Abonnement newsletter

X
X

S'enregistrer sur ce site

Les dieux ont mis un homme à l'épreuve

Top

Je n'oublie rien !

Je n’oublie rien !

Kriss de Valnor tome 1
Dessinateur : Giulio De Vita / Scénariste : Yves Sente

Morte en sauvant son fils et la famille de l’homme qu’elle aime, Kriss de Valnor s’éveille aux portes du domaine des dieux. Rassemblant ses souvenirs, elle va devoir plaider sa cause devant le tribunal des Walkyries. L’enjeu ? L’éternité…

« Je n’oublie rien ! » est le premier album de la série consacrée à Kriss de Valnor, le premier également des Mondes de Thorgal. Cette collection regroupe des albums dédiés à certains personnages marquants de la série originelle. Ils sont scénarisés et dessinés par différents auteurs. Les parents de ce premier album sont Yves Sente et Giulio de Vita.

Voici le synopsis de l’album :

Au terme d’une vie passée à voler, tromper et tuer, Kriss de Valnor meurt dans un acte de bravoure et de bonté. Les Walkyries ne savent quel destin lui réserver : le Walhalla, paradis des guerriers, ou l’errance éternelle dans les brumes glaciales du Niflheim ? La farouche combattante doit maintenant plaider sa cause devant la déesse Freyja. Pour cela, il lui faut se souvenir de l’enfant qu’elle était, des premiers coups subis.

je n'oublie rien kriss valnorKriss est donc de retour ! Suivant la volonté affichée depuis quelques albums de faire des dieux scandinaves des personnages ancrés dans la série, cet album propulse l’aventurière au cœur de leur domaine. Et c’est devant leur tribunal qu’elle va devoir rendre des comptes.

Je n'oublie rien ! - LuxeL’album a paru le 19 novembre 2010, en même temps que le 32ème album de Thorgal, « La bataille d’Asgard ».
Peu après, début décembre, l’album a été édité en tirage de luxe, sous une couverture bleue ornée du visuel qui habille le dos des albums classiques. En noir et blanc, l’album de luxe est accompagné de 8 pages de croquis (cliquez sur l’album pour agrandir).

Avec ses 56 pages (8 de plus qu’un Thorgal) et ses 200 000 albums en premier tirage, ce Kriss de Valnor a de l’ambition. Il est aussi le tout premier album réalisé sans les deux auteurs « historiques » de la série, Jean Van Hamme et Grzegorz Rosinski.

Une histoire de couverture

Les couvertures des Mondes de Thorgal (dont celle de cet album) sont l’œuvre du dessinateur habituel de la série, Grzegorz Rosinski. Il s’en est expliqué dans divers entretiens, notamment dans le magazine dBD.

Le plus simple pour garder une unité graphique à cette collection (Les Mondes de Thorgal) était que je les dessine. [...] La couverture est un signe graphique, comme peut l’être un panneau sur la route.

Rosinski s’est particulièrement impliqué dans le lancement de cette nouvelle collection, et il semble avoir très à cœur d’en réaliser toutes les couvertures, un exercice qu’il a toujours particulièrement apprécié. On se souvient ainsi des nombreuses couvertures réalisées pour la revue « Tintin » dans les années 80 puis pour son successeur « Hello BD ». Plus récemment, il y eut les couvertures des intégrales chez Niffle, des BDVD pour Seven Sept et des romans chez Milan.

je n'oublie rien kriss valnor je n'oublie rien kriss valnor je n'oublie rien kriss valnor je n'oublie rien kriss valnor

Hommage voulu par Giulio de Vita, peut-être aussi pour rester dans l’esprit de cohérence qui semble être au cœur de cette collection, la couverture est une reprise d’un dessin de l’album « Moi, Jolan ». Aaricia, en visite nocturne chez la sorcière Mahara, écoutait avec effarement la vieille femme lui raconter l’histoire sordide d’une petite fille qui s’appelait Kriss…

Extrait Moi, Jolan

Les journalistes de dBD, chanceux visiteurs de l’atelier de Rosinski, ont exposé les étapes ayant mené à la couverture finale. Le dessin initial, proposé à Rosinski par de Vita, a été exploré par le peintre jusqu’à en fixer le ton et la couleur. On voit sur les deux dessins intermédiaires que Kriss est tantôt plutôt choquée et apeurée, tantôt agressive et déterminée. Au final, la couverture nous propose une Kriss à mi-chemin entre ces deux attitudes, armée, les poings serrés, mais la démarche hésitante et les yeux perdus.

je n'oublie rien kriss valnor je n'oublie rien kriss valnor je n'oublie rien kriss valnor je n'oublie rien kriss valnor

De Vita, dessinateur thorgalien

Ce premier album est scénarisé par Yves Sente, qui s’occupe également de la série principale, le dessin étant confié à Giulio de Vita, dessinateur italien déjà connu au Lombard notamment pour ses séries « Wisher » et « James Healer ».

Wisher est l’histoire de Nigel, un jeune homme vivant de petites escroqueries en s’efforçant d’exaucer les vœux de ses clients, quels qu’ils soient. Mêlé à l’étrange suicide d’un ami artiste, Nigel découvre l’existence de créatures magiques que l’on croyait légendaires, en guerre contre un groupe d’hommes impitoyables qui les traquent et les éliminent depuis des siècles. En pénétrant dans cet univers, Nigel découvre peu à peu que les souvenirs d’une vie différente, et d’une puissance sans limite, sont cachés au creux de son âme.

James Healer a été retrouvé, bébé, près des corps de ses parents assassinés. Grandissant au sein d’une communauté d’amérindiens, Healer développe des capacités de médium qu’il met au service de la police et du FBI, pour résoudre des enquêtes non élucidées. Tout en travaillant pour la police, il essaie de trouver les réponses à ses propres questions, de comprendre ce qui est arrivé à ses parents.

je n'oublie rien kriss valnor je n'oublie rien kriss valnor

Ces deux séries très différentes ont en commun une approche ésotérique du monde contemporain. Le dessin y est détaillé, moderne et dynamique.
De Vita a également réalisé, entre autres, un album du « Décalogue » pour Glénat et « Les ombres de la lagune » pour Soleil.

je n'oublie rien kriss valnorEn plus de ses activités franco-belges, le dessinateur italien a travaillé pour Disney et Marvel, ainsi que dans la publicité et l’illustration. Il est présent sur Internet grâce à son site officiel www.giuliodevita.it, sa page Facebook et son blog giuliodevita.blogspot.com sur lequel il intervient régulièrement, en postant son actualité ou des travaux plus anciens.

Pour Thorgal, de Vita a considérablement fait évoluer son dessin. Contrairement à beaucoup de dessinateurs, Grzegorz Rosinski n’a jamais stabilisé son dessin sur la série originelle. Chaque album de Thorgal est du coup quasi unique, avec ses approches, ses qualités et parfois ses défauts. Cela en fait une série vivante dont le dessin n’a jamais cessé d’évoluer. Dans dBD, De Vita disait :

Je pense avoir libéré mon trait. Je me suis affranchi des techniques traditionnelles de la bande dessinée dite réaliste.

Il a beaucoup échangé avec Grzegorz Rosinski, présenté ses travaux, modifié son approche. Dans Le Soir, il ajoutait :

Je dessinais les bois comme des jardins parfaitement plantés, taillés, organisés. Dans Thorgal, il faut de la forêt sauvage, retrouver l’état de nature, simplifier sa peinture.

Il est intéressant du coup de comparer ses travaux pour voir comment il a cherché à proposer dans Thorgal un dessin équilibré, tenant compte de ses qualités propres tout en adhérant aux codes graphiques actuels de la série. Le dessin de Giulio est plus nerveux, moins net que dans ses autres albums. La nature est simplifiée, les arrière-plans souvent simplement esquissés. On retrouve aussi les ombrages hachurés, l’alignement traditionnel des cases… mais avec un dessin qui ne cherche pas à imiter celui de Rosinski.
Cet équilibre entre les qualités du dessinateur et les codes de la série fait la force de ce premier album hors-série, très réussi graphiquement.

Voici quelques images extraites de Wisher et James Healer. Personnages, nature, architecture.

je n'oublie rien kriss valnor
© de Vita / Swolfs pour James Healer – © de Vita / Latour pour Wisher

Quelques extraits maintenant de « Je n’oublie rien ! ».

je n'oublie rien kriss valnor

Si le trait du dessinateur ne trahit pas la série, les couleurs ne sont pas en reste. Et pour cause, puisque cet album marque le retour sur la série de la coloriste Graza, qui a travaillé sur une dizaine d’albums (du 19ème, « La forteresse invisible », au 28ème « Kriss de Valnor ») jusqu’au choix de Grzegorz Rosinski de passer à la couleur directe. Le retour de Graza (dont le nom a été oublié dans cet album, et c’est bien dommage) est une excellente nouvelle et participe forcément à l’intégration de l’album dans la saga Thorgal.

Clins d’œil et hommages

Par nécessité ou par jeu, Yves Sente et Giulio de Vita ont parsemé l’album de références et de petits clins d’œil à la série principale.

je n'oublie rien kriss valnorje n'oublie rien kriss valnorIl y a tout d’abord quelques stars invitées au casting. Arghun est la première au cours d’une courte séquence de trois pages, très agréable même si elle n’est pas indispensable au récit. On rencontre des gens normaux dans ces quelques cases, un luxe rare dans cet album ! Et on y voit Arghun exercer son métier d’armurier, un talent indispensable à la série puisqu’il lui a permis, il y a bien longtemps, de créer pour Thorgal son arme favorite, l’arme de ses exploits, l’arc à double courbure.

Autre star du casting, très attendue évidemment, Sigwald-le-brûlé, dont l’histoire dramatique occupe la deuxième moitié de l’album. « Je n’oublie rien » est presque autant l’album de sa vie que de celle de Kriss. Sigwald est le personnage parfait pour un album de ce type car Van Hamme n’avait qu’ébauché son personnage, en le supprimant très vite, tout en lui donnant une personnalité et un physique uniques. C’était la force de Van Hamme : faire beaucoup avec peu, donner des pistes au lecteur sans forcément l’emmener au bout. Yves Sente s’est engouffré dans l’espace laissé par son prédécesseur en donnant à Sigwald un passé, un visage et un cœur. Il sera intéressant, dans le prochain album, de voir quelle influence il aura sur Kriss et d’imaginer la vie qu’aurait connue la jeune femme si son ami n’avait pas disparu si tôt…

On peut également noter de multiples clins d’œil concernant Kriss plus directement. Le premier est sa maladresse d’enfant à la fronde, elle qui deviendra une archère si habile ! On est ainsi tout de suite en terrain familier, dès la première page, cette enfant brune qui tire sur tout ce qui bouge, c’est bien Kriss ! Plus loin dans l’album, sa première scène de combat, son premier corps à corps, est un hommage sanglant à son premier combat dans la série, dans l’album « Les archers ». Une danse mortelle où la fureur et l’agilité l’emportent sur la force brute.
Kriss est le serpent, sa lame est le crochet, sa rage est le venin.

je n'oublie rien kriss valnor

Même si c’est de manière peu orthodoxe, Kriss utilise pour se battre ce qui deviendra son arme favorite, la flèche.

Les personnages secondaires se prêtent aussi au jeu du clin d’œil, notamment au cours de l’une des scènes finales. Le jeu pervers d’Opale rappelle évidemment celui d’Héraclius dans « Le barbare », tandis que la tenue « particulière » de Gorgane a manifestement fortement inspiré Kriss lorsqu’elle est devenue chef d’équipe dans les mines d’argent byzantines, dans l’album « Kriss de Valnor ».

je n'oublie rien kriss valnor je n'oublie rien kriss valnor

Curieusement, l’album se démarque un peu par contre de celui qui a posé les bases de l’histoire de Kriss, « Moi, Jolan ». Ainsi, la brune Olgave devient blonde, le beau-père n’abuse (apparemment) pas de Kriss et ne meurt plus égorgé. Enfin, Kriss semble manifestement décidée à revenir se venger un jour, alors que la devineresse Mahara a affirmé qu’elle n’a jamais remis les pieds dans son village. Des petits détails qui montrent qu’Yves Sente a choisi de remanier son histoire pour la mettre au service de cette nouvelle série d’albums. Pour Kriss, il s’agit bien d’un nouveau départ.

Yves Sente, au cœur du mythe

Pas évident de reprendre un personnage aussi torturé et populaire que Kriss de Valnor ! Quasi-omniprésente du 9ème au 22ème album de la série, elle a largement contribué au succès de Thorgal. Mortellement belle, dangereusement séduisante, Kriss a su capter aussi bien le lectorat féminin que le masculin. Son personnage s’est inséré dans le quotidien des Aegirsson au point de faire d’elle un membre de la famille. Elle est un monstre qu’on serre dans ses bras, en espérant qu’il ne va pas nous percer le cœur !

je n'oublie rien kriss valnorje n'oublie rien kriss valnorCette attirance-répulsion permanente fait d’elle la candidate parfaite pour lancer les Mondes de Thorgal. On l’aime et on la déteste suffisamment pour lui pardonner son énième retour.

Construit autour de l‘enfance du personnage, l’album « Je n’oublie rien ! » nous propose l’équivalent d’un Thorgal (47 planches) encadré d’un prologue et d’un épilogue chargés d’ancrer l’histoire dans le présent de la série. Si l’enfance de Kriss aurait pu se suffire à elle-même, notamment grâce à son potentiel dramatique très thorgalien, on sent qu’il ne s’agit pas seulement de dénouer les fils du passé mais aussi de réintégrer le personnage dans la série. Les explications de la déesse Freyja sont d’ailleurs assez floues, elle semble ne pas savoir elle-même pourquoi elle a sauvé Kriss de Valnor, alors que son rôle habituel est de collecter les âmes d’hommes valeureux morts au combat… Dans cette optique, la sentence du procès des Walkyries semble du coup assez jouée d’avance, on verra dans le prochain album comment le scénariste équilibrera cette sentence en tenant compte de ce retour annoncé mais aussi du choix moral contestable que constituerait un blanchiment.

Le jeu et l’enjeu n’étaient donc pas simples pour Yves Sente. Et pourtant, il nous livre certainement ici son album de Thorgal le plus abouti.

Sans mettre complètement de côté ce monde des dieux qu’il affectionne et explore depuis qu’il a repris la série, Sente revient à une histoire plus sombre, plus brutale, mêlant sang, sueur et larmes. Kriss est une battante, une dévoreuse de vie, qui a plus peur de vieillir que de mourir. Elle est aussi quelqu’un qui hait l’humain, qui ne respecte aucune vie, même pas la sienne. Et pourtant… Sa haine de Thorgal est née de l’amour qu’elle lui porte, comme si ces émotions étaient insoutenables, cette perte de contrôle de soi inacceptable. Cet amour a réveillé la rage en elle car il la tiraille entre l’envie de construire et son besoin viscéral de détruire. Et Aniel, l’enfant qui a fait d’elle une mère, une porteuse de vie, semble avoir achevé de faire remonter en elle une humanité esquissée dans l’album « Kriss de Valnor ».

Lentement bâti par Jean Van Hamme, ce personnage complexe méritait une enfance à la hauteur de ses vices et de ses errements. Une enfance, dans cet album, parfaitement adaptée à ce qu’on connaît d’elle. Bien sûr, on se doutait qu’elle avait vécu des drames et on ne l’imaginait pas grandir dans un cocon confortable, mais il était justement important que cet album d’enfance s’intègre naturellement à la série et que l’histoire de Kriss puisse se lire, pourquoi pas, avant celle de « Les Archers ».

La place de la mère, le rejet de la misère, la haine de l’homme et la peur de vieillir (de devenir adulte ?) trouvent ici des origines profondes et tragiques.

je n'oublie rien kriss valnor

A suivre dans « La sentence des Walkyries ».

  • Thorgal : La reine des Mers Gelées

    Les premières aventures de Thorgal le mènent à la rencontre d’un peuple oublié, maître de savoirs hors du commun, au cours d’une quête initiatique où son courage, ses qualités guerrières et son charisme seront mis à l’épreuve.

  • Thorgal : Le village maudit

    Aaricia et Thorgal doivent participer malgré eux à un jeu cruel, au cœur d'un lieu frappé par une antique malédiction.

  • Thorgal : Les maîtres de Brek Zarith

    Pour sauver Aaricia et l’enfant qu’elle porte, Thorgal va devoir pénétrer dans le domaine des dieux puis affronter Shardar, le puissant maître de Brek Zarith.

  • Thorgal : Les origines

    L’enfance de Thorgal nous est racontée à travers plusieurs histoires courtes, teintées de merveilleux. De premières épreuves et de premières quêtes pour les jeunes Thorgal et Aaricia.

  • Thorgal : L'enfant-rêve

    Doté d'étranges pouvoirs, le petit Jolan s'ennuie dans l'île isolée où vit sa famille. Jusqu'au jour où un petit garçon muet fait son apparition.

  • Thorgal : Le Grand Pays

    La rencontre avec Kriss de Valnor mènera Thorgal et les siens de l’autre côté du grand océan, dans l’enfer de la guerre du Pays Qâ, à la rencontre de demi-dieux se battant pour le destin du monde.

  • Thorgal : Vers le Nord

    Alors qu'Aaricia attend un deuxième enfant, la famille décide de retourner dans le Nord, auprès du peuple viking. Mais pour cela, ils devront affronter les montagnes, les hommes et les dieux.

  • Thorgal : Shaïgan-sans-merci

    Toujours aux prises avec Kriss de Valnor, Thorgal va connaître l’exil puis l’oubli. En son absence, le terrible pirate Shaïgan va s’en prendre à Aaricia, Jolan et Louve, qui vont connaître les pires heures de leur existence.

  • Thorgal : Le Viking errant

    Thorgal entraîne sa famille toujours plus loin vers l’horizon, en quête d’un bonheur et d’une liberté qu’on lui a toujours refusés. Voici le récit de ce long et incroyable voyage.

  • Thorgal : Le dernier voyage

    Réduits en esclavage, Thorgal et sa famille ne sont plus maîtres de leur destin. Pour eux, il s'agit peut-être du dernier voyage.

  • Thorgal : Le successeur

    Terriblement affaibli, Thorgal doit se résoudre à laisser partir son fils. Un choix qui déchire sa famille mais qui offre à Jolan l'occasion de prouver sa valeur et son courage. Loin des siens, il veut devenir l'élu.

  • Thorgal : Mages rouges

    Alors que son fils Jolan se découvre de nouveaux pouvoirs et un nouveau destin, Thorgal se retrouve aux prises avec un groupe de magiciens aux desseins mystérieux et à la puissance effroyable.

  • Kriss de Valnor : Le tribunal des Walkyries

    Aventurière sans morale, aussi dangereuse que séduisante, Kriss de Valnor revient parmi les hommes, plus déterminée que jamais à devenir l'égale des rois. Mais avant cela, elle doit d'abord convaincre les dieux de sa valeur.

  • Kriss de Valnor : Nord-Levant

    Porteuse d’un terrible fardeau légué par les dieux d’Asgard, Kriss revient dans les contrées du nord. Elle va y faire une rencontre qui changera sa vie à tout jamais.

  • Kriss de Valnor : Aniel

    Kriss a atteint les sommets dont elle rêvait depuis l’enfance. Désormais maîtresse de la destinée de milliers d’hommes, elle est pourtant troublée par une chose. Le souvenir de son fils, Aniel.

  • Louve : Le mage déchu

    Incapable de trouver sa place parmi les Vikings du Nord, Louve passe de plus en plus de temps dans la forêt. Alors qu’une meute de loups fait disparaître un à un les voyageurs de passage dans la région, la petite fille va rencontrer un être aux pouvoirs stupéfiants.

  • Louve : La louve noire

    Alors que la famille de Louve se déchire et s’éloigne, la part sauvage de la petite fille la pousse de plus en plus à fuir les hommes. Mais dans les bois, un adversaire terrifiant se lance à sa recherche.

  • Louve : Les royaumes du dessous

    Venus du monde des profondeurs, des êtres malfaisants préparent leur vengeance depuis des millénaires. Bien malgré elle, Louve va être mêlée à une guerre qui pourrait ébranler les fondations de l'univers.

  • La jeunesse de Thorgal : Le chant du scalde

    Alors que le village viking affronte une terrible famine, Thorgal veut lever une antique malédiction, voulue par les dieux eux-mêmes.

  • La jeunesse de Thorgal : Les guerriers-fauves

    Réunis pour fêter l'été et négocier un mariage fructueux, les clans du Nord doivent affronter la fureur de guerriers à l'incroyable férocité.

  • La jeunesse de Thorgal : La magicienne trahie

    Alors que le clan des Vikings du nord s’évertue à dissimuler d’abominables crimes commis au nom de son roi, une femme aveuglée par la haine s’apprête à retrouver la liberté. Mais à quel prix !

  • Hors-série

    Au travers d'entretiens avec les auteurs, voici un retour sur la genèse des Mondes de Thorgal, la collection réunissant les albums de Kriss de Valnor, Louve et la Jeunesse de Thorgal.

Plan du site
Conditions Générales de Vente
Mentions légales
© Éditions Le Lombard 2018