Abonnement newsletter

X
X

S'enregistrer sur ce site

Les dieux ont mis un homme à l'épreuve

Top

Entretien

Voici un entretien exclusif avec Fred Vignaux, réalisé en août 2019, peu avant la parution de « L’ermite de Skellingar ». Vous pouvez retrouver et commenter cet entretien sur le forum — cliquez ici — illustré avec d’autres documents.

Thorgal.com : Bonjour Fred, vous êtes le nouveau dessinateur de la série Thorgal. Le premier album issu de votre collaboration avec le scénariste Yann va paraître prochainement. Comment l’aventure Thorgal a-t-elle commencé pour vous ?

Fred Vignaux : C’est une anecdote que j’ai beaucoup racontée ! Je me promenais dans le rayon circuits électriques d’une grande surface de bricolage, et j’ai reçu un appel téléphonique de Gauthier Van Meerbeck, le directeur éditorial du Lombard. J’ai pensé qu’il souhaitait me parler de « Time Twins », bande dessinée réalisée une dizaine d’années auparavant, et dont les droits devaient tomber puisqu’elle n’était pas rééditée. Et j’ai eu la surprise de me voir proposer la reprise de la série « Kriss de Valnor ».

Je suis donc arrivé dans l’univers Thorgal suite à cet appel de Gauthier, mais j’ai su bien plus tard l’histoire qui était derrière tout ça, lors d’un entretien réalisé en présence de Xavier Dorison, pour une revue. Quand Roman Surzhenko a arrêté de travailler sur Kriss de Valnor, parce qu’il a énormément de travail et qu’il est très sollicité, il a fallu chercher un nouveau dessinateur. Et c’est Xavier qui est allé en librairie et qui a regardé quel dessinateur pourrait être choisi pour reprendre Kriss de Valnor. A cette époque, j’avais dessiné le tome 2 de « Neige Origines ». Il y avait également toutes les couvertures de la série « Mythologies » qui étaient exposées. J’avais énormément de visibilité, et Xavier a pensé que j’avais un dessin qui correspondait à ce qu’il recherchait. Il aurait donc proposé de me contacter. Et Gauthier m’a téléphoné.

Thorgal.com : Vous commencez donc l’aventure avec la série « Kriss de Valnor », une série des Mondes de Thorgal, avec Xavier Dorison et Mathieu Mariolle au scénario.

Fred Vignaux : Oui, nous avons réalisé l’album « La montagne du temps », avec Mathieu et Xavier en coscénaristes. Xavier a également écrit « Le feu écarlate » pour la série Thorgal, puis il a laissé Yann poursuivre la série avec l’album « Aniel ». Je suis resté sur l’aventure Kriss de Valnor, avec Mathieu Mariolle au scénario pour le tome 8 « Le maître de justice ».

Suite à cela, on m’a proposé de reprendre Thorgal.

Thorgal.com : Mettons Thorgal de côté pendant quelques instants, pour parler de Kriss. Quand vous apprenez, dans ce magasin de bricolage, qu’on pense à vous pour Kriss de Valnor, qu’est-ce que cela vous évoque ? Qui est Kriss, pour vous, à ce moment-là ?

Fred Vignaux : Je connaissais bien Kriss de Valnor ! J’étais abonné au journal Tintin dans les années 80, peut-être de 1983 à 1986, et j’ai commencé à lire cette revue avec, entre autres, la fin de « Alinoë ». Il n’y avait pas le début de l’histoire, parce que c’était un journal qui publiait à chaque fois une dizaine de planches à suivre, et qu’on lisait un album en plusieurs semaines.

J’ai donc lu la fin de « Alinoë » puis l’album « Les archers » en entier, au cours des semaines suivantes. C’était le premier tome où apparaissait Kriss de Valnor. On peut dire que j’ai commencé Thorgal avec le personnage de Kriss de Valnor, qui met des bâtons dans les roues de Thorgal depuis ce tome 9.

Thorgal.com : Quel âge aviez-vous ?

Fred Vignaux : 11 ou 12 ans.

Thorgal.com : Voilà, comme ça nous connaissons votre âge.

Fred Vignaux : Oui ! C’est drôle, sur Wikipédia la bonne année de naissance est indiquée mais pas le bon jour. J’ai d’ailleurs une anecdote amusante. Il y a quelques temps, j’ai donné des cours dans une école primaire, en janvier, et au début du deuxième ou troisième cours les enfants ont chanté « Joyeux anniversaire » quand j’ai ouvert la porte. J’ai été très surpris ! Ils m’ont dit qu’ils avaient vu que le 5 janvier est le jour de mon anniversaire. J’ai malheureusement dû leur annoncer que ce n’était pas le bon jour. Le maître en a profité pour leur expliquer qu’il faut se méfier des informations sur Internet et toujours vérifier ses sources ! C’était quand même une attention très sympa de la part du maître et de ses élèves.

Je n’ai pas encore actualisé les informations sur Wikipédia : 30 décembre 1972.

Thorgal.com : C’est noté ! Et par la suite, entre ces années de découverte et le moment où vous reprenez le dessin de Kriss de Valnor, est-ce que Thorgal est revenu intervenir dans votre parcours ?

Fred Vignaux : En fait, je n’ai pas beaucoup lu Thorgal par la suite. Le journal de Tintin s’est arrêté au début des années 90. A cette époque, j’ai découvert une nouvelle génération de BD, c’étaient les débuts de Delcourt, Soleil, avec des séries comme Aquablue, Lanfeust, la collection Série B… J’étais plutôt attiré par cela.

Je suis revenu vers Thorgal quand j’ai commencé à faire de la bande dessinée, quand j’ai cherché à m’inspirer de beaux dessins encrés. Je me suis replongé dans les travaux des maîtres, des dessinateurs avec un encrage très présent. Ce n’était pas toujours le cas dans la BD plus actuelle, où on trouvait souvent un dessin semi-réaliste plutôt que réaliste. Je suis revenu sur ce qui avait été fait dans le passé, les dessins de Victor de la Fuente, des classiques. Peu à peu, je me suis aperçu que beaucoup de dessinateurs contemporains, comme Mathieu Lauffray ou Benoît Springer s’inspiraient de cette époque et essayaient de remettre en lumière ces techniques d’encrage, ces dessins encrés.

Thorgal.com : Rosinski a donc fait partie d’un panel de dessinateurs classiques intéressants à observer, à étudier.

Fred Vignaux : Oui, c’est ça. Je ne suis pas un grand lecteur de bande dessinée, je suis plutôt quelqu’un qui aime le dessin, le style BD, la narration en bande dessinée. Un dessin précis, concis, qui fait passer une idée avec une seule image. C’est cela qui m’intéresse.

Alors je n’ai pas forcément lu beaucoup de bande dessinée, mais j’en ai beaucoup regardé.

Thorgal.com : Vous dessiniez dans votre jeunesse ?

Fred Vignaux : J’ai toujours dessiné, depuis l’enfance. Mais j’ai eu le malheur, ou le bonheur, d’avoir de bons résultats dans d’autres domaines que le dessin, dans les matières générales, notamment les mathématiques et les sciences. Alors je me suis tourné vers des études scientifiques.

Je dessinais, je caricaturais mes profs… J’ai pris des cours de dessin très tôt, mais j’ai aussi arrêté très vite, parce que je voulais faire de la bande dessinée. Quand on va dans les cours de beaux-arts, il faut prendre une toile, réaliser une nature morte, etc. Mais ce qui m’intéressait, c’était de raconter des histoires avec mes dessins.

Ce n’est qu’après être devenu autonome financièrement que je me suis replongé dans le dessin, une passion qui me poursuivait depuis toujours. J’ai pris des cours sur Paris, dans une école de graphisme, en cours du soir. C’était à l’école Jean Trubert, du côté des buttes Chaumont. Elle propose un véritable cursus en bande dessinée, illustration et design.

Thorgal.com : Vous aviez réalisé des bandes dessinées de jeunesse, avant cette démarche-là, ou c’était finalement quelque chose d’assez lointain dans votre parcours ?

Fred Vignaux : Non, j’ai seulement réalisé des histoires courtes de quelques planches, pour le plaisir. Par contre, je suis arrivé à Paris dans l’école Jean Trubert avec Éric Pailharey, un copain rencontré quand je faisais du jeu de rôles grandeur nature. Nous avons développé ensemble une histoire, pendant que je faisais mes études. Ça a été mon projet de fin d’année, et nous l’avons proposé par la suite à des éditeurs.

Ce projet s’appelait « L’ombre des anciens » et nous l’avons signé chez Pointe Noire. C’est le premier projet que j’ai signé chez un éditeur, en 2001-2002.

Thorgal.com : Premier projet BD, à l’aube de la trentaine. C’est devenu votre métier du jour au lendemain ?

Fred Vignaux : A cette époque-là, j’étais dans l’administration. J’avais passé des concours, puis j’avais été muté sur Lille. Pour suivre ma formation au sein de l’école et réaliser le projet, je suis passé à temps partiel pendant deux ans.

Lorsque nous avons signé pour « L’ombre des anciens » chez Pointe Noire, j’ai poursuivi ce temps partiel pendant un an, pour pouvoir réaliser cette bande dessinée.

Thorgal.com : Vous pouvez nous dire quelques mots sur ce premier album ?

Fred Vignaux : Malheureusement, l’éditeur Pointe Noire a mis la clé sous la porte à ce moment-là, peu après la fin de la réalisation de l’album. J’ai réintégré l’administration à temps plein, et pendant quelques années j’ai fait de la BD institutionnelle, de la BD de communication, pour des projets spatiaux. Mon compère Éric Pailharet travaillait pour l’Aérospatiale. Nous avons notamment travaillé sur des projets comme Cassini-Huygens, Galileo ou le LHC au CERN. C’était vers 2003, 2004.

En parallèle, nous avons présenté des projets qui n’ont pas été signés. Un jour, je me suis rendu à un festival BD et j’ai rencontré le scénariste Jean-Christophe Derrien. Nous avons préparé ensemble un projet qui s’appelle « Time twins ». Nous l’avons présenté chez Le Lombard.

Thorgal.com : Nous allons parler de « Time twins », mais cet album chez Pointe Noire, qu’est-il devenu ?

Fred Vignaux : L’éditeur ayant mis la clé sous le paillasson, l’album n’a pratiquement pas été diffusé en librairie.

Thorgal.com : Il a donc existé, malgré tout.

Fred Vignaux : Oui, et comme l’éditeur m’aimait bien et n’avait pas pu beaucoup me payer, vu ses difficultés, il m’a autorisé à prendre une partie du stock. J’ai rempli mon Punto, et pendant un an je me suis rendu dans les festivals avec mon stock d’albums à dédicacer !

Thorgal.com : Il semble y avoir eu quelques moments difficiles dans votre carrière. Quels conseils donneriez-vous à de jeunes dessinateurs/dessinatrices ?

Fred Vignaux : Il y a eu ce creux après « L’ombre des anciens » chez Pointe noire quand l’éditeur a fait faillite… mais sans incidence car j’étais fonctionnaire à cette époque-là et nous avons pu faire de la BD de com tout en présentant de nouveaux projets à des éditeurs. Mon conseil serait de ne pas tout miser sur la BD dans un premier temps. Au début, un job en parallèle est à conseiller pour éviter les aléas.

Thorgal.com : Vous démarrez ensuite une nouvelle aventure avec la réalisation de « Time twins ».

Fred Vignaux : Oui, un nouveau projet que nous avons signé en 2004, pour une parution entre 2005 et 2007.

Thorgal.com : Toujours à mi-temps ?

Fred Vignaux : Eh bien, nous avons signé pour ce projet au Lombard. Je ne sais pas si c’est toujours le cas pour les nouvelles séries aujourd’hui, mais à l’époque l’une des particularités est que nous avions signé pour trois tomes, avec une possibilité de continuer si tout se passait bien.

Je me suis dit que j’avais 3 ans de boulot pour réaliser ce projet, alors j’ai préféré prendre une disponibilité en 2005. J’ai donc pu faire de la bande dessinée à temps plein pendant 3 ans. A la fin de cette période, nous avons demandé à l’éditeur si nous allions continuer mais il nous a dit qu’il faudrait arrêter là, à la fin de ce tome 3.

Il me restait une dizaine de pages à réaliser, je savais qu’il ne me restait plus que quelques mois de travail. Je me suis demandé ce que j’allais faire, réintégrer l’administration ou pas ? J’ai alors rencontré au Salon du livre Patrick Hourcade, qui était à l’époque éditeur chez Glénat. Il m’a dit qu’il montait un nouveau label, « Drugstore », et que je pouvais lui présenter des projets. Avec mon ancien compère de « L’ombre des anciens », Éric Pailharey, nous avons préparé un projet qui s’appelait « L’appel des légendes », et nous l’avons signé chez Drugstore. Je n’ai pas eu de temps mort entre les deux projets, j’ai donc pu continuer.

Thorgal.com : La disponibilité a fini par devenir définitive ?

Fred Vignaux : La disponibilité continuait, continuait… Nous avons sorti deux tomes de « L’appel des légendes ». Nous n’avons pas réussi à faire les ventes nécessaires pour pouvoir poursuivre, mais Patrick Hourcade m’a permis de rencontrer Didier Convard. Scénariste émérite, connu et méritant, du « Triangle secret », de « Neige » et de beaucoup d’autres choses.

« Neige » était aussi une série que j’avais lue dans le journal Tintin.

Thorgal.com : Moi aussi. Une série formidable.

Fred Vignaux : Oui, une histoire extraordinaire. Didier m’a proposé « Le pendule de Foucault » chez Glénat, en partenariat avec le Musée des arts et métiers. J’ai réalisé un tome avec Didier Convard et Éric Adam, puis nous avons réalisé une nouvelle histoire, « Vercingétorix », pour laquelle on m’a demandé de faire un dessin plus réaliste. C’est là que j’ai commencé à faire des recherches graphiques un peu plus poussées et que j’ai essayé d’infléchir mon style pour aller vers quelque chose de plus réaliste.

Thorgal.com : Si on regarde « Time twins », effectivement, le dessin propose une approche très différente.

Fred Vignaux : Le dessin y est beaucoup plus caricatural.

Thorgal.com : Ce changement de style radical vers un dessin réaliste est plutôt un choix personnel, ou un choix collégial, entre vous et vos partenaires ?

Fred Vignaux : Cela s’est fait assez naturellement, peut-être avec mes partenaires du moment… Au départ, j’étais marqué par mon époque Soleil, le dessin semi-réaliste correspondait à mes lectures de jeunesse. Mais petit à petit, je me suis tourné vers des dessins à l’encrage fort et au rendu plus réaliste.

Je pense qu’on dessine ce qu’on aime, ce qu’on lit. C’est peut-être aussi une question de confiance. Le réalisme, il faut le tenir sur tout un album… Mais le style « gros nez », même s’il y a une économie de traits, n’est pas moins difficile. Je suis incapable de dessiner Tintin, il y a tellement peu de traits qu’il suffit que le crayon bouge à peine pour que ce ne soit plus Tintin.

Le style réaliste demande d’avoir des notions d’anatomie, de perspective, beaucoup de choses très poussées. Je ne dis pas que ce style est plus facile ou plus difficile, mais mes connaissances n’étaient pas assez poussées lorsque j’ai commencé la bande dessinée, pour pouvoir faire du réaliste. J’ai souhaité évoluer petit à petit vers cela.

Thorgal.com : « Vercingétorix » marque un tournant dans votre carrière.

Fred Vignaux : Quand on a fait « Vercingétorix », je crois qu’une scène a particulièrement plu à Éric Adam et Didier Convard. C’était une scène avec une paysage enneigé. Ils ont flashé sur cette scène-là, notamment quand je suis passé à la couleur. Ils sont venus me voir et m’ont dit que Didier Poli arrêtait « Neige Fondation », et qu’ils s’apprêtaient à créer une nouvelle série, « Neige origines ». Je leur ai dit oui tout de suite !

Thorgal.com : Vous évoquez la mise en couleurs de vos albums. Pouvez-vous nous parler de cette étape de création très particulière ?

Fred Vignaux : Quand je me repenche sur les premiers dessins que j’ai réalisés, je me rends compte que je les ai toujours pensés en couleurs, avant même de faire le trait. Mais tant que ma maîtrise ne m’a pas semblé suffisante, j’en suis resté au trait.

Après avoir suivi les cours de l’école Trubert, j’ai compris que l’outil informatique pouvait permettre de réaliser des choses formidables. Je me suis lancé dans le numérique, et les logiciels que j’ai découverts m’ont aidé à trouver les bonnes méthodes, à réaliser de belles ambiances. J’ai notamment apprécié Photoshop, un outil très intuitif. Il permet l’erreur, et surtout il propose une gamme de couleurs très étendue, facilement accessible.

Je n’ai pas réalisé les couleurs de « Time Twins » parce que j’avais l’impression de ne pas maîtriser le côté girly, cartoon, de ces albums. Par contre, pour « L’appel des légendes », j’ai tout de suite souhaité réaliser la mise en couleurs de mes dessins.

Thorgal.com : L’outil informatique s’est imposé rapidement dans votre travail, aussi bien pour le dessin que pour la mise en couleurs ? Il y a eu un moment « charnière » dans votre parcours ?

Fred Vignaux : L’outil s’est rapidement imposé pour les couleurs, mais pas pour les crayonnés ou l’encrage. C’est venu bien plus tard dans mon parcours. Avant le deuxième tome de « Neige origines », je réalisais l’encrage et les esquisses préalables avec des techniques traditionnelles. Mais à partir de cet album, je n’ai plus travaillé qu’avec l’outil informatique.

Thorgal.com : Pour quelles raisons ?

Fred Vignaux : Je crois que tout est venu du matériel. Avant « Neige », je travaillais avec une tablette graphique et un écran pour les mises en couleurs. Mais pour cet album, j’ai choisi d’utiliser une Cintiq, un outil qui est à la fois une tablette graphique et un écran. On trace directement sur l’écran, sans la décorrélation du geste entre la tablette et l’écran. Avec cet outil, si on veut par exemple tracer un cercle, on peut le faire, alors qu’avec une tablette classique il est beaucoup plus difficile de réaliser un geste parfait.

Pour la mise en couleurs, j’ai dû m’adapter à ce nouvel outil. Ma main cachait en partie mon travail, alors qu’avec le duo tablette-écran que j’utilisais auparavant, seul un curseur apparaissait sur l’image. Mais pour moi, cela permet en fait de retrouver un geste naturel, celui du dessinateur dont la main est posée sur sa planche. Et le geste est beaucoup plus précis.

Dans le tome 2 de « Neige origines », les premières planches sont réalisées avec un encrage traditionnel. Je passe totalement au numérique à partir de la page 5 ou 6.

Thorgal.com : On ira vérifier !

Fred Vignaux : Normalement, on ne voit pas la différence, ou à peine ! Et j’ai poursuivi mes travaux avec l’outil informatique, y compris pour les couvertures.

Thorgal.com : On en vient d’ailleurs à ces fameuses couvertures de « La sagesse des mythes », qui ont tant plu à Xavier Dorison quand il cherchait un nouveau dessinateur pour Kriss de Valnor.

Fred Vignaux : Lorsque j’ai travaillé sur « Neige origines », la première et la seconde couverture ont beaucoup plu à l’éditeur. On m’a proposé de réaliser les couvertures d’une série naissante, « La sagesse des mythes », chez Glénat.

Thorgal.com : « La sagesse des mythes » est une collection, avec des parutions régulières.

Fred Vignaux : Oui, c’est une collection qui a énormément de succès, et on m’a proposé d’en réaliser toutes les couvertures. Il y a un scénariste commun à tous les albums, il y a un directeur artistique, mais chaque album est réalisé par un dessinateur différent. On a cherché à unifier visuellement la collection, notamment pour pouvoir l’exposer dans les rayons des librairies. C’est pour cela que je réalise toutes les couvertures.

Thorgal.com : La collection s’étoffe rapidement, une vingtaine de tomes sont disponibles.

Fred Vignaux : Je crois que la première année, il y a eu huit tomes. Deux par trimestre. Aujourd’hui on en est à 18, et de nouveaux albums doivent paraître bientôt.

Thorgal.com : Ces couvertures sont vraiment très belles.

Fred Vignaux : Merci ! Elles m’ont permis de bien progresser.

Thorgal.com : Que représente ce travail pour vous ? Le plaisir de peindre, une pause entre deux encrages de planches ?

Fred Vignaux : C’est tout à la fois. Comme je ne mets pas en couleurs les albums de Kriss ou de Thorgal, je prends beaucoup de plaisir à travailler sur ces couvertures. J’ai une grande sensibilité à la couleur. Quand je réalise mes dessins en noir et blanc, et leur éclairage, j’ai en tête la couleur à venir. Je pense aux modelés, aux masses de noir. Le coloriste doit pouvoir retrouver les sources de lumière en fonction des informations que je donne. Quand je dessine, je sais où se trouve mon éclairage, je sais quelles seront les ambiances, où sont les rehauts, etc. Je pense ma planche en couleurs.

Thorgal.com : Vous avez travaillé avec Gaétan Georges, pour le nouvel album de Thorgal qui vient de paraître (le tome 36, « L’ermite de Skellingar ») ainsi que pour les deux derniers tomes de Kriss de Valnor. Comment se passe votre collaboration ?

Fred Vignaux : Pour chaque album, je prépare pour Gaétan un document regroupant toutes mes idées pour la mise en couleurs, tout ce à quoi j’ai pu penser pendant la réalisation des planches. J’ajoute de la documentation pour certaines scènes, des images que je glane sur Internet, des dessins d’ambiance.

De temps en temps, je joins une planche en niveaux de gris, des « niveaux », c’est-à-dire que je traduis en valeurs de gris l’éclairage de la planche. Gaétan reçoit également le scénario, pour savoir s’il fait jour ou nuit, quelle est l’ambiance… Le scénario lui permet aussi de lire les textes, parce que je lui envoie des planches muettes, avec des bulles vides.

Ce document me permet d’expliquer mes intentions, de donner mon avis sur la mise en couleurs, de proposer des pistes.

Mais Gaétan est totalement libre d’interpréter mes propositions comme il le veut. Et ce qu’il fait est juste, et bon, à chaque fois. Après avoir mis les planches en couleurs, il revient vers moi pour me présenter ses travaux, et plutôt que de noter et lui envoyer les petites choses que j’aimerais modifier ici ou là, je prends ma tablette graphique et je retouche ce qui me semble devoir être modifié. Ensuite je lui soumets ces modifications, pour savoir si elles lui conviennent, ou s’il pense pouvoir mieux traduire mon intention.

Je pense que le document que je prépare est important, pour que Gaétan sache ce que j’avais en tête et pour qu’il appréhende au mieux ma façon de placer les noirs, les blancs, les volumes et toutes les informations que j’ai laissées dans la planche.

Thorgal.com : J’ai prévu de rencontrer Gaétan prochainement, on aura l’occasion de discuter de tout cela.

Fred Vignaux : C’est quelqu’un de zen. J’adore ses couleurs, il est extrêmement sérieux.

Thorgal.com : On reparle de « Neige origines » ? Combien de tomes allez-vous réaliser ?

Fred Vignaux : Trois tomes sont prévus, au total.

Thorgal.com : Et après, vous pensez continuer ?

Fred Vignaux : Non, « Neige origines » est une trilogie. Elle se termine avec un cliffhanger, dans le troisième tome, mais c’est intentionnel. Il est placé là pour relancer la fin de la série principale. Christian Gine et Didier Convard vont s’en servir pour continuer et terminer leur série.

Thorgal.com : Mais alors, que reste-t-il, après tous ces projets terminés ?

Fred Vignaux : Thorgal !

Thorgal.com : Thorgal ! Et les couvertures de la sagesse des mythes. Parlons de Thorgal et de ses Mondes. On peut remonter à 2017.

Fred Vignaux : Eh oui, avec en 2017 le tome 7 de Kriss de Valnor, « La montagne du temps ». Et le tome 8 « Le maître de justice » en 2018.

Thorgal.com : Oui, les tomes 7 et 8, parce que la série a connu plusieurs dessinateurs, Giulio de Vita, Roman Surzhenko et vous. Il y a eu plusieurs coloristes également, et plusieurs scénaristes (voir l’Auteurothèque ICI). Xavier Dorison et Mathieu Mariolle ont repris conjointement la série.

Fred Vignaux : Mathieu et Xavier ont scénarisé la série à partir du tome précédent, le tome 6, dessiné par Roman. Ils ont poursuivi l’aventure avec moi. Ils m’ont présenté un scénario déjà ficelé, j’ai pu commencer directement à travailler dessus.

Avant cela, j’avais réalisé quelques croquis d’essai, parce que mes travaux auraient pu ne pas convenir, malgré la volonté de Xavier de me faire venir sur le projet. On retrouve ces recherches à la fin du tome 7, dans un cahier graphique. J’avais dessiné plusieurs croquis de personnages, et une planche.

Thorgal.com : Il y a bien une planche, dans le cahier graphique du tome 7, la planche 5 de l’album, accompagnée du story-board et de recherches.

Fred Vignaux : En fait, pour planche d’essai, j’ai choisi de réaliser tout simplement la première planche de l’album, avec ce visuel du temple sous la pluie, que j’aimais beaucoup. Ils ont vu la planche, et ils m’ont dit que j’étais engagé. Je pense qu’elle a été montrée à Grzegorz et Piotr Rosinski, et qu’elle a correspondu à ce qu’ils recherchaient.

Thorgal.com : Quand on observe votre dessin, d’un album à l’autre ou plutôt d’une série à l’autre, on voit un travail polymorphe, très différent à chaque fois. Comment avez-vous abordé le travail sur Kriss de Valnor, quelles ont été vos inspirations, vos choix, vos éventuelles difficultés ?

Fred Vignaux : Comme vous l’avez dit, plusieurs dessinateurs se sont succédés pour cette série. Il y avait, pour moi, deux possibilités. Soit j’essayais de m’inscrire dans ce qui avait été fait, sois je créais quelque chose de nouveau. Dans le premier cas, la difficulté est qu’il y avait déjà eu trois dessinateurs, Giulio, Roman et Grzegorz. Pour Grzegorz, c’est même encore plus délicat parce que son dessin a beaucoup évolué. Quelle Kriss choisir, celle du début dans « Les archers », celle qu’on retrouve bien plus tard dans « Kriss de Valnor » ?

J’ai choisi une démarche mêlant les deux approches, avec un dessin que j’espère respectueux du travail de mes prédécesseurs, mais aussi très personnel. Je me suis efforcé de respecter l’esprit de la série et des personnages. Kriss de Valnor a un caractère fort, on doit pouvoir la reconnaître immédiatement, notamment grâce à ce scénario qui la met en valeur. Elle est très emblématique. J’ai essayé de créer ma propre Kriss de Valnor, en espérant que les gens retrouvent dans mon personnage l’aventurière qu’ils connaissent depuis si longtemps.

Je pense que mes prédécesseurs ont eu la même approche.

Thorgal.com : Avez-vous eu le même regard sur Thorgal, ou la série nécessitait-elle une autre approche ?

Fred Vignaux : C’est assez différent, parce qu’il n’y a eu qu’un seul dessinateur de Thorgal. On peut bien sûr tenter de tout changer, mais avec le risque de désarçonner le lecteur. Je pense qu’il faut garder une certaine unité avec la série originelle.

Mais je crois que, si Grzegorz a souhaité que je réalise la série, c’est parce qu’il ne voulait pas que je me contente de copier l’une de ses époques, l’un des styles qu’on retrouve à un moment ou un autre de la série. Il fallait une continuité, mais pas seulement. Tout au long de sa carrière, son dessin a constamment évolué. Je ne crois pas qu’il voudrait qu’on revienne à un style qu’il a déjà expérimenté. Je l’ai compris ainsi, et j’ai essayé de réaliser un dessin qui soit dans le prolongement de ce défi d’évolution permanente, mais sans que la rupture soit trop forte.

Avec tout cela en tête, je me suis plus inspiré du dessin de la série Thorgal que je ne l’avais fait pour Kriss de Valnor.

Thorgal.com : On en est donc au 37ème tome d’une série qui a une longue histoire. Vous y découvrez un scénariste, Yann, un nouveau compagnon pour vous, mais pas pour les lecteurs des Mondes de Thorgal qui le connaissent depuis très longtemps avec les séries « Louve » et « La jeunesse de Thorgal ». Comment se passe votre collaboration ?

Fred Vignaux : Je ne connaissais pas Yann, effectivement. Notre rencontre s’est très bien passée. Il a fait quelque chose d’étonnant, peut-être pour apprendre à me connaître. Il m’a proposé une histoire avec une ligne principale définie et, à certains moments de l’arc narratif, il m’a proposé des scènes alternatives.

C’était intéressant, parce qu’en fonction de sa sensibilité, on peut être plus attiré par la scène originelle dans le tronc principal, ou par la scène alternative assez différente. J’ai souvent choisi la scène alternative !

Yann a ensuite retouché le scénario en intégrant les scènes alternatives que j’aimais bien. Je pense que c’était une façon, pour lui, de voir comment je fonctionne, ce qui me plaît. C’est aussi une approche qui permet d’intéresser davantage le dessinateur, de se sentir tout de suite investi dans l’histoire qu’on lui propose.

Thorgal.com : Ce sera la même chose pour le prochain tome ?

Fred Vignaux : Cette fois-ci, nous en avons discuté bien plus tôt, en amont, et il écrit le scénario en tenant compte de ce dont nous avons discuté. J’aime cela, j’ai l’impression qu’il a une réelle envie de prendre en compte les aspirations du dessinateur. C’est une véritable collaboration.

Thorgal.com : Vous avez retrouvé dans ce nouvel album Jolan et Kriss, des personnages que vous aviez déjà dessinés dans la série « Kriss de Valnor ». Louve, Aaricia, Thorgal et quelques autres viennent s’y ajouter. Il vous a fallu un peu de temps, des esquisses, des recherches ?

Fred Vignaux : J’ai surtout dû travailler pour Louve ! Thorgal et Aaricia apparaissent un peu dans « Le maître de justice » alors j’avais déjà des idées pour les réaliser.

Il y a un peu de trac, au moment de reprendre le dessin de ces personnages. Il fallait être attentif à eux, et que j’essaie de les dessiner un peu plus à la façon de Rosinski. Dans Kriss de Valnor, c’était davantage une interprétation, d’autant que Thorgal et Aaricia apparaissent à chaque fois au cours de songes ou de moments ésotériques ou fantasmés, ce qui n’est plus le cas dans « L’ermite de Skellingar ».

Thorgal.com : Vous avez échangé avec Rosinski ?

Fred Vignaux : Oui, je suis allé voir Grzegorz à deux reprises pour des séances de travail pendant la réalisation de l’album. La première fois, c’était en avril 2019. La moitié des planches étaient réalisées. J’avais préparé de belles impressions des planches. Il a pris un marqueur noir et du blanc, et il a modifié ce qu’il jugeait utile de modifier. J’ai retouché ensuite mon travail en tenant compte de ses conseils.

J’y suis retourné une seconde fois avec toutes les planches, pour qu’il voie la fin de l’album et ce que j’avais modifié après ma première visite. Il a fait à nouveau des modifications. Ce qui a été très important pour moi, c’est qu’il a jugé que mon travail était bien dans l’esprit, qu’il était « thorgalien » et que j’avais saisi ce qui fait, pour lui, qu’un dessin correspond bien à la série.

Les deux éléments importants étaient d’une part la ressemblance des personnages, d’autre part l’esprit d’aventure, l’ambiance des planches, les masses de noir, ce qui fait qu’on se sent tout de suite chez Thorgal.

Thorgal.com : Cachez-vous des private jokes, des petits clins d’œil perso dans un recoin, des personnages qui ressembleraient à des connaissances ?

Fred Vignaux : Je fais très peu de private joke dans les albums… On pourrait s’amuser à « chercher Willy » dans la double page de la prise d’Alésia de l’album « Vercingétorix » chez Glénat. J’y ai invité quelques «guests ».

Thorgal.com : Comment préparez-vous les planches ? Travaillez-vous case après case, ou avec une approche globale de la planche ? Comment imaginez-vous la scène, quand il y a du mouvement, quand vous voulez représenter une scène d’action ? Comment placez-vous les regards, les caméras ?

Fred Vignaux : La création se fait tout d’abord au stade du story-board. Le cheminement de l’œil au sein de la planche est très important. Le placement des bulles est important, puisque l’œil va forcément d’une bulle à l’autre. Selon l’emplacement des bulles, l’œil va parcourir toute la case, ou seulement une partie de la case.

Par exemple, sur un panoramique, si la bulle est à gauche, l’œil va traverser la case en diagonale et ignorer ce qui est sur la droite, sans avoir forcément vu les informations semées sur la droite de la case.

Thorgal.com : Vous réfléchissez BD dès le départ.

Fred Vignaux : Oui. Je ne fais pas de la BD parce que j’ai des envies de cinéma, mais bien pour la BD. Les règles de cadrage sont universelles, les compositions, les valeurs, les fuyantes… L’avantage de la bande dessinée est que le cadre n’a pas un format unique, 16:9 ou autre. Chaque case a son propre format. La forme des cases se choisit en fonction de ce que l’on veut placer dedans. Le rapprochement avec le cinéma ou la photographie peut se faire dans un second temps, avec les ambiances, l’éclairage, ce qui se met en place par la suite.

Il est important aussi que la planche s’anime. Il faut éviter d’aligner les personnages, il faut faire des compositions en triangle avec des masses différentes. Sachant que dans une planche classique de Thorgal il y a quatre à sept cases, peut-être un peu plus aujourd’hui. Par exemple, si on a trois portraits dans la planche, j’essaie de faire en sorte de ne pas les aligner d’un côté, d’équilibrer les masses des portraits. Une composition en triangle, cela peut être un petit portrait en haut au milieu, un portrait de moyenne valeur en bas à gauche et un portrait de plus grosse valeur en bas à droite.

Ensuite, pour qu’une planche soit dynamique, il faut faire en sorte que les mouvements soient cohérents au sein d’une page. Par exemple, si on jette un objet, la trajectoire dans la planche doit correspondre à la trajectoire possible dans la réalité. Il ne faut pas qu’un objet soit jeté vers la droite, et qu’on le voie partir vers la gauche dans la case suivante. Ce sera la même chose quand on coup de poing est donné, quand quelqu’un court, etc. Tout soit être logique, il y a beaucoup de petites astuces assez techniques, qui doivent être gérées au sein d’une planche.

Il y a également la recherche de la « belle case », le beau paysage. J’essaie de faire en sorte qu’il y ait dans chaque planche au moins une ou deux cases emblématiques, assez fortes. Un grand décor, un beau regard, ou même une belle ambiance colorée. On doit se dire pour chaque planche qu’elle est belle, sans forcément chercher à savoir pourquoi. Mais cet effet ne doit pas se retrouver dans chaque case, sinon il n’y a plus d’étonnement.

Émotionnellement, la lecture d’un album doit être en dents de scie, avec des temps calmes, des moments surprenants, des temps forts. On trouve cela dans la narration, mais on doit aussi le ressentir dans le dessin.

Pour bien penser une planche, il faut avoir tout étudié dès le story-board.

Thorgal.com : Merci pour ces éclairages et cette immersion dans l’esprit du créateur de bande dessinée. Le nouvel album est en route ?

Fred Vignaux : Oui, on retrouvera Thorgal en 2020.

Thorgal.com : Avec grand plaisir ! Merci Fred, et à bientôt sur Thorgal.com.

En complément de ces échanges, voici un autre entretien exclusif avec Fred Vignaux, réalisé en septembre 2018, peu avant la parution du dernier album de Kriss de Valnor, « Le maître de justice ». La rencontre a été organisée et menée par Tjahzi, membre émérite de la communauté Thorgal.com. Là aussi, vous pouvez retrouver et commenter cet échange sur le forum — cliquez ici — d’autant que l’entretien y est accompagné d’une chronique dévoilant les coulisses de la rencontre. On y parle de train, de bonbons et de Xavier Dorison. Allez voir !

Thorgal.com : Fred Vignaux, comment vous êtes-vous retrouvé dans les Mondes de Thorgal ? Comment avez-vous réagi en recevant cette proposition ?

Fred Vignaux : J’ai reçu un appel téléphonique alors que j’étais au rayon électrique d’une grande enseigne bricolage. D’où l’intérêt de répondre au téléphone quelle que soit la situation ! ;) J’ai plutôt été agréablement surpris car je pensais, voyant que l’appel provenait de Belgique, qu’il s’agissait de Time Twins que j’avais fait avec J-C Derrien chez Le Lombard et dont ils cessaient l’exploitation.

Thorgal.com : Enfant, vous aviez découvert Thorgal dans le magazine Tintin. L’avez-vous redécouvert suite à votre implication dans les Mondes de Thorgal ?

Fred Vignaux : J’ai commencé avec le Journal de Tintin et j’ai continué récemment à compléter mes lectures pendant la création de Kriss. Je suis loin d’avoir une connaissance encyclopédique de l’univers de Thorgal ! Mais je m’efforce de combler mes lacunes !

Thorgal.com : Quel est votre album préféré de la série, et pour quelle raison ?

Fred Vignaux : « Alinoë » et « Les Archers » car j’ai commencé avec eux dans le Journal de Tintin.

Thorgal.com : Quels avantages – ou inconvénients – trouvez-vous à reprendre une série des Mondes de Thorgal ?

Fred Vignaux : L’univers de Thorgal est riche, inspirant, porté par une saga familiale haute en rebondissement et des personnages charismatiques ! Quoi de plus motivant ! La charte graphique, même si elle est contraignante (trois strips), stimule la créativité !

Thorgal.com : Est-ce que vous ressentez une affinité particulière pour certains personnages de la série ?

Fred Vignaux : Sans doute Kriss…. C’est le personnage par lequel tout a commencé : au début de mes lectures à l’époque du Journal de Tintin et maintenant en tant que dessinateur des Mondes de Thorgal.

Thorgal.com : En reprenant la série Kriss de Valnor, vous dessinez des personnages connus du public. Est-ce plus difficile de les dessiner que de créer de nouveaux personnages ?

Fred Vignaux : Le challenge est plus difficile sur les personnages « historiques » des Mondes de Thorgal. Le style de Grzegorz évolue tout au long des albums, et la Kriss des « Archers » n’est pas la même que celle de « Kriss de Valnor ». De même, quand Grzegorz bascule en couleurs directes, au-delà du médium et de la technique, les personnages changent également de stylisation. Il faut donc saisir l’essence même des personnages et essayer de la retranscrire du mieux possible ! Pour de nouveaux personnages, c’est plus simple, on reprend des caractéristiques ou morphologies déjà établies, on extrapole et mon style naturel fait le reste !

Thorgal.com : Avez-vous reçu des consignes particulières avant d’entamer la série Kriss de Valnor ?

Fred Vignaux : La « charte des mondes de Thorgal » devait être respectée. Vaste sujet ! C’est à la fois contraignant et terriblement stimulant !

Thorgal.com : De quelle manière avez-vous collaboré avec Grzegorz Rosinski ?

Fred Vignaux : Grzegorz est intervenu au début lors de mes planches d’essai et ensuite une fois les dix premières planches terminées. Nous en avons discuté de vive voix, chez lui en Suisse, croquis à l’appui ! Après m’avoir fait part de toutes ses remarques, il m’a laissé le champ libre.

Thorgal.com : Qui a eu l’idée des thèmes des couvertures de vos albums de Kriss ?

Fred Vignaux : J’ai fait des propositions sur les scènes emblématiques des albums et Grzegorz, avec son talent, a fait le reste. C’était magique de voir les croquis se transformer en véritables peintures ! Quel beau cadeau !

Thorgal.com : Comment se passe la collaboration avec votre scénariste Mathieu Mariolle ? Est-ce qu’elle a évolué entre les deux tomes de Kriss ?

Fred Vignaux : Quand je suis arrivé sur le tome 7, le scénario de Xavier et Mathieu était bouclé, nous n’avons eu qu’à huiler l’ensemble lors de la phase de storyboard ! Sur le tome 8, Mathieu est parti de l’idée commune élaborée avec Xavier et nous a montré une ébauche précise sur laquelle nous avons rebondi avec notre éditeur Gauthier Van Meerbeeck. Il a ensuite réalisé le script final.

Thorgal.com : Y-a-t-il des éléments du scénario auxquels vous apportez parfois votre touche personnelle ?

Fred Vignaux : Comme je suis souvent le premier lecteur, je m’attache surtout à la logique d’enchaînement des situations et des mécaniques scénaristiques. Il y a de multiples situations où cela fonctionne sur le papier machine… mais pas sur le papier Canson. ;) Par exemple, quand dans le tome 8 Magnus lance une liane au-dessus du précipice pour secourir Jolan. À l’origine il s’agissait d’une simple branche tendue, ce qui implique que Joril aurait pu aussi, par la suite, franchir le précipice. Tel que nous avons modifié la scène… ce n’est plus possible. Comme Xavier et Mathieu sont particulièrement à l’écoute, tous ces ajustements se font de manière tout à fait fluide !

Thorgal.com : Ces albums ont la particularité d’être divisés chacun en deux histoires parallèles, celle de Kriss et celle de Jolan. Cela complique-t-il votre travail ?

Fred Vignaux : Pas du tout ! Ça fait plus de décors et d’ambiance à créer… c’est moins monotone pour le dessinateur !

Thorgal.com : Avez-vous une préférence pour un des deux récits ? un des deux héros ? un des deux décors de l’histoire ?

Fred Vignaux : J’ai beaucoup aimé dessiner la partie de Jolan dans le tome 7 car mon style graphique commençait à évoluer comme je le voulais ! Sinon, dans le tome 8, j’aime bien la scène page 30 qui est un hommage au tome 28 de Thorgal.

Thorgal.com : Vous avez reçu l’aide d’un coloriste pour Kriss de Valnor. Ce n’est pas dans vos habitudes. Comment travaillez-vous avec Gaétan Georges ?

Fred Vignaux : J’ai toujours pensé mes planches en couleurs… pour Kriss, je pousse l’encrage un peu plus loin et je fais un petit document pour Gaétan dans lequel je décris toutes les intentions couleurs. J’y joins des illustrations pour montrer les ambiances et parfois je pose les valeurs en niveau de gris sur les planches. Après, Gaétan s’en inspire librement. J’ai beaucoup aimé son travail sur « Rock and Stone » et « La horde du contrevent ». Quand je reçois ses planches, je me dis souvent… Waow… ça le fait ! Ses couleurs participent grandement à rendre l’ensemble très thorgalien !

Thorgal.com : Entre Neige et Kriss de Valnor, vos albums sortent tous les 6 mois. Comment tenez-vous un rythme pareil ? Allez-vous continuer à dessiner les séries dérivées de Neige ?

Fred Vignaux : Oui… 4 albums en deux ans, c’est pas mal… plus les couvertures « Mythologie », ça fait beaucoup… tout en maintenant un certain degré d’exigence… je n’étais clairement pas aux 35H !! ;) La trilogie « Neige origines » étant bouclée, je vais me consacrer pleinement à Thorgal dans les années à venir.

Thorgal.com : Grzegorz Rosinski vous a désigné comme son successeur pour reprendre Thorgal. Comment avez-vous reçu la nouvelle ? Qu’espérez-vous apporter à la série Thorgal ?

Fred Vignaux : C’est un immense honneur que m’a fait Grzegorz. C’est aussi une grande responsabilité : Je deviens avec Yann le garant de l’esprit et des valeurs de Thorgal. Graphiquement, j’espère apporter ce que Grzegorz apportait, c’est-à-dire un dessin vivant qui a évolué en fonction de ses sensibilités et envies du moment. Je suis constamment à la recherche de nouveaux moyens et façons de dessiner, mon style peut aussi évoluer… ;)

Thorgal.com : Grzegorz Rosinski a fait évoluer son style pictural tout au long de sa carrière. Allez-vous vous rapprocher d’un style en particulier ? Quels conseils recevez-vous de lui ?

Fred Vignaux : Je vais revenir à son style encré comme ce qu’il faisait avant le tome 29. Avec les couleurs de Gaétan qui sont à mi-chemin entre l’ancien et le nouveau style de Grzegorz, le lecteur ne sera pas perdu ! Sinon, Il m’a demandé de coller au plus juste les personnages… et m’a montré quelques trucs !

Thorgal.com : Etes-vous déjà au travail sur le nouveau tome de Thorgal ? Peut-on connaître le nom du scénariste ?

Fred Vignaux : Oui, j’y travaille… et c’est Yann qui s’occupe avec talent du scénario !

Thorgal.com : Nous sortons d’un long cycle des aventures de Thorgal ? Est-ce qu’on repart directement sur un nouveau cycle ?

Fred Vignaux : C’est une histoire indépendante faisant suite au futur tome 36, les lecteurs hardcore de Thorgal devraient se trouver en terrain conquis ! Est-ce que cela fait partie d’un cycle ?… L’avenir nous le dira !!

Thorgal.com : Une petite anecdote sur ce futur album pour titiller l’appétit des fans ?

Fred Vignaux : Ah Ah !… Bien tenté ! Mais c’est encore trop tôt !

Thorgal.com : Un grand merci Fred pour cette interview !

Fred Vignaux : Merci à toi pour tes longues heures dans les transports et le paquet de Schtroumpfs Haribo ! ;)

Plan du site
Conditions Générales de Vente
Mentions légales
© Éditions Le Lombard 2020