Abonnement newsletter

X
X

S'enregistrer sur ce site

Les dieux ont mis un homme à l'épreuve

Top

Thorgal (et si…)

Accueil / Forum / Fanfictions / Thorgal (et si…)

Bienvenue

Thorgal (et si…)

Ce sujet a 7 réponses, 3 participants et a été mis à jour par Cat cat, il y a 4 ans et 9 mois.

  • Créateur
    Sujet
  • #31401 Répondre | Citer
    CatCat

    J’y pense depuis un moment. Repartir de la fin du tome 29, là où s’est arrêté Van Hamme et réécrire les aventures de nos héros. Une sorte d’histoire parallèle. Et puis voilà, j’ai concocté un résumé pour trois aventures et j’ai commencé la rédaction de la première. N’étant pas scénariste, j’ai préféré me lancer dans une nouvelle, puis abordable pour moi. Je vous soumets le travail du jour. Et pour la suite, bah, on verra suivant ma motivation fluctuante.
    Bien sûr, je devrai relire et faire des corrections, mais ça ce sera pour plus tard.


    Jolan vient de quitter son père. Il s’est retourné une fois, une dernière vision avant son nouveau destin. S’il se retourne encore, il sait qu’il fera demi-tour, alors il avance et se concentre sur la silhouette qu’il aperçoit dans la neige tombante. Manthor ! Sans le distinguer, il sait que c’est lui. Il reconnait le corps massif et la tête masquée. Il ressent l’aura de l’étrange homme qui l’attend.
    Quelques pas encore et il atteint enfin le mage rouge. Celui-ci le regarde un moment avant de lui adresser la parole :
    – Je savais que tu viendrais. Tu ressembles tant à ton père. La même loyauté, le même esprit de sacrifice, le même respect de la promesse. Si tu es prêt, nous pouvons y aller.
    – Je suis prêt !
    Le jeune garçon a le visage crispé, mais également décidé. Pourtant, soudainement, il est pris d’un malaise. Il titube, manque de s’écrouler. Son compagnon le rattrape.
    – Que t’arrive-t-il ?
    – Je ne sais pas ! Une sensation étrange, un déjà-vu ! J’ai eu la tête qui tourne.
    – Explique-moi plus en détail ce que tu as ressenti.
    – C’était bizarre, une sorte de vision. Je nous ai vu tous les deux ici. Mais si c’était semblable, j’ai aussi senti que ça ne l’était pas. Je ne peux pas expliquer tout à fait pourquoi. Ensuite, j’ai eu l’impression de parcourir un long chemin, une sorte d’épreuve que vous m’imposiez pour vous rejoindre. J’y rencontrais des compagnons de route, mais tout est flou… Vous allez me mettre à l’épreuve ?
    – Non ! Je n’en ai pas besoin. Je sais déjà qui tu es et ce que tu vaux… Mais pour te dire, j’ai ressenti la même chose que toi.
    – C’était de la télépathie ?
    – Non ! Je crois que nous venons de fixer un monde.
    – Je ne comprends pas !
    – Comme tu le sais, il existe une infinité de mondes, celui-ci en est un. Mais les choix que nous faisons peuvent provoquer une cassure sur les lignes des destins et un nouveau monde se crée alors.
    Manthor réfléchit quelques instants, puis poursuit son explication.
    – J’ai toujours eu le sentiment que j’existais ici et ailleurs, dans deux espace-temps différents, mais que les deux étaient fragiles comme s’ils ne tenaient qu’à une décision. Ce deuxième monde existe depuis déjà longtemps, peut-être avant même ma naissance et les deux se sont longtemps confondus. J’ai songé à un moment te donner des épreuves pour me rejoindre, mais je sais qu’elles ne sont pas nécessaires. Lorsque tu m’as rejoint, nous avons fixé ce monde qui existe maintenant pour toujours et dans lequel nos destinées seront différentes de celles de l’autre monde.
    – Je pourrais alors choisir d’aller dans cette autre destinée ?
    – Non ! Dès l’instant où les mondes se sont fixés, les passages entre les deux se sont fermés. S’il nous était possible jusqu’il y a peu de privilégier un monde ou d’en faire disparaître un, maintenant, nous n’avons plus le choix, nous devons suivre le destin de ce monde-ci.
    – Qu’est-ce qui m’empêcherait de créer un autre monde ? Un monde où je vivrais tranquille avec ma famille, où nous aurions enfin la paix ?
    – Ce n’est pas aussi simple Jolan. Les mondes se créent par des choix, mais tous les choix ne créent pas des mondes. Il est impossible de savoir quel choix aboutira à ce résultat. Nul ne sait pourquoi tel ou tel choix a cet effet et il est malheureusement impossible de créer son monde idéal.
    – Et qu’arrivera-t-il à mon autre moi dans cet autre monde ?
    – On ne peut pas le savoir. Peut-être en auras-tu quelques visions, je pense que tu en es capable, mais rien n’est moins sûr. Mais cela importe peu. Maintenant, tu es ici et tu dois suivre la route qui est la tienne ici… As-tu compris tout ce que je viens de t’expliquer ?
    – Oui, je crois. C’est un peu la même chose que lorsque j’ai utilisé le voyageur. J’avais créé un autre futur en modifiant mon passé, mais le premier futur n’a pas été complètement effacé.
    – C’est un peu la même chose en effet. Mais à l’époque, tu as accompli quelque chose de très dangereux. Tu as fait se confondre deux mondes à un moment donné et les mondes ne peuvent pas se confondre. Pour nous, c’est heureusement différent, les deux mondes sont maintenant totalement séparés. Certaines choses y seront semblables, mais beaucoup d’autres seront totalement différentes… Bien assez discuté de choses qu’on ne peut changer, partons vers ta nouvelle vie.
    Ne laissant pas à l’adolescent l’occasion de continuer la conversation, Manthor se mit en marche. Après un instant d’hésitation, Jolan emboîta son pas.
    ***
    Thorgal, après être resté à suivre son fils du regard jusqu’à ce qu’il disparaisse et avoir attendu encore longtemps comme dans l’espoir que tout change, que l’enfant revienne et que leur vie reprenne, s’est décidé à rentrer chez lui. Il sait qu’Aaricia sera éveillée, qu’il lui faudra s’expliquer. Un moment qu’il appréhende. Aaricia va lui en vouloir, elle ne comprendra pas. Mais que pouvait-il faire d’autre que de laisser partir Jolan. C’était sa décision, sa promesse. Il ne pouvait pas aller contre.
    Il soupire et maudit intérieurement les dieux qui ont encore trouvé le moyen de le mettre à l’épreuve. La maisonnette dans laquelle il vit avec sa famille se profile dans l’aube naissante et Aaricia est effectivement déjà au travail. Elle nettoie les légumes pour le repas de midi. Et lorsqu’elle aura terminé, elle balaiera le plancher. Sa femme est heureuse d’être là, parmi les siens dans une vie simple. Et lui est heureux pour elle.
    Relevant la tête, Aaricia l’aperçoit et lui sourit. Il sourit en retour parce qu’il ne sait pas quoi faire d’autre. Les questions vont fuser directement. Il le sait et même préparé, il ploie sous la première salve.
    – Louve et Aniel sont partis jouer. Ils n’ont pas encore vraiment de camarades dans le village, alors ils s’amusent ensemble. J’espère que cela changera. Mais je ne sais pas où est passé Jolan. Il ne t’a rien dit ? Je ne l’ai pas vu aujourd’hui.
    – Viens mon aimée ! Je dois te parler.
    Aaricia le regarde, surprise et il évite de croiser son regard. Il est mal à l’aise et se contente de l’entrainer à l’intérieur.
    – Qu’est-ce qui se passe Thorgal ? Où est Jolan ? Il s’est passé quelque chose ? Mon fils a des problèmes ?
    La jeune femme s’énerve toute seule, chaque question augmentant son inquiètude.
    – Non, non ! Jolan va bien ! Ne t’inquiète pas !
    – Mais alors où est-il ?
    – Il ne reviendra pas tout de suite !
    A cette affirmation, Aaricia s’emporte.
    – Que veux-tu dire ? Pourquoi ne reviendrait-il pas tout de suite ? Que lui est-il arrivé ? Réponds-moi Thorgal !
    – Laisse-moi t’expliquer mon amour. Jolan lorsqu’il a rencontré Manthor lui a fait une promesse qu’il doit maintenant tenir. Il n’avait pas le choix, pour me sauver Manthor lui a demandé sa vie et…
    – Sa vie !!! Mais que veux-tu dire par là ? Notre fils est en danger et tu restes là à approuver ! Pourquoi ne vas-tu pas le sauver !? Thorgal, je veux que mon fils revienne !
    – Manthor n’en veut pas à sa vie Aaricia ! Il veut simplement que Jolan reste près de lui. Il veut lui apprendre à maîtriser ses pouvoirs.
    – Mais pourquoi ? Pourquoi désire-t-il que Jolan reste près de lui ? Thorgal, tu n’as pas pensé qu’il n’était peut-être pas aussi droit et loyal que toi ? Tu n’as pas pensé que peut-être, il avait une idée concernant Jolan ? Pourquoi as-tu laissé faire ça ? Pourquoi !?
    – Je n’avais pas le choix Aaricia ! C’était le choix de Jolan et il ne m’avait rien dit. Il partait cette nuit sans un au-revoir juste parce qu’il l’avait promis à Manthor.
    – Mais toi tu le savais n’est-ce pas ? Tu savais qu’il allait partir ? Tu savais et tu n’as rien fait, tu n’as rien dit ? Pourquoi Thorgal ? Dis-moi pourquoi ?
    – Cela aurait changé quoi ? Manthor m’avait tout raconté. Le sacrifice de Jolan, sa promesse, ses demandes. Oui je savais tout ! Mais crois-tu que j’aurais pu empêcher notre fils d’honorer sa promesse ? Le crois-tu vraiment ? Ne connais-tu donc pas plus que ça notre fils ?
    – Mais pourquoi ne m’as-tu rien dit ? J’aurais pu lui dire au revoir !
    – Pour ne pas vous faire du mal Aaricia. Ni à toi, ni à Louve et Aniel, ni à lui. Sa décision était prise, il aurait été au bout et des adieux auraient été trop difficiles.
    – Toi pourtant, tu lui as dit au-revoir !
    Et la jeune femme s’enferma dans un silence boudeur que les attentions de Thorgal ne purent briser.
    ***
    Atteignant la forteresse de Manthor, les deux marcheurs s’arrêtent. Le bâtiment est toujours aussi impressionnant et Jolan se sent tout petit. C’est ici qu’il va vivre pour un temps indéterminé et le malaise qu’il ressent lui coupe le souffle. Mais c’est passager et puis Manthor ne lui laisse pas le temps de s’appesantir sur des états d’âme, il l’entraine à l’intérieur.
    L’adolescent retrouve des lieux qu’il a eu l’occasion de voir. Cette fois, il prend le temps de regarder. Les pièces sont immenses, les couloirs, au contraire, sont étroits et sombres. Beaucoup de portes sont fermées et Jolan pressent que derrière beaucoup de choses mystérieuses se passent. Manthor lui indique d’ailleurs beaucoup d’endroits qui lui sont interdit et il n’ose poser des questions sur les raisons.
    Au croisement de deux couloirs, il aperçoit une silhouette. Le temps de remarquer qu’elle est dissimulée sous une cape et elle disparaît à l’intérieur d’une pièce.
    – Qui était-ce ?
    – Tu n’as pas besoin de le savoir pour le moment. Mais ce que je peux te dire c’est que je ne suis pas le seul à ne plus avoir ma place dans les mondes de la terre. Les dieux poursuivent d’autres personnes de leur courroux. Et certaines de ces personnes se sont réfugiées ici. Tu auras l’occasion de faire leur connaissance plus tard, mais ce n’est pas leur désir pour le moment. Maintenant, nous allons manger et puis tu pourras te reposer. Je pense que les émotions de la journée doivent t’avoir épuisé. Et l’entrainement commencera dès demain matin.
    Dans sa chambre, après le repas, Jolan était plongé dans ses réflexions. Quel endroit étonnant. Tout était empreint de mystères et de secrets. Tout semblait désert et pourtant, plusieurs personnes habitaient les lieux. Le temps lui-même semblait différent et parfois il avait eu l’impression que les choses ne semblaient pas être ce qu’elles semblaient être.
    Il s’interrogeait aussi. Pourquoi Manthor le voulait-il auprès de lui ? Quel était son intérêt ? Il ne lui avait rien dit de ses projets à part que son entrainement allait commencer. Mais quel entrainement ? Il n’en savait rien non plus. Il n’aimait pas trop tout ce flou qui entourait tout et toutes choses.
    Le sommeil eut du mal à s’imposer, ses pensées tournaient dans tous les sens. Mais il avait beau penser et repenser, il n’arrivait à rien. Comme un puzzle auquel il manquait trop de pièces pour qu’il recompose son paysage. Néanmoins, il finit par s’endormir et ne se réveilla qu’à l’appel de Manthor.
    Après un déjeuner copieux, il rejoint son maître dans une salle sans fenêtre. L’ameublement est discret. Une table et une chaise, quelques bougies. Un cercle est tracé sur les dalles sombres du sol et des tentures rouges recouvrent tous les murs. Tout un tas d’objets hétéroclites s’entassait sur la table. L’atmosphère est étouffante.
    Manthor lui fait signe de se placer dans le cercle et de s’asseoir bien à son aise. Ce qui semble difficile au jeune garçon, il est tendu et peine à se relâcher.
    – Dis-moi Jolan, que sais-tu de tes pouvoirs ?
    – Ce que mon arrière-grand-père m’a expliqué. Ils me viennent du peuple des étoiles et mon père n’en a pas reçu alors que moi bien et ma sœur aussi. Tout dans l’univers est composé de petites étoiles et je dois voir ces étoiles pour pouvoir les dissocier et faire disparaître des choses. Je pourrais aussi recomposer ces choses et même en inventer, mais depuis la mort d’Ogotaï, je n’y arrive plus. Pourtant, je vois les étoiles et je sais rompre leurs liens, mais impossible de les lier entre elles. Pourtant, je l’ai déjà fait avec Alinoë et puis ensuite grâce à Ogotaï, j’ai guéri Thorgal.
    – D’accord, c’est une bonne explication et il ne sert à rien de rentrer plus dans les détails, tu sais ce qu’il faut savoir. Il te faut à présent apprendre à maîtriser tout ça. Pour commencer, tu vas t’appliquer sur ce que tu sais déjà faire. Tu vas me dématérialiser chacun des objets que tu as aperçus sur la table. Un par un juste qu’à ce qu’il n’en reste plus.
    – Mais pourquoi faire ça puisque je sais le faire ?
    – Ne pose pas de questions Jolan, fais juste ce que je te dis de faire.
    Soupirant intérieurement, Jolan se concentra sur le premier objet que lui présenta Manthor. Une simple fourchette de métal. Rien de difficile. Il pouvait la faire disparaître en deux-trois secondes.
    – Je voudrais que tu essaies d’aller plus vite, maintenant. Pour chaque objet, je veux que tu y ailles au plus vite de ce que tu peux faire.
    Jolan fut surpris de la demande. Il n’avait jamais pensé à la rapidité de son pouvoir. Il se contentait de se concentrer et quand ça y était, ça y était. Finalement l’exercice allait être plus ardu que prévu. Le fait de vouloir accélérer les choses lui faisait perdre de la concentration nécessaire et résultat, il mettait plus de temps ou loupait carrément la manœuvre. Ce qui l’énervait. Et plus il s’énervait, moins il arrivait à ses fins.
    Manthor ne disait rien, se contentant de poser les objets devant lui. Mais le jeune homme avait l’impression de voir le sourire derrière le masque. Et imaginer cela le perturbait encore plus.
    La matinée se passa ainsi et à la fin de celle-ci, Manthor stoppa l’exercice. L’élève lui était épuisé. Il ne s’attendait pas à cela et suivit son compagnon vers la salle à manger.
    – Que retiens-tu de cet exercice Jolan ?
    – Que vous avez voulu me montrer que je ne savais rien !
    Il avait répondu vivement, toujours énervé et un peu dépité. Puis il se reprit. Manthor n’avait pas répondu à sa remarque exaspérée et attendait en silence.
    – J’ai compris que si je savais des choses, ce n’est pas pour autant que je les ai vraiment assimilées. Et qu’avant d’apprendre ce que je ne connais pas du tout, il me faut maîtriser ce que je connais déjà un peu.
    – Tu es intelligent Jolan, tu apprendras vite. Peut-être que ça te paraîtra lent, mais je peux t’assurer que ce sera rapide.

7 réponses de 1 à 7 (sur un total de 7)
  • Auteur
    Réponses
  • Répondre | Lien | Citer
    Thorgal-BDThorgal-BDWebmestre

    Tu suis globalement le fil de départ, mais après tu choisis de proposer un rapport maître/élève entre Manthor et Jolan. Très différent de la BD, où les rapports entre les deux sont plutôt du genre patron/homme de main.

    C’est intéressant mais maintenant il va falloir imaginer ce que Manthor veut faire… C’est bien mystérieux.

    Répondre | Lien | Citer
    CatCat

    Tout le résumé est tapé, je sais donc ce qui va se passer dans mon histoire, ce que Manthor veut ou ce qui se passe pour les autres personnages. Me reste qu’à me motiver pour écrire. Et ça c’est pas gagné :roll:

    Répondre | Lien | Citer
    CatCat

    La suite :)


    Le repas fut pris en silence, malgré un nouveau compagnon à la table. Un jeune homme aux cheveux blonds presque blancs, un peu plus âgé que le fils de Thorgal. Après un bref salut, il s’était assis et n’avait plus dit un mot. Jolan n’avait pas insisté et s’était plongé dans ses pensées. Toujours les mêmes questions sur la raison de sa présence le turlupinaient. Et si ce garçon n’avait pas envie de parler, ça ne le dérangeait pas. Draye !? Oui ! C’était le nom sous lequel il s’était présenté. En l’entendant, il avait ressenti une autre espèce de déjà-vu, mais sans aucune vision. Sensation très vite passée. Il n’y songeait d’ailleurs plus.
    L’après-midi fut consacré à des exercices guerriers. L’adresse au tir à l’arc de Jolan était déjà remarquable, mais il lui manquait force et pratique dans le maniement de l’épée. Au corps à corps, il était trop fluet, bien qu’agile et souple. La séance fut donc agrémentée de musculation et autres activités visant à endurcir l’adolescent.
    Ensuite, il lui fut permis de se promener librement dans la forteresse, bien que Manthor lui rappela qu’il y avait bien des zones qui lui étaient interdites. Ce qui ne le perturba pas. Fatigué, tout ce qu’il désirait c’était prendre l’air. L’atmosphère à l’intérieur était oppressante, la luminosité était réduite et l’air souvent étouffant, une bonne bouffée d’oxygène lui ferait le plus grand bien avant de rejoindre son lit.
    Les jardins étaient splendides. Toutes sortes de fleurs y poussaient en désordre apparent et dans une grande impossibilité. Il apercevait des espèces du Nord et d’autres qu’il avait rencontrées au cours du long voyage familial vers le Sud. Et encore d’autres plantes totalement inconnues qui ne semblaient pas provenir de Mitgard. Les parfums qui s’exhalaient de tous ces pétales rassemblés étaient enivrants et lui faisaient le plus grand bien.
    Sa ballade l’emmena d’abord vers un labyrinthe végétal dans lequel il ne s’aventura pas. Les haies taillées de près étaient hautes de 3 mètres au minimum et les allées qu’elles formaient ne laissaient la place que pour un homme passé. Ce dédale semblait presque vivant. Mais d’une vie étrange et inquiétante. Il se fit la réflexion qu’il en parlerait à Manthor. Puis oublia, fasciné par un nouveau paysage.
    Après avoir contourné le mystérieux assemblage de murs de plantes, il avait abouti à ce qu’il nomma intérieurement le champ de roches. Une multitude de pierres de formes et de tailles diverses y reposait comme déposées là par une main inconnue. Parfois certaines se touchaient et formaient une sculpture plus aberrante. Le soleil qui éclairait l’ensemble y allongeait les ombres et le vent sifflait en glissant entre chaque. Une âme semblait habiter l’endroit, qui vous susurrait à l’oreille et mouvait sinueusement autour de vous. Ce n’était qu’une impression bien sûr, mais tenace et envoutante.
    Jolan déambula dans l’endroit, posant parfois une main sur l’une, s’arrêtant pour savourer le spectacle, humant l’air ou écoutant. Il finit par atteindre le centre du champ. C’est là que se dressait le plus étrange de tous ces rochers. Plutôt qu’un rocher, d’ailleurs, il ressemblait presque à une statue sculptée par un artiste torturé. Il était grand également, un peu plus que lui, mais pas spécialement plus que d’autres. Le plus étonnant était son humidité. Jusque-là, il n’avait touché que de la pierre sèche et celui-ci était totalement recouvert d’une fine rosée. Intrigué, il tendit les doigts pour l’effleurer et ressentit une petite décharge électrique. Il retira sa main surpris et s’assit en face pour l’observer à loisir, dans un état proche de la transe.
    Il aurait pu rester là des heures, mais Manthor l’interpella soudain.
    – Viens Jolan ! Il est temps de rentrer ! Tu as encore du travail aujourd’hui.
    – Manthor ? C’est quoi ce rocher ? Il est tellement… tellement différent.
    – Rien qui te concerne Jolan.
    Son maître lui tourna le dos et se mit en route. L’adolescent hésita, regarda une dernière fois le rocher, se promit de revenir et finit par suivre la grande silhouette qui s’éloignait déjà.
    Se rappelant de la première phrase de Manthor, il l’interpella :
    – C’est quoi ce travail que je dois encore faire ?
    – Oh rien de bien fatigant ! Mais en plus de maîtriser tes pouvoirs, devenir un guerrier complet et augmenter ta force et ta résistance, il y a autre chose que tu dois apprendre… Sais-tu lire Jolan ?
    L’enfant rougit et fit non de la tête. Il ne savait pas bien sûr. Pourtant, il aurait bien voulu, c’était un de ses plus vieux rêves. Tout enfant, sur l’île, il avait demandé à son père de lui enseigner, mais Thorgal ne savait pas, pas plus qu’Aaricia. C’était normal évidemment, mais il en avait ressenti une énorme frustration. Ensuite, il n’en avait plus parlé, il avait gardé ça au fond de lui, un regret.
    – Vous allez m’apprendre ? Je vais savoir lire ?
    Manthor parut sourire derrière son masque.
    – Oui, tu vas apprendre à lire. Et aussi à écrire. Et encore plein d’autres choses qui te seront utiles.
    Heureux tout d’un coup, l’adolescent se précipita vers la forteresse dans un mouvement qui rappelait l’enfant qu’il était encore un peu.
    ***
    Les jours se suivirent ainsi, entre les différentes matières à étudier. Jolan progressait bien même s’il trouvait qu’il n’avançait pas assez vite. Une sorte de lassitude commença à l’envahir. La monotonie de ses journées pesait sur son moral, le manque de contacts humains aussi. Seul Manthor, toujours aussi secret et Draye, toujours aussi taciturne l’accompagnait parfois. L’un dirigeait l’apprentissage et l’autre lui servait d’adversaire pour les combats à l’épée ou pour la lutte. En dehors de ça, il était seul. Petit à petit, Jolan se renfrogna, son appétit diminua. Il devint aussi silencieux que le reste de l’endroit. Ses progrès s’en ressentirent et Manthor finit par lui en parler.
    – Que se passe-t-il ? Pourquoi sembles-tu si triste ?
    – Je ne sais pas… Je m’ennuie je crois. Ma famille me manque et j’ai l’impression que tout ce que je fais est inutile. Je ne vois pas ce que ça va m’apporter tout ce que j’apprends. Cela ne fera que m’isoler encore plus.
    – Il est encore trop tôt pour que tu voies où tout cela va te mener Jolan ! Mais tu dois me faire confiance à ce sujet. Bien, je pense qu’il est temps que je te confie un premier vrai travail, une mission délicate même. Te sens-tu prêt ?
    – Si je suis prêt ? Je ne sais pas, mais il faut que je fasse autre chose.
    – Demain, je t’expliquerais en détail ce que j’attends de toi. Aujourd’hui, repose-toi et prends des forces.
    C’est plein d’enthousiasme que Jolan se réveilla le lendemain. Enfin, il allait utiliser tout ce qu’il avait appris. Il ne savait rien de ce que Manthor attendait de lui, mais ça lui était égal, il accepterait n’importe quoi du moment que ça l’éloigne du train-train qui le rendait fou.
    C’est à table que son maître lui fit part de sa mission. Et il écouta avec attention.
    – Je vais te renvoyer en Mitgard. Comme tu le sais, Mitgard est le monde central et donc le royaume le plus intéressant pour trouver l’arbre cosmique Yggdrasil. Car c’est lui que tu vas devoir trouver. Ou plus précisément ses racines. Yggdrasil est un arbre à part, il est partout à la fois, mais ses racines sont au nombre de trois. Pour ce qui nous intéresse, tu dois trouver la racine qui passe sous Mitgard et la remonter jusque son origine en Jötunheim, le royaume des géants. Lorsque tu seras arrivé là, tu trouveras la fontaine du dieu Mimir, source de toute sagesse et de toute connaissance. C’est Mimir le but de ta mission. Tu lui poseras une question à laquelle lui-seul peut répondre. Tu comprends bien tout ce que tu as à faire ?
    – Oui ! Mais comment vais-je trouver Yggdrasil ? Personne ne l’a jamais vu chez les hommes et personne ne sait quel chemin prendre.
    Manthor poursuivit ses explications. Ensuite, il emmena Jolan dans une des pièces interdites. Elle était totalement vide et dans les tons rouges comme tous les endroits importants de la forteresse. Des portes parsemaient les murs, toutes semblables. Massives et verrouillées, elles semblaient inébranlables.
    – Nous sommes aux portes des différents royaumes de la terre et d’autres mondes. Tu sais que les mondes sont gardés par la gardienne des clés et que rare sont ceux autorisés à passer de l’un à l’autre. Elle seule a le pouvoir d’ouvrir les portes. Elle et moi. Il y a longtemps, j’ai trouvé le moyen d’ouvrir des passages. Mais je n’ai pas le droit de les emprunter, je suis condamné à l’entremonde et il m’est impossible de me rendre ailleurs. Mais toi tu le peux, tu l’as déjà fait plusieurs fois d’ailleurs. Je ne suis pas sûr que la gardienne apprécie, mais au départ je ne fais que te renvoyer en Mitgard, ton monde. Que peut-elle dire à cela. A toi ensuite de trouver Yggdrasil, unique autre possibilité de passer d’un monde à l’autre. Bien, il est temps, je vais t’ouvrir la porte. Rappelle-toi tout ce que je t’ai dit et tu ne devrais pas avoir de problèmes.
    Jolan inspira profondément et lorsque Mitgard s’ouvrit à sa vue, il avança résolument. A peine la porte franchie, il se retourna, mais à nouveau, comme dans ses expériences passées, celle-ci avait disparu. Il observa l’endroit où il avait surgi. Une forêt ensoleillée, les oiseaux chantaient et une brise douce faisait frémir le feuillage. On devait être au printemps. Avril peut-être. L’adolescent eut l’impression de revivre dans l’instant. Plusieurs mois s’étaient écoulé depuis son départ des vikings du nord, c’était encore l’hiver à ce moment-là et il avait l’impression de ne pas avoir vu les jours passer. Impression venant principalement du manque de nuit dans l’entremonde. Le soleil y brillait en permanence, ce qui troublait fortement ses notions d’écoulement du temps.
    L’adolescent regarda autour de lui. Quelle direction devait-il prendre ? Il ferma les yeux repensant aux paroles de Manthor.
    – Prends ceci, c’est un rameau d’Yggdrasil, il est lié à l’arbre cosmique et te guidera. Mais pour cela, tu devras le laisser faire et l’écouter, c’est peut-être le plus difficile.
    Concentré sur la petite branche enfermée dans un médaillon posé sur sa poitrine, Jolan tenta d’entrer en contact, de l’entendre, mais il avait beau faire, il n’entendait rien. Au bout d’un temps, il se lassa et décida de se mettre en route à l’instinct. Il finirait bien par trouver une solution.

    Répondre | Lien | Citer
    CatCat

    La suite de cette première histoire (et pas encore la fin :x )


    La forêt était immense plus qu’il ne l’avait d’abord pensé. Elle semblait ne pas avoir de fin et cela faisait plusieurs heures qu’il la traversait sans aboutir nulle part. Il commençait à se demander s’il était vraiment en Mitgard même si tout y ressemblait. Mais il n’avait aucune raison de douter de ce que lui avait dit Manthor. Quel but aurait-il eu à lui compliquer la tâche ?
    Il finit pourtant par s’asseoir, la journée avait filé et le soleil était bas sur l’horizon. Au milieu des arbres, l’obscurité s’était étendue et il peinait à distinguer les alentours. Il était temps de s’arrêter, de manger une partie des provisions qu’il avait emportées et puis de s’installer pour dormir. Il ne craignait pas de rencontrer une bête féroce ou l’autre, le feu qu’il avait allumé l’en protégeait et pour des marauds éventuels, il y avait peu de risque vu la superficie de la forêt.
    En regardant les étoiles par une trouée dans la feuillée, il repensa au rameau d’Yggdrasil et tenta à nouveau de l’entendre. Mais comme à son arrivée, il n’obtint aucun résultat et finit par s’endormir profondément.
    – Jolan !? Jolan ! Ecoute-moi ! Tu dois te réveiller et poursuivre ta route. Je sais qu’au fond de toi tu es à mon écoute. Lève-toi et continue à marcher, le but n’est pas loin.
    L’adolescent se redressa en sursaut. Il avait entendu et même si il n’entendait de nouveau plus rien, il savait enfin qu’il était sur la bonne route.
    Après avoir étouffé les braises du feu, il se remit en route, sans réfléchir à une direction. Il marcha le restant de la nuit. A l’aube, les arbres se raréfièrent, la végétation se mit à changer, les plantes, fleurs et même les insectes lui semblèrent différents. Il approchait, il le sentait. Le médaillon sur sa poitrine palpitait doucement, émettant une douce chaleur.
    Pourtant, il lui fallut marcher encore plusieurs heures avant de voir enfin Yggdrasil, l’arbre cosmique, énorme, majestueux, prenant tout l’espace. Ses feuilles miroitaient de mille couleurs fantastiques et plusieurs animaux mythiques nichaient entre ses branches ou broutaient à ses pieds.
    Intimidé, subjugué, Jolan s’arrêta. L’aura qui se dégageait de l’arbre divin formait comme une barrière invisible et protectrice.
    – Avance ! Tu es arrivé, on ne va pas s’arrêter ! Tu n’as rien à craindre !
    Le pas hésitant, Jolan s’avança vers l’arbre jusqu’à pouvoir poser une main sur son tronc qu’il sentit vibrer d’une énergie infinie. Il devait trouver la bonne racine, celle qui le mènerait en Jötunheim. Et pour cela, il devait entrer dans l’arbre.
    Inquiet, il pénétra dans une arche qui s’ouvrait aux pieds du tronc. Elle semblait s’être ouverte exprès pour lui. A l’intérieur, il faisait moins sombre qu’il l’aurait cru, une lumière impossible illuminait les lieux et il n’éprouva aucune difficultés à progresser jusqu’au centre, là où partaient les racines.
    Elles étaient énormes et massives. Mais surtout elles se ressemblaient et il hésitait sur laquelle suivre. Toutes les trois pouvaient le mener à la fontaine de Mimir, tout comme elles pouvaient l’amener au puits d’Urd en Asgard ou à la source d’Hvergelmir en Niflheim. Et il sentait qu’il n’avait pas le temps de se tromper. Une vibration colérique sourdait doucement et le pressait de prendre une décision.
    Soudain, la terre sous ses pieds s’ébranla, comme un tremblement de terre léger. Une des racines était secouée de mouvements spasmodiques et il comprit qu’il devait la suivre. Le géant à l’autre bout devait se remuer provoquant ces secousses.
    Le trajet le long de la racine bien qu’assez facile fut néanmoins fatigant car il lui fallait parfois passer par-dessus, d’autres fois par-dessous. A deux reprises, il dut progresser à plat ventre. Mais il finit par aboutir à la fontaine de Mimir. Le géant était là et lui bouchait la vue. Impossible de voir le dieu. Faisant bien dans les huit mètres de haut, le gigantesque bonhomme manœuvrait difficilement et lourdement. Il bougeait des pierres en marmonnant, comme s’il arrangeait son intérieur pour le rendre plus joli, alors qu’il n’y avait que de la terre et de la roche.
    Jolan ne se concentra qu’une seconde avant de dématérialiser un morceau d’un énorme bloc de pierre situé en hauteur. Celui-ci n’étant plus maintenu s’écroula pour finir sa chute sur le crâne du géant stupéfait. Il s’affala pesamment sur le sol provoquant une nouvelle secousse qui fit tomber l’adolescent également.
    Se relevant rapidement, le jeune homme se dirigea vers le dieu. Celui-ci était posé sur un tapis de feuilles et bien que Jolan sache à quoi il devait ressembler il ne put s’empêcher de sursauter. Le spectacle d’une tête momifiée et sans corps avait de quoi surprendre.
    – Qui es-tu et que fais-tu ici ? Les hommes n’ont pas le droit de venir en ces lieux !
    – Je suis Jolan Thorgalson et je suis venu poser une question.
    – Et pourquoi répondrais-je à la question d’un humain ?
    – Parce que je peux détruire cet endroit si je n’ai pas de réponse.
    Associant les actes aux paroles, Jolan se concentra à nouveau pour faire s’écrouler un autre rocher et puis encore un autre et encore un autre.
    – Arrête ! C’est d’accord, je répondrai à ta question, mais cesse d’abimer ma demeure. Que veux-tu savoir ?
    – Vylnia, la déesse bannie par Odin pour avoir aimé un homme, je veux savoir comment elle peut retrouver sa déité et retourner au Vanaheim.
    – Odin est un dieu qu’on ne fait pas changer ainsi d’avis. Il te faut l’amadouer et seulement si tu lui apportes quelque chose qui lui manque, tu pourras obtenir que Vylnia soit rétablie dans sa vie d’avant. Rend-lui son œil qu’il m’a confié il y a bien longtemps et tu arriveras à tes fins.
    – Où est cet œil ? Je veux une réponse ou ta demeure n’en sera bientôt plus une.
    – Il est dans ce petit coffret que tu vois, prend-le ! Il ne me sert à rien de toute façon. Et va-t’en que je puisse remettre de l’ordre chez moi. Va-t’en et ne reviens plus !
    Jolan se saisit du coffret et profitant que le dieu avait l’attention détournée par le fatras autour de lui, il remplit une petite fiole d’un peu d’eau de la fontaine. Ce n’était pas prévu, mais une impulsion du moment et qu’il ne pouvait repousser.
    Il faussa ensuite compagnie à Mimir avant que le géant se réveille, refit le chemin en sens inverse et se retrouva bientôt à l’intersection des trois racines. Il lui fallait maintenant trouver un moyen de rejoindre l’entremonde. Manthor l’avait averti qu’il devait se débrouiller sans l’arbre à la sève d’or qui ne pouvait pousser que dans les mondes non terrestres. Jolan n’avait rien dit, mais il savait que ce n’était qu’une épreuve de plus imposée par son maître car celui-ci était tout à fait capable de venir en frontière de Mitgard pour le faire passer dans l’entremonde.
    S’il quittait l’arbre cosmique, il n’aurait plus de passages car seule la gardienne pouvait les lui ouvrir. La solution résidait dans l’arbre. Celui-ci était vivant, plus vivant que toute chose dans l’univers, il lui suffisait de le convaincre. Mais les menaces n’auraient aucun effet. Même avec ses pouvoirs, il ne pouvait faire de mal à l’arbre.
    Une brûlure sur la poitrine, son médaillon qu’il avait oublié durant son périple auprès de Mimir chauffait de plus en plus. Il le retira, puis parla à Yggdrasil.
    – Je voudrais repartir vers l’entremonde, ce que j’avais à faire ici est fait. Je n’ai comme présent à t’offrir en échange de ce passage que ce rameau. Je sens qu’il a besoin d’être ici.
    L’arbre parut soupirer de tout son être et une nouvelle cavité s’ouvrit sous les yeux du jeune garçon qui s’y sentit pousser. Avant d’y pénétrer, il posa délicatement la petite branche au creux des trois racines, remercia silencieusement l’arbre de vie et le quitta.
    La porte avait été parfaitement calculée. Il émergea à l’entrée de la forteresse. Manthor l’attendait déjà, averti d’une manière ou d’une autre.

    Répondre | Lien | Citer

    C’est dommage mes pauses déjeuner ne sont pas assez longue pour tout lire. Mais un soir j’essaierai.

    Répondre | Lien | Citer
    CatCat

    Et voilà la fin de cette première histoire en uchronie. Je viens de l’écrire en direct ici et je ne l’ai pas relue, il peut donc y avoir des maladresses. Mais j’avais envie d’enfin la terminer. La prochaine aventure de Jolan vous emmènera dans d’autres lieux, avec d’autres personnages. Mais va falloir attendre que je sois motivée à l’écrire.


    Jolan lui tendit presque timidement le coffret récupéré auprès de Mimir. Son maître le prit sans dire un mot puis le laissa passer.
    – Et maintenant ?
    – Maintenant Jolan, maintenant, ma mère va enfin retrouver sa vie. Mais pour l’instant, va te reposer. Tu me retrouveras tout à l’heure.
    Bien que curieux, l’adolescent obéit. Il ne verrait pas Vylnia, malgré son envie. Manthor restait toujours aussi mystérieux et ça le déprimait un peu. Il avait espéré qu’il serait fier de lui, mais rien, pas un mot de remerciement. Tant pis, il serait fier pour deux.
    A l’heure du repas, il rejoignit la salle à manger où il était attendu et s’assit silencieusement à sa place.
    – Alors, est-ce que cette expérience t’a plu ? Qu’en as-tu retiré ?
    Jolan réfléchit quelques secondes, sachant que l’homme caché sous le casque n’aimait pas qu’il réponde précipitamment.
    – C’était intéressant et même si ça ne m’a pas paru extrêmement difficile, je me suis rendu compte que je ne maîtrisais pas encore tout mon pouvoir et qu’il est temps que je reprenne l’entraînement.
    – C’est bien Jolan. Tu t’es débrouillé d’excellente façon et tu mérites une récompense. Suis-moi.
    Très content, l’enfant suivit sans se faire prier. Manthor l’avait félicité, il n’en revenait pas et un sourire large comme une entaille dans un arbre en train d’être abattu lui barrait le visage.
    Son maître ouvrit une porte donnant sur une pièce que le jeune homme n’avait pas encore eu l’occasion de visiter. De taille réduite, elle était sombre, noyée dans les ombres. Les larges tentures rouges habituelles masquaient les murs et au centre, un globe brillait légèrement.
    – Viens Jolan ! Et regarde !
    Le gamin s’approcha de la boule qui se mit soudain à propager une lumière étincelante qui lui fit fermer les yeux. Puis la lumière se stabilisa et il put enfin plonger ses yeux dans l’image qui commençait à se former.
    Des silhouettes prenaient doucement forme humaine et après quelques secondes, il distingua sa famille. Son père, sa mère, Louve et Aniel étaient occupés à prendre leur repas. Ils devisaient tranquillement et parfois Aaricia semblait ailleurs, le regard perdu dans le vague.
    Jolan ne put s’empêcher de tendre la main et toucher le globe. Sa famille sursauta, chacun regarda autour de lui, mais rien n’avait changé dans leur intérieur. Thorgal ouvrit même la porte pour vérifier les extérieurs de la maisonnette, puis revint s’asseoir.
    Ils reprirent leur repas, mais donnèrent l’impression d’une soudaine bouffée de bonheur.
    – Il s’est passé quoi ?
    – Rien de bien spécial. Lorsque tu as touché la sphère, tu es entré dans une sorte de communication avec eux et tu leur as insufflé une partie de ton bonheur. Viens maintenant, retournons à notre programme d’entraînement.
    Jolan ferma les yeux, revivant la scène et suivit son maître, gardant l’image à l’esprit. Pour l’instant, il était heureux et se sentait à sa place.

    Répondre | Lien | Citer
    CatCat

    Au fait, Steph, je me disais que mon récit pourrait passer dans la galerie. Enfin, si tu es d’accord, c’est jamais qu’une petite bafouille de fan.

7 réponses de 1 à 7 (sur un total de 7)


Vous pouvez utiliser BBCodes pour formater votre contenu.
Votre compte ne peut pas utiliser les BBCodes avancée.



Question de sécurité
Qui suis-je ?
 Thorgal -  Aaricia -  Jolan 

Plan du site
Conditions Générales de Vente
Mentions légales
© Éditions Le Lombard 2018