Abonnement newsletter

X
X

S'enregistrer sur ce site

Les dieux ont mis un homme à l'épreuve

Top

Une convention Thorgal

Accueil / Forum / Forum et communauté / Une convention Thorgal

Bienvenue

Une convention Thorgal

Ce sujet a 117 réponses, 18 participants et a été mis à jour par Tjahzi tjahzi, il y a 1 semaine et 6 jours.

38 sujets de 81 à 118 (sur un total de 118)
  • Auteur
    Messages
  • Répondre | Lien | Citer

    Voici quelques photos de la soirée en attendant le debrief.

     

    Répondre | Lien | Citer

    La gardienne verte était aussi flippante en vrai? Sur la photo, on dirait qu’elle est de la famille de Volsung à la fin du tome 17…

    Répondre | Lien | Citer
    Dédicaces à la FNAC

    Iléou le journaliste qui devait tout nous raconter au retour de la Convention ? toujours à dormir ??  

    Thorgal-BD a écrit
    Quelques mots également sur la séance de dédicaces qui suivra la convention. Elle aura lieu à la Fnac des Ternes, à Paris, le vendredi 16 novembre de 17h45 à 19h45 environ.

    Les dédicaces vont commencer, la pile des tomes d' »Aniel » est prête ! 

    Sources photos : David Benard et Sens Photo 360

    • Ce sujet a été modifié le il y a 10 mois par Tjahzi.
    Répondre | Lien | Citer

    Ghilain a écrit
    Voici quelques photos de la soirée en attendant le debrief

    Merci Ghilain pour ces photos ! Je vois que malgré les consignes, tu as réussi à soutirer une dédicace à Roman Surzhenko. 

    Et cette fresque où Thorgal et Kriss sont croqués par les 4 dessinateurs de la série, ce sera un sacré souvenir pour celui qui l’emportera…. mais au fait, j’ai compris pourquoi Stéph a disparu après cette photo ! Stééééph, reviens avec cette fresque !!!

     

    Répondre | Lien | Citer
    Premières photos de la Convention

    Face à la disparition inquiétante de notre webmestre (voir les messages précédents), je me vois dans l’obligation d’y suppléer en vous présentant tant bien que mal des images de la Convention Thorgal – où je n’étais malheureusement pas présent, sinon j’aurais peut-être pu préserver cette superbe fresque (revoir les messages précédents).

    Heureusement, les artistes présents ont eux pris à cœur de nous partager de chouettes images. Commençons par un des auteurs, à savoir Roman Surzhenko, le roi du selfie thorgalien. 

    https://www.instagram.com/romansurzhenko72

    Je vous avais partagé hier la photo déjà mythique des 8 Thorgalistes, les 4 dessinateurs et 4 scénaristes de Thorgal. Ce que je n’avais pas vu, c’était la photo côté verso de la conférence de presse. Élément tout à fait normal, une bonne bière    Par contre, très étrange, Yann y avait invité son jumeau parmi les journalistes.

    Roman Surzhenko était particulièrement bien entouré hier soir à la Convention. 

    – Avec Christel Hoolans, la directrice générale du Lombard

    – Avec Jean Van Hamme, le génie du Northland

    – Avec Fred Vignaux, le concurrent collègue dessinateur de Thorgal 

    – Avec Kriss les deux Kriss de Valnor !    Ah mais je les connais celles-là ! 

    Continuons avec les sculpteurs dont nous avons eu le plaisir de découvrir les dernières créations dans ce sujet :

    http://www.thorgal.com/sujet/statuettes-et-bustes

    Vous avez vu là-haut, juste derrière Fred, l’énorme statue de Thorgal !    C’est le modèle en plâtre réalisé par Samuel Boulesteix – les nuits sont courtes, n’est-ce pas Samuel Présent à la conférence de presse, le sculpteur nous partage une courte vidéo avec Jean Van Hamme présentant le cas Thorgal.

    https://www.facebook.com/samuelboulesteixsculpteur

     

    Arnaud, responsable de La Marque Zone, était également présent pour recueillir l’avis de Grzegorz Rosinski sur la statuette de Thorgal sculptée par David Arnould.

    https://www.facebook.com/LaMarqueZone

    Répondre | Lien | Citer

    Le plan alerte enlèvement vient d’être lancé pour Stéphane (ou pour la fresque?)… Génial… Le moins qu’on puisse dire, c’est que si les dieux ne s’y étaient pas opposés, je me serais démené pour être présent… Je n’arrive pas à croire que la gardienne avait vraiment les tétés à l’air!

    Répondre | Lien | Citer

    Tjahzi a écrit
    – Avec Kriss les deux Kriss de Valnor !

      Ah mais je les connais celles-là !  <img src=" />

     

    Je vois que rien ne t’échappe 

    Il s’agit en effet des deux Kriss de la comédie musicale Arachnea, venues en Thalys pour l’occasion.

    Répondre | Lien | Citer
    Visites des lieux avec notre reporter Roman S.

    Notre webmestre a disparu et toi Galathorn, tu ne penses qu’aux tétés de la Gardienne des clés !   

    Mais peut-être que c’est lié, car j’ai retrouvé la trace de Stéph ! Enfin la trace de son passage, c’est déjà ça…

    Mais d’abord, je veux vous présenter une série de photos de Roman Surzhenko que j’avais zappées. Avec Instagram, les photos peuvent être empilées l’une sur l’autre, et là c’était un beau paquet de photos que je n’avais pas vues ! Roman a fait le tour du Dernier bar avant la fin du Monde avant le débarquement des Vikings et autres envahisseurs. Voici son reportage. 

    Source : https://www.instagram.com/romansurzhenko72

    • Ce sujet a été modifié le il y a 10 mois par Tjahzi.
    Répondre | Lien | Citer

    Dans le fond, le plus grand fan de nous tous, c’est bien Roman ^^

    Répondre | Lien | Citer
    Article dans le journal Le Parisien

    Nous sommes toujours à la recherche de Stéph, notre webmestre qui était en mission à la Convention Thorgal. Comme je vous le disais plus haut, je viens d’en retrouver la trace. Dans une dépêche du journal Le Parisien qui vient de tomber, nous pouvons entendre ses dernières paroles. Juste après, ce n’est pas une, mais deux raisons qui pourraient justifier sa disparition ! Je vous laisse découvrir par vous-mêmes ces indices…

    «Par Odin !» Les fans de Thorgal ont festoyé avec les auteurs de la série

    À l’occasion de la sortie du 36e album du héros viking, fans et auteurs se sont donné rendez-vous jeudi à Paris. Bienvenue en Northland, le pays de Thorgal !

    Barbe fournie et crinière au vent, peau de bête négligemment jetée sur les épaules, un Viking prend sa pause sur un trottoir du Ier arrondissement de Paris. Le repos du guerrier avant d’attaquer une soirée événement : la première « convention » tout entière consacrée à Thorgal, le héros de bande dessinée aux 15 millions d’albums vendus et traduit en 20 langues…

    Aux origines du rassemblement de la tribu Thorgal, fans et auteurs mélangés : la parution du tome 36 de la série, le très réussi « Aniel », qui marque le retour du héros sur ses terres après un long périple. Mais aussi la volonté de rendre hommage à Grzegorz Rosinski (77 ans), le dessinateur polonais, qui a donné naissance au personnage en 1977 et qui a annoncé cet été sa décision de poser ses crayons.

    L’auteur avait bien sûr répondu présent. Comme d’ailleurs les 7 autres dessinateurs ou scénaristes qui travaillent, ou ont travaillé, sur les albums de la série mère ou sur ses trois « spin-off » : « La Jeunesse de Thorgal », « Kriss de Valnor » et « Louve ».

    De quoi offrir aux fans, lors d’une conférence, quelques savoureux dialogues, notamment avec Jean Van Hamme (79 ans) l’autre « retraité » et créateur de la série. « En réalité, je n’ai jamais lu Thorgal », s’amuse Rosinski pour expliquer qu’il a oublié le nom d’un personnage. « Parfois, j’étais obligé d’en supprimer un simplement parce que Grzegorz trouvait l’avoir raté en dessin », raconte dans un sourire le scénariste.

    Devant le bar et le buffet « viking », charcuteries, soupe et galettes de blé noir, les invités en costumes cravates jouent des coudes avec les sosies de Thorgal, souvent taillés comme des troisièmes lignes de rugby, pour se faire servir une bière. La soixantaine de groupies du Viking qui ont acheté leur place ou l’ont gagné grâce à un concours, disserte sur leur album ou leur personnage préféré.

    Parmi eux, Stéphane Hardy, 43 ans, à la tête du site Internet Thorgal, créé il y a presque 20 ans. « C’est ma maîtresse d’école qui m’avait offert mon premier album, alors que j’étais hospitalisé à l’âge de 8 ans. Je n’ai pas compris grand-chose, j’étais trop jeune… se souvient ce fan. Je m’y suis remis vers 13 ans. Et depuis je n’ai pas arrêté… Ce qui fait le charme de ce personnage, c’est qu’il rêve d’une vie tranquille, avec sa famille. Mais qu’il est sans arrêt obligé d’affronter de nouvelles épreuves. C’est une série, mais chaque album apporte de nouvelles surprises, même graphiquement. »

    Une corne de brume rugit. L’heure est aux combats. Bouclier à la main, à l’épée et à la hache, trois Vikings s’affrontent dans un fracas métallique. Dans un coin, une jeune femme quasi nue termine de se faire peindre le corps. Tout à l’heure, elle apparaîtra dans le rôle de la gardienne des clés, la puissante magicienne qui donne son nom au tome XVII de la série.

    Devant une pinte, on évoque la prochaine adaptation de la BD culte en série télévisée, avec derrière la caméra, Florian Henckel von Donnersmarck, le réalisateur allemand oscarisé pour « La Vie des Autres », amoureux de Thorgal depuis l’adolescence. Un projet, dans la veine de « Games of Thrones », annoncé depuis deux ans mais qui peine à se concrétiser pour le moment.

    Dans un coin, Jean Van Hamme observe d’un œil amusé. Depuis son retrait de la série il y a 12 ans, il continue à suivre en curieux la destinée de son héros. « Je suis franchement ravi que la série continue. Vous savez, quand j’étais petit garçon et que mon père m’achetait des BD, je me fichais bien de savoir qui l’avait dessiné ou écrite. Je n’ai jamais compris Hergé avec Tintin : l’important, ce n’est pas l’auteur, mais le héros. »

    Levons donc nos verres et souhaitons encore longue vie à Thorgal !

    C. Levent  –  Source : Le Parisien

    Répondre | Lien | Citer
    Reportage sur France 3

    Galwhen a écrit
    Je vois que rien ne t’échappe. Il s’agit en effet des deux Kriss de la comédie musicale Arachnea, venues en Thalys pour l’occasion.

    Et je viens de voir sur France 3 que les deux Kriss étaient en plus accompagnées par un Thorgal. Votre comédie musicale Arachnéa s’exporte déjà jusqu’à Paris ! 

    Galathorn a écrit
    Dans le fond, le plus grand fan de nous tous, c’est bien Roman ^^

    Oui, il nous surpasse tous. Enfin sauf peut-être notre regretté Stéph…

    La nuit est tombée, il va être difficile de retrouver d’autres traces de notre webmestre ce soir.

    J’ai pourtant encore essayé de le dénicher dans cette vidéo-surveillance de la Convention Thorgal, mais les personnes interrogées ne correspondent pas au portrait-robot de Stéph. Je compte sur la vigilance de chacun. Ne désespérons pas, il n’est peut-être pas trop tard !

    /trop peu de cheveux/

    /trop de cheveux/

    /trop jeune/

    /trop vieux/

    /trop de barbe/

    Source : France 3 vidéos

    • Ce sujet a été modifié le il y a 10 mois par Tjahzi.
    Répondre | Lien | Citer

    Merci Thjazi de cette revue photo ! Qu’est-ce que ça devait être beau comme journée ! 

    Répondre | Lien | Citer

    Ça avait l’air trop bien… 

    Par contre je constate qu’il y a pas Sente.

    Répondre | Lien | Citer
    Thorgal-BDThorgal-BDWebmestre
    Convention – Épisode 1

    Me revoilà ! Avec un pyjama et un clavier, tout l’équipement nécessaire pour vous parler de la Convention Thorgal. Mais qu’ai-je à dire ? Les photos vous ont tout raconté, mieux que les mots, grâce notamment à notre envoyé spécial de luxe Roman Surzhenko.

    Tjahzi a écrit
    Mais mais mais… ce n’est pas possible ça ! Notre envoyé spécial sur place s’est endormi en plein reportage !

    Boah hé j’ai une bonne excuse !

    Pennybridge a écrit
    La gardienne verte était aussi flippante en vrai? Sur la photo, on dirait qu’elle est de la famille de Volsung à la fin du tome 17…

    C’était le concept ! mais plutôt Nidhogg que Volsung. On l’a vue se transformer peu à peu de Gardienne en serpent géant.

    Tjahzi a écrit
    Et je viens de voir sur France 3 que les deux Kriss étaient en plus accompagnées par un Thorgal.

    …Et d’une magnifique Aaricia !

    Un de mes regrets de la soirée, d’ailleurs, de ne pas être allé les féliciter. Thorgal était pas mal, bien sûr, il était même très bien, mais je peux vous dire que les deux Kriss et la toute seule Aaricia sont vraiment trop belles. Rayonnantes !

    Bon alors il paraît qu’il vous faut un compte-rendu ? Mais vous avez déjà tout, avec toutes ces belles photos, ces articles, ces vidéos ! Ça m’arrange bien, d’ailleurs, toutes ces photos, parce que de mon côté j’en ai finalement pris assez peu.

    Allez je vous raconte quand même quelques bricoles. Je vous passe les 4 heures de train, le métro, le RER, pour en arriver à mon camarade Kévin du Lombard, qui m’a attrapé à mon arrivée et sauvé de l’incroyable solitude qui vous chope quand vous débarquez seul dans une grande ville.

    Kévin, vous pouvez le voir en guest star dans l’ignoble pastiche posté par jenesaisqui dans un autre sujet du forum.

    11h du matin, il m’emmène jusque dans les locaux flambants neufs du Lombard, ou plutôt de Média Participations, un bâtiment ultra-moderne avec des portiques à l’entrée, des ascenseurs où qu’y a même pas de boutons, et suffisamment grands pour y faire tenir une convention de bikers. Ah pis il faudra que je vous parle de la cantine, fabuleuse.

    J’en ai profité pour revoir quelques copains du Lombard et pour prendre des photos d’une méga curiosité, un album de Thorgal en coréen. Je vous montrerai sûrement tout ça un jour (je vous ai parlé de la cantine du Lombard ? Un truc de fou).

    Bon après il s’est passé ceci-cela, puis direction le Dernier bar avant la fin du monde. On y va en taxi, le mec conduisait d’une main en louvoyant entre les obstacles, c’était Mario Kart sans les bananes. Impressionnant de maîtrise, le gars réussissait même à passer dans des endroits moins larges que la voiture. Mais si, je te jure ! Arrête de ne pas y croire !

    Le bar, je m’étais imaginé un endroit semi-enterré avec des caves voûtées, des alcôves, ambiance daredevilo-frankensteinne, mais finalement c’est beaucoup plus sage, d’autant que le bâtiment est atteint du syndrome de l’échafaudage dont semble souffrir la moitié de Paris (mention très bien à la gare d’Austerlitz, d’ailleurs, qui semble tenir debout grâce aux échafaudages) (rectification : la gare d’Austerlitz est un échafaudage).

    Hé, le bar est quand même chouette, hein, ne me fais pas dire ce que je n’ai pas dit ! Mais je le visite moins de 30 secondes parce qu’on m’emmène dans un autre bistrot, dans lequel se trouvent les Rosinski et Gauthier Van Meerbeeck, le directeur éditorial du Lombard. On devait discuter de divers projets personnels saugrenus que j’essaie de proposer depuis quelques temps, mais comme on est en retard pour je ne sais quelle raison, on fait ça vite fait dans des coins.

    Moi j’étais ravi de revoir Grzegorz, on s’est perdus de vue pour des raisons que je n’ai jamais bien sues, j’espérais un peu renouer quelques liens. Et j’avoue que j’espérais aussi secrètement que sa fille Zofia, ma chouchoute adorée, serait présente. Zofia n’était malheureusement pas là . Quant à Grzegorz, avec le maelström de sollicitations qui s’est enclenché juste après, je n’ai pu échanger que trois mots et une bise.
    J’ai pu parler un peu avec Piotr, le fils de Grzegorz, que je connais peu, et avec Krystyna, la compagne de Grzegorz, que je croisais pour la seconde fois et que je trouve hyper adorable. Charme et douceur, une femme bien, j’en suis sûr. Il y avait aussi des attachées de presse du Lombard, mais curieusement elles étaient hyper speeds, en mode survie, alors que nous on buvait tranquillement un petit canon (jus d’abricot pour moi, et une énorme bière d’au moins 5 litres pour Gauthier) (la table penchait de son côté). La serveuse était très jolie. Je ne sais pas comment c’est possible, mais Gauthier a réussi à boire son hectolitre de bière plus rapidement que je n’ai bu mon p’tit jus de fruits.

    Grzegorz répond à un entretien, pour RTL je crois, puis on file dans le bar pour assister à la conférence qui doit réunir tous les auteurs. Je me glisse dans un coin de la salle de conférence, au sous-sol du bar. La salle est bondée. A ma gauche, Graza et son mari Kas, à ma droite Krystyna, qui tente d’apercevoir son homme entre les caméras.
    J’aurais voulu me présenter à Graza, dont j’admire beaucoup le travail, mais vous verrez par la suite que je me suis débrouillé comme un manche toute la soirée et que j’ai raté quasiment toutes les occasions qui m’étaient offertes de rencontrer les gens.

    Heu, juste pour ceux qui ne sauraient pas qui est Graza, bande d’incultes, je vous renvoie vers son excellente biographie ICI sur le mirifique site Thorgal.com. Je ne suis même pas sûr d’avoir pu prendre une photo correcte avec elle !

    Et c’est là que commence la conférence…

    Répondre | Lien | Citer

    Aaah, on a retrouvé notre webmestre    Encore en pyjama ? C’est le jus d’abricot qui n’est pas passé ? Tu aurais dû choisir la chope de bière comme Gauthier ! 

    Je comprends que ça soit difficile de nouer des contacts dans une soirée pareille. Mais est-ce que tu avais mis ton beau tee-shirt rouge de Thorgal pour qu’on te repère ?

    Répondre | Lien | Citer

    En attendant la suite des aventures de Stéph à la Convention Thorgal, voici d’autres images glanées par ci par là… 

    Chez Giulio De Vita : séquence du journal télévisé belge sur La Une

    https://www.rtbf.be/auvio/detail_thorgal-rosinski-passe-la-main?id=2424172

     

    Chez Fred Vignaux

     

    Chez le sculpteur Samuel Boulesteix :

     

    – Article sur Actua BD : https://www.actuabd.com/Thorgal-un-nouveau-depart-pour-l-Enfant-des-etoiles

    – Article dans Le Parisien :

    • Ce sujet a été modifié le il y a 10 mois par Tjahzi.
    Répondre | Lien | Citer
    Thorgal-BDThorgal-BDWebmestre
    Convention – Épisode 2

    Ah ben, me voilà dans le Parisien !  Et on y parle de ma maîtresse d’école !

    Elle le mérite, en fait, parce que sans elle ce site n’existerait pas et je n’aurais pas passé la moitié de ma vie à naviguer auprès de Thorgal. Et au lieu de passer les meilleurs moments de votre vie sur ce site formidable à mater des filles en cosplay et des Vikings musclés, vous seriez peut-être en train de faire des confitures.
    Roh mince, mauvais exemple, la confiture c’est trop bon.

    Effectivement, comme le raconte le journaliste dans cette anecdote qui lui a apparemment bien plu, j’ai failli mourir à 8 ans, et deux maîtresses de mon école sont venues m’encourager à l’hôpital. L’une d’entre elles m’a offert le tome 3 de la géniale série « Brunelle et Colin » du trio Génin-Convard-Bourgeon, que j’ai adoré, « La nuit de la bête », et l’autre est venue avec « La chute de Brek Zarith ». J’ai trouvé l’album très beau, avec des personnages énormes, mais alors quelle flippe… Des gens habillés en animaux et peints en bleu, qu’on balance dans le vide. Des Vikings qui se font brûler, massacrer. Tous les occupants d’un château, empoisonnés. Et tant qu’à faire, la scène la plus flippante de l’histoire de l’humanité, quand Jorund est précipité dans le vide avec le trésor. Rah mais bon sang, il l’a presque attrapée cette corde ! Régulièrement, j’ouvre le bouquin pour voir si Jorund va enfin réussir à attraper la corde.

    Pendant quelques années, j’ai sorti le livre régulièrement, sans parvenir à l’appréhender complètement. Et puis vers 12-13 ans j’ai décidé d’emprunter les autres albums en bibliothèque. Je vous laisse imaginer la claque. Le dernier album paru, c’était « La cité du dieu perdu ». Je vous laisse imaginer la claque !

    Hé, regardez, j’suis aussi fort que Tjahzi, j’ai trouvé un article où on parle de Thorgal !

    Tjahzi a écrit
    Encore en pyjama ? C’est le jus d’abricot qui n’est pas passé ? Tu aurais dû choisir la chope de bière comme Gauthier !

    Le pyjama, c’est mon costume de travail sur le site Internet Thorgal ! Et si j’avais choisi la chope de bière de Gauthier, je serais encore assis dans le bar à discuter avec la serveuse. Mais j’en aurais sûrement déjà bu pas loin de la moitié, quand même.

    Tjahzi a écrit
    Je comprends que ça soit difficile de nouer des contacts dans une soirée pareille. Mais est-ce que tu avais mis ton beau tee-shirt rouge de Thorgal pour qu’on te repère ?

    Alors j’avais bien sûr tout prévu, c’est pourquoi tout s’est passé différemment. J’avais le beau tee-shirt rouge de la comédie musicale Arachnéa (que je destinais plutôt à la séance de dédicaces du lendemain, à la Fnac) et aussi un superbe tee-shirt que les Rosinski m’ont offert il y a 1000 ans et que je conserve comme une relique précieuse. Le plan était de me changer juste avant la Convention pour y arriver avec ce tee-shirt fabuleux.
    Mais si vous avez suivi l’affaire, il y avait du retard de partout, je n’ai pas eu le temps de passer à l’hôtel ou de me changer, donc pas de tee-shirt Thorgal à la soirée…
    Je l’ai porté fièrement le lendemain dans les bureaux du Lombard où trois personnes ont dû le voir (et à la cantine ! Je vous ai parlé de la cantine ?) mais pas à la séance de dédicaces, puisque je n’y suis finalement pas allé ! Le plan tee-shirt était donc si bien pensé que rien n’a fonctionné.

    Quant aux rencontres, comme je disais l’autre jour dans un autre sujet, une rencontre n’est intéressante que quand les deux parties sont intéressées. C’est très curieux d’être dans une soirée où tu connais tout le monde, mais où personne ne te connaît. Il y a 10 ans j’aurais fait le tour des gens pour me présenter, mais aujourd’hui je ne fais plus ce genre de choses.
    J’ai bien sûr quand même fait quelques rencontres très sympas, et retrouvé des camarades qui étaient ravis de me voir. Je regrette quand même de ne pas avoir été saluer Graza, d’avoir raté Patrick Gaumer (le biographe de Rosinski) qui a disparu très vite de la soirée, je crois, et surtout de ne pas avoir eu un peu de temps en tête à tête avec Grzegorz, dans un coin calme.

    Bon, hé, à part ça, il faut que je vous raconte la suite de la soirée. Mais oh, que vois-je, un papillon invisible !

    Répondre | Lien | Citer

    Certaines photos des auteurs font très photo de classe justement !! et Yves Sente ? il a attrapé la varicelle ?

    Tiens c’est drôle, moi j’ai découvert la Bd grâce à mon maitre d’école de Ce1-ce2, mais sans avoir eu à risquer ma vie, et plutôt des Boules et Bill …

     

    Répondre | Lien | Citer
    Thorgal-BDThorgal-BDWebmestre

    Oui voilà, Boule et Bill c’est quand même plus logique, que des BD avec plein de morts et des gens qui tombent dans des gouffres sans fond en criant très fort. Moi je flippe pour Picsou à chaque fois qu’il plonge dans son dépôt. On ne sait jamais, une petite fissure dans le fond, et bim.

    Et deux photos postées par Fred Vignaux, il semble y avoir eu un entretien avant ou après la séance de dédicaces.

    Désolé de ne pas avoir joué aux envoyés spéciaux pendant cette séance avec les auteurs, je ne savais pas trop si j’y avais ma place alors j’ai préféré m’éclipser plutôt que m’incruster.

    Répondre | Lien | Citer

    Est-ce que ta disparition n’aurait pas un rapport avec la créature verte ? 

    Thorgal-BD a écrit
    Et deux photos postées par Fred Vignaux, il semble y avoir eu un entretien avant ou après la séance de dédicaces.

    C’est bizarre, sur sa page FB, je ne le vois pas occupé de la même manière ! 

    Hirondl a écrit
    et Yves Sente ? il a attrapé la varicelle ?

    La fin de sa collaboration avec Le Lombard a été plutôt houleuse, je comprends parfaitement qu’il n’ait pas participé à cet évènement… Mais je suis content qu’il soit bien occupé avec la sortie de son dernier Blake et Mortimer, BD dans laquelle il semble comme un poisson dans l’eau. 

    • Ce sujet a été modifié le il y a 10 mois par Tjahzi.
    Répondre | Lien | Citer

    Bon sang… J’espère qu’il y aura d’autres conventions… j’enrage de ne pas avoir pu y être.

    Répondre | Lien | Citer

    J’aurais aussi adoré y participer ! Mais raconte-nous la suite de la soirée, Thorgal-BD… Ça avait l’air génial !

    Répondre | Lien | Citer
    Le bouquet !

    Je n’avais pas fait attention à un détail de la fresque finalisée… avez-vous vu ce que Thorgal tient en main ?

    Qui s’est permis de remplacer son épée par un bouquet de fleurs ?! 

    Dans la vidéo, on voit Grzegorz Rosinski s’appliquer à dessiner son héros, l’épée à la main. C’est donc un des 3 autres dessinateurs le coupable    Quel manque de respect pour le maître ! 

    Répondre | Lien | Citer
    Thorgal-BDThorgal-BDWebmestre
    Convention – Épisode 3

    Et trois Kriss de Valnor côte à côte ! Encore plus que pour la comédie musicale.

    Galathorn a écrit
    Bon sang… J’espère qu’il y aura d’autres conventions… j’enrage de ne pas avoir pu y être.

    Pourtant, il me semblait t’y avoir vu ?

    Bon, et si je continuais mon compte-rendu ? On en était à la conférence.

    Le premier à attraper le micro, il me semble, était Jean Van Hamme. Les premières questions ont porté sur les débuts, la rencontre avec Rosinski, le choix du thème scandinave qui correspondait au tempérament des deux hommes. Ils ont évoqué le choix du nom du héros, la première histoire réduite à 30 planches histoire de la tester dans le journal Tintin. Les premiers succès, leur façon de se compléter sans y penser. La censure qui a effacé de « L’île des mers gelées » la tête d’un lapin explosant dans une gerbe de sang immonde.

    Je pourrais vous expliquer tout ça, mais à quoi bon, je l’ai déjà tant fait sur ce site ? Vous pouvez lire ou relire plein de choses sur la genèse de note BD chérie ici, et ici, et encore là :
    La magicienne trahie
    La rencontre
    Biographie Van Hamme
    Biographie Rosinski

    La salle buvait les paroles des deux maîtres, qui ont alterné les temps de parole jusqu’à ce que les journalistes se disent qu’il faudrait faire un peu tourner le micro dans les mains des camarades, autour d’eux.

    Les questions, pour les autres auteurs, ont beaucoup tourné autour des plaisirs et des éventuelles difficultés qu’on peut rencontrer quand on reprend une série ayant une telle importance. Je crois pouvoir dire que globalement c’est le respect pour l’œuvre, mais aussi l’envie d’y glisser une part de son propre style, qui ont dominé les retours de chacun.

    Avez-vous remarqué la précision avec laquelle je rapporte chacun de leurs propos ? C’est ça le journalisme sur Thorgal.com, une technique rodée.

    On a aussi demandé à chaque auteur de citer son personnage préféré de la série. Peu bavard jusqu’ici, Yann a avoué son affection pour le personnage de Louve, j’ai trouvé ça très bien car c’est pour moi le personnage qu’il a le plus et le mieux fait évoluer. Grzegorz a vaguement parlé d’Aaricia, mais sans vraiment approfondir l’affaire. Quant aux autres, bon sang, tous pour Kriss ! Mais quelle idée.
    Fort heureusement, Roman a pris le micro en dernier et choisi l’unique personnage qui méritait d’être cité : Thorgal.
    Non mais, c’est vrai, vous enlevez Thorgal, il reste quoi ? Même pas un titre sur une couverture.

    Que dire d’autre ? Jean était en pleine forme, les voir Grzegorz et lui côte à côte c’était évidemment le meilleur moment de la soirée. Giulio et Roman avaient l’accent délicieux, Mathieu l’oeil malicieux, Yann le côté bourru de l’ermite (de Skellingar). Fred semblait hyper détendu (j’en ai conclu qu’il avait picolé) et Xavier avait comme toujours le propos fluide et efficace.

    On a aussi vu en avant-première la bande-annonce de « Aniel » (voir ICI), un court extrait du clip de la chanson « Enfant des étoiles » qui se trouvait sur le CD paru en 2000 (voir ICI) et un extrait du court-métrage réalisé en 1991 par Jean et Grzegorz à partir de l’album « Les archers », une mise en voix de l’histoire, précurseur des BDVD (voir, heu, je sais pas où, je n’ai jamais eu le temps d’écrire un article correct à leur propos).

    Niveau fringues, il faut bien en parler pour que la chronique n’oublie pas l’essentiel, je donne les meilleurs points à Mathieu et Giulio, qui avaient vraiment la classe. Jean a tenté le pull orange, un pari complexe. Roman c’était ambiance galactique et Grzegorz avait bien sûr la plus chouette chemise de la soirée, comme d’habitude. Mais pas de chapeau, malheureusement.
    Fred a misé sur le blanc, idéal pour attraper la lumière sur les photos. Bien vu. Ambiance plus tristoune pour Yann et Xavier, gris sur gris, et je ne crois pas qu’ils ont suffisamment picolé pour réussir à finir la soirée avec le pull de Jean sur le dos.

    A la fin de la conférence, j’ai pu vaguement dire bonjour à Fred et à Yann (heureusement d’ailleurs, puisque je ne les ai plus revus par la suite), mais j’ai surtout fait un gros gros câlin à Roman, et même des bisous. Qu’est-ce que j’étais content de le revoir…

    Du coup, la prochaine fois que je reprends le micro, je vous parle de mes rencontres, discussions et du peu de choses que j’ai réussi à voir tellement y en avait de partout.

    Teasing de la prochaine chronique : tête à tête avec un Russe, Mathieu picole, les Vikings s’en mêlent, haut en couleurs et l’affaire est dans le sac.

    Répondre | Lien | Citer

    Thorgal-BD a écrit
    Pourtant, il me semblait t’y avoir vu ?

    Ah oui, excellent, Galathorn joue le 4ème homme de Kriss ! 

    Thorgal-BD a écrit
    Teasing de la prochaine chronique : tête à tête avec un Russe, Mathieu picole, les Vikings s’en mêlent, haut en couleurs et l’affaire est dans le sac.

    haut en couleurs, c’est la Gardienne verte ? 

     

    Voici encore un article sur la Convention paru sur France TV Infohttps://france3-regions.francetvinfo.fr/paris-ile-de-france/paris/soir-paris-bd-thorgal-fete-paris-sortie-son-36eme-album-1576240.html

    Répondre | Lien | Citer

    Pff, bon même si je crois qu’on ne verra jamais la photo de notre webmaster, on aurait pu avoir au moins le descriptif de sa tenue vestimentaire (avant la rencontre de la green gardienne) depuis le temps qu’il attendait cette convention !!)

     

    Répondre | Lien | Citer

    Moi je lis avec plaisir le feuilleton Thorgal-BD-à-la-convention-Thorgal-de-la-capitale, limite j’attends la suite avec plus d’impatience que de lire mon Thorgal 36 !

    Répondre | Lien | Citer
    Les Imaginales

    Thorgal-BD a écrit
    Teasing de la prochaine chronique : tête à tête avec un Russe, Mathieu picole, les Vikings s’en mêlent, haut en couleurs et l’affaire est dans le sac.

    Voici déjà les images qui accompagnent cette chronique tant attendue ! 

    Les Imaginales étaient les partenaires de la Convention Thorgal pour la démonstration de combat médiéval avec la Branche Rouge. Et également pour le body painting « Sortir d’une case » réalisé par Kazim 2C, qui représentait le serpent Niddhog sous les traits de la Gardienne des Clés.

    Karell, la gagnante du jeu concours organisé par Les Imaginales, a réalisé un reportage photo de la soirée sur sa page FB Codaleia. En voici quelques extraits.   

    Et c’est là que je constate que Thorgal n’a toujours pas de fleurs en main, malgré le passage de 3 dessinateurs sur la fresque. L’étau se resserre… 

    Répondre | Lien | Citer

    J’adore cette fresque, avec le bouquet, mais je bugue à chaque fois sur la main droite de Thorgal, en mode grosse paluche, un hommage à Cabus peut-être.

    Répondre | Lien | Citer
    La Convention Thorgal sur Ligne Claire

    Après cette semaine de tourmente, je voulais débuter le week-end par des images apaisantes des papys diffusées sur Ligne Claire

    Répondre | Lien | Citer
    Entretien en vidéo et conférence de presse

    Deux entretiens avec les auteurs. D’abord en vidéo avec les 2 créateurs de Thorgal, bien entourés lors de la Convention à Paris. Durée : 11min30. A voir en suivant ce lien : Entrecase sur Youtube

     

    Et voici la retranscription de la conférence de presse organisée avec tous les auteurs lors de la Convention Thorgal, proposée ICI par Sceneario.

    Votre rencontre et premières discussions à propos de Thorgal ? 

    Jean Van Hamme : Grzegorz connaissait un éditeur de carte postale en Belgique et il lui a demandé s’il connaissait quelqu’un qui travaillait dans la bande dessinée. Il se fait que la femme de ce monsieur avait un frère qui était mon assistant quand je travaillais pour Philips International. C’était en 1976, et il m’amène Grzegorz un dimanche au mois d’août. J’ai pris deux pages d’un scénario que j’avais écrit et je lui ai demandé de faire les planches pour demain.

    Grzegorz Rosinski : J’étais habitué de faire ça ! J’avais déjà des contrats dans l’illustration, et j’ai pris ça comme un point d’honneur. Alors je les ai faites, je n’ai pas dormi de toute la nuit.

    Jean Van Hamme : Le lendemain, j’ai vu ses dessins et je me suis rendu compte que j’avais devant moi un dessinateur hors norme. Par hors norme, je veux dire qu’il n’était pas influencé par aucun auteur de bande dessinée franco-belge. J’emmène Grzegorz aux éditions du Lombard, plus exactement au journal Tintin, dont André-Paul Duchateau était le rédacteur en chef et je lui dis que je crois qu’on tient un gaillard qui a de l’avenir ! je lui ai demandé si on pourrait faire une petite histoire ensemble. Guy Leblanc, le directeur éditorial, est d’accord pour un essai, mais 30 pages maximum. D’accord, mais de quoi …
    On se met à réfléchir. Grzegorz rentre chez lui. Le destin était fait pour nous réunir, car nous avions le même numéro de téléphone, à un chiffre prêt, lui à Varsovie et moi à Bruxelles. On communique par téléphone, même s’il faut 3 heures pour avoir la communication, et quand je lui écris, il parvient à lire en français ce que lui raconte. J’aimais beaucoup la mythologie et on s’est dit : nous sommes nordiques et si on faisait quelque chose autour de la mythologie nordique et c’est là que j’ai trouvé le héros que j’ai baptisé Ragnar.

    Grzegorz Rosinski : Oui, mais tu ne connaissais pas forcément le journal de Vaillant ou il y avait cette série faite par Eduardo Coelho. Ce Ragnar était assez populaire et il y a aussi Ragnar dans les vikings le film de Richard Fleischer et il y en avait d’autres, alors je lui ai demandé d’en trouver un autre ! Il adore ça, tous les noms qui sont dans la série, sont des noms inventés. Et il est arrivé avec une longue liste et dedans il y a Thorgal, cela vient de Thor, le dieu et gal …

    Jean Van Hamme : Oui, car gal, ça fait nordique !

    Grzegorz Rosinski : Le choix du sujet vient aussi de la situation où on était tous les deux. J’étais dans un pays communiste et Jean était à Bruxelles, dans un autre monde, un autre univers. On ne pouvait pas traiter de sujet politique, historique ou géographique, alors si on fait une histoire, il faut que soit totalement imaginaire. Il fallait communiquer et travailler en passant par des agences officielles et gouvernementales. Je savais qu’il fallait être très prudent, c’était surveillé et il n’y avait que la poste à l’époque, il n’y avait pas internet, on ne pouvait pas s’envoyer les planches.

    Jean Van Hamme : On n’a jamais eu de problème par la Pologne. La seule censure qu’on ait eue, c’est par le journal de Tintin. Sur la première page de l’île des mers gelées, il y a deux garnements qui chassent un lièvre avec une fronde. Sur le dernier dessin de la page, Grzegorz a fait le lièvre dont la tête explose dans un jet de sang en gros plan ! Là, Tintin nous a dit : ce n’est pas qu’on n’aime pas ce que vous faites, mais est-ce qu’il faut vraiment tout montrer… Donc on a été censuré, on a expliqué à Grzegorz qu’on pouvait tuer le lapin pour le manger, mais il fallait le dessiner en plus petit.

    Grzegorz Rosinski : Au début, je voulais appendre comment on fait de la bande dessinée, ce media populaire en occident, alors quand j’ai vu la violence partout dans Métal Hurlant, Pilote, ou tout explose, ben j’ai explosé la tête du petit lapin ! Je pensais que cela serait plus occidental !

    Jean Van Hamme : On peut, mais pas avec les animaux ! Dans les vieux westerns, on tire sur le cheval, mais pas sur l’homme. Dans l’histoire moderne, le cheval n’est abattu que quand on vise l’homme, mais qu’on a loupé son coup ! Maintenant, on ne tue plus les bêtes !

    C’est quoi la recette d’un bon scénario pour un Thorgal ? 
    Jean Van Hamme : Il n’y a pas vraiment de recette ! 
    C’est comme en cuisine, vous prenez les ingrédients et vous laissez jouer votre imagination ! Je crois que, comme il s’agit d’un univers de conte, cela vient aussi parce que j’ai beaucoup lu étant enfant. J’étais fils unique et il n’y avait pas de télé. Je lisais toute sorte de contes. Toutes ces histoires forment une espèce de magma dans lequel vous avez une certaine norme dans la construction et où j’ai puisé pour mes histoires.

    En tant que scénariste, qu’est ce qui est le plus difficile quand on doit marcher dans les pas d’un géant comme Van Hamme ? 
    Mathieu Mariolle : Quand on nous prête un joli jouet, on essaye de ne pas le casser. Thorgal a fait partie de ma construction comme lecteur de bande dessinée, mais aussi en tant que scénariste. L’une des règles à respecter que je m’étais fixé, c’est que Thorgal, c’est une histoire de famille, c’est un couple qui a des enfants, des enfants illégitimes, et l’important c’est de se concentrer sur les relations entre les membres de cette famille.

    Yann : Quand on est dans les pieds d’un géant, il vaut mieux être trois ou quatre !

    Xavier Dorison : Je rejoins les remarques de mes deux prédécesseurs. Il y a beaucoup de choses qui sont difficiles quand on reprend Thorgal. Par exemple, il y a un certain nombre d’albums qui arrivent à vous raconter une bonne histoire complète en 46 pages avec une moyenne de 4 à 5 cases par planches. Vous verrez dans l’histoire de la bande dessinée c’est rarissime, soit il y a beaucoup plus de cases, soit les histoires ne sont pas bonnes. J’y vois une sorte d’exploit que je n’arrive toujours pas à atteindre !

    Comment fait-on pour dessiner après Rosinski ? 
    Giulio De Vita : C’est d’un côté difficile, mais c’est aussi facile. Grzegorz m’a accueilli comme un frère, pas comme un maître avec son élève. Il m’a conseillé comme un ami. Il m’a donné toute la liberté de faire comme je voulais. En bande dessinée, le dessinateur se met au service de l’histoire et de l’univers qu’il va représenter. Je me devais de coller à cet univers qui est déjà mythique et très défini. C’était la seule manière possible pour moi d’avoir des références précises comme celle de Grzegorz, mais sans le copier, évidement. Toutes les caractéristiques de mon style sont ressorties spontanément.

    Frédéric Vignaux : J’arrive en dernier, donc c’est beaucoup plus facile finalement ! Thorgal a eu plusieurs styles, celui de Grzegorz et celui de Giulio. Pour l’instant je n’ai fait que Kriss de Valnor, et elle n’a jamais été dessinée de la même façon par Grzegorz. Au fil des ans, on s’est aperçu qu’elle a énormément évoluée. Il me suffisait de faire en sorte que le personnage reste dans ces phases-là. La tâche était beaucoup plus facile et je ne me suis pas trop posé de questions.

    Roman Surzhenko : Comme cela a été dit, c’est facile et compliqué. J’ai découvert Thorgal à l’âge de 19 ans. J’ai commencé à le copier. A l’époque, j’étais étudiant et je ne pensais pas qu’un jour je le dessinerai ! Ce qui me plaisait et me plaît toujours, c’est le travail de la lumière et la façon dont tous les petits traits fabriquent le volume. Ce qui me manque c’est peut-être cette énergie, parce que les dessins de Grzegorz sont pleins d’énergie, plein de ce qu’il appelle la nervosité. Pour moi c’était facile, car je me suis habitué à dessiner de cette manière.

    Pourquoi l’univers de Thorgal suscite une telle ferveur ?
    Xavier Dorison : 
    Je crois d’abord que cela vient d’une qualité intrinsèque à la série. Elle est remplie de bonnes histoires et de bons dessins. C’est bête hein ?! 

    Mais en fait il n’y a pas plus de secret que cela. Si vous arrivez à raconter de bonnes histoires et qu’en plus elles sont bien mises en scène, a priori cela va plaire à beaucoup de monde ! C’est une évidence, mais il faut quand même le rappeler ! 
    Thorgal, ça touche à tout, à la science-fiction, aux contes, aux voyages, et surtout à ce qui fait aujourd’hui le secret de beaucoup de grandes séries à succès et qui se résume en un mot : la famille ! 
    C’est ce que disait Mathieu tout à l’heure. C’est ce qui fait le lien entre presque tous les albums qui sont, eux, dans des univers différents. Un album va être dans un univers merveilleux, le suivant est dans le passé historique, le troisième va être de la science-fiction et le quatrième dans encore autre chose ! On pourrait se dire que cela n’a rien à voir alors qu’en fait c’est l’histoire d’une famille qui a des problèmes comme le développement d’un enfant qui ne fait pas tout fait ce qu’on voudrait qu’il fasse, un mari un peu perdu entre ses désirs de fonder une famille et le désir de voyager, une femme qui voudrait être une femme aimante et disciplinée, mais qui, en même temps, veut s’affirmer, ce sont des problèmes universels et contemporains.

    Yann : Pour compléter ce que vient de dire Xavier, la spécificité de Thorgal est qu’il est différent des autres héros de bande dessinée. Comme eux, il est un guerrier courageux, brave, et sait qu’en plus de tous les ennemis qu’il a à affronter, il y a les dieux qui se sont penchés sur lui et qui le défient et le harcèlent en permanence ! Thorgal décide de lutter contre vent et marée et d’aller contre le destin. C’est complètement irrationnel, et c’est ce côté héroïque, mais naïf et courageux qui a touché les gens. Ce ne sont pas des quêtes d’argent, de pouvoir, de puissance, … Ce qui est intéressant dans cette série, c’est que Thorgal veut être tranquille, et aussi le fait qu’il dit aux dieux : vous m’emmerdez, je n’ai pas envie de vous, foutez-moi la paix ! 
    Je pense que c’est un message qui touchera toujours les gens

    Jean Van Hamme : Il y a une petite explication, Thorgal a quelque chose qui irrite les dieux ! Il est en trop, il n’est pas né sur Terre ! Qu’est-ce qu’il fait là ? Les dieux décident de la naissance et de la mort de tous les humains de la Terre, mais lui, ils n’ont rien décidé, c’est un rebelle involontaire ! Comme il est beau gosse, il séduit la femme d’Odin, qui lui donne quand même quelques petits coups de mains bien nécessaire !

    Vous avez écrit de nombreuses séries et de héros mémorables, on a l’impression que vous avez un attachement particulier pour Thorgal ! 
    Jean Van Hamme : C’est peut-être ma partie la plus enfantine et la plus rêveuse ! Xavier a énuméré les différents genres, il y a aussi parfois des séquences western avec tous les poncifs du genre ! 
    C’est amusant de prendre les poncifs d’un genre, mais en les adaptant à un autre, il y a un effet de surprise qui est assez réjouissant. Dans les archers, ce sont des poncifs de western, mais mis à une époque où le western n’existe pas.

    Grzegorz est-ce vrai que vous préférez Aaricia à Kriss de Valnor ? 
    Grzegorz Rosinski : Je n’aime pas trop le cuir et les fouets, le SM ce n’est pas vraiment mon type, mais les gens aiment ça, tandis qu’Aaricia, je suis un peu bloqué parce que ce genre de blonde, oui c’est vrai, ça m’attire, mais elles sont toutes prises ! Il y a aussi plein de personnages de troisième rang. J’adore créer des personnages, faire mon casting, mais je ne sais jamais si ces personnages vont jouer des rôles importants ou pas, parce que je ne suis pas dans la tête du scénariste. J’ai aussi une responsabilité, car il y a certains personnages qu’on a supprimés, d’autres qu’on a laissés vivre et certains pour qui j’ai insisté qu’on les garde comme …je me souviens plus, à vrai dire, je n’ai jamais lu Thorgal ! (rire)

    Jean Van Hamme : Pour continuer sur ce que vient de dire Grzegorz, je savais que j’allais arrêter, j’ai tenu à ce que dans le dernier album que j’ai écrit, ils ne seraient plus que quatre, Thorgal, Aaricia, Jolan et Louve. Je voulais permettre aux successeurs de pouvoir redémarrer avec le minimum de personnages. Il y a des personnages qui ont été abandonnés, sur une île et qui pourraient revenir. Je ne les ai pas éliminés, mais abandonnés à droite et à gauche. Cela permettait de repartir presque à zéro.

    Avez-vous regretté d’avoir tué ou gardé certains personnages ? 
    Jean Van Hamme : J’ai un gardien qui veille par-dessus mon épaule pour m’empêcher de tuer les gens que je ne devrais pas. Ce gardien s’appelle Huguette, c’est ma femme ! Cela ne la dérange pas qu’il y ait des gens qui meurent, mais de temps en temps, elle me dit : t’as tort, si tu tues celle ou celui-là, tu le regretteras, car tu en auras besoin plus tard ! Et elle a toujours eu raison ! En personnage mort, il y a Tjall. Mais bon, il avait trahi !

    Grzegorz Rosinski : Ça, c’est moi qui avais demandé !

    Jean Van Hamme : Enfin ! Après des années et des années, on a enfin trouvé le vrai coupable de la mort de Tjall !

    Grzegorz Rosinski : Mon casting était raté, je le pensais différemment.

    Jean Van Hamme : Je me tourne vers les dessinateurs, vous vous rendez compte de la responsabilité que vous avez ! Cela marche dans les deux sens ! Vous faites un personnage tout à fait secondaire qui doit apparaître que dans quelques pages et puis le dessinateur vous fait quelqu’un de tellement réussi que vous vous dites : celui-là, il faut que je le garde ! C’était le cas de la gardienne des clés d’ailleurs, qui est de mes personnages secondaires préférés, si ce n’est pas LE préféré, parce qu’elle est ravissante ! Elle apparaissait relativement brièvement dans le troisième tome, et je me suis dit : celle-là, on va la retrouver, elle est réussie ! 
    Par contre, comme Grzegorz vient de l’avouer, s’il rate un personnage, et qu’il me dit : liquide-le, je ne suis pas content, c’est trop tard pour le changer, l’album est sorti, tue-le, je le ferais mieux la prochaine fois ! Donc les dessinateurs ont, sur le plan scénaristique, une énorme importance et j’ai eu le cas dans d’autres séries avec d’autres personnages. Tout à coup, vous vous dites : c’est fantastiquement réussi, on va le garder ! C’est aussi un moteur scénaristique de se dire : je veux réutiliser ce personnage.

    Quels sont vos personnages préférés à tous ?
    Yann : 
    Sans hésiter c’est Louve, c’est un personnage qu’on a vu naître et grandir, ce qui est très rare dans la bande dessinée. Je ne sais pas trop pourquoi, mais j’ai un attachement et graphiquement, elle est magnifique.

    Frédéric Vignaux : J’ai dessiné deux personnages, Jolan et Kriss, mais ma préférence va à Kriss de Valnor. Est-ce qu’on peut aimer Kriss avec son sale caractère ? Je ne sais pas, son côté SM ? Je ne sais pas non plus, ce n’est pas forcément mon style ! Après, j’ai eu la chance de dessiner plusieurs Kriss de Valnor ! Donc il y a certains côtés que l’on peut effectivement aimer. Et on ne peut pas travailler deux ans sur des albums sans aimer ses personnages.

    Mathieu Mariolle : Yann a choisi Louve, le personnage qu’il a fait vivre très longtemps ! Je vais répondre de la même façon, j’ai eu la chance que l’on me confie mes deux personnages préférés, Kriss de Valnor et Jolan. J’ai une grande affection pour Kriss, parce que c’est un personnage à qui on peut faire dire les pires monstruosités du monde ! Quand on a écrit nos albums en commun avec Xavier, on écrivait face à face et on faisait parler Kriss et on lui faisait dire des choses atroces, des choses qu’on pensait peut-être, mais qu’on n’aurait jamais pu dire de toute façon. Donc voilà ! J’ai aussi une grande sympathie pour Jolan, c’est un personnage qui avait à peu près mon âge, quand j’ai découvert Thorgal. Et c’était un personnage auquel je m’identifiais énormément.

    Giulio De Vita : Moi aussi, c’est Kriss de Valnor. Il y a le viol de Kriss, quand elle était jeune. J’ai vraiment eu du mal à dessiner cette planche-là. On ne voit rien d’explicite, mais j’ai eu beaucoup de mal. C’est normal pour un dessinateur de ressentir un feeling avec ses personnages, et dans ce moment de violence, j’ai passé une semaine ou deux à ressentir de la souffrance. Pour aller sur un autre personnage que j’ai vraiment aimé, c’était Sigwald, parce que dans l’histoire écrite par Yves Sente, on a découvert ses cotés humains, avec son passé et la perte de son fils et, là aussi, c’était émouvant d’avoir à dessiner ces planches.

    Xavier Dorison : J’ai eu deux fois l’occasion de reprendre des personnages de Jean Van Hamme, et deux fois c’était des grands méchants. Dans XIII, c’était la mangouste et dans Thorgal, Kriss de Valnor ! Quand vous avez un personnage comme Thorgal, quelqu’un qui est profondément bon, quand vous allez écrire, vous aller devoir vous poser une question simple, c’est quelles décisions positives va-t-il devoir choisir ! En gros, comme il est bon, il a le choix entre deux choses bonnes à faire soit il a le choix entre deux choses mauvaises, et là, il va choisir la moins pire ! Mais en fait il n’a pas trop de question à se poser ! Thorgal n’est pas un personnage qui hésite, car il a les idées claires et c’est quelqu’un de bien. J’adore des personnages comme Kriss, car elle aussi à des questions à se poser en interne. Elle doit se dire : d’un côté, j’ai envie de faire le mal, et cela me tente ! De temps en temps, je le fais, et de temps en temps je vais quand même tenter de ne pas être la pire de l’histoire. Je trouve que cela lui donne une dimension un peu supplémentaire, cette hésitation qu’elle a en elle-même. Et je trouve toujours cela amusant, en tant que scénariste, de faire adorer les crapules.

    Jean Van Hamme : Kriss de Valnor, c’était mon Olrik ! Olrik, il est méchant, mais il mouille sa chemise ! Il y a une chose. Kriss est amoureuse de Thorgal, et elle le déteste, parce qu’elle est amoureuse de lui ! C’est tout ! C’est cette contradiction permanente qui fait bouillir le cerveau !

    Grzegorz Rosinski : C’est cela qui manque très, trop souvent dans la bande dessinée ! Ce genre de problèmes très humains ou psychologiques de cette profondeur que Jean a commencé à introduire dans la saga !

    Roman Surzhenko : Moi aussi j’aurais voulu dire Kriss de Valnor, parce qu’elle est méchante, dangereuse, chaude ! 
    Mais mon personnage préféré c’est Thorgal, parce que je préfère les personnages bons. Je trouve qu’il est porteur de valeurs qui appartiennent plutôt à notre époque. C’est pour cela qu’il est différent des autres vikings sauvages. Ce qui me plaît, c’est que personne ne doit l’embêter, personne ne doit se mêler de ses affaires, personne ne doit interrompre la vie pacifique qu’il cherche. Le truc qui fait évoluer l’histoire, c’est qu’on a un personnage qui cherche à vivre sa vie, mais il y a toujours beaucoup de problèmes qui lui tombent dessus.

    Les droits de Thorgal ont récemment été acquis pour une série télé ! On a interviewé le réalisateur, Florian Henckel von Donnersmarck (le réalisateur de La vie des autres). Il nous a dit que Thorgal est sa grande passion d’enfance et qu’il possède la dramaturgie des meilleures bandes dessinées, l’intelligence des grand romans et la beauté du grand cinéma !
    Impatient ou inquiet de voir cette adaptation ?
    Jean Van Hamme : 
    J’ai vendu les droits, je n’ai pas participé aux discussions.

    Laurent Duvault de Mediatoon : Le paysage audiovisuel a beaucoup changé ces dernières années, la frontière entre la télé et le cinéma disparaît un peu chaque jour. L’ampleur de Thorgal et l’ambition de Florian, fait que la télé semble aujourd’hui le meilleur media pour accueillir la saga, et on espère que ce sera sur plusieurs années. Comme Florian est quelqu’un d’extrêmement méticuleux, il s’est beaucoup consacré à son dernier film, presque trois ans, au grand désespoir de son producteur, qui est aussi le producteur de la série Thorgal, et qui attend depuis cinq ans maintenant que Florian s’y mette et nous aussi ! (rire) 
    Ce qui est assez excitant, c’est que la télé aujourd’hui offre une visibilité sur plus long terme, parce qu’au cinéma si la sortie est loupée, la semaine d’après c’est déjà oublié alors que la télé nous donne la chance d’être vu et revu. C’est un projet ambitieux et compliqué. Ce n’est pas encore fait ! Imaginez le budget qu’il faut ! Et même avant le budget, c’est d’abord écrire et avoir une vraie histoire et une vraie adaptation et c’est aussi pour cela qu’on a choisi Florian. C’est ce qui est le plus dur ! Et ces dernières années ont prouvé qu’avant de savoir quand et comment, la vraie question c’est comment le raconter ! Et le raconter en étant le plus respectueux possible.

    • Ce sujet a été modifié le il y a 8 mois et 1 semaine par Tjahzi.
    Répondre | Lien | Citer
    Une convention Thorgal en 2019 ?

    C’est la question que je me pose en regardant l’agenda du Lombard… Sur sa page Facebook, l’éditeur annonce ce matin une mise à jour de l’agenda sur son site https://www.lelombard.com/actualite/agenda. Mais l’agenda est quasi vide    Juste une dédicace pour Vasco en août, et -oh surprise- une convention Thorgal le 13 octobre 2019. Mais en cliquant sur le lien, on se retrouve avec la convention de l’année dernière ! Kévin, il reste du boulot à faire dans cet agenda…   

    Répondre | Lien | Citer

    A lyon ????!!!!!    C’est encore plus loin que Paris en 2018.  Et dire que j’espérais que cela se rapproche de la Belgique ( c’est tout de même là que Thorgal est né  ).    Madrid pour 2020… ?

     

    Répondre | Lien | Citer
    Thorgal-BDThorgal-BDWebmestre
    Convention – Épisode 4

    Eh bien, je vous dirais bien que j’ai honte de ne jamais vous avoir raconté la fin de mes aventures, mais en fait même pas. D’une façon générale, je n’ai jamais honte de rien.

    Un an que je n’étais pas passé dans ce sujet, j’y découvre donc plein de chouettes photos, une retranscription de la conférence de presse que j’avais si bien décrite, des infos sur une Convention Thorgal 2.0 et Ralf qui rouspète comme un gnou embourbé à 3 mètres de la rivière ! Que du bon, donc.
    Comme toujours, merci Tjahzi pour la récupération d’infos tous azimuts.

    Pour ce qui est d’une éventuelle Convention Thorgal en 2019, je ne suis pas au courant du tout alors je ne pourrai pas vous aider. Et comme je m’éloigne peu à peu inexorablement du monde de la BD Thorgal, il y a peu de chances que je sois présent à un éventuel rassemblement. Il faudra trouver un autre envoyé spécial. Aura-t-il les mêmes qualités de procrastination et le même sens du néologisme ? Il faudrait.

    Mais revenons à cette chaude soirée de novembre 2018, qui vit un provincial isolé tourner autour d’une armada d’auteurs de BD alcoolisés fêtant les 40 ans de notre BD chérie.

    C’était quoi le teasing déjà ? Attends, je remonte. Épisode 3…

    Teasing de la prochaine chronique : tête à tête avec un Russe, Mathieu picole, les Vikings s’en mêlent, haut en couleurs et l’affaire est dans le sac.

    Heu ben alors, je ne sais plus trop ce que ça voulait dire tout ça. Pense, pense, pense…

    Tête à tête avec un russe.

    Comme je vous le disais, j’ai été vraiment très mauvais pour ce qui est de rencontrer les différents créateurs de Thorgal ce soir-là. Non pas parce que les occasions ne se sont pas présentées, mais parce que j’étais un peu tristounet au fond, pas hyper motivé, et surtout parce que je ne savais pas bien ce qu’ils auraient pu raconter à Jules-de-chez-Smith-en-face. Mais heureusement, tel Jules débarquant dans la rédaction de Spirou, j’ai trouvé mon Gaston !

    Mon russe adoré, Roman Surzhenko. On s’est tombé dans les bras l’un de l’autre. On s’est cherché un coin calme loin du monde, et on a longuement discuté. Je ne vous livrerai bien sûr pas grand chose de nos échanges, de l’ordre du privé. Je rappelle juste que la soirée officialisait entre autres l’arrivée du nouveau duo Vignaux-Yann sur la série mère Thorgal, et par ricochet la fin de la collaboration de Roman au projet de sa vie.
    Étant moi-même globalement en mode « fin de partie », on s’est bien trouvés.
    J’en profite encore une fois pour saluer le professionnalisme et la loyauté de Roman, qui a eu malgré sa tristesse un comportement parfait, idéal, pendant toute la soirée et bien au-delà.

    Mathieu picole.

    Je quitte mon russe (ou plutôt on me l’arrache pour qu’il puisse participer aux festivités) et flâne dans les couloirs. Je croise Jean Van Hamme sans oser lui parler, et une fresque qui commence à se remplir de petites histoires croisées.  Je vois aussi Xavier Dorison, qui ne me reconnaît apparemment pas plus que la dernière fois.

    J’aperçois dans le bistrot le scénariste Mathieu Mariolle. Je ne l’ai vu qu’une fois auparavant, mais je crois qu’on s’est bien entendus. Il est marrant Mathieu, tu lui envoies un mail en janvier, il te répond au mois d’août. La rumeur dit qu’il scanne ses mails 2 fois par an, quand son disque dur est plein.

    En tout cas, il est ravi de me voir, ça tombe bien, moi aussi. On va dans un recoin extérieur du bar, où Mathieu peut s’adonner à ses vices cachés, le ballon de rouge et la cigarette.
    Comme je vous l’ai dit plus haut, jolie chemise et œil malicieux, il est classe. On discute un moment. Comme vous le savez, Mathieu fait lui aussi partie des auteurs qui ne poursuivront pas l’aventure. On se raconte nos peines et nos joies de thorgaliens, et je lui parle de mes projets, car j’en ai plein, oui oui.
    Cette soirée m’a permis, entre autres, de valider l’idée que ma contribution au monde de Thorgal peut continuer, mais sous une forme différente, avec de nouveaux projets et, surtout, en se concentrant sur ce qui me semble essentiel, la série originelle de Rosinski et Van Hamme. J’ai beaucoup réfléchi avant, pendant et après cette soirée.

    Mathieu aussi a des projets, qu’il évoque, BD, jeu vidéo, il a l’air assez touche-à-tout, c’est plaisant.

     

    Roh j’ai encore plein de choses à vous raconter mais là j’ai trop la flemme.

    Répondre | Lien | Citer

    Thorgal-BD a écrit
    Cette soirée m’a permis, entre autres, de valider l’idée que ma contribution au monde de Thorgal peut continuer, mais sous une forme différente, avec de nouveaux projets et, surtout, en se concentrant sur ce qui me semble essentiel, la série originelle de Rosinski et Van Hamme. J’ai beaucoup réfléchi avant, pendant et après cette soirée.

    Stéphane. j’espère sincèrement que tu vas continuer à enrichir ce site. Et à poursuivre ton rôle d’arbitre dans les échanges des membres du forum ( on est parfois très/trop extrême dans les propos. C’est donc bon d’avoir une personne impartiale pour éviter les débordements ). Tu fais un boulot exemplaire sur le net. Aucun autre personnage de BD ne peut se vanter d’avoir un site web de cette qualité.   AUCUN ! 

    Avec le nouveau duo Vignaux et Yann, Thorgal va poursuivre sa route sous un ciel clément  ( avec, peut-être, d’autres nouveaux projets du Lombard  ). Donc, thorgal.com va encore avoir beaucoup d’info à partager avec ses membres.  Encore merci pour ton dévouement et tes  » daily news  » de Thorgal qui sont autant de dose pour nous aider à tenir, nous les drogués du monde d’Asgard.  

    • Ce sujet a été modifié le il y a 1 mois et 1 semaine par Ralf.
    Répondre | Lien | Citer

    Ralf a écrit

    Madrid pour 2020… ?

     

    OUI !!!

    OUI !!!

    OUI !!!

    Répondre | Lien | Citer

    Des nouvelles de la Convention du 13 octobre à Lyon?

    Répondre | Lien | Citer
    Pas de convention Thorgal en 2019

    L’info que j’avais postée ci-dessus n’était pas fiable… On retrouve la géolocalisation à Lyon pour tous les évènements de l’agenda du Lombard, même le prochain festival BD de Bruxelles ! Par contre, le 13 octobre reste une date à retenir car Fred Vignaux y dédicace au festival BD Buc (pas à Lyon, mais en Île-de-France !).

    Infos : Agenda du Lombard

38 sujets de 81 à 118 (sur un total de 118)


Vous pouvez utiliser BBCodes pour formater votre contenu.
Votre compte ne peut pas utiliser les BBCodes avancée.



Question de sécurité
Qui suis-je ?
 Thorgal -  Aaricia -  Jolan 

Plan du site
Conditions Générales de Vente
Mentions légales
© Éditions Le Lombard 2019