Abonnement newsletter

X
X

S'enregistrer sur ce site

Les dieux ont mis un homme à l'épreuve

Top

Rétro – La couronne d’Ogotaï en jaquette exclusive

Petit détour en 1995, il y a 25 ans !

Le 21ème album de Thorgal vient de paraître. Il s’agit bien sûr de « La couronne d’Ogotaï », un album placé au cœur du cycle de Shaïgan-sans-merci, et qui s’offre la particularité de mettre Thorgal de côté pour créer un nouveau héros tout aussi fabuleux. Son fils.

Une librairie bruxelloise, Schlirf book, proposa alors une édition spéciale de l’album, limitée à 300 exemplaires, couverte d’une jaquette devenue aujourd’hui plus rare et précieuse que l’album lui-même. Et c’est Olivier, membre du forum Thorgal.com, qui nous présente sur le forum cette rareté qu’il vient d’acquérir.

Comme vous le voyez, Kriss de Valnor est à l’honneur, avec une superbe esquisse en noir et blanc, que l’on retrouve également à l’intérieur de la jaquette, sous la biographie des auteurs.

A l’intérieur, bien sûr, une édition originale de l’album. Avec le « bonhomme qui marche » du Lombard, en haut à gauche, et l’ancien logo de l’éditeur. La couverture fait toujours son petit effet.

Le dos est numéroté.

A l’intérieur, magnifique surprise ! Les deux auteurs, Jean Van Hamme et Grzegorz Rosinski, se livrent à un amusant ping-pong verbal à coup de questions un peu impertinentes, histoire de se taquiner tout en s’avouant leur affection commune.

Vous ne réussissez pas à lire ? Vous n’avez pas la jaquette ? Moi non plus. Alors voici la transcription de cet entretien qui nous ramène à l’une des meilleures périodes de la série. Bonne lecture !

Questions à Van Hamme par Rosinski
Rosinski : Pourquoi prends-tu plaisir à faire mourir tes personnages ?
Van Hamme : Ce n’est pas vraiment un plaisir, mais une nécessité narrative pour justifier les déplacements dans le temps. C’est un défi que je me lance pour essayer d’aller plus loin tout en restant crédible. J’essaie surtout d’imaginer un dénouement qui n’est pas celui que tout le monde attend.

Rosinski : D’où te vient cette passion pour les paradoxes temporels passablement compliqués ?
Van Hamme : J’ai toujours pensé que les sauts dans le temps et l’espace étaient des ressorts fascinants pour les histoires de fiction. Cela torture agréablement les méninges. L’essentiel est d’éviter le paradoxe temporel et de boucler la boucle en se fixant des limites à ne pas dépasser. Mais, c’est comme la dynamite : à manipuler avec précaution.

Rosinski : Comment t’es venue l’idée de reléguer Thorgal au second plan et de faire de Jolan le nouveau héros de la série ?
Van Hamme : Cela correspond à une envie. C’est le reflet de la vie, de la réalité. Ce garçon atteint l’êge de vivre ses propres aventures et c’est une façon de réveiller l’attention du lecteur.

Rosinski : Quel effet cela fait-il d’être dans la peau du meilleur scénariste de la BD ?
Van Hamme : Je suis content que tu t’en aperçoives enfin ! Blague à part, je n’ai pas cette prétention. Je me considère plutôt comme bon raconteur d’histoires qui tient, avant tout, à ne pas ronronner. Ce qui compte, c’est de toujours s’améliorer sans tomber dans le sensationnalisme facile. Et de toujours penser au plaisir de celui qui mettra tout cela en images…

Questions à Rosinski par Van Hamme

Van Hamme : Après 20 albums, est-ce que je parviens encore à te surprendre quand tu reçois un nouveau scénario ?

Rosinski : Je ne suis jamais surpris car j’attends toujours que tu me surprennes. Et je n’ai jamais été déçu. Quand j’ai lu le scénario complet, toute mon imagination se met en marche pour le dessiner, pour en tirer toutes les possibilités et te surprendre à mon tour. Chez vous, ne dit-on pas qu’il faut arroser l’arroseur ?

Van Hamme : Comment réussis-tu à ne pas te perdre dans ces histoires de paradoxe temporel où moi-même je doute parfois de mes constructions ?

Rosinski : C’est simple : j’utilise la même machine à remonter le temps que toi ! Et puis, c’est tellement plus facile de dessiner une histoire dont le ressort est psychologique que des scènes de batailles ennuyeuses…

Van Hamme : Tu passes beaucoup plus de temps que moi dans l’univers de Thorgal. Ne vient-il pas te hanter certaines nuits ?

Rosinski : Pas vraiment. Je pensais que c’était plutôt ton cas depuis que j’ai donné un aspect physique particulier à tes personnages…

Van Hamme : Quel effet cela fait-il d’être dans la peau du meilleur dessinateur de la BD ?

Rosinski : Cela me fait plaisir si tu le penses vraiment, même si cette idée ne m’effleure jamais. Mais, j’ai plutôt l’impression d’être un éternel débutant qui a toujours énormément à apprendre de moi-même et des autres. En outre, je ne sais pas quels sont les critères à prendre en considération pour dire que quelqu’un est réellement meilleur qu’un autre…

Tags : , , , , , , ,

Plan du site
Conditions Générales de Vente
Mentions légales
© Éditions Le Lombard 2020