Abonnement newsletter

X
X

S'enregistrer sur ce site

Les dieux ont mis un homme à l'épreuve

Top

Du côté des éditeurs

Accueil / Forum / Hors sujet / Du côté des éditeurs

Bienvenue

Du côté des éditeurs

Ce sujet a 14 réponses, 2 participants et a été mis à jour par Thorgal-BD Thorgal-BD, il y a 3 semaines et 1 jour.

14 réponses de 1 à 14 (sur un total de 14)
  • Auteur
    Réponses
  • Répondre | Lien | Citer
    Thorgal-BDThorgal-BDWebmestre

    Je ne connais pas Frédéric Niffle, mais par contre Nathalie a été l’un de mes principaux contacts au Lombard ces dernières années. En fait, dans l’équipe actuelle, elle est la seule que j’ai rencontrée « en vrai».

    Je lui souhaite tout le meilleur pour cette nouvelle aventure.

    Répondre | Lien | Citer
    Izneo EasyComics

    Du côté de la BD numérique, Izneo lance EasyComics, la lecture case par case. Je suppose que ce mode de lecture devrait surtout convenir aux lecteurs sur smartphone. Mais pour moi, c’est comme lire mot à mot un livre. Il manque la grammaire propre à la planche de BD, la lecture globale qui relie les cases entre elles et donne tout son sens au récit.

    Répondre | Lien | Citer
    Journal Spirou

    Avec Kaboom, plongée au cœur de la rédaction du journal Spirou, où Frédéric Niffle aura officié pendant près de 10 ans comme rédacteur en chef. Un magazine BD qui se porte toujours aussi bien alors qu’il fêtera bientôt ses 80 ans  :!:

    Répondre | Lien | Citer
    Imprimerie Pollina

    Pollina, c’est l’imprimerie qui a réalisé les derniers albums de Thorgal. Installée à Luçon en Vendée, Pollina emploie 240 personnes. Elle s’est équipée l’année dernière d’une nouvelle presse de 280 tonnes. Voici son installation, des fondations de la dalle jusqu’à l’impression du premier job, résumée en 3 minutes !

    Répondre | Lien | Citer
    Thorgal-BDThorgal-BDWebmestre

    J’avais raté tes trois derniers messages dans ce sujet !

    Notamment celui sur la lecture case à case dans Izneo, un précédé tout à fait curieux. Mais bon, pour lire une BD sur Smartphone, c’est sûrement la seul solution. Faut quand même être accro au téléphone. Je pense qu’on passe plus de temps à manipuler le téléphone pour zoomer/dézoomer/déplacer la mire/changer de case, qu’à lire vraiment. Une curiosité.

    La vidéo de l’installation chez Pollina est impressionnante, hypnotique. Le résultat, on dirait un pont de l’USS Enterprise transféré dans un hangar.

    Répondre | Lien | Citer
    Gauthier Van Meerbeeck

    Rien à la télé ce soir ? :wink: Alors calez-vous bien à l’aise ici devant votre écran pour découvrir Gauthier Van Meerbeeck, le directeur éditorial du Lombard. Son interview dans l’émission L’œil carnivore dure 45 minutes minimum, elle date du 17 juin dernier, et surtout elle est diffusée sur Radio Panik, une radio associative bruxelloise. Ce qui fait que c’est assez amateur pour l’aspect technique, que le visuel n’est pas la priorité, mais ça reste intéressant car Gauthier y partage assez spontanément son point de vue sur son métier. Peut-être que la consommation de Jupiler joue aussi dans l’ambiance détendue de l’émission.  :D  A voir en suivant ce lien, surtout entre 9’45 et 51’25 pour écouter l’interview principale : http://www.oeilcarnivore.com/?p=5060

    Répondre | Lien | Citer
    Les albums de BD en majorité pas rentables

    François Pernot, directeur général de Média Participations auquel appartient Le Lombard, a répondu aux questions de la radio publique belge RTBF.

    Ce début septembre marque la rentrée littéraire pour les BD. Si le moment clé dans ce domaine est surtout la fin de l’année, la rentrée de septembre sert toutefois de véritable rampe de lancement.

    « Même si le livre, si l’album, si la série n’est pas disponible à ce moment-là, c’est le moment où on l’annonce », explique ainsi François Pernot, directeur général de Média Participations, auquel appartiennent des maisons comme Dargaud ou le Lombard.

    Il ajoute: « Les spécialistes, les gens qui vont nous relayer dans les médias ou dans les magasins, les libraires sont à ce moment-là informés, ce qui leur permet d’informer d’ailleurs leurs clients en leur disant ‘j’ai une bonne surprise pour toi en fin d’année, je vais avoir un Batman par Marini' ».

    Il faut dire aussi que la concurrence est rude: plus de 5 000 BD ont été publiées dans l’espace francophone sur un an. Les maisons d’édition dont s’occupe François Pernot publient environ 700 titres cette année, dont 300 rien qu’au cours de cette rentrée. Et la majorité des albums n’est pas rentable.

    Selon François Pernot, il faut vendre environ 10 000 exemplaires pour qu’une BD soit à l’équilibre financier. « Chez nous, nous avons 20 % de notre production qui fait vivre — je parle en termes de nouveautés — l’ensemble des maisons, explique-t-il. Et sur ces 20 %, il y en a un tout petit pourcentage qui va devenir une source de revenus pérenne et en constituant des best-sellers, en constituant donc des livres qui atteindront le haut du hit parade ».

    Comme Lucky Luke, « La terre promise », 500 000 exemplaires vendus en 2016, ou encore le 24e album de Black & Mortimer, « Le testament de William S. », 400 000 exemplaires vendus l’année passée. Les revenus que génèrent ces blockbusters permettent de lancer de nouveaux auteurs et aussi, bien sûr, de rémunérer les actionnaires et leurs structures.

    Par ailleurs, il y a la diversification. On remarque un engouement du cinéma pour certains univers de la BD. « Valerian » vient par exemple d’être porté à l’écran par Luc Besson. Et il y en a d’autres, comme « Les Schtroumpfs », « Boule et Bill » ou encore bientôt « Thorgal ». Tout ça, ce sont des revenus supplémentaires pour les maisons d’édition.

    Répondre | Lien | Citer
    Media-Participations

    Des infos dignes de l’empire de Largo Winch : Media-Participations, qui possède le Lombard et plein d’autres maisons d’édition, fusionne avec le groupe La Martinière, devenant le 3e groupe d’édition de France. La nouvelle entité pèsera 561 millions € de chiffre d’affaires ! Article à lire ICI sur ActuaBD.

    Répondre | Lien | Citer
    Europe Comics

    Europe Comics est un projet soutenu par l’Union européenne pour promouvoir la bande dessinée européenne à travers le monde. Le Lombard est bien sûr partenaire du projet qui consiste à diffuser les BD en anglais au format numérique.

    Les 40 ans de Thorgal sont annoncés sur le site d’Europe Comics : http://www.europecomics.com/thorgal-40-years-young/ Le texte est largement inspiré d’un site bien connu.  :wink:

    Adapted from ‘Thorgal a 40 ans‘ (‘Thorgal Turns 40’) on the official Thorgal website.

    Mieux encore, le site Thorgal.com est présenté très positivement. Cette fois, je ne dirai plus du mal de l’agence Mediatoon Licensing qui est porteuse du projet.  :?

    Those looking to find out more about the series’ origins are in luck – provided French isn’t an obstacle – thanks to the official Thorgalwebsite, full of tremendously insightful information about the history and background of the series.

    Bon Stéph, ils disent quand même que tu dois te mettre à l’anglais pour Thorgal.com.  :lol:

    Répondre | Lien | Citer
    Thorgal-BDThorgal-BDWebmestre

    Hé, c’est vrai, c’est mon texte, c’est marrant. Je ne savais pas qu’il avait été traduit.

    La traduction du site serait quand même assez compliquée, d’une part parce que, en dehors de quelques pots-de-vin et albums sous la table, le webmestre est un bénévole, d’autre part parce que le contenu est très évolutif et loin d’être terminé.
    Ce serait plus évident sur un produit fini, ce qui n’arrivera jamais tant que je serai aux manettes, vu que je ne finis rien. oui

    Pour terminer tout ce qui est commencé, il faudrait que je bosse à plein temps sur le site pendant peut-être deux ans, minimum.

    En restant sur une démarche raisonnable, il serait intéressant de traduire la page d’accueil (et donc les articles) et d’ouvrir un forum international (mais il faudrait un modérateur anglophone et, idéalement, un modérateur polonais).

    Répondre | Lien | Citer
    Offre de BD numérique gratuite avec Orange

    Rien que cette démarche raisonnable demande un bel investissement en temps. Il faudrait voir qui pourrait prendre ça en charge…

    Le contenu évolutif du site me plaît bien, c’est ça qui le rend vivant. Et tant que des albums de Thorgal continueront à paraître, les projets sont effectivement infinis !  :D

     

     

    La BD numérique est en plein développement, même si la version papier a toujours de beaux jours devant elle. L’opérateur Telecom Orange propose à ses abonnés de découvrir – gratuitement pendant 6 mois – la presse numérique avec le service ePresse, et plus de 3000 BD numériques avec Izneo. Le communiqué de presse complet est à voir ICI.

    Répondre | Lien | Citer
    Le marché de la BD se porte bien, pas les auteurs

    Article intéressant sur France TV Info : Le marché de la BD se porte bien, pas les auteurs

    Croissance de 20 %, dynamisme, développement à l’export, le marché de la BD est en plein essor selon le récent rapport du Syndicat national de l’édition. Un enthousiasme que ne partagent pas les auteurs.

    Qui lit de la BD et qui en achète ? Un rapport complet effectué sur 5000 points de vente et auprès 15 000 personnes « représentatives de la population française ». Sur les dix dernières années, la BD affiche une croissance de 20% de son chiffre d’affaires. Ce faisant, elle se place en troisième position derrière la littérature et les livres pour la jeunesse. En 2016, nous avons été 8,4 millions à acheter de la BD soit plus de 15% de la population française âgée de plus de dix ans.

    Avec ces chiffres, on peut même s’amuser à dresser le portrait type de l’acheteur de BD. Ou plutôt de l’acheteuse puisque 53% sont des femmes. Elle a 41 ans et dispose de revenus confortables. Elle fait l’acquisition de 5 BD par an. Sans égoïsme, elle le fera plus d’une fois sur deux pour autrui. Manga, comics, BD jeunesse, romans graphiques… Tout le monde semble profiter de l’euphorie sauf la bande dessinée patrimoniale (série de plus de 35 ans d’âge) qui connaît une baisse de 19%. Tout le monde ou presque car il existe un gros village d’irréductibles auteurs pour qui la pilule de la croissance sans fin passe mal. Denis Bajram, auteur d’Universal War, est l’un deux. Il est secrétaire des Etats généraux de la bande dessinée.

    L’étude Gfk a fait réagir beaucoup d’auteurs sur les réseaux sociaux. Pourquoi ? La BD se vend bien, c’est une bonne nouvelle, non ?

    Denis Bajram : L’étude, la dépêche AFP et la trentaine de sites qui ont repris son résumé peuvent donner l’impression que le monde de la BD est très joyeux et que tout va très bien. Alors qu’en réalité, pour les auteurs, tout va très mal. Voilà pourquoi nous réagissons.

    La bonne progression des ventes ne profite pas aux auteurs ?

    Denis Bajram : On ne reproche pas aux éditeurs d’être contents que les ventes progressent. On vend de plus en plus de BD, le chiffre d’affaires global grandit, très bien. Mais pour les auteurs, individuellement, le chiffre d’affaires diminue. Plus de 50% des auteurs de bande dessinée vivent sous le SMIC, un tiers sous le seuil de pauvreté. Et concernant les femmes, c’est pire. Elles sont plus de la moitié à vivre sous ce seuil. La précarisation des auteurs est réelle dans notre pays. Et les bons résultats de l’étude du SNE ne doivent pas cacher cette misère que l’on voit monter.

    Qu’est ce qui ne fonctionne pas dans le système actuel ?

    Denis Bajram : D’abord on ne peut pas demander aux auteurs qui sont en train de survivre de trouver seuls les solutions aux problèmes. Les éditeurs doivent se rendre à l’évidence que nous ne pouvons plus continuer comme ça. Il faut que nous réfléchissions à solidifier le parcours des auteurs, à engager des rapports basés sur le long terme. Payer plus et éviter que les prix des pages ne continuent sans cesse de baisser. Il faut aussi se poser la question de la surproduction actuelle.

    Source : http://culturebox.francetvinfo.fr/bd-box/2017/10/20/le-marche-de-la-bd-se-porte-bien-pas-les-auteurs.html

    Répondre | Lien | Citer
    Le nouvel Astérix vu du Lombard

    Gauthier Van Meerbeeck, l’éditeur du Lombard, semble énervé par la sortie du dernier album d’Astérix. Pourtant, Yves Sente aurait pu sauver la mise…  :x

    Sur FB, Clarke nous en dit un peu plus sur son dessin :

    Le Lombard veille au succès d’Astérix et Obélix en refusant de publier des projets pourtant prometteurs ! Merci qui ?  :lol: 

    Répondre | Lien | Citer
    Thorgal-BDThorgal-BDWebmestre

    Arf ! Marrant.

    Étant plus arverne, voire biturige, je ne connaissais pas les Ménapiens.

    Le Lombard n’a pas d’Astérix, mais en fait, personne n’a d’Astérix (à part l’éditeur d’Astérix).

14 réponses de 1 à 14 (sur un total de 14)


Vous pouvez utiliser BBCodes pour formater votre contenu.
Votre compte ne peut pas utiliser les BBCodes avancée.



Question de sécurité
Qui suis-je ?
 Thorgal -  Aaricia -  Jolan 

Plan du site
Conditions Générales de Vente
Mentions légales
© Éditions Le Lombard 2017