de batailles sont super confuses, j’ai dû relire trois-quatre fois pour comprendre certains passages : concernant Arlac, je n’ai pas vu à quel moment il s’est pris le coup d’épée fatal au flanc, je n’ai vu que le coup sur la nuque et la pendaison. Kriss qui rattrape Gwenda j’ai pas compris comment non plus, la scène de décapitation est super floue, et j’ai été frustrée de ne pas arriver à visualiser le plan géographique des villages et grottes et troupes. Ya d’autres scènes méga floues mais comme je n’ai pas l’album sous les yeux je ne sais plus.

    N’empêche que comparé aux autres albums qui se traînaient, celui-là va plus vite…

    Répondre | Lien | Citer
    Thorgal-BDThorgal-BDWebmestre

    Pour ma part j’ai beaucoup aimé le dessin que je trouve du niveau du tome précédent. Beaucoup de cases, de pages, sont superbes (à mon goût) et je trouve l’album globalement joli. Les deux pages d’introduction, avec le cauchemar, m’ont plu d’emblée, d’autant qu’elles remettent un peu de la malédiction des Walkyries dans la balance.

    Il y a par contre des raccourcis (peut-être liés à la volonté d’avancer plus vite vers la conclusion). Il y a des scènes qui nécessitent 2-3 lectures pour être comprises, je n’ai toujours pas bien compris ce qui se passe avec la charge de cavalerie. Je n’avais pas compris, moi non plus, que la duchesse avait perdu un morceau en route, et je me suis demandé d’où sortait le cavalier qui sauve Magnus à la fin.

    Les couleurs, pas mal. J’adore leur texture, elles complètent et enrichissent le dessin. Un peu saturé d’olivâtre, par contre, et on est habitués à des couleurs plus tranchées, des pages qui se démarquent plus fortement les unes des autres.
    Donc pour moi, les couleurs, bien, mais je suis sûr que ça peut être encore mieux avec un peu plus de contraste.

    Les bons points du scénario pour moi.
    Je suis content que l’histoire avance nettement. Les 20 premières pages, on ne fait que préparer la bataille, dans la continuité de l’album précédent. Je commençais à m’inquiéter en lisant, alors que j’avais bien accroché aux premières pages. Mais après ça pulse, ça part dans tous les sens, ça bouge enfin.
    Je suis aussi satisfait globalement des personnages. Kriss se rhabille et semble plus humaine, moins psychopathe. Les 4 fantastiques servent enfin à quelque chose et l’un d’entre eux se décide à mourir, je trouve bien d’avoir pris des risques avec ces personnages. Ca peut faire éclater ce groupe et leur ouvrir de nouvelles perspectives.

    Magnus est sympa. Bien dessiné et bien allumé.

    Finalement, il n’y a que Jolan que je trouve encore une fois peu charismatique, fade, surtout par rapport à ses camarades de l’album.

    La fin me donne bon espoir, j’aimerais que Kriss reprenne la route, redevienne une aventurière.

    Par contre j’ai envie de dire quelques mots sur la stratégie guerrière.
    Confronté à un ennemi retranché en terrain difficile, le duc choisit de ne pas attendre son puissant partenaire, de fractionner ses troupes, de traverser en zone compliquée, sans tête de pont, sans soutien d’archers ou de cavaliers. Bilan, il se fait défoncer.
    En face, les Vikings ont bien préparé le terrain, et gardent un certain effet de surprise puisque leur adversaire n’est apparemment pas bien doué. Mais ils choisissent de porter le combat jusque dans l’eau, ce qui leur fait perdre l’avantage du terrain après l’impact initial.
    Et puis, je ne sais pas, quelques archers auraient fait d’abominables dégâts dans l’armée du duc. A une époque (la meilleure) Kriss n’aurait pas eu une épée à la main, elle aurait eu un arc.
    Mais le champion toute catégorie est quand même Magnus, qui place toute son armée au fond de la vallée, et bombarde les flancs du barrage jusqu’à ce qu’il lâche et que le lac engloutisse tous ses hommes et ses belles machines.

    Je trouve par contre que la scène est vraiment épique, superbement mise en scène, le bombardement, le combat des chefs en simultané, le combat des dieux en filigrane.

    Au final, je trouve que c’est un album sympa, qui aurait peut-être gagné à retirer 3-4 planches du début pour les remplacer par 3-4 planches à la fin, histoire de rendre le combat final plus épique et un peu plus facile à suivre.

    Répondre | Lien | Citer

    Ah, j’aime lire tout ce que vous pensez de cet album

    Les scènes de combat occupent une place centrale dans ce récit, et effectivement, le choix du découpage des planches, l’utilisation des plans larges qui auraient pu être bien plus impressionnants, ou les plans rapprochés pour des moments cruciaux, tout cela aurait pu être plus intense.

    Le choix de laisser un certain flou sur les moments tragiques ne m’a pas dérangé, bien au contraire, je n’aurais pas apprécié de voir le détail de ces scènes sanglantes. Dans ces cas-là, ça ne me dérange pas de devoir relire une seconde fois pour comprendre réellement ce qui est arrivé.

    Quant à la stratégie de combat, je trouve aussi que tout ça n’a guère de sens. Ni de la part des vikings qui auraient pu se débarrasser tout autrement de l’armée du duc, ni encore moins de ce duc qui échoue le premier jour, et refait encore pire le lendemain alors que la veille au soir, il était bien décidé à attendre l’arrivée de l’armée de Magnus. Et cette armée qui bombarde à outrance sans une seule fois toucher le barrage, c’est purement irréaliste, tout comme l’armée entière qui attend dans la vallée face à des tonnes d’eau prêtes à se déverser. Si au moins il y avait eu l’effet de surprise, mais ce barrage était cousu de fil blanc

    Répondre | Lien | Citer
    KimKim

    J’ai acheté l’album hier et l’ai lu deux fois de suite.
    Alors qu’en dire ? Indéniablement, c’est un bon album à mon goût. L’action est bien menée, le dessin de De Vita est beau (même si je n’aime pas toujours la tête de Kriss)
    Parmi les défauts, oui, il y a effectivement la stratégie assez effroyablement stupide des uns et des autres…l’empereur Magnus mene ses troupes dans le lit d’une rivière sous un barrage colossal. D’autre part, Kriss et Jolan ne sont guère plus malins: des archers bien placés auraient pu causer des dommages considérables. Dans la première attaque contre le duc, il aurait probablement mieux valut couper l’armée du duc en deux quand elle passe le pont sur le bararge et en anéantir une partie. Kriss attaque trop tôt. Etrange de la part d’une guerrière éprouvée.
    Dans l’attaque lors du passage de la rivière, pourquoi des cavaliers? des archers bien placés auraient été plus utiles.
    Et surtout avec un tel emplacement, pourquoi ne pas avoir laissé faire la jonction des deux armées et détruit le barrage ? en cachant des troupes sur les hauteurs afin de massacrer les survivants et fuyards ?
    Le côté confus des combats ne m’a pas trop dérangé, dans une bataille, il doit être difficile aux soldats de comprendre vraiment ce qui se passe, pourquoi ne pas le retranscrire graphiquement? même si une vue générale aurait été la bienvenue à un moment où à un autre pour comprendre pleinement le champs de bataille.
    Un petit point qui m’a dérangé, mais c’est un détail. Jusqu’à présent, il y avait une certaine neutralité ou véracité dans les costumes de Thorgal. Là, les combattants de Magnus portent des armures beaucoup trop tardives et emploient des armes comme les catapultes qui ne sont pas en usage à cette époque.Et les tours d’assaut n’ont aucun intérêt pour des combats… elles ne sont utiles que lors de sièges et en plus ne sont que fort peu mobiles. La série souffre d’un manque de réalisme historique qui commence à me gêner.
    Sinon, l’album est vraiment bien. Décidement c’est la série des Kriss de Valnor qui me parait la plus intéressante en ce moment (loin du désastre d’Aaricia dans Louve ou du vide thorgalien).
    Par contre, petit truc bizarre, il est fait allusion au fait que Kriss et Jolan ont unifié l’ensemble des Vikings, comment se fait-il que dans la série Louve aucune allusion n’y soit faite? notamment il ne semble pas y avoir moins d’hommes que d’habitude, alors que dans un contexte de guerre et d’expédition, on peut supooser que Kriss et Jolan ont réuni toutes les troupes disponibles ? Dans d’autres albums (la marque des bannis, la bataille d’Asgard ou le bateau sabre), le village est déserté par tous les hommes valides partis en expédition.
    Encore une fois, c’est un très bon album!
    Désolé de la longueur du pavé…

    Répondre | Lien | Citer
    Thorgal-BDThorgal-BDWebmestre

    Kim a écrit :
    Un petit point qui m’a dérangé, mais c’est un détail. Jusqu’à présent, il y avait une certaine neutralité ou véracité dans les costumes de Thorgal. Là, les combattants de Magnus portent des armures beaucoup trop tardives et emploient des armes comme les catapultes qui ne sont pas en usage à cette époque.Et les tours d’assaut n’ont aucun intérêt pour des combats… elles ne sont utiles que lors de sièges et en plus ne sont que fort peu mobiles. La série souffre d’un manque de réalisme historique qui commence à me gêner.

    Moi c’est le contraire, j’ai toujours apprécié l’absence de références historiques et le melting pot culturel. J’aime que tout puisse arriver dans la série.
    Les armures, armes et uniformes me plaisent bien dans cet album.

    Je précise que ce ne sont pas des catapultes et des tours de siège, mais des trébuchets. J’ai toujours trouvé cette arme particulièrement impressionnante.
    Ca doit être sympa d’en construire un avec des potes, pour péter des trucs avec. Imagine, tu mets une vieille télé et tu la balances à 150 m. Le pied !

    Répondre | Lien | Citer

    Continuons sur le scénario :

    cousu de fil blanc

    Binh oui, ça tiens en 4 mots en fait.
    Bon blague à part :

    Moi c’est le contraire, j’ai toujours apprécié l’absence de références historiques et le melting pot culturel.

    Binh oui, moi aussi, mais il y avait une vraisemblance avant, ce n’était pas l’Histoire avec un grand H, mais il y avait un cadre. Aujourd’hui l’Histoire est plus nette mais le cadre est plus flou.

    il y a effectivement la stratégie assez effroyablement stupide des uns et des autres…

    Binh oui, personnes n’est ici expert en stratégie guerrière médiévale, pourtant on aurait probablement tous fait mieux.

    N’empêche que comparé aux autres albums qui se traînaient, celui-là va plus vite…

    Binh oui, mais il ne faut pas confondre vitesse et précipitation.

    je n’aurais pas apprécié de voir le détail de ces scènes sanglantes.

    C’est pas forcément du sang qu’on demande, pour ma part juste comprendre. On peut être clair sans pour autant être un boucher.

    un barrage colossal

    Il choque personne celui-là ? Je suis pas un chantre du réalisme mais quand même… mince quoi. En plus c’est pas beau à dessiner.

    des Vikings

    ?! y a t-il seulement quelque chose qui vous fait penser aux vikings à part les efforts du scénariste pour vous le faire croire ?

    Jolan que je trouve encore une fois peu charismatique, fade

    Binh oui, il avait plus de charisme à 5 ans quand il bronzait au pays Qa.

    Pour finir : une réplique m’a choqué, page 7, case 4, sur le dessin des cartes. Il n’y a rien de pire qu’un scénario, qui conscient de ses faiblesses, les met en avant pour s’auto-expliquer. Les petits détails un peu bizarre quand il y en a pas trop c’est pas gênant, il y en a dans la série originelle. C’est quand il y en a plusieurs que ça pose problème (un peu comme les auvergnats en fait), mais si en plus on les met en avant… Ca sent la potée…

    Bon je suis un peu sévère mais bon, mince quoi. Je nuancerai à peine en disant que pour pouvoir critiquer il faut qu’il y ait matière, parfois, il n’y en a même pas.

    Répondre | Lien | Citer

    Tout d’abord, pour la première fois depuis pas mal d’albums scénarisés par Yves Sente, je ne me suis pas ennuyé en lisant! Ce cinquième volet des aventures de Kriss n’est pas un énième « tome de transition » comme les précédentes aventures de la guerrières et de la série mère.

    Par contre, effectivement, tout comme vous, j’ai trouvé le déroulement de la bataille assez confus et les actions des différents acteurs parfois invraisemblables. Cependant, je suis satisfait de voir que le personnage de Kriss semble avoir gagné en maturité tout en gardant certains traits de caractère habituels, je pense notamment à son amour immodéré de l’or. Rassuré aussi de constater que Jolan, lors de sa conversation avec Kriss à la veille du combat, ne semble pas véritablement prendre goût aux jeux de massacre auxquels il participe sur le champ de bataille. Il y a peut-être moyen de sauver le personnage après tout.

    Quant aux nouvelles couleurs, j’étais très sceptiques en voyant le résultat des planches informatiques postées sur le site. Mais avec l’album physique, je trouve finalement qu’elles conviennent parfaitement au dessin de Giulio De Vita. On peut toutefois regretter une certaine perte d’unicité entre les albums de la série.

    En fin de compte, on ne tient pas entre les mains un album exceptionnel mais l’intrigue avance enfin! Je suis assez intrigué de voir comment Xavier Dorison va faire évoluer les choses désormais.

    Répondre | Lien | Citer
    Thorgal-BDThorgal-BDWebmestre

    Oui, d’ailleurs je pense qu’il lui sera plus facile de rebondir sur une fin bien marquée comme ici, que sur la série principale.
    Là le nouveau scénariste va arriver avec une situation apaisée et des pistes de départ intéressantes, Kriss qui peut retrouver son indépendance, Magnus qui traîne toujours dans le coin, et Jolan qui peut être mené dans toutes sortes de directions, avec ou sans son groupe.

    Supercarotte a écrit :
    Binh oui, personnes n’est ici expert en stratégie guerrière médiévale, pourtant on aurait probablement tous fait mieux.

    Tout est question d’interprétation, le scénario est une chose, la stratégie guerrière une autre. Les grands généraux se plantent aussi dans la réalité, on va bientôt commémorer les 100 ans du Chemin des Dames.
    Par rapport à mes propos, on peut tout nuancer. On peut se dire que Auxaterra voulait impressionner sa femme et son beau-père, prouver sa virilité et son indépendance.
    Que les Vikings ont misé sur l’eau parce que les troupes ennemies sont plus lourdes, moins mobiles.
    Que Magnus est aveuglé par la douleur de la perte de sa fille, et par son fanatisme religieux.

    Le tout permet d’aboutir à 3 scènes intéressantes, le combat dans l’eau, le bombardement terrible, le combat des chefs.

    Supercarotte a écrit :
    C’est quand il y en a plusieurs que ça pose problème (un peu comme les auvergnats en fait), mais si en plus on les met en avant… Ca sent la potée…

    Dans la potée, les Auvergnats bouffent de la carotte.

    Répondre | Lien | Citer

    Tout est question d’interprétation, le scénario est une chose, la stratégie guerrière une autre. Les grands généraux se plantent aussi dans la réalité, on va bientôt commémorer les 100 ans du Chemin des Dames.
    Par rapport à mes propos, on peut tout nuancer. On peut se dire que Auxaterra voulait impressionner sa femme et son beau-père, prouver sa virilité et son indépendance.
    Que les Vikings ont misé sur l’eau parce que les troupes ennemies sont plus lourdes, moins mobiles.
    Que Magnus est aveuglé par la douleur de la perte de sa fille, et par son fanatisme religieux.

    C’est pas parce qu’on a des étoiles sur les épaules qu’on est un bon général (et réciproquement). C’est pas parce qu’on est un bon général qu’on fait jamais de connerie (et pas réciproquement). Je suis d’accord avec toi.

    Le scénario est une chose la stratégie une autre, je suis d’accord avec toi (on peut présenter dans une histoire quelqu’un qui a une mauvaise stratégie, je vous recommande « les filles électriques » de Zep d’ailleurs).

    Pour les interprétations je suis moins d’accord :
    -ok pour le vilain duc, c’est plutôt d’ailleurs présenté comme ça. Et là est toute la différence.
    -Non pour Magnus, il est pas présenté comme ça. Enfin moi je ne trouve pas. Du coup son action ne colle pas avec le personnage.
    -Pour Jolan… en fait j’ai toujours pas compris sa stratégie, et probablement personne, ce qui en soit est finalement une bonne stratégie.

    Répondre | Lien | Citer
    Thorgal-BDThorgal-BDWebmestre

    Quelques chiffres, pour sa première semaine l’album s’est classé 47ème des ventes de livres en France, et surtout 7ème BD (derrière Largo Winch, Lucky Luke, Naruto, Joe Bar Team, Le chat et Les légendaires.
    Pas mal je pense, surtout en cette période pleine de « grosses » sorties.

    Répondre | Lien | Citer
    Honteux

    Bonjour,

    Suis-je la seule à trouver honteux les dessins de cette planche ? Non mais ça n’a tout simplement rien à voir avec Thorgal, ils sont en train de faire n’importe quoi et l’hypothèse d’un remaniement total de la série semble plausible.
    Quand je dis dessins, j’inclus dessins et couleurs, et bien c’est aberrant, on dirait que ce n’est plus du tout le même univers. Je suis de manière assidue Thorgal depuis que j’ai 10 ans, et c’est une véritable déception.

    Fan en colère.

    Répondre | Lien | Citer
    Thorgal-BDThorgal-BDWebmestre

    La série Kriss s’éloigne sensiblement, par son thème et son graphisme, de la série Thorgal. Tout en restant dans le même univers.
    Il est sûr que certains lecteurs aiment, et d’autre pas, c’est normal.

    On peut se dire aussi que la série principale a beaucoup changé quand Rosinski est passé aux couleurs directes, ce qui n’a pas plu a tout le monde aussi.

    Je change de sujet, désolé ! Pour coller à l’actu.
    Je vous propose d’aller faire un tour sur la toute nouvelle fiche de l’album « Rouge comme le Raheborg ».
    Elle est complétée d’une analyse et de nombreux bonus.

    Vous y trouverez les premières planches de l’album, des visuels présentant le travail des nouveaux coloristes de la série, Matteo Vattani et Sara Spano, une présentation des forces en présence et de l’équipement des guerriers vikings, une analyse de l’album, de nombreux visuels…

    Dans la partie Atelier, différentes étapes de la réalisation de la couverture par Grzegorz Rosinski et d’une planche par Giulio de Vita sont présentées et commentées. Vous pourrez suivre le cheminement des deux artistes, depuis les étapes essentielles du crayonné ou de l’esquisse, jusqu’à l’œuvre finale.

    A voir ICI en suivant ce lien !

    Répondre | Lien | Citer

    Pfiouu ! Un travail magnifique !

    J’ai bien aimé cet album à ma première lecture, mais cette analyse me le fait apprécier encore plus. Si cette fiche avait, comme pour moi, l’effet de faire monter chacun d’un cran dans l’appréciation de l’album, ce serait parfait !

    La visite de la partie « Atelier » est passionnante. Et sous l’onglet « A propos » (qui cache la partie la plus fouillée de la fiche), les comparaisons entre Kriss et Jolan, ou Kriss et Magnus m’ont fort intéressé, tout comme les dessins avant/après encrage.
    Je verrais bien dans ce texte assez long des liens réguliers vers les autres parties du site, comme dans ces exemples :
    – Suite de l’album « Alliances ».
    – Le dessinateur, Giulio de Vita
    – voir la fiche de l’album « Le bouclier de Thor »

    Ce seraient des liens cliquables vers les auteurs, les albums ou d’autres parties du site.

    Mais en revoyant les hyperliens déjà en usage sur ce forum pour les albums, je me dis que cette fenêtre qui s’ouvre avec une image quand on passe au-dessus du lien (donc sans cliquer) est une idée qui serait aussi très bien adaptée à ce texte de présentation.
    Quand on y parle par exemple du trébuchet, du bouclier de bois ou de la poignée d’épée, une image qui apparaitrait en passant avec la souris permettrait de valoriser les dessins de la BD, même si je reconnais que les illustrations déjà présentes sont très sympas.

    Voilà d’autres idées pour la suite, mais encore un grand bravo pour cette analyse hyperfouillée un mois après la sortie de l’album

    Répondre | Lien | Citer
    Thorgal-BDThorgal-BDWebmestre

    Merci !

    Tjahzi a écrit :
    Je verrais bien dans ce texte assez long des liens réguliers vers les autres parties du site, comme dans ces exemples :
    – Suite de l’album « Alliances ».
    – Le dessinateur, Giulio de Vita
    – voir la fiche de l’album « Le bouclier de Thor »

    Ce seraient des liens cliquables vers les auteurs, les albums ou d’autres parties du site.

    Mais en revoyant les hyperliens déjà en usage sur ce forum pour les albums, je me dis que cette fenêtre qui s’ouvre avec une image quand on passe au-dessus du lien (donc sans cliquer) est une idée qui serait aussi très bien adaptée à ce texte de présentation.

    C’est prévu !
    C’est pour ça que je n’ai pas encore mis de liens dans les fiches, quand je cite un album. Quand tout sera en place, toutes les pages du site réagiront de la même façon, en ajoutant automatiquement un lien et un cadre avec des infos, comme ici sur le forum.

    Pour des objets ou thèmes, ce serait plus compliqué, mais pour les auteurs, effectivement c’est aussi faisable. Je prends note.

    Répondre | Lien | Citer
    Dépitée!

    Bonjour à tous,

    Il aura fallu l’achat de ce dernier album pour enfin prendre part à ce forum, que je lis régulièrement depuis quelques années sans oser y participer. Lire tous vos commentaires, de grande qualité, me suffisait.

    Mais là, non, j’ai besoin de partager la colère que j’ai suite à la lecture de cet album. Je suis peut être un peu dure mais pour moi il est le pire de tous en cela qu’il n’en ressort plus aucune humanité. Quand je lisais un Thorgal, ma BD favorite depuis 20 ans, je lisais une grande saga nordique épique et familiale, saupoudrée de magie et de légendes. Là j’ai devant moi un album qui parle de guerre, avec des stratégies plutôt invraisemblables en plus, mais là n’est malheureusement pas le problème. L’intrigue est pour moi inintéressante et je n’ai même pas eu le cœur de le relire une seconde fois, préférant relire mes « vieux » thorgal.
    Je ne retrouve pas mes héros, que fais Jolan au milieu de tout ça? Comment peut-on en arriver là avec des parents comme Thorgal et Aaricia? Il tue un homme sans même que cela ne le perturbe, en trophée à son « épouse », Kriss de Valnor?? Je ne parle même pas d’Aaricia, de Thorgal et de Louve: jusqu’où va t’on prendre les lecteurs pour des imbéciles? des foules sentimentales qui continuent à acheter leurs albums en espérant que ce sera moins pire que la dernière fois?

    J’ai lu avec surprise que Sente lâche l’affaire, mais peut-on ramener à notre libraire tous les albums qui ont gâché notre série, comme si tout cela n’était qu’une mauvaise blague? Le mal est fait, et je ne vois pas comment un autre scénariste pourrait rattraper cela.

    Il me semblait qu’il n’était au début pas question que les séries dérivées aient un impact sur la série-mère, or ce n’est pas le cas, nous allons d’invraisemblances en invraisemblances, on dénature cette belle série. Les dessins vont de pair: on continue d’acheter les albums parce que les couvertures sont belles, oui, c’est toujours Rosinski, mais à l’intérieur, plus rien de ressemble à Thorgal.

    Je veux bien admettre que De Vita soit un bon dessinateur, mais il n’est pas celui de Thorgal. Si on dénature une série, autant en créer une autre, mince alors, avec son propre univers, ses propres walkyries, ses propres héros.

    Le minimum était de respecter au moins la série mère, il me semble? Reste au nouveau scénariste un sacré champos de bataille, bien pire que celui de Jolan et Kriss…

    Allez, une note positive: les anciens albums me semblent encore meilleurs qu’avant et ça aurait pu être pire avec une scène érotique entre Jolan et Kriss!

    Répondre | Lien | Citer
    Thorgal-BDThorgal-BDWebmestre

    Bonjour Floriane,

    Tu as raison quand tu parles des rapports qu’on peut avoir avec une œuvre qui a marqué notre jeunesse, avec des personnages qui nous ont fait rêver. Ta colère est exprimée fréquemment par pas mal de lecteurs.

    Mais je crois qu’il faut vraiment donner sa chance au nouveau scénariste. L’histoire est une chose, mais c’est surtout l’esprit de la série qui peut revenir très vite. Dès le prochain album, l’émotion et les valeurs que nous recherchons peuvent être de retour.

    Pour le dessin, je trouve que De Vita ne démérite pas, même si son style est très différent de celui de Rosinski. Je pense par contre que la série Kriss de Valnor doit se recentrer sur son personnage, sur Kriss, afin que les lecteurs attachés à la patte rosinskienne puissent continuer à lire Thorgal sans se sentir obligés de lire Kriss, et vice-versa.

    Répondre | Lien | Citer

    Juste pour rebondir sur le dessin de De Vita, je le trouve d’habitude très bien, même s’il est différent de celui de GR (ce qui est tout à fait normal soit dit en passant) il est dans l’esprit. Mais cet album là, je le trouve quand même un peu en dessous des autres, peut être en partie parce que le sujet ne se prête pas bien à son dessin (notamment cet horrible barrage, ni beau pour le dessin, ni crédible pour le scénario).

    Répondre | Lien | Citer

    Voici une communication de De Vita qui arrête Kriss

    a lire sur son site
    je suis très surpris et déçu eu égard au très bon travail de M.DE VITA sur la série
    et inquiet de la suite (quel dessinateur ? a quand la suite?)
    ça fait bcp de changement tout ça:

    Sunday, 25 January 2015

    Au revoir, Kriss de Valnor

    Après cinq ans et autant d’albums de Kriss de Valnor dans lesquels je me suis totalement confié au projet des Mondes de Thorgal, arrivé idéalment à la conclusion d’un cycle narratif, j’ai décidé qu’il est temps de laisser continuer à d’autres la réalisation de cette importante serie.

    C’était une expérience professionnelle et humaine importante pour moi, j’ai travaillé à coté de personnalités influent de la BD, j’ai affronté les problématiques complexes et controversés qu’un titre top-vente implique, mais surtout j’ai connu et servi, j’espère au mieux, mais sans doute sans jamais me ménager, un personnage, Kriss avec laquelle j’ai eu l’honneur de danser bien 238 fois sur les planches blanches de la scène de la BD, et je vous assure, c’était toujours elle à mèner

    Mais je suis persuadé que le chemin créatif d’un dessinateur doit continuer. L’engagement que Kriss me demandait ne me permettait pas de poursuivre dans cette direction, ni dans le projet même, ni parallèlement dans un autre projet en me restent pas assez d’energie et du temps pour m’en dédier avec suffisant attention.

    J’ai communiqué ma décision à mes copains de voyage qui ont accepté et compris combien cette choix à été difficile. La choix plus dure est souvent la juste. J’arrête dans le clou, avec ce que je considère au moment le meilleur album de ma carriere en sachent que je ne pourrais pas faire du mieux dans le prochain. Ça aurait deçu les lecteurs et moi même.

    Kriss ne suffira pas ma absence, au contraire le dessinateur qui va me remplacer aura la motivation, l’energie et l’enthousiasme pour ne decevoir personne mais surtout servir au mieux l’un des personnages plus fascinants de la BD moderne.

    Longue vie à Kriss de Valnor, je resterais un des top fan de ce personnage, vive la BD.

    Giulio De Vita (24 Jan 2015)

    Répondre | Lien | Citer

    Merci Thierry pour cette information importante ! Voilà une décision qui remet en question la suite des évènements. Pour moi, c’est l’occasion de se poser pour voir quel avenir donner à Thorgal et à ses mondes. J’espère de mon côté que cela pourra accélérer le retour à une seule série. Comme dit De Vita, on est à la conclusion d’un cycle pour les aventures de Kriss. Je pense qu’il ne serait pas bon de relancer cette série avec un nouveau dessinateur et un nouveau scénariste juste pour 2-3 albums. C’est plutôt l’occasion pour Kriss et Jolan de rejoindre Thorgal dans de nouvelles aventures. Un tout grand bravo en tout cas à De Vita pour le dynamisme qu’il a insufflé dans ses 238 planches !

    Steph, je pense que cette actualité nécessite l’ouverture d’un nouveau sujet, non ?

    Répondre | Lien | Citer
    Thorgal-BDThorgal-BDWebmestre

    Un choc inattendu !
    Afin de garder ici le fil de l’album, je vous propose d’en parler dans le sujet dédié à Giulio de Vita, ICI.

    Répondre | Lien | Citer

    Quand on y pense quand même, le Raheborg aura emporté avec lui Kriss de Valnor et toute l’armée de Magnus, mais aussi son scénariste et son dessinateur ! Sur ce coup-là, on aurait vraiment dû écouter Supercarotte qui mettait en doute la qualité du barrage

    Répondre | Lien | Citer
    Un vaisseau vers l’infini !

    Bonjour Thorgaliens et Thorgaliennes !

    J’apprends aujourd’hui – je ne suis certes pas le plus informé – le départ de Yves SENTE … J’adore – et c’est peu de le dire – tous les albums de Thorgal, de la Jeunesse de Thorgal, des Mondes de Thorgal … j’en ai certains en doubles (je vous avais posté une photo de ma collection Hachette il y a quelques années si vous vous rappelez) et même les albums les moins originaux sont un régal pour moi. Je crois que, dans chacun, même après ma vingtième lecture ou plus, je retrouverais ce plaisir rare que j’éprouve en général pour toutes les autres séries de BD juste à la première lecture ! Bref, Thorgal et moi, c’est plus qu’une histoire d’amour. J’ai lu avec intérêt certains des coups de sang des unes et des autres ici, et j’ai trouvé cela très légitime et très logique. Je ne suis pas fermé à l’analyse évolutive et oui, j’ai remarqué que les héroïnes étaient plus souvent dénudées qu’avant, ce qui du reste ne me dérange pas du tout, bien au contraire. Je pourrais parler de Thorgal sur des centaines de pages, donc je vais plutôt zapper ce qui a déjà certainement été dit et redit ici pour passer à ce que je voulais dire ici. J’ai adoré le Thorgal de Van Hamme. J’adore tout autant – mais hyper différemment – les Thorgal des nouveaux auteurs – j’aime beaucoup ce que fait Yves SENTE – mais je dois dire que cet album là m’a fait un effet que jamais aucune BD ne m’a fait jusqu’ici : l’album m’a décroché littéralement, au milieu de ma lecture – je me rappelle je dégustais une pizza dans ma pizzéria de quartier – pour faire naître en moi toute une intrigue morale libertaire que je nommais bientôt « la loi des rois », et que je créé au sein d’un jeu vidéo le permettant depuis … Rouge comme le Raheborg m’a inspiré une affaire terrible de trahison et de remise en question, au sein d’un univers que je connais bien. Je me sentais comme visité par une muse ! Alors, j’ai donc arrêté de lire l’album, j’ai noirci cinq pages d’intrigues vite fait tant que j’en avais l’énergie, et une fois satisfait de ce premier jet, j’ai continué ma lecture … J’en étais arrivé aux préparatifs de la bataille , et me suis régalé de l’évolution de l’histoire. Encore un régal d’album, un plaisir sans cesse renouvelé depuis les années 80 … ce jour où je vis un guerrier viking inflexible ligoté à un rocher, vibrer de fureur entre les pages d’un super-Tintin. Plus tard, j’y vis un reflet du fameux Túrin Túrambar de Tolkien, en mieux moralement et altruistement parlant. Fascinant personnage et non moins fascinant destin. Pour finir cette longue déclaration, certes très décousue, j’aimerais juste dire que, nous les vieux connaisseurs de la saga, on a une chance que les nouveaux lecteurs n’ont pas – à moins qu’ils ne se dégottent les premiers albums et tous les autres – on a pu pendant plus de trente ans savourer l’évolution de chaque facette du personnage, et on en connait la richesse. A-t’on vraiment besoin de gouter encore ce qu’on a déjà maint fois goûté ? Alors oui, je me réjouis de ce virage total, qui nous donne à nous aussi le plaisir de redécouvrir un univers qui est un peu part du nôtre à présent. C’est sur cette optique, sur ce plaisir, que j’ai pu être touché par la grâce évidente de l’inspiration que m’a apportée Rouge comme le Raheborg, qui n’a rien à envier à Games of Throne au niveau des intrigues de cour alambiqué, en plus efficace sans doute … et donc merci à Yves Sente et à de Vita – entre autres – pour tout ça.Et puisse les suivants réitérer l’exploit qu’a si bien commencé naguère Van Hamme et Rosinski … Iti, à jamais fidèle à la série !

    Répondre | Lien | Citer
    Thorgal-BDThorgal-BDWebmestre

    Salut Itikar, merci pour cette déclaration d’amour, qui fait du bien !

    Tu as raison d’évoquer l’évolution de la série, qui bouge sans cesse et propose constamment de nouvelles approches et de nouveaux horizons.
    On peut vraiment parler de cycles chez Thorgal, tant chaque pan de l’histoire a sa propre saveur. Les Mondes de Thorgal ont ouvert la série à de nouveaux auteurs et à de nouvelles expériences.

    Chez Kriss, avec une équipe renouvelée encore une fois, on va forcément partir sur autre chose. Je suis impatient, comme à chaque fois !

    Répondre | Lien | Citer

    Hello ! Je partage ton impatience. Après tout, les intrigues ne se dévoilent que petit à petit et il est difficile de connaître avec précision ce qui attend les personnages. J’ai lu dans « l’Ombre de Thorgal » ici-même des sentences particulièrement virulentes et à mes yeux injustes certes contre Yves Sente – n’oublions pas qu’il a ressuscité avec brio Blake et Mortimer, avant de l’enterrer s’il vous plait – mais aussi contre la longueur des séries actuelles. En particulier pour les deux premiers tomes de Kriss de Valnor, taxés souvent d’inutiles dans la nouvelle intrigue. Je ne partage évidemment pas cet avis, d’ailleurs, le passé de valkyrie de Kriss est encore rappelé à la fin de Rouge de Raheborg, je crois. J’ai apprécié cette évolution, sommes toutes très logique si on continue l’analyse cathartique des auteurs originels qui pour moi – et pour beaucoup – ont opéré un glissement passionnel entre Aaricia – au début femme idéale par excellence – et Kriss de Valnor, où dès les Archers on comprend, et de plus en plus, combien elle les a séduit. Dans ce contexte, l’adultère est presque logique, lorsqu’on voit Thorgal comme le prolongement logique de ses auteurs, du moins d’une partie d’entre eux. Bref, Kriss a évolué, elle est passée d’une égoïste frivole et intrépide, quasiment inhumaine, à un personnage plus sympathique, en tout cas plus émouvante, sans en perdre la saveur piquante et inaccessible – hormis pour Thorgal, sous certaines conditions (a)morales – Son histoire rappelle par moment celle de Shanniah, un des plus beaux personnages féminins de la série, et certainement un des plus tragiques avec Slive, Skadia et Vlana, et quelques autres. Bien sûr, la relation de Kriss avec Jolan est plus ambigüe. C’est de tous les personnages que Yves Sente a merveilleusement bien étendu celui qui m’étonne le plus. Je le sens écrasé par quelque chose qui le dépasse et qu’il n’a jamais désiré, tout en ayant pas le choix quelque part, donc à cent mille lieux de ce portrait idéal (une sorte de Thorgal en plus gentil) fait dans la série du bouclier de Thor – un cycle que j’ai préféré à celui de Qâ et de Tanatloc pour ma part du fait de cette leçon d’humanisme – reflet de celle dont faisait souvent preuve Thorgal au tout début par exemple lors du cycle d’Aran – mais bon … – de fait que, bien que ne reconnaissant pas le magnifique Jolan que j’entrevoyais alors , je reste très curieux de son évolution, tout comme de celle de Kriss. Thorgal certes semble s’effacer, comme écrasé par sa fantastique progéniture et le poids de sa vie, un peu comme un vieillard en devenir, mais on sent encore qu’il lui reste quelque ressources. Que va t’il en faire ? mystère, car on le sent fatigué, à en émousser sa détermination légendaire. Aaricia va sans doute jouer un grand rôle, selon ses choix. Bien sûr, son homme a cassé le beau portrait qu’elle était en droit de se faire de lui, et ce à maintes reprises, et pas mal de possibilités lui sont ouvertes de fait, parmi lesquels le pardon salutaire. Mais, de tous les personnages, le plus fascinant reste Louve, devenu désormais la figure idéale dans la famille, peut-être du fait de son jeune âge. Car je ne peux pas m’empêcher de songer à l’évolution d’Anakin dans Star Wars, qui commence plein d’idéaux et peu à peu se noircit, ce que j’ai appelé la théorie de l’ombre et de la lumière – qui nous touche tous peut-être – En tout cas, chacun des personnages de la saga de Thorgal perd peu à peu sa belle moralité au cours du temps et des événements qui les frappe, et en cela, ils sont un reflet je pense particulièrement précis de la vie de tout être humain, et c’est sans doute – en plus de la précision faite dans la peinture de leurs univers et de la richesse des péripéties qui les affectent – une partie de la raison de notre engouement sans cesse renouvelé pour la série. On doit tous revoir nos idées à la baisse, tôt ou tard, bien que, toujours, on se sent grandit lorsqu’on se dépasse pour donner le meilleur de nous-mêmes. C’est aussi le cas de Thorgal et de ses proches, souvent, même si ils ne semblent en tirer aucune fierté, juste de la conviction. Certes, parfois, eux-mêmes fléchissent et comme chacun de nous, et sont pris d’un moment de faiblesse, souvent graves de conséquences. Évidemment, dans un tel mouvement de recul, ils écornent sûrement le beau portrait qu’on s’est fait d’eux, tout comme nous-mêmes écornons parfois dans notre vie le beau portrait qu’on rêverait de nous. C’est personnellement aussi ça que je me réjouis de retrouver régulièrement, dans chaque nouvel album, distillé dans une histoire globalement passionnante, même si il est vrai qu’on ne sait pas trop où tout cela nous mène.Loin des étoiles, certes, un peu plus vers la magie et les croyances, probablement. Pourquoi pas. Mais certains des personnages de Rouge comme le Raheborg (Ah, la reine borgiaque à souhait qu’on aime détester; ou ce vieux monarque qui semble surgir du pays d’Aran … là, Jolan devient presque Galathorn).

    Pour en revenir à la différence entre les deux demi sagas, je crois que c’est très vrai de dire que Van Hamme maîtrisait les cycles courts, là où Sente s’est embarqué sur du très long. Mais, soyons honnêtes, Van Hamme avait moins de disons gourmandise d’espace, se plaisant à être extrêmement précis et complet sur un finalement assez petit périmètre, tellement réduit qu’on avait de la peine à l’insérer dans notre histoire à nous, donnant l’impression que tout cela se passait ailleurs sur un monde parallèle. Dans les Mondes de Thorgal, au contraire, l’univers épouse le nôtre, tel qu’il était, car Yves Sente nous catapulte dans des étendues gigantesques, avec une maitrise entendue de la chose. Évidemment, il va devoir faire l’impasse sur toute la dimension intime des personnages, quoique, comme je le disais hier, ceux-ci nous ont déjà donné à maintes reprises livraison de leur richesse, aussi on reconstruit – et parfois déconstruit – de nous-mêmes chacun d’entre eux à l’aune des événements qui les touchent … ou plutôt les heurtent de pleins fouets, car ils n’ont jamais été aussi peu ménagé je crois. Le moins qu’on puisse dire, c’est que Sente a secoué la poussière – si poussière il y avait – d’un bon coup de pied, révélant ainsi dans toute leur superbe de beaux diamants ! ET, qu’on le veuille ou non, il a donné l’impulsion nécessaire pour que tous repartent avec plus ou moins d’énergie à l’assaut d’un nouveau monde ! Le nôtre,cette fois, dans toute sa laideur, parfois. Et pour boucler cette ellipse, on peut souligner à quel point les massacres dépeints avec une juste cruauté dans ce dernier album de la série de Kriss, fusionne les deux univers. Pour mieux nous concerner, peut-être ? J’y vois en tout cas une intention plus large qu’un simple décalque séduisant de Games of Throne, cible évidente pour qui veut passionner à tout prix. Après tout, Rouge comme le raheborg … véhicule un message, celui que j’ai capté pour m’en inspirer, probablement : la loi des rois (ou des présidents) nous consume tous à loisir selon leur bon vouloir. Hâte de voir comment Kriss et Jolan vont savoir ou pas passer au-dessus de tout cela ! Après tout, Thorgal a toujours su voir au-delà des vicissitudes du monde, quelque image de la véritable sagesse. Mais, va-t’il, peut-il, transmettre cela à ses enfants ? C’est là son plus grand pouvoir si oui. Car, ses enfants, c’est aussi un peu nous.

    Répondre | Lien | Citer

    Hello! (… nous.

    Après t’avoir lu, je me pose une question : tu arrives à voir tous les bons cotés de la narration de Yves Sente, tu arrives à voir des qualités là où d’autre ne voit que des défauts, et c’est tant mieux (déjà tu as moins gaspillé ton argent comme me le fait remarquer mon libraire qui pourtant me vend ces BD), par contre que fais tu de certaines erreurs qui me semble plus objectives (si tant est que cela se puisse) comme des anachronisme, des très grosses ficelles, des invraisemblances… (je ne les listes pas, elles l’ont déjà été plus haut, mais si besoin je pourrais les rappeler) ? est-ce que pour toi il n’y en a pas ? est-ce qu’elles passent au second plan, tant le reste est bien ? Est-ce que… enfin je sais pas…

    Je pose cette question car personnellement, ce qui m’a dérangé avec les scénarii d’YS, ce n’est pas qu’ils suivent une autre voie que celle de JVH, après tout pourquoi pas, c’est deux auteurs différents, ils font (heureusement) des choses différentes, mais c’est que dans sa voie je l’ai trouvé moins bon et notamment à cause d’une multitude de plus ou moins gros détails « objectifs » qui me pourrissent la lecture au point que je n’arrive plus à apprécier le reste.

    Mais, soyons honnêtes, Van Hamme avait moins de disons gourmandise d’espace, se plaisant à être extrêmement précis et complet sur un finalement assez petit périmètre, tellement réduit qu’on avait de la peine à l’insérer dans notre histoire à nous, donnant l’impression que tout cela se passait ailleurs sur un monde parallèle. Dans les Mondes de Thorgal, au contraire, l’univers épouse le nôtre, tel qu’il était, car Yves Sente nous catapulte dans des étendues gigantesques, avec une maitrise entendue de la chose.

    Je ne suis pas forcement d’accord sur le manque de gourmandise d’espace de JVH (que cela au sens propre ou figuré), mais c’est un détail, mais je ne suis surtout pas d’accord sur « la peine à l’insérer dans le nôtre ». Car je suis d’accord avec toi que le monde de JVH est plus « parallèle », mais c’est justement là la qualité d’une bonne fiction : un monde parallèle qui nous renvoie à notre réalité.

    Je suis d’accords avec toi, pour autant que je t’ai compris, YS a choisis l’inverse : plus épouser notre univers, mais c’est à la fois plus facile et plus difficile. Plus facile car plus proche en terme terme d’émotion, mais plus difficile car cela demande d’avantage de finesse et de rigueur, ce dont, et ce n’est que mon avis, YS a largement manqué.

    Répondre | Lien | Citer

    Supercarotte a écrit :
    Après t’avoir lu, je me pose une question : tu arrives à voir tous les bons cotés de la narration de Yves Sente, tu arrives à voir des qualités là où d’autre ne voit que des défauts, et c’est tant mieux (déjà tu as moins gaspillé ton argent comme me le fait remarquer mon libraire qui pourtant me vend ces BD), par contre que fais tu de certaines erreurs qui me semble plus objectives (si tant est que cela se puisse) comme des anachronisme, des très grosses ficelles, des invraisemblances…

    Je ne pense pas que je vois tous les bons côtés de la narration de YS, je pense qu’il a des bons côtés, et j’en vois certains. Je pense que son style et celui de VH ne sont pas compatibles, et que cela n’a pas été facile pour lui de prendre la suite. Cependant, il est à mon avis parvenu à rebondir dans son propre style sans trop dénaturer les personnages, à l’exception de Jolan, même si j’attends la suite pour voir à quel point. Bien sûr, dans la continuité de son arc, Jolan passe d’un modèle de vertu et de sagacité à un tueur sans cœur ce qui est déstabilisant, certes.Mais c’est le principal écueil à mes yeux. Et également Thorgal qui me semble assez passif, et très loin de son modèle, même si les dernières esquisses que j’ai aperçu ici me semblent aller dans une bonne direction, si je les ai bien interprété. Évidemment, tous les personnages sont différents, et je comprends que ce soit déstabilisant, mais était-ce vraiment évitable ? On ne le saura pas tout de suite, je crois.

    Je pose cette question car personnellement, ce qui m’a dérangé avec les scénarii d’YS, ce n’est pas qu’ils suivent une autre voie que celle de JVH, après tout pourquoi pas, c’est deux auteurs différents, ils font (heureusement) des choses différentes, mais c’est que dans sa voie je l’ai trouvé moins bon et notamment à cause d’une multitude de plus ou moins gros détails « objectifs » qui me pourrissent la lecture au point que je n’arrive plus à apprécier le reste.

    Je pense qu’il est difficile d’épouser le style des créateurs.
    Je pense aussi que n’est pas VH qui veut. Et aussi que YS ne le voulait pas forcément. Il y a des facettes où il est clairement moins bon, comme je dirais la présence des personnages (mais il ne les dénature pas non plus entièrement, il y a un travail de continuité évident, peut-être bâclé je ne sais pas, et certainement insuffisant) qui évoluent parfois un peu bizarrement (toujours Jolan, mais parfois aussi, kriss, bien que cette dernière n’ait jamais été très stable émotionnellement .. je trouve qu’il se l’est plutôt bien accaparé, elle), ou encore la fluidité du récit … et d’autres où il est particulièrement excellent, de mon point de vue en tout cas. Ainsi, il est très doué pour amener des protagonistes dont on ne sait rien au beau milieu d’un récit où on ne les attendait pas, tout en réussissant à instantanément leur donner une présence très forte – je pense à Magnus, à la femme du duc … au traître … ou encore à la séductrice de Kah-Aniel, ainsi que la plupart des personnages importants de cet album – VH le faisait aussi, certes, mais en les rendant très souvent mystérieux, presque sans passé ni origine (pensez aux trois soeurs hors du temps… ce qui certes faisait parti de ses atouts je ne le nie pas – et j’apprécie les deux styles – mais rendent en même temps les deux scénaristes forcément incompatibles au possible.

    Je ne suis pas forcement d’accord sur le manque de gourmandise d’espace de JVH (que cela au sens propre ou figuré), mais c’est un détail, mais je ne suis surtout pas d’accord sur « la peine à l’insérer dans le nôtre ». Car je suis d’accord avec toi que le monde de JVH est plus « parallèle », mais c’est justement là la qualité d’une bonne fiction : un monde parallèle qui nous renvoie à notre réalité.

    Je me suis probablement mal exprimé, car, en effet, j’aime aussi l’approche parallèle et irréelle, donnant une dimension fantastique au récit. Il est évident que YS est très éloigné de la poésie de VH à ce sujet, mais il n’est pas non plus nul en la matière : il nous a donné une belle représentation d’Asgard par exemple, qui n’est pas si éloigné de celle de VH, juste plus vaste et plus décrite. Plus généreuse (en détails). Moins mystérieuse.

    Je suis d’accords avec toi, pour autant que je t’ai compris, YS a choisis l’inverse : plus épouser notre univers, mais c’est à la fois plus facile et plus difficile. Plus facile car plus proche en terme terme d’émotion, mais plus difficile car cela demande d’avantage de finesse et de rigueur, ce dont, et ce n’est que mon avis, YS a largement manqué.

    Pour avoir lu pas mal d’excellente BD historique,ou même historico fantastique (pensez au cycle du sortilège du bois des brumes de Bourgeon) je ne peux pas nier que YS n’a pas la stature des maîtres en la matière. Mais les personnages de ces grandes œuvres sont souvent assez secondaires – bon, pas chez Bourgeon certes mais j’ai pris un exemple extrême – ce qui n’est évidemment pas le cas dans Thorgal. Ainsi, YS doit je pense faire l’impasse sur nombre de ses désirs de metteur en scène de blockbuster pour de temps en temps s’attacher un peu aux personnages. Comme je l’ai dit plus haut, évidemment, on y perd beaucoup en richesse de développement de ceux-ci, mais les vieux de la vieille comme nous les connaissons déjà par cœur, alors on peut se poser dans un coin de la page et explorer la fresque qui se déroule autour d’eux, presque malgré eux. Et, je le conçois, cela peut être extrêmement gênant pour tout ceux qui veulent un récit qui évolue centré sur les personnages ( VH avait le chic pour nous faire abandonner tous les protagonistes secondaires dès lors qu’ils ne croisaient plus la route de ses personnages, y compris – à peu d’exceptions – les conséquences de leurs actes, ce qui faisait qu’on avait du mal à les placer dans la continuité de son univers – Que devient l’empire de Brek-Zarith ? Comment a évolué le pays Qâ ? Et le pays d’Aran ? ). J’accepte quant à moi qu’ils passent un petit peu au second plan, parfois, souvent malmenés voire dépassé comme jamais par les événements, souvent cruels. Peut-être que VH les ménageait un peu plus, bien qu’il les a bien fait souffrir aussi, à sa manière. Mais, sur ce point, VH et YS trouvent toujours une échappatoire pour qu’ils rebondissent. Ils ont au moins ce point commun là.Certes, il fait sûrement partie du cahier des charges.

    YS n’est en tout cas pas avare en péripétie, et en plus il nous fait voyager toujours en nous rappelant la continuité. Chaque album fut une surprise comme si à chaque fois une pièce du grand puzzle se révélait, même si désormais le puzzle final n’a que peu à voir avec les origines de Thorgal. Mais cela n’a certainement pas été évident d’avoir réussi ça et demande aussi nécessairement une certaine rigueur dont il ne peut pas être dépourvu de ce fait d’après moi.

    Bref, j’aime beaucoup les deux sagas, mais je crois que je suis aidé par le fait que je me réjouis de chaque nouvelle découverte, concernant Thorgal et/ou les membres de sa famille. Je ne demande pas beaucoup plus pour continuer à être séduit que de les retrouver de temps en temps dans des cases hautes en couleurs (même si ce ne sont pas les mêmes d’un auteur – et d’un dessinateur ! – à l’autre). Ce qui fait peut-être de moi un lecteur assez singulier, et pas très exigeant

    Répondre | Lien | Citer
    Thorgal-BDThorgal-BDWebmestre

    La tâche d’Yves Sente était très difficile, reprendre derrière Jean Van Hamme, franchement, le cadeau est aussi magnifique qu’effrayant.

    Je crois qu’on est vraiment habitués maintenant à voir différents auteurs travailler sur un univers, sur une « licence » comme on dit. Pour Thorgal, la collection des Mondes de Thorgal me semble pouvoir effectivement faire bouger les lignes et proposer des approches différentes, que ce soit pour le dessin ou le texte. Il y a eu des romans, aussi. Et peut-être d’autres choses un jour ?
    Il me semble par contre que la série mère devrait conserver une ligne. Pour moi Thorgal est avant tout l’histoire d’un homme, je préfère voir son monde graviter autour de lui plutôt que l’inverse.

    Mais je trouve intéressant ton point de vue Itikar, d’autant que ton approche rend chaque album aussi délicieux à ouvrir, c’est le principal. Je le vis aussi un peu comme ça, même si c’est moins qu’avant.

    J’ajoute que vos deux points de vue se rejoignent, en fait, dans la passion que vous vouez à la série et à ses personnages.

    Répondre | Lien | Citer
    CatCat

    Après « Skald », j’ai donc lu « Rouge comme le Raheborg ».
    Même si ce n’est pas encore un top, j’ai apprécié cet album bien plus que les trois précédents. Au moins, on avance et vu que c’était une de mes plus grosses critiques sur le début de ce cycle, je ne peux qu’approuver.
    Niveau histoire, je pense que ça aurait pu être resserré un peu parce que, finalement, que nous raconte ce tome ? Juste une bataille et ses préparatifs. Donc, tout un album, c’est peut-être un peu long. On aurait peut-être pu élaguer quelques trucs là-dessus pour affiner l’aspect connexe et les personnages ou les relations entre ceux-ci.
    Un des quatre compagnons de Jolan meurt. Pourquoi pas, j’apprécie plutôt l’audace, mais je n’ai ressenti aucune émotion à son décès, ce qui prouve que Sente n’avait pas réussi à me faire ressentir la moindre empathie pour ses personnages. En fait, à part Jolan et Kriss (et c’est dû à leur passé, pas à cette série), aucun personnage ne m’intéresse. Et tant qu’à faire mourir ce personnage, je me dis qu’on aurait pu en profiter pour jouer un peu plus sur ce point de l’histoire : sa haine de sa belle-mère, ses sentiments ambivalents pour son père, la trahison, sa rage de survivre. Il y avait sûrement moyen en élaguant ailleurs.
    J’aime aussi que Jolan commence à s’interroger sur ce qu’il fait et sur tous « ces massacres ».
    Pour les scènes de combat, elles ne m’ont pas posée problèmes. Peut-être parce que je dois y connaître encore moins que les scénaristes et dessinateurs sur le sujet et que je ne les regarde que d’un oeil parce que ce ne sont pas des passages qui m’intéressent particulièrement, même si je pense qu’ils ont leur place dans l’histoire.
    Bémol habituel, la scène de fesses dont on n’a que faire, surtout que voir Anaxera sauter Gwenda, ouais bof, quoi, ça n’a aucun intérêt, ni sur le plan graphique, ni sur le plan du scénario.
    Pour le dessin, je ne suis pas fan de De Vita sur Thorgal, mais étant un très bon dessinateur, je commençais à m’y habituer (même si certains visages de Kriss m’ont particulièrement déplu sur cet album). Je sais que De Vita a retouché le scénario originel de Sente, je suppose que c’est cela qui fait que l’album est plus intéressant.
    Donc merci à lui pour son travail sur Thorgal et bonne chance pour la suite et ses projets personnels.
    Par contre, je me demande comment Surzenkho va amorcer la reprise entre son dessin très tendance Rosinski avant couleur directe. J’espère ne pas être trop déstabilisée, même si je pense que c’est le meilleur choix pour réunifier les séries.

    Pour résumer, un album qui ne m’a pas déplu et c’est déjà une formidable avancée.

    Répondre | Lien | Citer

    J’ai lu l’album.

    J’ai pas aimé du tout, mais il faut souligner que je n’aime pas les histoires de batailles, ça m’ennuie prodigieusement. Ce n’est donc pas une question objective mais franchement subjective.

    J’essaierai de le relire, mais ça ne me branche pas du tout. Je préfère encore la série de Louve.

    Après bon, c’est probablement un scénario approprié pour Kriss. En fin de compte, c’est une femme qui aime le pouvoir et la voir faire la guerre est logique. Mais… rhaaa, j’aime pas quoi .

    Répondre | Lien | Citer

    Il faut quand même reconnaître que Kriss termine la bataille d’une manière très particulière, je me demande où ça va la mener… avec Dorison et Mariolle aux commandes, la suite ne pourra que nous surprendre

    Alors Isis, tu as presque rattrapé ton retard dans les Mondes de Thorgal ?

    Répondre | Lien | Citer

    Tjahzi a écrit :
    Il faut quand même reconnaître que Kriss termine la bataille d’une manière très particulière, je me demande où ça va la mener… avec Dorison et Mariolle aux commandes, la suite ne pourra que nous surprendre

    Justement, si elle évite les batailles, c’est tant mieux pour moi .

    Alors Isis, tu as presque rattrapé ton retard dans les Mondes de Thorgal ?

    Ça dépend du point de vue, je ne suis pas parvenue à relire ce tome, du coup je suis même pas sûre d’avoir tout compris . Les batailles… simplement, je peux pas, c’est au-dessus de mes forces .

40 sujets de 121 à 160 (sur un total de 161)


Vous pouvez utiliser BBCodes pour formater votre contenu.
Votre compte ne peut pas utiliser les BBCodes avancée.



Question de sécurité
Qui suis-je ?
 Thorgal -  Aaricia -  Jolan 

Plan du site
Conditions Générales de Vente
Mentions légales
© Éditions Le Lombard 2019