Abonnement newsletter

X
X

S'enregistrer sur ce site

Les dieux ont mis un homme à l'épreuve

Top

Benjamin

Bienvenue

Benjamin

Ce sujet a 7 réponses, 4 participants et a été mis à jour par  kunpeng, il y a 4 ans et 11 mois.

  • Créateur
    Sujet
  • #195939 Répondre | Citer

    Il y a 10 ans j’ai gagné je ne sais quel concours sur le net qui m’a permis de recevoir 3 BD des éditions XIAO PAN, ces Bd présentaient de jeunes auteurs chinois œuvrant dans le contexte d’une Chine en plein essor économique à la veille des JO de Pékin.

    Ainsi, j’ai découvert One Day et Remember de Benjamin.

    Remember  contient le troublant « Personne n’est capable de voler, personne n’est capable de se souvenir » mon préféré.

    C’est du Manhua, une bande dessinée chinoise. Benjamin ne dessine qu’avec une tablette graphique (de l’époque, évidemment j’ose imaginer que son style a évoluer avec les techniques aussi), dans un style hyper réaliste, tout en étant influencé de manga japonais, seule influence artistique valable à l’époque en Chine. Présenté comme ça, moi ça ne me ferait pas envie non plus en fait.

    Mais en fait, la technique on s’en fout vu qu’il la maitrise ! ce qui est magnifique c’est la vie qu’il insuffle à ses personnages, la sensibilité qui l’habite, la couleur qu’il met au service des émotions, les lumières tout à la fois réalistes et psychédéliques.

    Il dessine des visages en contre-plongée qui sont très beaux, regardez-vous en contre-plongée dans un miroir … vous verrez c’est pas joli joli.

    Les personnages parfois flottent, ont l’air de planer…. c’est très poétique, et profondément déprimant aussi. Son dessin est tout de même  empreint de la souffrance d’une jeunesse non salariée donc sans avenir dans cette Chine capitaliste.

    La cohabitation d’un réalisme hyper-sensible et de l’expressionnisme manga est parfois étrange, bizarre, mais ça fonctionne, il suffit de tourner la page et paf ! on prend une claque parce que c’est magnifique.

    Il s’agit vraiment de couleur directe, à aucun moment Benjamin nous fait regretter l’usage du dessin tant son utilisation de la couleur et de la matière sert l’émotion qu’il exprime.

    Ainsi j’ai découvert un auteur de ma génération, un auteur chinois dont la sensibilité et l’expression graphique  et écrite m’ont touchée très profondément. J’ai relu ces BD récemment et plus je vieillis plus la lecture de ces histoires graphiques ont la saveur d’une jeunesse toute particulière, ces années difficiles durant laquelle on peut être trop jeune. trop sensible, trop violent, trop, trop, trop tout, surtout quand on est un créatif. J’ai en mémoire cette jeunesse très à vif, dédiée à la quête perpétuelle de sa propre sensibilité pour créer, exprimer, inventer, imaginer… Bref, Benjamin est (était) un jeune créatif, un sensible, un écorché et ces histoires sont simples et complexes, vivantes, universelles, humaines … des histoires de jeunesse.

    Je vous mets quelques commentaires trouvés  sur le net, que je trouve très justes :

    « Dans cette histoire, les sentiments, les émotions qu’on nous fait passer sont vraiment grandes, voire même indescriptibles. » (Personne n’est capable de voler, personne n’est capable de se souvenir)

     » Benjamin est un auteur qui a son propre style, ayant évolué au fil de ses récits. Après One day et Remember, Orange vient à son tour nous envouter par la beauté du graphisme et nous arracher des larmes. C’est en pensant à notre adolescence personnelle qu’on lit cette histoire bouleversante de réalité, nous remémorant cette souffrance que certains d’entre nous ont éprouvée durant cette période pas toujours facile. Les dessins quant a eux sont réussis, les personnages ont toujours une émotion peinte facilement reconnaissable. Un véritable chef d’œuvre, à tous les niveaux. »

    Si j’ai le courage, c.a.d pas trop la flemme, j’ajouterai des images de quelques pages que j’aime tout particulièrement.

    Depuis 2014 on en entend plus trop parler en France, il n’y a plus d’éditeur pour les auteurs chinois chez nous.

    Mais que devient Benjamin ?

    Voilà un auteur qui manque au paysage européen de la bande dessinée.

    • Ce sujet a été modifié le il y a 5 ans et 7 mois par Hirondl.
7 réponses de 1 à 7 (sur un total de 7)
  • Auteur
    Réponses
  • Répondre | Lien | Citer

    Jolis dessins et c’est bien présenté. Quelles sont les histoires ? Elles sont uniquement basées sur les relations entre les personnages, leurs sentiments ?

    Répondre | Lien | Citer

    oui, absolument. La question du harcèlement, et de l’ambiguïté des relations aussi. Je préfère parler d’émotions que de sentiments, certains personnages sont très « border line ».

    Répondre | Lien | Citer

    C’est merveilleux de voir ce qu’il peut faire avec une tablette graphique… je ne pensais pas qu’on pouvait atteindre un tel rendu avec cet outil.

    Ses décors pluvieux me rappellent un peu les background à la peinture de Shichiro Kobayashi. Avec une petite touche de Blade Runner pour l’ambiance urbaine déshumanisée.

    Je regarderai attentivement la prochaine fois que je sortirai de ma forêt pour aller en ville.

     

    Répondre | Lien | Citer

    Au niveau de l’ambiance, cela me rappelle vaguement les tentatives dans les clips musicaux de faire du « emo RNB » ou quelque chose d’approchant.  Cela doit être bien plus réussi dans cette BD je pense.

    Jouer uniquement sur les émotions doit être très complexe, la frontière entre le poignant et le plaintif/pathos est ténue.

     

    Répondre | Lien | Citer

    Nikko a écrit
    Avec une petite touche de Blade Runner pour l’ambiance urbaine déshumanisée.

    Ah oui ! et en général tout ce qui fait une peu Blade Runner de près ou de loin, me plaît !!

    (Pour l’anecdote, pour qui chercherait un décor Blade Runner, il faut aller à Naples, on y trouve des écrans géants  sur fond de bâtiments Baroques du XVII eme siecle sâles et abandonnés … )

    Fitir a écrit
    Jouer uniquement sur les émotions doit être très complexe, la frontière entre le poignant et le plaintif/pathos est ténue.

    C’est ça !

    Je suis de la génération Akira à la base, et j’ai gardé une sorte de rapport attraction/répulsion avec l’art asiatique contemporain, le manga, le cinéma d’animation, etc…

    Mais là ce qui me surprend c’est d’être à ce point sous le charme d’un dessin entièrement numérique.

    • Ce sujet a été modifié le il y a 5 ans et 7 mois par Hirondl.
    Répondre | Lien | Citer

    Fitir a écrit
    Au niveau de l’ambiance, cela me rappelle vaguement les tentatives dans les clips musicaux de faire du « emo RNB »

    Ah mais justement Benjamin a fait des couv de Jena  Lee

    Chose promise chose due, je mets quelques images que j’aime beaucoup :

    J’adore cette vignette du protagoniste de Personne n’est capable de voler, personne n’est capable de se souvenir dont on découvre le visage éclairé soudainement à la fois par le soleil et par la révélation de ses propres émotions dans l’histoire.

     

     

     

    • Ce sujet a été modifié le il y a 5 ans et 7 mois par Hirondl.
    Répondre | Lien | Citer

    WAOUH !!!

    J’adore totalement ce que tu « gribouilles » , tu es une vrai artiste waouh… J’en perds mes mots.
    non mais c’est vraiment magnifique, tes dessins (si tu me permets de les appeler ainsi , à moins que tu ne préfères « chefs d’œuvres » sont juste superbes, sublimes et tous les adjectifs de beauté

    Je « gribouille » un petit peu aussi mais je suis très très loin de ton niveau, je cherche encore mon style…

    J’ai récemment fait l’acquisition d’une tablette graphique écran XP-Pen Artist 15.6 Pro , qui fait très bien son travail sur Clip Studio Paint .

7 réponses de 1 à 7 (sur un total de 7)


Vous pouvez utiliser BBCodes pour formater votre contenu.
Votre compte ne peut pas utiliser les BBCodes avancée.



Question de sécurité
Qui suis-je ?
 Thorgal -  Aaricia -  Jolan 

Plan du site
Mentions légales
© Éditions Le Lombard 2024