Abonnement newsletter

X
X

S'enregistrer sur ce site

Les dieux ont mis un homme à l'épreuve

Top

Giulio de Vita

Bienvenue

Giulio de Vita

Ce sujet a 90 réponses, 12 participants et a été mis à jour par Tjahzi tjahzi, il y a 1 an et 5 mois.

11 sujets de 81 à 91 (sur un total de 91)
  • Auteur
    Messages
  • Répondre | Lien | Citer
    A savoir si vous voulez lui commander un original

    Je me permets d’évoquer ma mésaventure avec Monsieur Giulio de Vita sur le topic dédié à l’auteur pour prévenir ceux qui souhaiteraient éventuellement commander un dessin à l’artiste.

    Début novembre je suis entré en contact avec Giulio pour commander une commission de Kriss. Monsieur de Vita a demandé un paiement d’avance de 450€ pour un dessin full body en couleur avec un background minimaliste.

    Il m’a fallu attendre un mois (et déjà une ou deux relances) pour voir le sketch préliminaire.

    Un autre mois pour avoir une autre photo. Une autre quinzaine pour avoir deux autres clichés avec un dessin réalisé à 30% environ. Et depuis, plus rien.

    J’ai relancé courtoisement Monsieur de Vita à raison d’un message par quinzaine. Les réponses se ressemblaient, en voici un aperçu:

    Le 08/01: « En ces jours je vais terminer votre dessin. Je vais vous envoier les avancements. »

    Le 02/03: « Cet apres midi je me remet sur votre dessin Excuse moi. »

    Le 13/03: « Pardonnez moi encore pour le delais que votre commission a pris […] Je vais la terminer cette semaine. »

     

    Et puis à un moment, j’en ai eu marre. A la base ce dessin était un cadeau que je voulais me faire pour Noël, on est quand même en mars. Et puis le fait de découvrir que l’artiste a réalisé des originaux de Kriss en janvier et février pour les revendre sur 2dgalleries (avec quasiment le même niveau de détails que ma commission) n’a pas arrangé les choses. Pourquoi se lancer dans la création de nouveaux dessins alors qu’il en a un en commande ?

    Je n’ai bien évidemment jamais eu de réponse à cette interrogation. Signalons cependant que j’ai été remboursé très rapidement, c’est déjà ça.

    En définitive, soyez conscient que vous vous engagez à attendre longtemps (et à avaler quelques couleuvres) si vous souhaitez commissionner cet artiste.

     

    En tout cas, Giulio de Vita a perdu un fan aujourd’hui.

    • Ce sujet a été modifié le il y a 3 ans par shinob.
    Répondre | Lien | Citer

    Voilà ce qui arrive quand on commande un dessin hyper érotique de Kriss ! 

    Blague à part, ta mésaventure est navrante, surtout quand on voit que Giulio De Vita réalise entre-temps d’autres dessins semblables pour les vendre en ligne. 

    Répondre | Lien | Citer
    Ventes de planches de la série Kriss de Valnor

    En retournant voir les ventes de Giulio De Vita sur sa page de 2DGalleries, j’ai vu qu’il continuait à y proposer des planches de ses albums. Ce qui est plus impressionnant, c’est qu’il a aussi mis en vente beaucoup d’autres planches de Kriss de Valnor chez Daniel Maghen et 9ème Art.

    ICI sur 2DGalleries, 7 planches sont proposées à la vente entre 980 et 3400 €, dont 3 du tome 1 « Je n’oublie rien ! », 3 du tome 4 « Alliances » et 1 du tome 5 « Rouge comme le Raheborg ». Voici la planche 43 du tome 4.

    ICI dans la Galerie Daniel Maghen, 8 planches de l’album « Alliances » sont proposées à la vente, entre 1200 et 1450 €. Voici la planche 19 du tome 4.

    ICI dans la Galerie du 9ème Art, 38 (!) planches de l’album « Digne d’une reine » sont proposées à la vente, entre 650 et 2500 €. Voici la planche 5 du tome 3.

     

    Au total, ça fait quand même 53 planches de Kriss de Valnor actuellement en vente, sans compter d’autres planches vendues sur des sites d’enchères !

    Répondre | Lien | Citer
    Thorgal-BDThorgal-BDWebmestre

    Shinob a écrit

    Je me permets d’évoquer ma mésaventure avec Monsieur Giulio de Vita sur le topic dédié à l’auteur pour prévenir ceux qui souhaiteraient éventuellement commander un dessin à l’artiste.

    […]

    En définitive, soyez conscient que vous vous engagez à attendre longtemps (et à avaler quelques couleuvres) si vous souhaitez commissionner cet artiste.

    Oh, quelle impatience ! Pour ma part, j’aurais bien attendu indéfiniment sans me poser de question.

    C’est dommage, d’autant que les photos de février étaient plus que prometteuses.

    Trop pressé, Shinob, trop pressé ! Prends ton temps, savoure, déguste, profite. Offre-toi un hamac, prends un bouquin, regarde les feuilles pousser dans le vieux chêne.

    Du coup je reproduis ici les dernières images du dessin que Giulio avait commencé pour Shinob. Beau dessin, bien équilibré.

    Répondre | Lien | Citer
    Interview sur Artribune (Italie)

    Être dessinateur. Entretien avec Giulio De Vita

    Source : http://www.artribune.com/editoria/fumetti/2018/08/intervista-giulio-de-vita

    La parole à Giulio De Vita, né en 1971, aujourd’hui artiste de bande dessinée à Walt Disney Company en Italie. Il a débuté en tant que dessinateur de la série de bandes dessinées « Lazarus Ledd » et a travaillé pour Marvel Comics et Sergio Bonelli Editore. Il a collaboré avec Vasco Rossi, Zucchero, Sting dans la création de storyboards pour plusieurs vidéoclips. Une longue carrière que nous avons retracée dans cette interview.

    Quand avez-vous commencé sérieusement à vous intéresser à la bande dessinée et que vous avez compris que vous ne pourriez plus vous en passer ?

    J’ai découvert la bande dessinée quand j’étais enfant. J’étais fasciné par la façon dont les taches d’encre noire pouvaient donner des émotions et raconter des histoires, plongeant dans une atmosphère qui dans de nombreux cas était mieux que certains films. À l’école, je suis celui qui a fait des dessins sur les bancs, dans les journaux intimes de ses compagnons et sur le tableau noir à la récréation, et cette forte propension – alors j’ai compris que c’était une vocation – a toujours été claire, même pour les enseignants.

    Quelles sont les principales caractéristiques d’un artiste de bandes dessinées ?

    Un dessinateur de bandes dessinées prend soin de raconter des histoires en dessinant. Cette discipline, apparemment simple, nécessite de nombreuses compétences, qui vont au-delà de la simple connaissance du dessin, ce qui en soi n’est pas si évident. Pour dessiner une bande dessinée, il faut pouvoir tout dessiner, avoir des compétences en anatomie, en architecture, en perspective, en mode, en théorie des ombres et des couleurs, mais aussi en jeu, en direction, en photographie, en physionomie, en psychologie ; tout cela non seulement pour faire des dessins techniquement corrects, mais pour que ceux-ci « vivent ». Enfin, ce qui n’est pas du tout évident, même pour les artistes d’autres domaines que le dessin, le dessinateur doit pouvoir répéter son geste artistique en reproduisant les mêmes personnages dans des positions, des expressions et des dimensions infinies.

    Votre personnage préféré ?

    Mon préféré est « Lemuri, le visionnaire », un musicien toujours à la recherche d’inspiration. Cette recherche a dépassé la réalité et continue à travers des aventures extraordinaires, dans des dimensions parallèles.

    Technologies numériques en dessin versus techniques traditionnelles : Qu’en pensez-vous ? Comment trouvez-vous un mariage entre les deux ?

    J’ai toujours exploré le monde de la technologie en tant qu’outil pour puiser de l’inspiration et des opportunités dans le but d’améliorer le travail traditionnel. Je pense qu’à long terme, le travail numérique tout court n’est pas gratifiant, car il ne vous permet pas d’avoir un travail original et réel. Cette idée est restrictive pour ceux qui, comme moi, pensent que les bandes dessinées devraient être reconnues comme art et donc conservées et exposées dans les musées. Malgré cela, je pense que l’utilisation de la technologie pour accélérer certains processus est inévitable.

    À cet égard, il me semble être représentatif de l’invention que j’ai brevetée : iLapis. Il permet d’utiliser n’importe quel crayon graphite normal pour dessiner et écrire sur des tablettes.

    Quelqu’un a écrit que les bandes dessinées sont amusantes pour les éternels adolescents. Êtes-vous d’accord ?

    Je pense que c’est un magnifique compliment. Qui peut penser que c’est négatif de garder l’enfant en chacun de nous ? Seulement ceux qui voudraient tuer la fantaisie, la créativité, qui voudraient contrôler l’imaginaire collectif, empêcher les gens de rêver. C’est exactement pour cela que mon Lemuri se bat …

    […]

    Comment fonctionne le processus de création pour vous ? Êtes-vous instinctif ou méticuleux ?

    Je travaille depuis l’âge de 16 ans et au cours de mes trente années de carrière, j’ai toujours aimé et appris à garder la créativité vivante tout au long de mon travail. Planifier et organiser tout signifierait que la créativité est reléguée à la première phase du travail. De cette manière, l’énergie créative initiale est dispersée dans les différentes étapes. J’ai appris à distribuer cette énergie, afin de me permettre d’avoir un coup de génie, même dans les dernières étapes du travail.

    Des plans pour l’avenir ?

    Je termine un projet important pour améliorer la bande dessinée, le PAFF, Le palais des arts de la bande dessinée. Un musée multifonctionnel innovateur d’envergure internationale, qui utilise la bande dessinée comme un passe-partout interdisciplinaire pour réenvisager la jouissance de l’espace culturel. Il ouvrira ses portes en octobre à Pordenone (Italie), à l’intérieur des espaces magnifiques de la Villa Galvani, une villa du XIXe siècle récemment rénovée et agrandie avec une installation adjacente ultra-moderne et entièrement équipée, entourée par le vert d’un parc public à seulement quelques pas du centre historique. Dans ce lieu, nous organiserons des expositions, des événements, la formation et l’éducation, la création culturelle, le divertissement et le travail.

    Répondre | Lien | Citer
    Thorgal-BDThorgal-BDWebmestre

    Tjahzi a écrit
    Je pense qu’à long terme, le travail numérique tout court n’est pas gratifiant, car il ne vous permet pas d’avoir un travail original et réel. Cette idée est restrictive pour ceux qui, comme moi, pensent que les bandes dessinées devraient être reconnues comme art et donc conservées et exposées dans les musées. Malgré cela, je pense que l’utilisation de la technologie pour accélérer certains processus est inévitable.

    Je suis d’accord avec Giulio. Le travail numérique permet d’obtenir des résultats similaires à ceux qu’on obtient sur papier, avec une qualité dans la finition qui ne peut s’obtenir que grâce aux outils de retouche sans limites de l’ordinateur, mais on y perd une partie de notre rapport à l’art.

    Par exemple, on est tous sensibles à une planche accrochée au mur ou installée sur une table. A une toile. A un dessin sur un coin de table. On les touche, on les voit, on en fait le tour, on laisse la lumière accrocher tel ou tel élément de l’image.

    Sur un écran, la « consommation » est différente. Et une planche informatique imprimée pour une expo n’a rien de l’intérêt d’une planche « réelle ». Sans parler des auteurs eux-mêmes, qui ne conservent rien de leur œuvre, ne peuvent pas l’utiliser pour diffuser leur art tout en arrondissant leurs fins de mois, etc.

    Pour rester sur du Thorgal, une part de ce qui m’a plu tout au long de ces années a été justement de faire le tour de diverses expositions avec planches et tableaux originaux.

    Répondre | Lien | Citer
    Val en Bulles

    Giulio de Vita est l’invité d’honneur du Salon de la BD « Val en Bulles ». Il a réalisé l’affiche de l’évènement qui se déroulera les 16 & 17 novembre à Valenciennes. 

    Source: Val en Bulles sur FB

    Répondre | Lien | Citer

    C’est Tex Willer au Montana sur la photo? J’avais bien aimé cet album.

    Répondre | Lien | Citer

    Oui, c’est bien lui. Et on retrouve dans le ciel Lémuri le visionnaire, une autre création récente de Giulio.   

    Répondre | Lien | Citer
    Thorgal-BDThorgal-BDWebmestre

    Merci pour l’info ! Superbe affiche, avec une Kriss conquérante, dynamique. J’aime beaucoup la mise en couleurs, notamment.

    Je n’ai pas beaucoup suivi l’actu de Giulio depuis un an, j’espère que tout se passe bien pour lui.

    Allez hop, je vais faire une tournée d’infos auteurs en page d’accueil.

    Répondre | Lien | Citer
    Wisher

    Giulio de Vita s’est investi ces derniers temps dans la mise en place du PAFF (Palazzo Arti Fumetto Friuli), un centre culturel dédié à la bande dessinée à Pordenone en Italie (https://paff.it).

     

    De mon côté, je viens de tomber par hasard sur le tome 1 de Wisher paru en 2006. Les filles ont déjà un style qu’on retrouvera par la suite dans les albums de Kriss dessinés par Giulio. Je m’en vais bien vite retrouver les 3 autres tomes de cette série de fantasy urbaine ma foi fort agréable à découvrir.   

    • Ce sujet a été modifié le il y a 1 an et 5 mois par Tjahzi.
11 sujets de 81 à 91 (sur un total de 91)


Vous pouvez utiliser BBCodes pour formater votre contenu.
Votre compte ne peut pas utiliser les BBCodes avancée.



Question de sécurité
Qui suis-je ?
 Thorgal -  Aaricia -  Jolan 

Plan du site
Conditions Générales de Vente
Mentions légales
© Éditions Le Lombard 2021