Abonnement newsletter

X
X

S'enregistrer sur ce site

Les dieux ont mis un homme à l'épreuve

Top

Kriss de Valnor – 2 – La sentence des Walkyries

Accueil / Forum / Les Mondes de Thorgal / Kriss de Valnor – 2 – La sentence des Walkyries

Bienvenue

Kriss de Valnor – 2 – La sentence des Walkyries

Ce sujet a 96 réponses, 19 participants et a été mis à jour par Tjahzi tjahzi, il y a 4 mois et 2 semaines.

17 messages de 81 à 97 (sur un total de 97)
  • Auteur
    Messages
  • Répondre | Lien | Citer

    J’ai eu un peu plus de mal avec les dessins et avec les couleurs pour cet album que pour « Je n’oublie rien! ». Je préfère nettement ceux de Surzhenko sur la série « Louve ». En revanche le scénario est plutôt bien ficelé et cohérent avec ce qu’on savait de Kriss avant. L’épaisseur donnée au personnage de Sigwald est très appréciable. Espérons que Kriss ne s’attarde pas trop sur Midgard, elle y a fait son temps, je pense. Pour ce qui est de la planche finale, cette rencontre sent l’amourette Saphique à venir…

    Répondre | Lien | Citer
    Thorgal-BDThorgal-BDWebmestre

    Galathorn a écrit :
    J’ai eu un peu plus de mal avec les dessins et avec les couleurs pour cet album que pour « Je n’oublie rien! ». Je préfère nettement ceux de Surzhenko sur la série « Louve ».

    Le dessin dans cet album s’éloigne clairement du style rosinskien, dont Surzhenko s’inspire beaucoup plus.
    Je trouve même que le dessin s’éloigne aussi du style de-vitaien. Une sorte d’auto-exploration ?

    Les couleurs, par contre, sont l’oeuvre de la même personne ! On peut d’ailleurs se demander comment Graza va faire pour suivre le rythme de parution, surtout si plusieurs albums des Mondes de Thorgal doivent paraître en même temps.

    Bon moi j’aime et vous propose donc ce nouveau dessin préparatoire qui prouve que quand on dessine bien on peut se faire plaisir, et c’est bien de se faire plaisir.

    Avez-vous remarqué comme Giulio dessine bien les coffres ?
    Si si, je t’assure, regarde à nouveau, il y a un coffre. Une montagne aussi. L’avais pas vue tout de suite, la montagne.

    Répondre | Lien | Citer

    Oui, Giulio sait vraiment bien donner du volume…à la montagne !! :x
    Comme dirait un comique sur facebook, on comprend mieux pourquoi Kriss se sent toute nue sans son arc….

    Répondre | Lien | Citer
    Thorgal-BDThorgal-BDWebmestre

    Vous avez pu la découvrir dans la fiche de « La sentence des Walkyries », je vous la remets ici pour ceux qui n’auraient pas le courage de visiter la fiche.

    Voici la toile de Grzegorz Rosinski que l’on retrouve en couverture de l’album. Vous remarquerez qu’elle a été recadrée pour l’album. Elle est donc ici en version complète, et je le dis haut et fort car j’en suis fier, en exclusivité.

    Répondre | Lien | Citer

    Elle est limite mieux que la couverture définitive jtrouve oui

    Répondre | Lien | Citer
    Thorgal-BDThorgal-BDWebmestre

    Mmmh…
    Maintenant que tu le dis, effectivement, le recadrage de la couverture a un peu tué la sensation de vide, nettement plus marquée ici.

    Et l’ombre que je trouvais si bizarre me paraît ici plus naturelle.

    Répondre | Lien | Citer

    J’arrive taaaaard, je m’en excuse platement, d’autant plus que j’ai lu l’album en speed et ne vais donc pas beaucoup approfondir.
    Je n’ai pas aimé cet album, pour l’unique mais néanmoins très très bonne raison que Kriss revient dans le royaume des vivants. Ca se flairait comme la patate au beurre depuis l’autre bout du champ mais quand même, je ne pensais pas qu’ils seraient chiches. Bah si. Et pourquoi ? Pour faire revenir un personnage adulé par plus d’un lecteur ? Pour redonner un coup de peps aux aventures du viking barbu ? Moi je vote pour ces deux options. Sans oublier les incohérences dans le récit de l’enfance de Kriss, par rapport à ce qui était dit dans les précédents albums.
    Je reviendrais là-dessus plus tard, quand j’aurais relu l’album

    Répondre | Lien | Citer

    hello

    après avoir relu tous mes thorgaux dans l’ordre, pris de manque j’ai acheté les deux kriss (et les 4 derniers Lady S qui me manquaient par la même occasion)

    je vous fais un p’tit compte-rendu de lecture 2en1 :

    – je n’oublie rien ! (on a déjà entendu ceci dans la bouche de kriss dans la marque des bannis, ça ne dissonne pas) y’a des bonnes idées. un dessin nerveux très agréable au service de cette histoire malsaine de poupées vivantes. mais malgré les bonnes idées, il y a une chose qui empêche d’apprécier l’album : sente est le plus mauvais dialoguiste de bd que j’ai jamais lu. (Je ne dis pas « jamais » pas excès de style, j’en ai lu des mauvaises bd) aucun sens du sous-entendu, de la formule. au lieu d’une langue vivante et fleurie, on a d’une langue d’un niveau uniformément courant, en grandes phrases mal construites digne de copies de dissert de lycéens.. impossible d’y croire, ce n’est pas du langage parlé, impossible de s’immerger dans l’histoire.
    – la sentence des walkyries est du pur étron vendu 10€ bien moulé.. Déjà la résurrection… (Certes Van Hamme utilise beaucoup ce coup de théâtre gentiment conseillé par Duc dans son manuel de bd pour les nuls, y’a qu’à voir Lady S… Mais il savait quelles morts – trop sacrées – ne pouvaient être réveillées.. Shaniah est morte, morte, morte, sans résurrection possible et c’est la force de la fin de l’album au delà des ombres. Ici Sente nique la force de la fin de l’album Kriss de valnor.) Ensuite le reste.. du grand vide ! notamment ce autour de quoi l’histoire s’articule : l’extermination du village natal. on nous transforme kriss en une adolescente bouc émissaire de lycée qui se la joue Columbine..

    C’est sans vouloir jouer les rabats-joies (sitôt revenu ! ) mais avec la plus grande sincèrité que je me pose et vous pose cette question : prendrait-on la peine d’acheter tous ces nouveaux albums si les albums de van hamme-rosinski ne nous avait rendus accros aux personnages ? je pense que non.

    Répondre | Lien | Citer

    j’oubliais : autre chose absolument insupportable sur le plan intellectuel, c’est de voir la mythologie scandinave détournée en un christianisme de comptoir. sente anticipe la conversion des vikings ! et des walkyries. Il nous fait un petit croquis avec le Walhala pour les gentils et le Niflheim pour les méchants, et une répartition des âmes selon un jugement moral… portnawak !
    dans les croyances du nord, comme dans la plupart des grandes mythologies, c’est ticket pour l’enfer (le helheim) pour tout le monde ! à l’exception exceptionnelle de quelques preux guerriers d’exceptions, choisis soigneusement sur les champs de bataille et morts à l’arme à la main.

    ce que je reproche au choix qui est fait, ce n’est pas la déformation à proprement parler des mythes, van hamme l’a déjà fait, et les dieux version naïfs de la bataille d’asgard m’avait bien plu.. non ce qui est insupportable, c’est le côté moralisateur du dispositit… crétinerie intellectuelle ! on peut poser des problèmes de morale, et même être moraliste, sans être un moralisateur au ras des paquerettes sur le plan intellectuel.

    Répondre | Lien | Citer

    Salut Yelti bien content de te revoir !

    Moi j’ai bien aimé le premier « Kriss de Valnor » dans la droite ligne du précédent avec des révélations sur le passé !

    Je n’ai pas encore lu le suivant ( bizarrement je l’ai pas trouvé à cause du classement des titres sans doute) mais je suis assez surpris de la résurrection de Kriss ( !) si j’ai bien compris ton récit…
    il y avait tellement mieux à faire !

    D’accord avec toi sur les dialogues…

    Répondre | Lien | Citer

    Bon ben… j’ai lu l’album. Ouaip.

    Alors-eûh… ben…

    Bon alors, en fait, je le trouve meilleur que tous les autres Thorgaux réalisés pas Yves Sente (excepté Je n’oublie rien )… mais ça s’arrête là pour le côté positif. Bon, ok, pour faire plaisir à Steph je vais étaler… En soit l’histoire est intéressante et se lit avec plaisir. C’est cru, c’est dur… il y a des tas de trucs dérangeants, mais globalement (excepté la fin), ça tient plus ou moins la route et c’est plus ou moins agréable.

    Pour le côté négatif…

    Bon déjà, la résurrection, tellement commentée. On en a déjà parlé avant, mais je dois en dire quelque chose parce que c’est-une-ca-tas-trÔ-phe :twisted: :twisted: :twisted: :twisted: :( :( :( . Scénaristiquement, c’est de la bombe nucléaire, ça ravage tout ce que l’album pouvait avoir de positif. Déjà, l’album Kriss de Valnor est roulé dans la farine. Ensuite… ben ensuite… Monsieur Yves Sente, faites preuve d’imagination et inventez d’autres personnages… En espagnol on a un adage pour ce genre de choses, on dit « qu’elles commencent à sentir » dans le genre où ça y est, c’est fini, c’est bon, c’est mort (c’est le cas de le dire… ou pas), on doit passer à autre chose.

    Et puis, si au moins Sente avait trouvé une bonne parade… Une explication en béton armé. Ça aurait été tout aussi moche, mais moins pourris. Genre… je ne sais pas moi… Kriss est la mère d’Aniel qui est devenu une menace pour les dieux et ceux-ci la renvoie sur terre pour qu’elle l’arrête. Il y aurait un intérêt des dieux derrière et on comprendrait mieux. Mais là, la raison avancée est d’une pauvreté affligeante. Pourquoi les Walkiries font-elles ça ? C’est la première fois qu’elle se retrouve devant quelqu’un comme Kriss ? C’est la première fois qu’elles reçoivent quelqu’un de méchant qui a vécu une vie désagréable et qui s’est racheté à la fin ? :roll: :roll: :roll: What ? Ou alors il y a tout un troupeau de ressuscités qui se baladent sur Mitgard. Peut-être que Hidelbrun fait partie de ce club…

    Non, la raison de la résurrection n’en est simplement pas une. A moins que la Freya ait une raison qu’elle n’a pas donnée… Mais ça fait longtemps que je suis convaincue que Sente n’est pas aussi élaboré. On avait déjà construit des théories incroyables pour le cycle de Jolan, des théories qui visaient à expliquer les erreurs monumentales de ce cycle… et finalement, Sente n’a pas surpris. Les erreurs scénaristiques sont toujours là aussi énormes qu’avant. Et il n’y avait rien d’élaboré derrière.

    Après, ben le reste… je rejoins un peu les raleurs Supercarotte et Jérôme. Je n’ai pas apprécié cette quantité énorme de violence et de sadisme. À la fin, cela devient glissant. Limite on finit par s’en foutre royalement de toutes ces morts. Comme dit Supercarotte, trop de malheurs tuent le malheur.

    Je ne comprends pas l’évolution des personnages. Comme nombreux ici, je ne trouve pas logique leur transition de petits rufians à grands criminels. C’est surtout vrai pour Sigwald. Il encaisse sans broncher touts les actes de Kriss. Il n’a pas tant de malheurs dans sa vie pour être à ce point impassible devant tant de sadisme. Surtout si c’est sa fille qui commet les crimes. Ce type n’a plus rien dans le crâne, ma parole. Son comportement n’a aucun sens.

    Je n’ai pas non plus aimé la scène avec Sigwald, pour les mêmes raisons que Jérôme. Et puis, une remarque: le corps de Kriss est invraisemblable. Elle court, elle saute, elle fait du cheval, elle fait du tir à l’arc. Il lui manque des tonnes de muscles. Elle est très bien roulée, bien sûr, et les garçon apprécient, mais ça ne tient pas la route avec la vie qu’elle mène. Et ses deux arguments aussi énormes, d’où qui sortent ? :roll: :roll: Même Rosinski était plus discret bon sang. Étant donné que la demoiselle fait du cheval, j’aimerais pas du tout être à sa place . Les mannequins, c’est des mannequins, ça marche sur des talons, ça fait du yoga et des pilates, ça court 2-3 fois par semaine maximum. Mais ça ne joue pas les bandits de grands chemins. Bon, Rosinski aussi la dessinait belle, mais ce n’était pas aussi exagéré.

    Voilà… :oops: :oops: Euh, à part ça, j’ai un jeu à finir… (en fait je sors de soutenance :oops: )

    Répondre | Lien | Citer

    Isis a écrit :
    Et ses deux arguments aussi énormes, d’où qui sortent ? :roll: :roll: Même Rosinski était plus discret bon sang. Étant donné que la demoiselle fait du cheval, j’aimerais pas du tout être à sa place .

    :D :D :D
    Isis, je t’adore !

    Répondre | Lien | Citer
    Thorgal-BDThorgal-BDWebmestre

    J’en ai écouté un ou deux, dans le fond, (j’ai les noms) qui ont dit qu’ils voudraient bien, par contre, être à la place du cheval.

    Répondre | Lien | Citer
    Thorgal-BDThorgal-BDWebmestre

    Voici une couverture alternative postée récemment par Giulio de Vita sur son Facebook.

    Répondre | Lien | Citer

    houla ! là Kriss a un regard … flippant !

    Répondre | Lien | Citer
    Thorgal-BDThorgal-BDWebmestre
    L'image du mois

    Cette image est l’Image du mois, tout nouveau concept sur le site. Environ deux fois par mois, je vous propose une image sélectionnée dans un album.

    Quand ?
    En mars 2012.

    Qui ?
    Scénario de Yves Sente, dessins de Giulio de Vita, couleurs de Graza.

    Où ?
    « La sentence des Walkyries »

    Comment ?
    Retrouvant par hasard le village de son enfance, Kriss assassine au cours d’une nuit d’orage ceux qui l’ont tant fait souffrir.

    Pourquoi ?
    J’avais choisi une autre image, puis une autre… Et je suis revenu à celle-ci. Peut-être, notamment, parce que je ne l’avais jamais vraiment lue. N’étant pas très à l’aise avec les images violentes, dans le contexte de cette série dans laquelle je ne les souhaite pas particulièrement, j’ai tendance à les zapper rapidement.

    J’avais quand même observé certains éléments. Le montage, fabuleux, lie entre elles ces différentes scènes en les fusionnant avec une fluidité quasi-parfaite. L’encrage épais, sirupeux, est tailladé par les lignes de pluie, griffées par la plume du dessinateur. L’humidité vient du sang et du ciel. Elle est à la fois lourde et cinglante.

    La couleur participe au carnage, puisqu’elle glisse peu à peu du bleu nuit au rouge flamme. Kriss est porteuse du feu. Elle perce la nuit et les corps en haut de la scène, elle crée la flamme en son centre, elle est baignée des lueurs de l’incendie tout en bas. Une vraie descente aux enfers, ponctuée de meurtres sauvages.

    Bon du coup, il a bien fallu que je la lise correctement, cette fois-ci, cette image. La variété des cadrages et des angles de vue, mais aussi l’instantanéité et l’enchaînement des assassinats, créent une scène d’un dynamisme effarant. C’est frénétique. Hideux et magnifique.

    Quel a pu être l’état d’esprit du dessinateur, lorsqu’il a imaginé, esquissé, puis créé, cette scène insoutenable ? Il y a beaucoup d’émotion dans ce dessin, qui a dû hanter son créateur.

    On termine la page avec le meurtre d’un couple sous les yeux de leur enfant. Il y a un message là-dedans, mais bon, ça suffit, je vais aller lire un album des Schtroumpfs, ça va me détendre.

    Répondre | Lien | Citer

    Défi bien relevé !  :wink:  Mais bon, pour ça tu as choisi l’image la plus noire de l’album le plus noir ! Je me retrouve dans ta lecture de cette planche qui est construite de main de maître. Mais entre cette scène et celle du viol de Kriss, Giulio a dû maudire son scénariste pour l’avoir entraîné dans les pires horreurs de l’âme humaine !

17 messages de 81 à 97 (sur un total de 97)


Vous pouvez utiliser BBCodes pour formater votre contenu.
Votre compte ne peut pas utiliser les BBCodes avancée.



Question de sécurité
Qui suis-je ?
 Thorgal -  Aaricia -  Jolan 

Plan du site
Conditions Générales de Vente
Mentions légales
© Éditions Le Lombard 2018